Les diffuseurs français interdits de citer « Facebook » ou « Twitter » à l'antenne

Une nouvelle de Wikinews, la source d'informations que vous pouvez écrire.
Aller à : navigation, rechercher
Même si la plupart pensent que c'est de la publicité illégale, les internautes trouvent ringarde la décision du CSA

6 juin 2011. – Le Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA) vient d'interdire l'utilisation des mots « Facebook » et « Twitter » à la télévision et à la radio, excepté quand ces réseaux sociaux sont au cœur de l'actualité. Le Petit Robert va quant à lui faire une place au tweet dans sa prochaine édition, même si l'on aura noté la différence d'orthographe entre la marque et le nom devenu commun[1].

Le CSA, autorité de régulation de l'audiovisuel, cite une loi de 1992, régissant les relations entre journaliste et publicitaires, sponsors et télé shopping. Selon le CSA, citer les mots « Facebook » ou « Twitter » à l'antenne constitue de la publicité clandestine. Le porte-parole du CSA, Christine Kelly, explique que l'organisation désire mettre les réseaux sociaux sur un pied d'égalité : « Pourquoi faire de la promo régulière sur un seul réseau qui, entre autre, lève des milliards de dollars ? Et pas un autre qui a du mal à se faire connaître ? On ne peut pas selon la loi, laisser applaudir une seule marque ». Pourtant hier soir, lors d'une émission politique, le journaliste cite « Dailymotion » sans aucune retenue et pour cause, le site internet la diffuse[2].

Les diffuseurs ne pourront donc plus dire à leurs auditeurs « retrouvez-nous sur Facebook » mais « retrouvez-nous sur les réseaux sociaux », ou encore « untel s'est exprimé sur les réseaux sociaux » au lieu de « s'est exprimé sur Twitter ». Toutefois, ils seraient encore autorisé à nommer les sites de réseautage social dans le cadre d'une actualité.

Matthew Fraser, contributeur du Business Insider perçoit cette interdiction comme une forme d'animosité envers la culture américaine : « Facebook et Twitter sont, bien sûr, des réseaux sociaux américains. En France, ils sont considérés — au moins implicitement — comme des symboles de la domination anglo-saxone, au même titre qu'Apple, MTV, McDonald’s, Hollywood, Disneyland et d'autre force culturelle irrépressible. Il y a une animosité profondément enraciné dans les esprits français envers le domination culturelle anglo-saxone qui ne saurait être contestée, en effet, cela a été étudié et analysé depuis des années. Parfois, ce ressentiment culturel trouve écho dans les réglementation française et dans les lois, et est fréquemment décrit et souvent dénoncé par les étrangers comme du protectionnisme ».

D'un autre côté, Chris Matyszczyk, de CNET, pense que les Français auront du mal à se passer des références explicites au réseaux sociaux à la fin des émissions. « Je suis persuadé que pas un seul citoyen français ne regrettera le désormais courant cliché à la fin de chaque émissions priant le téléspectateur à, s'il vous plaît, rester en contact avec la station sur l'un ou l'autre des réseaux sociaux américains ».

Notes

Sources




  • Pages
  • « France »
  • « Médias »
  • de Wikinews.