Palais des Beaux-Arts de Lille/Département des Antiquités, du Moyen Âge et de la Renaissance

Un livre de Wikilivres.
Aller à : navigation, rechercher
Vue de la salle 7, une salle de briques au plafond vouté rythmée de piliers, bordée de statues, avec au centre un triptyque

Vocation[modifier | modifier le wikicode]

Ce département est essentiellement consacré aux arts européens du XIIème au début du XVIème siècles. Il présente ses pièces (200 environ) au public dans le sous-sol (anciennes réserves) du musée).
Il s'agit notamment de sculptures, de peintures et d'objets d’art incluant des pièces d'orfèvrerie mosane, des ivoires de la région de Saint-Omer, des céramiques médiévale...). toutes les pièces sont présentées sous un faible éclairage, pour des raisons de conservation, la lumière pouvant notamment altérer les pigments d'origine animale, végétale ou organique.

Muséographie[modifier | modifier le wikicode]

Le hall d'accès ce ce département présente une sélection d'objets antiques, principalement égyptiens et grecs.

Viennent ensuite des objets du Moyen-Âge et de la Renaissance, puis des Pays-Bas (région historique) des XVème siècle et XVI ème siècle pour s'achever sur celles de l'Empire germanique à la même époque[1].

Les salles d'exposition sont numérotées de 1 à 8, la salle 2 étant généralement consacrée aux expositions temporaires.

Origine[modifier | modifier le wikicode]

Cette collection provient de l'ancien « musée d'archéologie et de numismatique » fondé en 1824. Elle a rejoint le palais des beaux-arts en 1892.

Archéologie antique[modifier | modifier le wikicode]

Elle est exposée dans la salle (qui est le hall d'accueil des anciennes réserves du musée).

On y trouve présentées, pour l'essentiel :

  • des pièces égyptiennes, provenant notamment des envois de l’État, dans les années 1900, d'objets recueillis lors des fouilles faites par Albert Gayet à Antinoë et du dépôt (en 2006) de pièces découvertes en Nubie soudanaise dans les années 1960 par l’Université Lille III[2]. Elles restent cependant peu spectaculaires et seul un petit nombre d'objets est exposé.
    Il s'agit surtout de matériel funéraire, avec toutefois des pièces plus importantes, comme le cercueil de la dame Ibet, daté de la fin de la XIIème siècle et du début de la XIIIème dynastie, sur lequel sa dépouille est représentée allongée sur une barque funéraire tirée par deux bœufs[3].
  • Des pièces de l'antiquité grécoromaine, dont un sarcophage d'enfant sculpté dans un tronc d'arbre d’époque gréco-romaine[4], un portrait de militaire romain sur bois peint à l'encaustique et doré à la feuille d'or, découvert dans la région du Fayoum et daté du II ème siècle après J.C[5]. S'y ajoutent des pièces étrusques, chypriotes. Ces éléments proviennent principalement d'envois faits par l’État français en 1863 et 1895. Ils sont assez peu nombreux mais incluent quelques pièces remarquables, dont un groupe de vases grecs (skyphos) daté de 460 avant jésus-Christ sur lequel le dieu Éros, nu et ailé, est représenté poursuivant un éphèbe[6], ou deux urnes cinéraires étrusques à décor de duel en terre cuite polychrome[7]. Un ensemble d'objets régionaux gréco-romains inclue un autel (autel de pierre blanche de Bermerain, orné d'un personnage sur chacune de ses faces[8], un buste de bronze du dieu Sol provenant de Bavay[9] ou encore trois bronzes de Thiennes représentant Mars, Mercure et Jupiter[10].


France, Italie, Espagne, XII ème siècle - XVI ème siècle (salle 3)[modifier | modifier le wikicode]

Le Festin d'Hérode (par Donatello, vers 1435)
Dans un décor de palais antique, Salomé, représentée deux fois, danse puis se détourne tandis qu'un serviteur présente la tête de Jean-Baptiste à Hérode

Cette salle est consacrée aux pièces du XII ème siècle au XVI ème siècle de France, d'Italie et d'Espagne.

Les œuvres les plus anciennes sont surtout des sculptures, des ivoires et de l'orfèvrerie.

Une statuette romane en ivoire de morse du début du XII ème siècle représente Affelok, l'un des Vieillards de l'Apocalypse[11] ; un encensoir mosan en laiton doré, un peu plus tardif, surmonté d'une représentation de trois jeunes hébreux, condamnés à périr par les flammes pour avoir refusé d’adorer une idole, sauvés par un ange[12].

Parmi les sculptures, on relève en particulier une Vierge allaitant l’Enfant du XIVème siècle, en marbre, attribuée au Maître des Madones mosanes[13] et, surtout, l'un des chefs-d'œuvre de Donatello, un stiacciato de marbre figurant Le festin d'Hérode, banquet au cours duquel le roi Hérode, séduit par la danse de Salomé, accepte de lui livrer la tête de Jean-Baptiste, en une dizaine de plans successifs sur une épaisseur de un centimètre[14].

La peinture italienne est représentée par des œuvres du XVème siècle dont une Vierge allaitant entourée de plusieurs saints du Maître de Santa Barbara a Matera[15], une Mise au tombeau du Christ de Girolamo Marchesi[16] et une Vierge à l’églantine de Sebastiano Mainardi[17].

Les œuvres espagnoles comptent notamment une représentation de La Trinité par Jacomart, marquée par l'influence des primitifs flamands[18] qui se diffuse au XV ème siècle dans le royaume d'Aragon[19].

Sculpture de la région de Lille, XVème siècle (salle 4)[modifier | modifier le wikicode]

De petite dimension, la salle présente des sculptures lapidaires de la région de Lille au XV ème siècle. Principalement issus de monuments funéraires, on y trouve des pierres tombales et des reliefs votifs parmi lesquels celui du célèbre musicien Guillaume Dufay[20], dont le nom est inscrit aux angles par rébus, « qui mourut l'an du Seigneur 1474, le 17ème jour de novembre » à Cambrai. Réalisé en pierre de Tournai, il est attribué au tailleur en marbre Alart Génois de Tournay.
Les pièces lilloises comptent aussi une grande sculpture de 1,7 mètre de haut en calcaire de Hordain polychrome représentant une Vierge à l'Enfant qui pourrait provenir de l'une des plus anciennes églises de la ville, l'église Saint-Maurice[21].

Galerie d'étude (salle 5)[modifier | modifier le wikicode]

Désignée sous le nom de « galerie d'étude », c'est un long couloir où sont présentées des pièces de petite ou moyenne dimension des Pays-Bas et d'Angleterre, principalement en bois sculpté ou en albâtre, du XVème siècle et du début du XVI ème siècle. Sorties des réserves du musée, les pièces présentées n'ont pas nécessairement vocation à être exposées en permanence[20]. Parmi elles, on relève en particulier un albâtre anglais représentant le Repas chez Simon (XV ème siècle)[22]. Un choix de sceaux, médailles et monnaies du Moyen Âge et de la Renaissance, tirés des collections numismatiques, est également exposé dans la galerie[20].

Retables sculptés, fin du XVème siècle- début du XVI ème siècle (salle 6)[modifier | modifier le wikicode]

Pendant de la salle 4, la salle 6 présente des éléments de retable en bois sculpté et des retables domestiques typiques du matériel religieux des anciens Pays-Bas de la fin du XVème siècle et du début du XVI ème siècle [20]. Les pièces proviennent pour l'essentiel des donations Gentil, Ozenfant et De Vicq. Parmi les retables domestiques, on note en particulier une Annonciation, thème inhabituel de facture originale, qui porte sur la face intérieure de ses volets peints, La Nativité à gauche et La Présentation au Temple à droite[23]. La collection comprend également des pièces de plus grande dimension, comme une grande crucifixion de la fin du XV ème siècle où le Christ est encadré par le bon et le mauvais larron dont les jambes ont été brisées[24].

Peinture et sculpture des anciens Pays-Bas, XVème siècle - XVI ème siècle s (salle 7)[modifier | modifier le wikicode]

Triptyque du bain mystique (premier tiers du XVI ème siècle), Jean Bellegambe.

C'est la galerie de peinture et de sculpture des anciens Pays-Bas du XVème siècle et du début du XVI ème siècle . La collection comprend en particulier deux chefs-d'œuvre de Dirk Bouts, L'Ascension des élus et La Chute des damnés, volets d’un triptyque consacré au Jugement dernier, dont le centre a été perdu[25]. Elle comprend par ailleurs plusieurs retables, dont un triptyque représentant La Vierge à l’Enfant entourée d’anges musiciens[26] et un panneau représentant les Portraits de Barbe de Croesinck et Louis Quarré en donateurs[27] attribués au Maître au feuillage en broderie, ainsi que deux triptyques de Jean Bellegambe, le Triptyque de la Trinité de Marchiennes[28] et le Triptyque du Bain mystique[29]. Ce dernier traite du thème de la fontaine de vie, la charité et l’espérance guidant les hommes vers une fontaine en bronze emplie du sang du Christ[30]. Un triptyque anonyme des Pays-Bas méridionaux, le Triptyque de la Nativité, représentant l'Annonciation, la Nativité et le Massacre des Innocents, fait également partie de la série des retables[31]. Parmi les sculptures du début du XVI ème siècle , on relève un Bourreau du Portement de croix du Maître d'Elsloo[32] et, parmi les peintures, La Déploration du Christ du Maître de l'Adoration von Groote[33], L’Adoration des bergers du Maître de l'Adoration de Lille[34] et L’Adoration des mages du Maître M. S.[35]. Ce dernier panneau de grande dimension, probable volet d'un retable, marque déjà le passage du gothique tardif vers l'art de la Renaissance[36].

Empire germanique, XVème siècle - XVI ème siècle s (salle 8)[modifier | modifier le wikicode]

La visite s'achève par l'Allemagne de l'empire germanique. La salle est organisée autour d'un retable tyrolien monumental de la fin du XVème siècle représentant saint Georges terrassant le dragon pour libérer Trébizonde agenouillée à l’arrière-plan[37]. Les compartiments latéraux sont occupés par saint André et un saint non identifié. La partie supérieure du retable est attribuée au peintre Simon von Taisten, tandis que la partie inférieure, représentant le Christ et deux Apôtres, est attribuée aux ateliers de Brixen[38]. Parmi les peintures de la collection, dont la plupart proviennent des donations Brasseur, on relève en particulier une Vierge en gloire au milieu des Apôtres du Maître de la Passion de Lyversberg[39], un Calvaire avec un donateur du Maître de la Vie de Marie[40] et une Dérision du Christ de l'école de Lucas Cranach l'Ancien[41].

Notes et références[modifier | modifier le wikicode]

  1. Antiquité, Moyen Âge et Renaissance. Consulté le 9 mai 2015.
  2. Galerie d'archéologie antique. Consulté le 3 mai 2015.
  3. Sarcophage de la dame Ibet. Consulté le 8 avril 2016.
  4. Sarcophage d'enfant. Consulté le 8 avril 2016.
  5. Portrait de militaire romain. Consulté le 8 avril 2016.
  6. Skyphos. Consulté le 8 avril 2016
  7. Urne cinéraire étrusque à décor de duel. Consulté le 8 avril 2016.
  8. Autel de Bermerain. Consulté le 8 avril 2016.
  9. Buste d'applique décoré du dieu Sol. Consulté le 8 avril 2016.
  10. Les bronzes de Thiennes. Consulté le 8 avril 2016.
  11. Vieillard de l'Apocalypse. Consulté le 10 mai 2015.
  12. Encensoir aux hébreux dans la fournaise. Consulté le 10 mai 2015.
  13. Maître des Madones mosanes. Consulté le 10 mai 2015.
  14. Le festin d'Hérode. Consulté le 10 mai 2015.
  15. Maître de Santa Barbara a Matera. Consulté le 10 mai 2015.
  16. Girolamo Marchesi. Consulté le 14 mai 2015.
  17. Bastiano Mainardi. Consulté le 10 mai 2015.
  18. La Trinité, Jacomart. Consulté le 10 mai 2015.
  19. L’art flamand dans le royaume d’Aragon sur www.aparences.net. Consulté le 14 mai 2015.
  20. 20,0, 20,1, 20,2 et 20,3 Salles 04,05,06,07 : galeries des anciens Pays-Bas. Consulté le 10 mai 2015.
  21. Vierge à l'enfant. Consulté le 9 mai 2015.
  22. Le repas chez Simon. Consulté le 10 mai 2015.
  23. L'Annonciation sur collection.musenor.com. Consulté le 3 mai 2015.
  24. La Crucifixion. Consulté le 10 mai 2015.
  25. Dirk Bouts. Consulté le 10 mai 2015.
  26. Groupe au feuillage brodé. Consulté le 10 mai 2015.
  27. Portraits de Louis de Quarre et Barbe de Cruysinck en donateurs ; sainte Barbe et saint Louis représentés en pied sous des arcades sur collection.musenor.com. Consulté le 14 mai 2015.
  28. Trinité, triptyque de Marchiennes sur collection.musenor.com. Consulté le 14 mai 2015.
  29. Jean Bellegambe. Consulté le 10 mai 2015.
  30. Le Bain mystique sur collection.musenor.com. Consulté le 3 mai 2015.
  31. La Nativité sur collection.musenor.com. Consulté le 14 mai 2015.
  32. Maître d'Elsloo. Consulté le 10 mai 2015.
  33. Déploration du Christ sur collection.musenor.com. Consulté le 14 mai 2015.
  34. Maître de l'adoration de Lille. Consulté le 10 mai 2015.
  35. Maître M. S.. Consulté le 10 mai 2015.
  36. L'Adoration des Mages sur collection.musenor.com. Consulté le 3 mai 2015.
  37. Retable de saint Georges. Consulté le 10 mai 2015.
  38. Retable de saint Georges sur collection.musenor.com. Consulté le 3 mai 2015.
  39. Le Maître de la Passion de Lyversberg. Consulté le 10 mai 2015.
  40. Calvaire avec un donateur. Consulté le 14 mai 2015.
  41. La Dérision du Christ. Consulté le 14 mai 2015.