Photographie/Objectifs/Convertisseurs de focale

Un livre de Wikibooks.
Photographie | Objectifs(Redirigé depuis Multiplicateur de focale)
Aller à : Navigation, rechercher

PHOTOGRAPHIE

Un wikilivre pour ceux qui veulent apprendre la photographie de façon méthodique et approfondie.

Enrichissez-le en mettant votre propre savoir à la disposition de tous.

Si vous ne savez pas où intervenir, utilisez cette page.

Voyez aussi le « livre d'or ».


Aujourd'hui 24/12/2012, le Wikilivre de photographie comporte 3 564 articles
plan du chapitre en cours

Objectifs


Niveau

A - débutant
B - lecteur averti
C - compléments

Avancement

Projet
Ébauche

des articles

En cours
Avancé
Terminé



Quoi de neuf
Docteur ?


ajouter une rubrique

les 5 dernières mises à jour notables
  1. Tubes et lampes fluorescents (4 novembre)
  2. Lampes à arc (4 novembre)
  3. Éclairage à incandescence (refonte) (4 novembre)
  4. Dragan Tanasijević (2 novembre)
  5. Olympus Zuiko Digital 11-22 mm f/2,8-3,5 (24 octobre)
navigation rapide


ÉditeursFabricantsPersonnalitésThèmes

BibliographieGlossaireModèles pour le livre




Sections

Généralités

Divers systèmes optiques, généralement afocaux, sont utilisés pour modifier la distance focale et donc le champ couvert par les objectifs. Ainsi, par exemple, un objectif de focale « normale » pourra être converti en téléobjectif, en objectif grand-angulaire ou même en fish-eye à l'aide d'éléments optiques complémentaires.

Le montage de ces compléments optiques peut se faire devant ou derrière l'objectif de base. Le montage par devant (côté sujet) est la règle pour les systèmes destinés aux appareils compacts ou plus généralement à objectif fixe. C'est également ainsi que se montent les compléments destinés à diminuer la focale et donc à augmenter l'angle de champ. En revanche, les compléments destinés à augmenter la focale des téléobjectifs interchangeables montés sur les appareils reflex sont généralement fixés par l'arrière, entre le boîtier et l'objectif.

Certains convertisseurs de focale sont d'usage plus ou moins général, d'autres en revanche sont dédiés à des objectifs ou à des séries d'objectifs spécifiques.

Pourquoi acheter un multiplicateur ou un convertisseur de focale ?

Pour les appareils qui ne disposent que d'un objectif fixe, l'usage d'un convertisseur placé devant l'objectif est évidemment le seul moyen d'agrandir ou de restreindre le champ cadré par l'appareil.

Pour les appareils reflex disposant de larges gammes d'objectifs, le problème du choix entre convertisseur de focale et objectif « ordinaire » se pose ; divers critères permettent de prendre une décision à bon escient. Les photographes qui achètent des convertisseurs de focale sont généralement intéressés par le coût, l'encombrement et le poids de ces systèmes, qui sont généralement très inférieurs à ceux des objectifs de focale équivalente.

Les multiplicateurs de focale montés derrière l'objectif

Ces éléments optiques ne sont intéressants que lorsqu'ils sont montés sur des objectifs de distance focale plus ou moins longue, au moins égale en tous cas à la focale dite « normale ». On trouve dans cette catégorie deux types de produits : ceux qui sont d'usage plus ou moins général et ceux qui sont dédiés à une série d'objectifs, voire à un objectif particulier.

Tous ces systèmes possèdent une propriété commune : ils reprennent l'image formée par l'objectif et la projettent agrandie sur la surface sensible. En ce sens, ils agissent de la même manière que le groupe de lentilles globalement divergent que l'on trouve à l'arrière des téléobjectifs.

En fait, dire qu'ils doublent ou triplent la focale est souvent abusif. C'est à peu près vrai lorsque l'objectif de base est calé sur l'infini, mais cela ne l'est plus forcément lorsque l'on fait le point à faible distance. Le coefficient multiplicateur dépend de nombreux paramètres, comme la formule optique de l'objectif, la position relative du doubleur par rapport aux lentilles, etc. Les lois de variation de la focale résultante peuvent être relativement compliquées mais en pratique, cela n'a pour ainsi dire aucune importance.

Un doubleur de focale double le grandissement obtenu grâce à l'objectif de base, ce qui donne une image quatre fois plus grande en surface et donc quatre fois moins éclairée. La perte de lumière équivaut donc à deux crans de diaphragme, sans tenir compte de l'absorption par les lentilles. Selon la qualité du doubleur, la perte réelle d'éclairement de l'image sera plutôt de 2,5 à 3 crans de diaphragme. Avec un tripleur, l'image est agrandie neuf fois en surface et la perte de lumière correspond a priori à plus de trois crans de diaphragme ; en pratique on sera sans doute plus près de quatre.

Doubleurs et tripleurs de focale d'usage général

Doubleur de focale de marque Vivitar.
Un doubleur de focale Olympus EC-20 monté entre l'objectif et le boîtier

Il s'agit le plus souvent de combinaisons optiques relativement simples et peu coûteuses, produites par des fabricants indépendants des grandes marques et adaptées aux différentes montures de ces dernières. Certains doubleurs sont de hautee qualité et permettent d'obtenir de bons résultats, à condition qu'on les utilise derrière des objectifs de haut de gamme. Le pire n'est jamais certain, mais il ne faut pas s'attendre à des miracles avec les doubleurs de focale de premier prix, encore moins avec les tripleurs, et si par dessus le marché on les utilise derrière des objectifs de piètre qualité, la déception est assurée.

Multiplicateurs de focale dédiés

Ils présentent le plus souvent des augmentations de grandissement plus modestes, de l'ordre de 1,4 à 1,6. Avec un téléobjectif de 280 mm, par exemple, on obtient une focale résultante voisine de 400 mm avec une perte de lumière qui ne dépasse guère l'équivalent d'un cran de diaphragme, ce qui reste très modéré et acceptable.

La plupart des grandes marques offrent ce type de multiplicateur de focale, dont le prix souvent assez élevé reste toutefois bien inférieur à celui d'un vrai téléobjectif. Cela se sent au niveau du portefeuille mais aussi au niveau des bretelles du sac, car les gros téléobjectifs, surtout les plus lumineux, atteignent des poids considérables.

On trouve parfois des jeux de deux multiplicateurs de focale, l'un étant destiné par exemple aux focales les plus courtes d'une gamme optique et l'autre aux plus longues. Certains multiplicateurs sont dédiés à un objectif particulier, ce sont bien entendu les plus chers mais la correction des aberrations est alors poussée au plus haut degré possible et le seul véritable inconvénient reste alors la diminution de luminosité.


Avantages

Inconvénients

Combinaisons raisonnables et déraisonnables avec un multiplicateur de focale

Multiplicateur de focale ou agrandissement plus important ?

La question ne se pose évidemment que dans le cas d'un allongement de la distance focale, puisque s'il est facile d'enlever par découpage les éléments périphériques d'une image, il est au contraire impossible de rajouter ceux qui n'ont pas été enregistrés à la prise de vue. Elle ne se pose pas non plus pour les utilisateurs de diapositives qui exploitent directement les images originales.

En revanche, lorsque l'on dispose de négatifs ou d'images numériques, il suffit de ne conserver que la zone centrale d'une photographie pour obtenir un cadrage équivalent à celui que l'on aurait, depuis un point donné, avec un téléobjectif muni d'un multiplicateur de focale. C'est sûrement la solution la moins chère que l'on puisse imaginer, si l'on ne s'intéresse qu'à la composition des images ... À la limite, si tout était parfait, il serait d'ailleurs possible de réaliser toutes ses photos avec un seul objectif grand angulaire dont on retaillerait les images à la demande pour les agrandir et n'en conserver que les éléments intéressants ...

Reste à savoir si la perte de qualité résultant de l'agrandissement d'une image découpée peut être comparée à celle que produirait l'utilisation d'un multiplicateur de focale donnant la même variation de cadrage. La question n'est pas simple car les combinaisons optiques possibles à partir des matériels du commerce sont très nombreuses ; il est bien sûr hors de question d'en donner ici la liste et encore moins de conseiller telle ou telle d'entre elles.

Il est généralement admis que l'utilisation d'un convertisseur donnant une multiplication de focale raisonnable associé à un très bon objectif fournit des résultats un peu meilleurs que ceux que l'on peut obtenir par simple agrandissement. En revanche l'utilisation d'un convertisseur de bas de gamme conduira souvent, même avec un objectif de bonne qualité, à des résultats désastreux rendant le découpage préférable. L'association d'un téléobjectif et d'un convertisseur tous deux de haute qualité peut donner de mauvais résultats si les deux systèmes sont optiquement incompatibles, par exemple si le convertisseur est conçu pour être utilisé avec des objectifs de focale courte ou moyenne.

Ne pas oublier aussi que le léger gain de qualité que l'on peut obtenir avec un convertisseur doit être évalué en tenant compte du prix de cette optique, de son encombrement et aussi, sur le terrain, de la nécessité de procéder à des montages et démontages fréquents dans des conditions pas forcément faciles ; on sait que les capteurs des appareils reflex n'aiment guère les poussières et encore moins les projections d'eau, d'embruns salés ou de boue.

Comme par ailleurs les besoins d'un photographe sportif, d'un paysagiste ou d'un reporter sont sensiblement différents, telle combinaison satisfaisante pour l'un ne le sera peut-être pas pour les autres. Le meilleur conseil que l'on puisse donner est donc, à chaque fois que c'est possible, de procéder à des essais dans des conditions proches de celles envisagées pour les prises de vues.

Convertisseurs de focale et compléments optiques montés devant l'objectif

Contrairement aux multiplicateurs de focale qui se montent entre l'objectif et le boîtier, les convertisseurs sont fixés devant l'objectif de base. Ils sont donc les seuls utilisables dans le cas des appareils à objectif fixe, on parle alors de « compléments optiques ». Leur montage se fait via le filetage de la lentille frontale de l'objectif de base et non par le truchement de la monture spécifique de l'appareil à objectifs interchangeables ; par ailleurs, ils n'interviennent en aucun cas sur les information qui sont transmises entre l'objectif et le boîtier.

Comme toute formule, celle-ci a ses avantages et ses inconvénients. Les compléments « généralistes » peuvent convenir à des objectifs de tous types, pourvu que les bagues d'adaptation soient disponibles ; selon les cas, ils donnent des résultats très inégaux, très bons ou très mauvais. En revanche les compléments spécifiques, destinés à modifier les possibilités de cadrage de tel ou tel objectif particulier, permettent souvent d'obtenir une très bonne qualité.

La lentille frontale des compléments optiques présente généralement un diamètre beaucoup plus grand que celui de l'objectif de base, elle capte donc a priori beaucoup plus de lumière et contrairement à ce qui se passe avec les multiplicateurs, la perte de luminosité est faible, voire négligeable. Dans le cas d'objectifs de base très lumineux, les compléments ne sont pas chaudement conseillés en raison d'une perte de qualité très probable. Par ailleurs, on ne trouve pas de complément optique à fixer devant les gros téléobjectifs, pour la simple raison qu'un tel système aurait un encombrement et un poids prohibitif, sans compter que son prix serait en proportion ; on préfère donc, et de loin, utiliser un multiplicateur de focale.

Compléments télé-objectifs

Compléments grand-angulaires

Ils sont particulièrement intéressants sur les appareils numériques compacts de bonne qualité, mais dont les zooms présentent une plus courte focale insuffisante pour les cadrages larges ; par exemple, le zoom « équivalent 35-140 mm » du Nikon Coolpix 4500 (en réalité 7,85-32 mm), muni d'un convertisseur grand angulaire 0,68x, devient l'équivalent d'un 28-95 mm en 24x36, etc. C'est bien sûr la focale équivalente à 28 mm qui est ici recherchée !

Compléments fish-eye

Anamorphoseurs

Avis des usagers

Les lecteurs qui auraient quelque expérience dans ce domaine sont invités à compléter le tableau ci-dessous :

montage utilisé appréciation
objectif X + convertisseur Y avantages et inconvénients

Bibliographie

Images en réserve


Objectifs
© Copyright Wikipedia authors - The articles gathered in this document are under the GFDL licence.
http://www.gnu.org/copyleft/fdl.html