Histoire de France/Guerres de religion

Un livre de Wikilivres.
Aller à : navigation, rechercher
Un livre de Wikibooks

Avant-proposLes périodes de l'HistoireLocalisation géographiqueLes armes de la France dans l'HistoireAvant l'arrivée des CeltesLes Gaulois – les RomainsLes MérovingiensLes CarolingiensLes Capétiens directsGuerre de Cent ansTriomphe de la royauté — guerres d'ItalieLutte contre l'AutricheGuerres de religionAffermissement du pouvoir royalLa monarchie absolueAffaiblissement de la monarchieLa RévolutionLe Consulat et l'EmpireLa Restauration et la Monarchie de JuilletLa République et l'EmpireDe 1875 à la première guerre mondialeLa première guerre mondiale – L'entre-deux guerres – La seconde guerre mondiale – L'après-guerre – La guerre froide — L'Europe et l'union européenne – La France contemporaine – Tableau chronologiqueLexiqueVoir aussi
Outils : Cette page en PDF – Projet Commander un exemplaire impriméCe livre en PDF – Liste alphabétique des pages – Livre d'or
Chapitre VIII
Guerres de religion

Les guerres de religion sont une série de huit conflits, qui ont ravagé le royaume de France dans la seconde moitié du XVIe siècle et où se sont opposés catholiques et protestants. Ces malheureuses guerres civiles[1] durent environ quarante ans (1559-1598), sous les fils de Henri II et sous Henri IV.

François II[modifier | modifier le wikicode]

Le duc de Guise (deuxième moitié du XVIe siècle).
L'exécution des conjurés par Jacques Tortorel et Jean Perrissin (1570).

Henri II laissait quatre fils ; trois d'entre eux portèrent la couronne : François II, Charles II et Henri III. Le quatrième, François, fut duc d'Alençon. François II, âgé de seulement seize ans, d'une nature indolente et maladive, abandonna le pouvoir à sa mère, Catherine de Médicis, et surtout à la maison des Guise (1559), branche cadette de la maison de Lorraine. Les Guise étaient devenus très populaires ; François, le héros de Metz et de Calais était aimé du peuple, craint du parlement et regardé par les réformés comme leur plus redoutable adversaire. L'élévation au trône de sa nièce Marie Stuart lui assurait une grande influence à la cour. Les Guise avaient pour rivaux les Bourbons et les Châtillons. Les Bourbons, de sang royal, résolurent de les renverser, et pour cela se mirent à la tête du parti des réformés. Les Châtillons, qui voulaient aussi exercer le pouvoir, firent de même.

Figure Nom et blasonnement
Maison de Guise

Coupé et parti en 3, au premier fascé de gueules et d'argent, au second d'azur semé de lys d'or et au lambel de gueules, au troisième d'argent à la croix potencée d'or, cantonnée de quatre croisettes du même, au quatrième d'or aux quatre pals de gueules au cinquième parti d'azur semé de lys d'or et à la bourdure de gueules, au sixième d'azur au lion contourné d'or, armé, lampassé et couronné de gueules, au septième d'or au lion de sable armé et lampassé de gueules, au huitième d'azur semé de croisettes d'or et aux deux bar d'or. Sur le tout d'or à la bande de gueules chargé de trois alérions d'argent le tout brisé d'un lambel de gueules.

Les opposants au pouvoir et les protestants formèrent le projet d'éliminer les Guise et d'enlever le roi pour s'emparer du pouvoir. Le véritable chef du complot était le prince de Condé ; mais Jean du Barry, seigneur de la Renaudie et gentilhomme protestant fut chargé de l'exécuter. Les Guise, prévenus à temps de l'existence du complot, transportèrent le 22 février 1560 la cour dans le château fort d'Amboise, qu'ils firent garder par des soldats. Le 17 mars, les rebelles lancent une attaque surprise menée par Bertrand de Chandieu ; la révolte est rapidement matée, et ses acteurs sont punis avec une extrême sévérité : la plupart des conjurés sont pendus aux balustrades du château, les autres sont noyés dans la Loire ou massacrés par la foule. Le 19 mars, Jean du Barry est tué dans la forêt de Château-Renault par des cavaliers. Son corps est ramené à Amboise. D'abord attaché à une potence sur le pont avec une pancarte indiquant « chef des rebelles », il est ensuite coupé en cinq morceaux et les parties de son corps sont exposées aux portes de la ville. La répression fait 1 200 à 1 500 morts.

Les états généraux furent convoqués à Orléans ; Condé s'y rendit, y fut arrêté, jugé et condamné comme conspirateur, traître et hérétique. Mais la mort de François II, arrivée la même année (1560), le sauva. Catherine de Médicis, qui devint régente et qui voulait se servir de tous les partis, lui rendit la liberté ; puis elle renvoya Marie Stuart en Écosse, afin de rester seule maîtresse du pouvoir. Après la mort de François II, Marie Stuart retourna en Écosse, où sa mère, Marie de Lorraine, avait gouverné pendant son absence. On lui attribue alors ces vers : « En mon triste et doux chant, D'un ton fort lamentable, Je jette un deuil tranchant, De perte irréparable, Et, en soupirs cuisants, Passe mes meilleurs ans ». Elle allait trouver une couronne, mais aussi des chaînes, une captivité de dix-huit ans et un échafaud.

Questionnaire[modifier | modifier le wikicode]

  1. À qui François II accorda-t-il sa confiance ? Qui étaient les Guise ? Qui avaient-ils pour rivaux ? Quels furent les fils de Claude de Guise ? de François de Guise ? de Charles de Bourbon ?
  2. Qu'est-ce que la conjuration d'Amboise ? Quels en étaient les chefs ?
  3. Par quel événement Condé fut-il sauvé ?
  4. Que savez-vous sur Marie Stuart ?

Charles IX[modifier | modifier le wikicode]

Le massacre de Wassy, par Hogenberg, fin du XVIe siècle

La mort de François II laissait le trône à son frère Charles IX, âgé de 11 ans. Sa mère, Catherine de Médicis, se saisit de la régence et se rapprocha des Bourbons pour maintenir l'équilibre entre les catholiques et les protestants, afin de régner plus sûrement sur les uns et les autres. Sa devise était « Diviser pour régner ». Il se forma alors, en France, trois partis bien distincts :

  • le parti catholique, qui avait à sa tête François de Guise, le connétable de Montmorency et le maréchal de Saint-André ;
  • le parti protestant, qui avait pour chefs les Bourbons et les Châtillons ;
  • le parti politique, dirigé par Catherine de Médicis et le chancelier[3] de l'Hôpital.

Le Modèle:1er mars 1562, François de Guise, chef charismatique des catholiques, se rendant à Paris, passe avec son escorte à Wassy, en Champagne. Il apprend qu’une assemblée de protestants se tient dans une grange située à l’intérieur de la ville, ce qui constitue une entorse à l'édit de janvier. Envoyés sur place, ses émissaires reçoivent de la part des protestants un mauvais accueil. L’altercation dégénère en violence, les insultes et les pierres pleuvent sur les troupes de Guise. Arrivé entre-temps sur les lieux, le duc est lui-même touché. L’assaut de la grange par ses troupes dégénère en massacre. Il fait chez les protestants une cinquantaine de morts, dont des femmes et des enfants, et environ cent-cinquante blessés. Bien que le duc parle d'un incident, les partisans de la guerre se persuadent au contraire d'une préméditation de sa part et se croient autorisés à lancer la lutte ouverte. Cette affaire ouvre l’ère des guerres de religion en France. Protestants et catholiques se lèvent en armes. En Dauphiné, le baron des Adrets se livrait à des atrocités effroyables. Montluc, de son côté, vengea les catholiques par de terribles exécutions en Guyenne : c’était dent pour dent.

Le saviez-vous ?
Le tabac, originaire des Antilles, fut introduit en France et présenté par Jean Nicot à Catherine de Médicis (1560). La pomme de terre fut apportée d'Amérique par l'Anglais Drake, en 1563. Une ordonnance de Roussillon (1564) fixe le commencement de l'année au 1er janvier, elle commençait autrefois à Pâques.

Questionnaire[modifier | modifier le wikicode]

  1. Quel âge avait Charles IX à son avènement ? Qui eut la régence ?
  2. Quels étaient les trois partis qui divisaient la France en 1560 ?
  3. Comment se préparait la guerre civile ? Qu'est-ce qui la fit éclater ?

La Saint-Barthélémy[modifier | modifier le wikicode]

Première guerre

Un des faits les plus importants de la première guerre fut la prise de Rouen (1562), où fut tué Antoine de Bourbon[4], roi de Navarre. Quelques jours après, Guise gagna encore la bataille de Dreux[5] et fit prisonnier le prince de Condé qu'il traita avec beaucoup de générosité. Il allait enlever Orléans aux protestants, lorsqu'il tomba sous les coups de l'assassin protestant Poltrot de Méré. La paix d'Amboise (1563) termina la guerre en accordant quelques concessions aux protestants ; puis catholiques et réformés, un instant réconciliés, allèrent ensemble reprendre le Havre aux Anglais.

Assassinat du duc de Guise

François de Guise faisait le siège d'Orléans, lorsqu'il apprend l'arrivée de sa femme. Il monte à cheval pour aller la rejoindre. tout à coup il se sent frappé à l'épaule droite d'un coup de pistolet. « Il y avait longtemps qu'on me le gardait, ce coup-là », dit-il. Il tombe sur le cou de son cheval, essayant vainement de tirer son épée hors du fourreau. Transporté au château près de la duchesse, il expira le 24 février 1563.

Deuxième guerre

La paix ne dura que quatre ans. Les protestants, effrayés de l'entrevue de Catherine de Médicis avec le duc d'Albe, lieutenant du roi d'Espagne aux Pays-Bas, formèrent un complot pour enlever le roi, et la guerre recommença (1567).

Condé fut battu à Saint-Denis, mais le connétable de Montmorency y périt. On signa alors la paix de Longjumeau qui renouvela les clauses du traité d'Amboise.

Troisième guerre

La troisième guerre suivit de près la seconde (1568). Condé et Coligny mirent à leur tête le jeune Henri de Navarre ; mais le duc d'Anjou, frère du roi, les battit à Jarnac et à Moncontour (1569). Condé, après avoir remporté quelques cussès à la Roche-Abaille, fut tué à Jarnac.

Catherine offrit la paix, qui fut signée la même année à Saint-Germain. Les protestants obtinrent enfin la liberté de conscience, l'admission aux fonctions publiques et quatre places de sûreté : la Rochelle, Montauban, Cognac, la Charité. Leur chef, le jeune Henri de Béarn, devait épouser Marguerite, sœur du roi ; mais la reine mère, après avoir flatté Coligny, prit ombrage de son influence sur l'ensprit du jeune roi et voulut le faire assassiner. Le coup ayant manqué, elle conçut le dessein de faire périr les principaux chefs protestants. Elle arracha à Charles IX son consentement et le massacre eut lieu dans la nuit de la Saint-Barthélémy, le 24 août 1572.

La Saint-Barthélémy
Le massacre de la Saint-Barthélémy, par François Dubois (1576)

Charles IX, après avoir résisté plusieurs heures aux obsessions de sa mère, finit par s'écrier avec peur et colère : « Tuez-les tous, du moins, afin qu'il n'y en ait pas un seul pour me le reprocher après ». Le soir même du 23 août, le roi aurait tenu une réunion avec ses conseillers (le « conseil étroit ») pour décider de la conduite à suivre. S'y trouvaient la reine mère, le duc d'Anjou, le garde des sceaux René de Birague, le maréchal de Tavannes, le baron de Retz, et le duc de Nevers. Il n'existe aucun document permettant d'affirmer avec certitude que la décision d'abattre les principaux chefs militaires protestants ait été prise lors de cette réunion. Vu les circonstances, le conseil décida de procéder à une « justice extraordinaire » et l'élimination des chefs protestants fut décidée. Il s'agissait de mettre hors d'état de nuire les capitaines de guerre protestants. Le conseil épargna les jeunes princes du sang, le roi de Navarre et le prince de Condé.

Débutée dans la soirée, la tuerie qui visait uniquement les chefs protestants s'étendit à tous les protestants de Paris, sans considération d'âge, de sexe ou de rang social. La tuerie parisienne dure plusieurs jours, malgré les tentatives du roi pour la faire arrêter. Enfermés dans une ville quadrillée par la milice bourgeoise, les protestants ont peu de chance de s'en sortir. Leurs maisons sont pillées et leurs cadavres dénudés et jetés dans la Seine. Certains parviennent à se réfugier chez des proches mais les maisons des catholiques tenus en suspicion sont également fouillées. Ceux qui manifestent leur hostilité au massacre prennent le risque de se faire assassiner. Le massacre touche également les étrangers et notamment les Italiens.

La reine mère se concerte aussitôt avec Henri de Guise ; en quelques heures, les milices sont prêtes, au milieu de la nuit, la cloche de Saint-Germain se met en branle, et les protestants sont massacrés aux cris de : « Mort aux protestants ! ». L'amiral de Coligny et les principaux chefs du parti, qui s'étaient rendus à la cour, à l'occasion du mariage de la princesse, périssent assassinés. Henri de Navarre ne dut la vie qu'à une abjuration[6] feinte. Averties par des témoins, des courriers de commerçants, encouragées par des agitateurs comme le comte de Montsoreau dans le val de Loire, les villes de province déclenchèrent leurs propres massacres. Le 25 août, la tuerie atteint Orléans (où elle aurait fait un millier de victimes) et Meaux ; le 26, La Charité-sur-Loire ; le 28 et 29, à Angers et Saumur ; le 31 août, à Lyon ; le 11 septembre, à Bourges ; le 3 octobre, à Bordeaux ; le 4 octobre à Troyes, Rouen, Toulouse ; le 5 octobre, à Albi, Gaillac ; Bourges, Romans, Valence, Orange, furent aussi touchées. On manque de sources pour reconstituer la violence dans d'autres villes.

Au début du XVIIe siècle, faute de sources, les historiens sont encore partagés sur le rôle exact de la couronne. Ils retiennent que seuls les chefs militaires du clan protestant étaient visés par l'ordre royal. Dès le matin du 24 août, Charles IX avait ordonné l'arrêt des tueries mais dépassé par le zèle et la fureur du peuple, il n'avait pu les empêcher.

Au total, le nombre de morts est estimé à 3 000 à Paris, et de 5 000 à 10 000 dans toute la France, voire 30 000.

Quatrième guerre

Les protestants s'armèrent plus furieux que jamais et s'enfermèrent dans leurs places fortes. L'armée royale, après quelques tentatives de siège, se retira, et l'on signa le traité de la Rochelle (1573), qui accordait aux protestants de la Rochelle, Nîmes et Montauban pour place de sûreté.

Le parti des politiques, qui avait à sa tête l'Hôpital et le duc d'Alençon, prêcha la modération. Charles IX expira le 30 mai 1574, après avoir endossé la responsabilité de l'assassinat des chefs protestants.

[J'ai voulu] prévenir l'exécution d'une malheureuse et détestable conspiration faite par ledit l'amiral de Coligny, chef et auteur d'icelle et sesdits adhérents et complices en la personne dudit seigneur roi et contre son État, la reine sa mère, MM. ses frères, le roi de Navarre, princes et seigneurs étant près d'eux.

Événement contemporain

En 1571, don Juan d'Autriche remporte la victoire navale de Lépante sur les Turcs.

Questionnaire[modifier | modifier le wikicode]

  1. Où fut assassiné le duc de Guise ?
  2. Quelle fut la cause de la seconde guerre ? Quel traité la termina ?
  3. Racontez la troisième guerre. Quel traité la termine ? Quelles en étaient les conditions ?
  4. Comment se prépara le massacre de la Saint-Barthélémy ?
  5. Quelle fut la cause de la quatrième guerre ? Quel traité la termina ?
  6. Citez un événement contemporain.

La ligue[modifier | modifier le wikicode]

Henri III

À la mort de Charles IX, son frère Henri, d'abord duc d'Anjou, puis roi de Pologne, s'enfuit en hâte de son nouveau royaume pour venir recueillir la couronne de France.

Figure Nom et blasonnement
Henri III, Henri IV, Louis XIII, Louis XIV, Louis XV, Louis XVI
Cinquième guerre

Le parti des politiques s'était joint aux protestants pour former une sorte de république, un État dans l'État : la guerre recommença. Henri de Guise remporta la victoire de Dormans (1575) où il reçut une blessure qui lui valut le surnom de Balafré. Catherine, au lieu de poursuivre les révoltés, leur accorda par la paix de Beaulieu ou de Loches (1576) six nouvelles places de sûreté : Cognac, Niort, Saint-Jean-d'Angély, la Charité, Saumur, Mézières, des pensions et des gouvernements.

La Ligue

Les catholiques crièrent à la trahison, et il se forma une association qu'on appela Union des catholiques ou Sainte Ligue. Paris fut le centre de la Ligue, et Henri de Guise son chef. Henri III, par politique, voulut aussi se mettre à la tête des ligueurs, mais il n'eut jamais leur confiance.

Sixième et septième guerre

Les protestants recommencèrent les hostilités. Deux nouvelles guerres se succédèrent sans événements importants ; elles furent suivies des traités de Bergerac (1577) et de Fleix (1580). La royauté était peu respectée.

Les trois Henri

Trois hommes du nom de Henri jouaient alors un rôle important ; c'étaient :

  • Henri III, roi frivole qui ne justifia pas les espérances qu'avaient fait naître ses victoires de Jarnac et de Montcontour ;
  • Henri de Bourbon ou de Béarn, roi de Navarre, le plus proche héritier du trône depuis la mort du duc d'Alençon. C'était un prince vif, ardent, au visage ouvert, à la répartie heureuse, à « l'œil plein de feu » ;
  • Henri de Guise, fils du célèbre François de Guise. C'était un habile chef de parti qui rêvait d'arriver au trône.

La rivalité entre ces trois hommes amena la huitième guerre, qui fut la plus longue et la plus terrible.

Huitième guerre ou guerre des trois Henri

Henri III avait levé deux armée (1586) ; il en confia une à Joyeuse qui se laissa battre à Coutras par Henri de Navarre, l'autre au duc de Guise qui remporta les victoires de Vimori et d'Auneau sur les alliés des protestants. Le roi n'ayant rien fait défendit par jalousie au duc de Guise de venir à Paris.

Guise méprisa cette défense et rentra dans la capitale qui se souleva en sa faveur. Le roi, plus effrayé encore, s'entoura de troupes suisses ; les Parisiens s'imaginèrent qu'on allait égorger les catholiques, ils dressèrent des barricades[7] et désarmèrent les troupes. Henri III s'enfuit du Louvre et gagna Blois. Ce fut la journée des barricades (1588).

Assassinat du duc de Guise

Le triomphe de Henri de Guise fut court. Le roi fit semblant de se réconcilier avec les ligueurs ; il nomma Guise lieutenant-général du royaume, puis il convoqua à Blois les états généraux. L'assemblée n'était composée que de ligueurs. Le roi résolut de se débarasser de Guise ; il le fit assassiner, par ses gardes, à la porte de sa chambre. Paris, exaspéré, se souleva ; le parlement prononça la déchéance de Henri III, qui alla se jeter dans les bras de Henri de Navarre.

Assassinat de Henri III

Les deux princes vinrent ensemble mettre le siège devant Paris ; mais Jacques Clément, encouragé par les chefs ligueurs, pénétra jusque dans la tente d'Henri III et le poignarda (1589). Ainsi finit la dynastie des Valois : elle avait donné treize rois à la France, de 1328 à 1589.

Faits contemporains

En 1582, la Hollande se sépare de l'Espagne et se constitue en république sous le nom de Provinces-Unies. La même année, le pape Grégoire XIII réforme le calendrier qui devient le calendrier grégorien. En 1587, Élisabeth, reine d'Angleterre, fait décapiter Marie Stuart après l'avoir détenue dix-huit ans prisonnière.

Questionnaire[modifier | modifier le wikicode]

  1. Qui succéda à Charles IX ?
  2. Que savez-vous sur la cinquième guerre ? sur le traité qui la termina ?
  3. Quelle association formèrent les catholiques ? Quel était son but ? son chef ?
  4. Quels traités terminèrent la sixième et la septième guerre ?
  5. Qui étaient les trois Henri ?
  6. Qu'est-ce que la journée des barricades ?
  7. Où les états généraux furent convoqués ? Quel crime y fut commis ?
  8. Où mourut Henri III ? Quelle dynastie finit avec lui ?

La chasse aux sorcières[modifier | modifier le wikicode]

Un résumé de 1533 relatant l’exécution d’une sorcière accusée d’avoir brûlé la ville de Schiltach en 1531.

Une chasse aux sorcières désigne la recherche hystérique et la répression de personnes accusées de phénomènes magiques. La répression des pratiques magiques (sorcellerie) intervient à diverses époques. Après l'Antiquité, la répression de la sorcellerie est interdite par l’Église catholique, puis est autorisée à partir du XIIe siècle. Des chasses aux sorcières, essentiellement tournées vers les femmes, ont lieu en Europe avec des hauts et des bas jusqu’à la fin du XVIIIe siècle, principalement entre 1580 et 1630, faisant au total à travers les siècles un nombre considérable de victimes. On estime le nombre de procès à 100 000 et le nombre d'exécutions à 50 000. Anne L. Barstow comptabilise 200 000 procès et 100 000 exécutions.

La paix religieuse[modifier | modifier le wikicode]

Avènement de Henri IV

La mort de Henri III appelait au trône Henri de Béarn qui prit le nom de Henri IV, et fut salué roi, à Saint-Cloud, par ses compagnons d'armes ; mais les troupes de Henri III l'abandonnèrent en partie, et les catholiques déclarèrent qu'un « prince hérétique » ne pouvait régner en France. Ils reconnurent pour roi, sous le nom de Charles X, le cardinal de Bourbon, son oncle.

Bataille d'Arques

Henri IV devait donc conquérir son royaume ; malheureusement il n'avait pour cela que peu de soldats et par d'argent. Mayenne, chef de la Ligue, avec 30 000 hommes de troupes, accula à la mer la petite armée royale, et se vantait déjà de la tenir ; mais Henri IV se retrancha au pied du château d'Arques et mit l'ennemi en déroute (1589).

Bataille d'Ivry

L'année suivante, l'armée royale et l'armée de la Ligue se rencontrèrent à Ivry, sur les bords de l'Eure ; là encore, Henri IV remporta la victoire.

Siège de Paris

Après le succès d'Ivry, Henri IV vint mettre le siège devant Paris. Une horrible famine se fit bientôt sentir : on en vint jusqu'à manger de l'herbe ; on raconte même qu'une femme essaya de manger ses deux enfants morts de faim. Et cependant personne ne songeait à se rendre. Touché de si atroces souffrances, Henri laissa sortir les femmes et les enfants. « J'aimerais mieux n'avoir point de Paris, disait-il, que de l'avoir ruiné par la mort de tant de personnes ». À la fin, le général espagnol Alexandre Farnèse vint au secours de la ville et fil lever le siège. Les royalistes s'étant alors portés sur Rouen, il les en chassa également.

Abjuration de Henri IV

La situation semblait sans issue et le pays tombait dans l'anarchie. Les états généraux réunis à Paris ne pouvaient s'entendre pour l'élection d'un roi. Le cardinal de Bourbon était mort, Mayenne ne leur convenait pas, Henri de Béarn était protestant ; les propositions de l'Espagne, qui demandait la couronne pour l'infante Isabelle, les révoltait. Henri résolut de mettre un terme aux maux de la France : il demanda qu'on l'instruisit dans la religion catholique, puis il abjura solennellement le protestantisme (1593). On lui attribue la phrase « Paris vaut bien une messe », bien que des doutes subsistent ; il se pourrait que ce soit son conseiller et ami Rosny qui l'ai prononcée.

Entrée à Paris — Fin de la ligue

La conversion du roi ouvrit les portes de sa capitale (1594) ; il y entra et se rendit à Notre-Dame. Le même jour, la garnison espagnole se retira ; Henri la regarda partir et la salua de ces mots : « Bon voyage, Messieurs ! Mes compliments à votre maître ; mais n'y revenez plus ».

La soumission de Paris entraîna bientôt celle de la France entière. La Ligue n'avait plus de raison d'être ; aussi Mayenne ne tarda pas à faire sa soumission, et peu à peu les autres ligueurs furent gagnés ou achetés par le roi.

Paix de Vervins

La guerre continuait contre les Espagnols. Avec quelques cavaliers, Henri IV les met en déroute à Fontaine-Française, puis il leur reprend Amiens qu'ils avaient enlevé par surprise. Le roi d'Espagne se décide à signer la paix de Vervins (1598) qui reproduisait les conditions du traité de Cateau-Cambrésis.

Édit de Nantes

La même année, Henri IV mit fin aux guerres de religion par l'édit de Nantes qui accordait aux protestants la liberté de conscience, la liberté des cultes dans un bon nombre de villes, et quelques places de sûreté. Le pays fut pacifié.

Questionnaire[modifier | modifier le wikicode]

  1. Qui a succédé à Henri III ? Qui fut proclamé par les catholiques ?
  2. Que savez-vous sur le siège de Paris ?
  3. Dans quel embarras se trouvaient les états généraux ? Que fit Henri pour y mettre fin ? Racontez son abjuration.
  4. Comment Henri IV entra-t-il dans sa capitale ? Comment finit la ligue ?
  5. Quelle paix fut signée avec l'Espagne ?
  6. Qu'est-ce que l'édit de Nantes accordait aux protestants ?

Questions de récapitulation[modifier | modifier le wikicode]

Première partie[modifier | modifier le wikicode]

  1. Quels furent les quatre fils de Henri II ?
  2. Quelle était la reine de France sous François II ?
  3. Quels étaient les chefs du parti protestant ?
  4. Quels étaient les chefs du parti catholique ?
  5. Quel fut le signal des guerres civiles ?
  6. Comment fut amené le massacre de la Saint-Barthélémy ?
  7. Dites en peu de mots ce que vous savez sur François de Guise.
  8. Qu'est-ce que la Sainte-Ligue ?
  9. Quels furent les chefs des deux partis dans la 5e guerre ?
  10. Quelle fut la cause principale de la 8e guerre civile ?

Deuxième partie[modifier | modifier le wikicode]

  1. Qu'appelait-on le roi de la Ligue ?
  2. Qu'est-ce que la journée des Barricades ?
  3. Comment mourut Henri III ?
  4. Quelles furent les victoires remportées par Henri IV ?
  5. Pourquoi s'est-il converti au catholicisme ?
  6. Où a-t-il fait son abjuration ?
  7. Qu'était-ce que l'édit de Nantes ?
  8. Quelles en furent les conditions ?
  9. Que savez-vous sur Michel de l'Hôpital ?
  10. Nommez les traités qui terminèrent chaque guerre.

Troisième partie[modifier | modifier le wikicode]

  1. Quel événement a eu lieu en : 1559 — 1574 — 1588 — 1589 — 1598 — 1560 — 1562 ?
  2. Quelle est la date de la bataille d'Ivry ? de Jarnac ? de Dreux ? de Coutras ?
  3. Que savez-vous sur César ?
  4. Que savez-vous sur les musulmans ?
  5. Que savez-vous sur les guerres privées ?
  6. Que savez-vous sur les milices des communes ?
  7. Que savez-vous sur la dîme saladine ?
  8. Que savez-vous sur l'historien Comines ?
  9. Que savez-vous sur les Armagnacs et les Bourguignons ?
  10. Que savez-vous sur les Pastoureaux ?

Tableau synoptique des guerres de religion sous Charles IX[modifier | modifier le wikicode]

Ces guerres qui couvrirent la France de sang pendant la seconde moitié du XVIe siècle, sont appelées guerres de religion ; mais ce serait une erreur de croire qu'elles furent exclusivement religieuses, car les passions politiques y eurent une large part. Les princes du sang qui aspiraient au pouvoir, la noblesse qui regrettait ses privilèges, la bourgeoisie qui voyait dans la révolte une marque d'indépendance, participèrent à ces conflits afin de satisfaire leur ambition. La réforme et la féodalité faisaient ainsi cause commune contre la royauté.

Guerre Explications
1ère guerre
1562-1563
Causes :
  • la conjuration d'Amboise, la rixe de Vassy.

Événements :

  • Condé s'empare d'Orléans (1562) ; Rouen, Blois, Tours, Bourges, Lyon, Grenoble tombent au pouvoir des rebelles ;
  • Condé et Coligny demandent l'appui de l'Allemagne et de l'Angleterre à laquelle ils livrent le Havre. Les catholiques reprennent Rouen où Antoine de Navarre est tué ;
  • Condé uni aux Allemands veut s'emparer de Paris ; Guise le bat à Dreux (1562) et met le siège devant Orléans (1563) où il est assassiné par Poltrot de Méré.

Résultats :

  • la paix d'Amboise accorde aux protestants amnistie et liberté du culte.
2e guerre
1567-1568
Causes :
  • entrevue de Catherine avec le duc d'Albe qui poursuivait les protestants des Pays-Bas ; ceux de France, craignant d'être menacés, se soulèvent.

Événements :

  • les calvinistes s'emparent d'Orléans ; ils sont vaincus à Saint-Denis ;
  • Montmorency est assassiné.

Résultats :

  • la paix de Lonjumeau termine la guerre et confirme le traité d'Amboise.
3e guerre
1568-1570
Causes :
  • Catherine tente de s'emparer de Condé et de Coligny ; elle proscrit l'exercice du culte calviniste.

Événements :

  • les calvinistes, soutenus par Élisabeth d'Angleterre, envahissent le Poitou et l'Angoumois. Le duc d'Anjou les bat à Jarnac, Condé y est tué. Henri de Navarre le remplace, il est victorieux à Roche-Abeille ;
  • le duc d'Anjou bat les calvinistes à Moncontour (1562).

Résultats :

  • Le traité de Saint-Germain-en-Laye accorde une amnistie complète aux protestants, la liberté de conscience, l'exercice du culte dans deux villes par province, et quatre places de sûreté : la Rochelle, Cognac, Montauban et la Charité.
4e guerre
1573-1574
Causes :
  • la Saint-Barthélémy (1572).

Événements :

  • Charles IX veut enlever aux protestants leurs places de sûreté ; le duc d'Anjou échoue au siège de la Rochelle. Il est nommé roi de Pologne.

Résultats :

  • le traité de la Rochelle accorde aux calvinistes amnistie, restitution des biens, liberté du culte, et les viles de la Rochelle, Montauban, Montpellier et Nîmes.

Tableau synoptique des guerres de religion sous Henri III[modifier | modifier le wikicode]

Guerre Explications
5e guerre
1574-1576
Causes :
  • les politiques ou mécontents se réunissent aux calviniens.

Événements :

  • la guerre se fait avec acharnement dans le Dauphiné, Henri de Guise bat les protestants allemands à Dormans.

Résultats :

  • la paix de Loches ou de Beaulieu accorde des apanages aux mécontents, et aux protestants le libre exercice de leur culte hors de Paris, l'accès aux charges et neuf places de sûreté.
6e guerre
1577
Causes :
  • les états généraux de Blois (1576) retirent toutes les concessions faites aux protestants : formation de la Ligue, dont le but est de maintenir l'unité catholique et monarchique.

Événements :

  • les ligueurs commandés par Mayenne enlèvent Issoire et la Charité.

Résultats :

  • la paix de Bergerac proclame la dissolution de toute ligue catholique ou protestante.
7e guerre
1579-1580
Causes :
  • intrigues de cour.

Événements :

  • les calvinistes s'emparent de Cahors ; les catholiques sont vainqueurs à Montcrabel.

Résultats :

  • la paix de Fleix confirme les traités précédents.
8e guerre
dite des trois Henri
1585-1589
Causes :
  • la cour traite à Nemours avec les ligueurs : le catholicisme est proclamé seule religion nationale (1585).

Événements :

  • Henri de Béarn est vainqueur de Joyeuse à Coutras (1587) ; mais le duc de Guise triomphe des Allemands à Vimory et à Auneau ;
  • les Seize[8] exaltent le Balafré et lui préparent une réception triomphale ; mais Henri III lui défend l'entrée de la capitale. Guise brave la défense, et le peuple se soulève en sa faveur : c'est la journée des barricades ;
  • le roi effrayé s'enfuit à Blots, y convoque les états généraux (1585), et feint de se réconcilier avec le duc et le cardinal de Guise, puis les fait assassiner ;
  • tout le pays se soulève contre le roi qui s'allie avec Henri de Navarre, et les deux princes vont assiéger Paris. Henri III est assassiné à Saint-Cloud (1589).

Résultats :

Suite de la 8e guerre
sous Henri IV
1589-1593
Événements :
  • les calvinistes proclament Henri de Navarre roi ; les catholiques le cardinal de Bourbon ;
  • Henri se retire en Normandie ; Mayenne se fait battre à Arques (1589), à Ivry (1590) ;
  • Henri IV fait le siège de Paris où la famine devient extrême ; Alexandre de Farnèse fait lever le siège.

Résultats :

  • l'abjuration du roi (1593), la victoire de Fontaine-Française sur les Espagnols (1595), le traité de Vervins (1598) et l'édit de Nantes pacifient le pays.

Notes[modifier | modifier le wikicode]

  1. Guerre civile : quand, au sein d'un État, une lutte armée oppose les forces armées régulières à des groupes armés identifiables, ou des groupes armés entre eux.
  2. Obit : prière pour le repos de l'âme d'un mort
  3. Chancelier : chef suprême de la justice.
  4. Antoine de Bourbon : était revenu au catholicisme ; il assiégeait Rouen avec l'armée royale.
  5. À la bataille de Dreux, le maréchal de Saint-André fut tué et Montmorency fait prisonnier. Guise restait seul chef du parti catholique.
  6. Abjuration : renonciation à la religion professée auparavant.
  7. Barricades : retranchements élevés dans les rues ; ainsi nommés parce qu'ils étaient construits avec des barriques vides.
  8. les Seize : conseil composé de seize ligueurs, représentants de chacun des seize quartiers de Paris. Ils s'étaient violemment substitués au conseil de ville. Le membre le plus influent de ce conseil était Bussy-Leclerc.