Enseignement supérieur au Cambodge

Un article de Wikipedia, l'encyclopedie libre.
Sauter a la navigation Sauter a la recherche

Lorsque le Cambodge accède à l’indépendance le , l’enseignement supérieur est à peine présent dans le paysage éducatif de ce petit pays : deux cent vingt étudiants sont alors recensés. Quinze années plus tard, sept universités accueillent environ sept mille étudiants avant que, dès la fin des années soixante, les premiers troubles politiques internes, la guerre à ses frontières, le renversement du prince Norodom Sihanouk puis l’instauration sanguinaire du régime des Khmers rouges (1975-1979) ne viennent mettre fin à ce spectaculaire essor. Au cours des années suivantes, dans un contexte politique instable où les tensions restent vives, alors que le pays est exsangue, que la pénurie est totale, le secteur de l’enseignement supérieur contraint de surcroît, de s’effacer devant la reconstruction évidemment prioritaire de l’éducation de base, peine à se restaurer. Il faudra attendre le milieu des années 1990 et surtout le début des années 2000 pour qu’enfin les conditions soient de nouveau réunies pour lui assurer un développement plus dynamique. Dans un contexte économique marqué par un taux de croissance insolent, alors que les aides internationales sont maintenues, le décollage de l’enseignement supérieur, largement porté par le secteur privé est en effet patent depuis le début du XXIe siècle. L’entrée dans l’ASEAN [note 1] à compter du 1er janvier 2016 mais aussi la volonté réitérée du pouvoir exécutif de faire entrer le Cambodge dans la catégorie des pays à revenu intermédiaire supérieur[note 2]. devrait accélérer les réformes . Alors qu’aujourd’hui, près de 220 000 étudiants, encadrés par environ 12 000 enseignants sont inscrits dans 121 établissements, deux défis majeurs attendent le Cambodge au cours de ces prochaines années : la recherche d’une meilleure adéquation formation-emploi d’une part, des progrès avérés sur le plan de la qualité de l’enseignement dispensé d’autre part. Ces objectifs ne seront atteints que si une revalorisation du statut des enseignants, en particulier dans sa dimension salariale, est mise en place et ce, en favorisant dans le même temps le rétablissement d’un environnement politique apaisé.

Les établissements d'enseignement supérieur[modifier | modifier le code]

Naissance et essor de l'offre de formation universitaire[modifier | modifier le code]

Les premières structures de formation universitaire cambodgiennes voient le jour quelques années avant la déclaration de l'indépendance (9 novembre 1953). La faculté de médecine et des sciences paramédicales (fondée en 1946 sous le nom d'École des médecins militaires[4]) et la faculté de droit et des sciences économiques sont les deux premiers établissements à accueillir des étudiants[5]. L'Institut national pédagogique est créé en 1954, la faculté des lettres et des sciences humaines et la faculté des sciences et de la technique en 1960[5]. En 1966/1967 , à la veille d'une longue période de violences, de dévastations, d'immenses pertes humaines et de conflits incessants, le Cambodge est en voie de posséder un parc de formations universitaires riches et diversifiées pour un petit pays de sept millions d'habitants[6]. Sept universités correspondant à trente-quatre facultés coexistent. Elles sont ainsi dénommées[7]:

  • L'université royale qui regroupe sept facultés, chacune dirigée par un doyen: droit et sciences économiques, lettres et sciences humaines, sciences, médecine et sciences paramédicales, pharmacie, sciences commerciales, pédagogie;
  • L'université des beaux-arts (créée en 1965) qui comprend cinq facultés: arts chorégraphiques, musique, arts plastiques, architecture et urbanisme, archéologie;
  • L'université technique royale (1965) composée de cinq facultés: génie civil, électronique, arts et métiers, École supérieure de chimie appliquée, École supérieure d'aéronautique civile;
  • L'Institut technique supérieur de l'amitié khméro-soviétique qui comporte en son sein cinq facultés: construction, mines, hydraulique agricole, électrotechnique, textile;
  • L'université royale de Kompong Cham et ses trois facultés: cultures tropicales, mécanique, sciences physico-mathématiques;
  • L'université royale des sciences agronomiques (ouverte en 1965) formée de cinq facultés: sciences forestières, sciences agricoles, sciences piscicoles, sciences vétérinaires, sciences du génie civil;
  • L'université de Takeo-Kampot et ses quatre facultés programmées: électricité (prévue en octobre 1967), mécanique (ouverture en 1968), océanographie et médecine (en cours de création).

Un troisième établissement, installé en dehors de la capitale, l'université technique royale de Battambang, est en construction. Il comportera trois facultés : géologie appliquée et protection minière, industries alimentaires, construction mécanique.

Les années 1960 apparaissent bel et bien comme une "période glorieuse pour l'enseignement supérieur cambodgien"[note 3].

Des structures de formation abandonnées ou démantelées avant une lente et difficile reconstruction (1970-1995)[note 4][modifier | modifier le code]

Le coup d’État du général Lon Nol en mars 1970, en précipitant et alimentant un conflit armé généralisé intérieur et ce, dans un contexte de guerre du Vietnam, vient mettre fin à cette expansion remarquable du réseau de formations universitaires. Beaucoup d’universités, hormis celles de Phnom Penh, sont amenées à fermer[8]. L'arrivée au pouvoir des Khmers rouges théorise et organise la destruction du système de formation à tout point de vue.

C'est dans un pays meurtri, dans un contexte de "dénuement indescriptible"[note 5]et dans le cadre d'une situation économique et social catastrophique, qu'entre 1980 et 1995, alors que les crises politiques et la violence perdurent que des structures d'accueil opérantes sont progressivement rebâties. Les défis quotidiens sont immenses parmi lesquels de façon prégnante, la pénurie de maîtres et de professeurs qualifiés[note 6] et le manque cruel de financement. En 1993, un réseau de neuf établissements d'enseignement supérieur a cependant pu être reconstitué[note 7] .Il se présente ainsi[12]:

  • L’université de Phnom Penh agrandie en 1988 avec l’intégration de l’institut de formation pédagogique et de l’école des langues : elle comprend en particulier les facultés : des lettres et sciences Humaines, des sciences et un institut des langues étrangères ;
  • L’Institut de technologie, rouvert en 1981, composé de cinq facultés (construction, électrotechnique, hydraulique agricole, mines et géologie, chimie industrielle) ;
  • L’Institut d’économie, ouvert en 1984, et ses deux facultés : sciences économiques et commerce ;
  • L’École supérieure des cadres de gestion de l’éducation, créée en 1982. Elle prendra le nom de faculté de pédagogie en 1993 ;
  • La faculté de médecine, de pharmacie et de dentisterie ;
  • L’Institut agricole de Chamkar Daung, de nouveau ouvert en 1984, formé de cinq Facultés : agronomie, mécanisation agricole, santé et protection animale, sylviculture, pêche) ;
  • L’université des beaux-arts de nouveau active en 1989, constituée de cinq facultés : architecture, archéologie, arts plastiques, musique, danse ;
  • La faculté de droit et de sciences économiques rouverte en 1992 ;
  • L’université Maha-Eisei-Veda, ouverte en 1992.

Des progrès quantitatifs rendus possibles par une participation croissante du secteur privé (1996-2017)[modifier | modifier le code]

À la fin du XXe siècle, dans un climat politique et social plus apaisé mais aussi dans un contexte économique marqué par une croissance forte et durable (estimée en moyenne à 7 % par an entre 1998 et 2005[13]), le système éducatif primaire et secondaire va enregistrer une progression sensible de ses effectifs[14]. Les flux de sortie cumulés des élèves de l'enseignement secondaire supérieur, titulaires du baccalauréat, vont progressivement et mécaniquement accroître la demande d'entrée à l'Université. Le nombre d'inscrits en première année dans l'enseignement supérieur passe ainsi de 7 932 en 2002 à 39 305 en 2007[15]. Les capacités d'accueil de l'appareil de formation universitaire public ne pouvant répondre à une telle pression, un secteur privé se développe rapidement. Dès l'année 2007, on estime que les deux-tiers des étudiants sont inscrits dans des établissements privés[16]. Ce partenariat , soutenu par les gouvernements en place[15], se poursuit aujourd'hui selon un rythme de créations d'établissements plus marqué dans le secteur privé.

Évolution du nombre d'établissements d'enseignement supérieur (1997-2017) Répartition Public/Privé [note 8]
Dates Public Privé Total Dates Public Privé Total
1997[17] 8 1 9 2008[18] 18 45 63
2000[19] 8 6 14 2009[20] --- --- 77
2001 8 7 15 2011[21] 38 59 97
2002 8 16 24 2012[22] 38 59 97
2003 11 24 35 2013[4] 39 63 102
2004 12 30 42 2014[23] 39 66 105
2005 13 32 45 2017[24] 48 73 121[note 9]
2007[25] 24 38 62

Parmi les universités publiques cambodgiennes, peuvent être cités[15] : L'université royale de Phnom Penh, l’université royale de droit et des sciences économiques, l’université royale des sciences de la santé, l’université royale d’agriculture, l’université royale des beaux-arts, l’Institut de technologie du Cambodge, l’Institut national de l’éducation ainsi que quelques écoles spécialisées comme l’école royale d’administration, l’école royale de la magistrature. Si la participation du secteur privé a permis au système de formation universitaire de répondre quantitativement à une demande grandissante d’inscriptions, très tôt des critiques ont été émises devant la création rapide d’établissements dont les prestations se révélaient de qualité inégale. Face à ce phénomène et sur recommandation de la Banque mondiale, un Comité d’accréditation du Cambodge a été mis en place par le gouvernement en juin 2003[15]. Placé d’abord sous le contrôle du ministère de l’Éducation lui-même, il est passé ensuite sous l’autorité du Conseil des ministres[26]. Pour l'essentiel, sa mission consiste à évaluer les établissements d’enseignement supérieur sur la base d’audits internes (les enquêtes concernent notamment les enseignants, les bâtiments, les équipements, le mode de gouvernance[27]...) ; l’objectif étant de rendre les études supérieures au Cambodge conformes aux normes régionales et internationales. Depuis sa création, cette instance aux pouvoirs limités[note 10], a été l’objet de nombreuses appréciations négatives portant tantôt sur son inefficacité[28], tantôt sur des soupçons de corruption[29],[30]. Le ministère de l’Éducation, de la Jeunesse et des Sports, visiblement préoccupé et sensible à ces objections, oppose sempiternellement dans ses différentes communications officielles (documents prospectifs, programmations stratégiques[31]…) des objectifs visant à développer une formation de qualité dans l’enseignement supérieur tout en assurant un suivi et une évaluation rigoureux[note 11]

Dans le paysage universitaire cambodgien, il faut aussi signaler la place singulière occupée par la France. Outre le fait d’avoir participé à la restauration des structures de l’État et à la formation des nouvelles élites intellectuelles cambodgiennes après les ravages orchestrés par les Khmers rouges, la France a aidé depuis1991 à la mise en place de filières de formation d’excellence en langue française dans plusieurs établissements[note 12].

Aperçu sur l'organisation des études[modifier | modifier le code]

Modalités d'accès à l'enseignement supérieur[modifier | modifier le code]

Dans un système de formation très imprégné du modèle français[note 13] , l’accès à l’enseignement supérieur est réservé aux élèves titulaires du baccalauréat[note 14]. Une fois le diplôme en poche, les élèves souhaitant poursuivre leurs études doivent faire face à des frais d’inscription exorbitants. En 2012, à titre d’exemples, ceux-ci s’élèvent par année[33] à 450 $ à l’institut de technologie du Cambodge, à 370 $ à l’université royale des sciences agricoles, à 440 $ à l’université royale de droit et de sciences économiques, entre 800 et 1 500 $ à l’université des sciences de la santé[note 15] . Seuls les élèves (quantitativement très minoritaires[note 16]) ayant obtenu la mention A au baccalauréat bénéficient d’études gratuites quel que soit leur choix (public ou privé)[41]. Pour d’autres, composant un public marginal[note 17] , des bourses leur sont octroyées selon deux modalités : d’abord en fonction des notes obtenues au baccalauréat, puis pour une part quantitativement plus faible à des élèves originaires de familles pauvres, issues de zones rurales[note 18] .

Cursus universitaire[44][modifier | modifier le code]

L’architecture des formations universitaires apparaît aujourd’hui proche du système créé en Europe en 1999[note 19] , à savoir un cursus d’une durée, dans le meilleur des cas de neuf ans, décomposé en trois cycles (4+2+3), soit quatre ans pour la licence, deux pour le master, trois pour le doctorat.

Doctorat (Bac + 9)"' 3e année
2e année
1re année
Master (Bac + 6) 2e année
1re année
Licence/Bachelor (Bac + 4) 4e année
3e année
2e année
Année propédeutique (1 an)
Examen du baccalauréat

Les Etudiants[modifier | modifier le code]

Données historiques partielles[modifier | modifier le code]

Évolution des effectifs (1948-2009)[modifier | modifier le code]

L’année universitaire 1948-1949 [note 20]voit l’entrée de la toute première promotion d’étudiants alors au nombre de 128[5] . Un an après l’accession du Cambodge à l’indépendance (9 novembre 1953), l’effectif étudiant est estimé à 220[47] , pour une population totale évaluée à un peu plus de quatre millions d’habitants[note 21] .

Les années suivantes, les effectifs étudiants augmenteront régulièrement pour atteindre 1640 en 1963, puis 9 200[49] en 1970 avant de s’effondrer littéralement en 1980 et retrouver le nombre d’inscrits en 1960[5] et ce, après la tragique prise de pouvoir par les Khmers rouges (avril 1975-janvier1979)[note 22] .

Nombre d'étudiants (1950-1980)[51],[52]
Années 1950 1952 1954 1956 1958 1960 1962 1963 1966 1968 1970 1980
Effectifs[note 23] 150 180 220 (F : 9 %) 320 (F : 12,5 %) 410 (F : 7,3 %) 700 (F : 11,4 %) 1200 (F : 9,1 %) 1640 (F : 10,9 %) (7000)[note 24] 7000 (F:: 16 %) 9200 700

Ensuite, dans un contexte politique mouvementé et fragile, les données chiffrées se raréfient[note 25] . Concernant la période qui court sur une dizaine d’années (1987-1996), de rares écrits épars et partiels permettent de recueillir quelques données, en particulier un rapport analytique officiel[note 26], riche et bien documenté portant, en partie, sur l’enseignement supérieur en 1993. Mais il faudra attendre le début des années 2000 pour pouvoir prendre connaissance de nouveau, de chiffres reconnus, suivis et fiables qu’il conviendra néanmoins de lire avec circonspection [note 27]

Évolution indicative du nombre d'étudiants[54],[55],[56],[57]
Années universitaires Effectifs Années universitaires Effectifs
1987/1988[note 28] 3961 2001/2002 32 010(F: 9228, 28,8 %)
1988/1989 4814 2002/2003 43 210 (F : 29 %)
1989/1990 5413 2003/2004 45 370 (F : 14 196, 31,2 %)
1990/1991 6126 2004/2005 56 810 (F : 17 875, 31,4 %)
1993/1994 11 652 (F : 16 %) 2005/2006[note 29] 94 708 (F : 30 019, 31,6 %)
1996/1997 10 019 (F : 16 %) 2006/2007 117 420 (F : 38 465, 32,7 %)
1997/1998 9208 (F : 19 %) 2007/2008 137 490 (F46 449, 33,7 %)
1999/2000 22 108 (F : 5 547,25 %) 2008/2009 168 003 (F: 60 160, 35,8 %)
2000/2001 25 416 (F : 6 950,27 %) 2009/2010 195 166 (F: 37,1 %)

Même si certains chiffres le constituant demanderaient à être interrogés, ce tableau appelle plusieurs remarques : en premier lieu, c’est seulement au milieu des années 1990 que l’appareil de formation universitaire affiche approximativement un nombre d’inscrits voisin de celui recensé en 1970 soit vingt-cinq ans plus tôt ; ensuite et a contrario, en une dizaine d’années (2000-2009), les effectifs sont passés de façon spectaculaire, de 25 416 à 195 166 soit près de 8 fois plus, selon une progression moyenne égale à 16 % par an, un score apparemment supérieur à celui enregistré par les pays d’Asie de l’Est et du Pacifique , pourtant considérés comme exemplaires sur le plan de la croissance des effectifs en formation[60] ; enfin, en revanche, le taux d’inscription des femmes, inférieur à celui des pays voisins, évolue très lentement[note 30].

Répartition des étudiants par domaine d'étude[modifier | modifier le code]

Au cours des premières années qui ont suivi la naissance de l’enseignement supérieur, les étudiants cambodgiens se répartissent dans un petit nombre de filières. De 1948 à 1962, la situation se présente ainsi[5] :

Années universitaires Faculté de droit et des sciences économiques Faculté des lettres et des sciences humaines Faculté des sciences et de la technique Institut national pédagogique Faculté de médecine et des sciences paramédicales
1948/1949 64 --- --- --- 64
1950/1951 80 --- --- --- 73
1952/1953 104 --- --- --- 86
1954/1955 118 --- --- 51 (Instituteurs) 94
1956/1957 198 --- --- 123 (Instituteurs) 116
1958/1959 258 --- --- 92 (Professeurs) 300 (Instituteurs) 152
1960/1961 335 47 50 190 (Professeurs) 516 (Instituteurs) 264
1962/1963 409 85 111 194 (Professeurs) 568 Instituteurs) 405

Quelques années plus tard, en 1966, suite à l’ouverture de nombreuses facultés, le paysage universitaire s’est nettement densifié : le nombre de filières d’études a en effet explosé produisant une large diversification des flux étudiants, comme en témoigne le tableau suivant[62]:

Répartition des étudiants en 1966
Université royale
Facultés Garçons Filles Total Facultés Garçons Filles Total
Droit 446 20 466 Médecine et sciences paramédicales 454 29 483
Lettres et sciences humaines 755 149 904 Pharmacie 34 29 63
Sciences 482 57 539 Sciences commerciales 217 24 241
Pédagogie 1446 315 1751
Université des beaux-arts
Facultés Garçons Filles Total Facultés Garçons Filles Total
Arts chorégraphiques 120 108 228 Architecture et urbanisme 35 --- 35
Musique 73 7 80 Archéologie 20 4 24
Arts plastiques 148 18 166
Université technique royale
Facultés Garçons Filles Total Facultés Garçons Filles Total
Génie civil 105 --- 105 École supérieure de chimie appliquée 121 --- 121
Électronique 41 --- 41 École supérieure d'aéronautique civile 54 --- 54
Arts et métiers 653 --- 653
Institut technique supérieur de l'amitié khméro-soviétique
Facultés Garçons Filles Total Facultés Garçons Filles Total
Construction --- --- --- Electrotechnique --- ---
Mines --- --- --- Textile --- --- ---
Hydraulique agricole --- --- --- Effectif Total 513 --- 513
Université royale de Kompong Cham
Facultés Garçons Filles Total Facultés Garçons Filles Total
Cultures tropicales 56 6 62 Sciences physico-mathématiques 103 8 111
Mécanique 241 --- 241
Université royale des sciences agronomiques
Facultés Garçons Filles Total Facultés Garçons Filles Total
Sciences forestières --- --- --- Sciences vétérinaires --- --- ---
Sciences agricoles --- --- --- Sciences du génie civil --- ---
Sciences piscicoles --- --- --- Effectif total 83 5 88

Concernant la période suivante (entre le milieu des années 1970 et la fin des années 1980), les données portant sur la distribution des étudiants par domaines d’études sont inexistantes en raison ou bien d’un défaut de scolarisation ou bien d’une situation générale politique trop fragile pour assurer une gouvernance administrative rigoureuse. Ensuite, si quelques sources documentées mais éparses existent, toutes établies sous la signature de l’Unesco, l’absence de données convergentes, stables quelle que soit la date de parution d’une part, mais aussi la création de nouvelles filières[note 31] [note 32]. d’autre part, ne permettent pas une approche précise et comparée des choix émis par les étudiants. En revanche, il est possible de distinguer de grandes tendances. Ainsi, les étudiants choisissent majoritairement un bloc de disciplines recouvrant globalement les mêmes domaines mais dont la composition et l’intitulé évolueront au fil des années : droit et sciences sociales (29 % des inscrits en 1996[65]), commerce, administration, droit (48,2 % en 2001, 47,9 % en 2002, 47,8 % en 2004[66]), sciences sociales, commerce, droit (52 % en 2005[67], 51,4 % en 2007[68]). Dans les autres domaines d’étude, les taux d’inscription se situent le plus souvent en dessous de 10 %.

Augmentation régulière du nombre de diplômés [note 33][modifier | modifier le code]

Le nombre de diplômés entre 1998 et 2008[70],[71],[72] suit étroitement la courbe des inscriptions universitaires de façon stable dans la mesure où leur pourcentage se situe dans une fourchette comprise le plus souvent entre 10 et 14 % par rapport aux inscrits. Au cours de la même période, la proportion de jeunes filles gagne plus de dix points, passant de 16,4 % à 27 %[73].

Évolution du nombre de diplômés: 1998/2008
Années universitaires 1998/1999 1999/2000 200/2001 2001/2002 2002/2003 2003/2004 2006/2007 2007/2008 2008/2009
Effectifs 2152 2567 2905 3105 6719 8922 16187 16708 17000

État des lieux: 2010-2015[modifier | modifier le code]

Les effectifs [note 34].[modifier | modifier le code]

Le nombre d’étudiants au cours de cette deuxième décennie du XXIe siècle continue de croître régulièrement jusqu’en 2013. La baisse des effectifs enregistrée au cours des années 2013/ 2014 et 2014/2015 est vraisemblablement liée à la chute notable du taux de réussite au baccalauréat observée au cours de ces mêmes années[76]. Les études prévisionnelles établies en Mars 2014 par les services du Ministère de l’éducation, de la jeunesse et des sports escomptaient 262 091 étudiants en 2013/2014 et 289 947 en 2014/2015[77]. L’écart est considérable.

2010/2011 2011/2012 2012/2013 2013/2014 2014/2015
223 222[78] (F : 37,6 %)

(204 851[79])

222 146[80] (F : 37,6 %) 229 144[81] 222 000[82] (F : 37 %) 217 364[78] (F : 43,7 %)

 (222 000[83])

Par ailleurs, La proportion d’étudiantes, stable entre 2010/2011 et 2013/2014, connaît une progression sensible à la rentrée 2014. Quant au pourcentage d’étudiants boursiers (18,7 % en 2013 [note 35] par rapport à la population étudiante inscrite dans les établissements publics), le ministère de l’Éducation, de la Jeunesse et des Sports le qualifiant de modeste, se fixe explicitement comme objectifs « d’augmenter le pourcentage de bourses et les opportunités pour que les étudiants admissibles, particulièrement ceux issus des groupes défavorisés, accèdent à l’enseignement supérieur[84] ».

Répartition par filière de formation[85][modifier | modifier le code]

En 2015, la distribution par domaine d’études apparaît dans le tableau suivant. La filière commerce, administration, droit reste de manière très nette la plus attractive, en particulier pour les filles où près des deux tiers d’entre elles y sont inscrites.

Pourcentage des étudiants (deux sexes) inscrits dans l'enseignement supérieur par domaine d'étude
Domaine d'étude Année 2015 Domaine d'étude Année 2015
Éducation [note 36] 10,5 % (F : 11 %) Ingénierie, industries de transformation et construction 4,9 % (F : 1,4 %)
Lettres et arts 5,4 % (F : 5,8 %) Agriculture, sylviculture, halieutique et sciences vétérinaires 6,8 % (F : 4,7 %)
Sciences sociales, journalisme et information 1,5 % (F : 1 %) Santé et protection sociale 3,7 % (F : 5,1 %)
Commerce, administration, droit 55,2 % (F : 63,7 %) Services [note 37] 2 % (F : 2,5 %)
Sciences naturelles, mathématiques et statistiques 2,9 % (F : 3 %) Non précisé 0,4 % (F : 0,3 %)
Technologie de l'information et de la communication 6,8 % (F : 1,5 %)

Nombre de diplômés[87][modifier | modifier le code]

48 722 étudiants obtiennent un diplôme en 2015 dont 42,8 % de jeunes filles ; ils étaient 32 177 en 2011 (la part des filles s’élevant à 41,5 %).

Insertion professionnelle[modifier | modifier le code]

À l’instar de la plupart des pays voisins, le Cambodge affiche depuis plusieurs années un taux de croissance économique élevé. Ainsi, au cours de la période 2010-2015, celui-ci se situe autour de 7 %, confirmant un taux annuel moyen de 7,67 % sur plus de vingt ans (entre 1994 et 2015)[88], soit un rythme très soutenu qui devrait être maintenu en 2016[89], 2017 voire 2018 [note 38] Cette situation économique plutôt favorable n’est évidemment pas sans incidence sur le niveau de l’emploi. Le taux de chômage total apparaît, en effet, exceptionnellement bas. Entre 2010 et 2016, il se situe en dessous de 0,4 % [note 39] Concernant la population 16-24 ans, il oscille entre 0,5 % et 0,9 % durant les années 2010 à 2014[97]. Au regard d’une économie dynamique et d’un marché du travail synonyme de plein emploi, la population, titulaire d’un diplôme universitaire devrait largement tirer bénéfice d’un tel contexte. Or, plusieurs facteurs convergents viennent contrarier une insertion professionnelle réussie. Schématiquement, la Banque mondiale recense trois obstacles majeurs : -l’absence d’adéquation entre d’un côté la filière universitaire suivie, la réalité économique et les besoins des entreprises de l’autre[98] ; -la faiblesse des formations dispensées. À ce sujet, il est fait état d’une enquête auprès des employeurs portant sur la scolarité, la compétence de leur personnel et la main-d’œuvre en général, qui révèle que 76 %d’entre eux « déclarent que les nouveaux diplômés n’avaient pas la qualification requise »[8] ; - enfin dernier frein, le rythme de création d’emplois[99] insuffisant dans un pays où une personne sur deux a moins de 24 ans[100].

Le pouvoir politique et plus précisément le ministère de l’Éducation, de la Jeunesse et des Sports cambodgien non seulement admettent le bienfondé de ces observations mais, de plus, les intègrent dans leur réflexion prospective. Dans un document[101] portant sur l’enseignement supérieur en 2030, il est écrit : « Une analyse de la situation actuelle de l’enseignement supérieur a révélé une disproportion alarmante entre l’enseignement et l’emploi. Selon les divers rapports, les spécialités d’études préférées des étudiants cambodgiens comprennent les sciences sociales et les branches liées aux affaires. Seulement un minime pourcentage d’étudiants poursuit des études de sciences, d’ingénierie et d’agriculture, qui sont pourtant considérées comme les connaissances clés pour susciter la croissance de l’économie cambodgienne. De plus, des préoccupations sur la qualité de l’enseignement supérieur se manifestent partout dans le pays ». Le 24 janvier 2017, le ministre de l’Éducation lui-même, au cours d’une conférence tenue à l’Institut français du Cambodge précise[8] « Une partie non négligeable des diplômés n’arrivent toujours pas à trouver un travail correspondant à leurs études universitaires révélant ainsi l’écart qui existe entre le monde de formation et le monde socio-économique ». Dans le Plan stratégique de l’éducation 2014-2018[84] , l’enseignement supérieur fait l’objet d’un examen approfondi ; de nouveaux objectifs tendant à corriger une situation inquiétante sont élaborés et témoignent d’une réelle prise de conscience. À l’heure où le Cambodge, membre de la Communauté économique ASEAN depuis le 1er janvier 2016[102], risque de voir entrer sur son territoire des jeunes des pays voisins, hautement qualifiés, susceptibles d’occuper des postes à responsabilité dans quelques secteurs déficitaires, l’attention soutenue de la communauté universitaire cambodgienne s’impose.

Toutefois, si un parcours universitaire ne constitue pas toujours un passeport suffisant pour occuper un emploi étroitement lié à la nature des études engagées et au niveau de formation atteint, les jeunes qui ont suivi des études supérieures bénéficient d’un revenu plus élevé que ceux qui ont quitté le système éducatif plus tôt ou a fortiori ceux sortis sans réelle formation. Ainsi, en 2012 au Cambodge, « 91 % des jeunes travailleurs sans éducation ont un revenu inférieur au seuil de pauvreté contre moins de 67 % de ceux qui ont un niveau d’étude secondaire et 15 % de ceux qui ont fait des études supérieures[95] »

Les enseignants[modifier | modifier le code]

Au sortir du Protectorat français du Cambodge, l’idée selon laquelle l’éducation devra porter la construction nationale[103], s’impose. En effet, les années 1950 et 1960 bénéficiant sans doute d’une vague d’enthousiasme et de volontarisme créée par la déclaration de l’indépendance mais aussi d’un climat politique général plus favorable, se révèleront plutôt dynamiques sur le plan du développement des systèmes de formation. S’agissant de l’enseignement supérieur, les autorités universitaires, dans un premier temps, ont largement fait appel aux personnels enseignants étrangers par l’intermédiaire des ambassades ou par celui du Programme des Nations unies pour le développement[104]. Ensuite, le recrutement de professeurs nationaux, (tout en maintenant la participation d’enseignants étrangers), a été mené de manière efficace. Ainsi, un peu plus de dix ans après la fin du Protectorat, l’encadrement pédagogique à l’université au cours de l’année 1966/1967 est assuré par 814 enseignants. La composition ethnique de la population enseignante répond par ailleurs de façon notable aux préoccupations d’un pouvoir soucieux de manifester pleinement son indépendance : sur quatre universités [note 40], représentant vingt-cinq facultés auxquelles appartiennent 718 professeurs (soit près de 90 % du total recensé au cours de cette même année), 75 % des personnels enseignants sont khmers.

Après cette période souvent considérée comme faste [note 41]. par le pouvoir exécutif, s’installe une phase d’anéantissement avec, dès l’année 1969, des troubles à l’extérieur des frontières, les premières conséquences du conflit entre le Vietnam du Nord et le Vietnam du Sud et en 1970, la chute de Norodom Sihanouk ; phase qui se poursuivra de façon encore plus tragique avec l’instauration du régime mis en place par les Khmers rouges de 1975 à 1979. Les personnels enseignants universitaires paieront un lourd tribut à cette « utopie meurtrière » [note 42] puisqu’il est couramment estimé que plus de 90 % de cette population ont disparu[107].

Pendant les années 1980 et le début des années 1990, la principale préoccupation des pouvoirs en place a été, autant que faire se peut, dans un climat d’insécurité et de désordre politique récurrent, de rebâtir l’éducation de base c’est-à-dire, de privilégier la reconstruction de l’enseignement primaire et du premier cycle de l’enseignement secondaire. En ce sens, l’enseignement supérieur, un des domaines pourtant les plus gravement touchés, n’est pas logiquement considéré comme prioritaire[108]. Outre le fait de souffrir d’une sévère pénurie de maîtres et de professeurs qualifiés, celui-ci doit de plus affronter, entre autres, trois séries de problèmes : -la pression des flux de lycéens titulaires du Baccalauréat, -des phénomènes de corruption endémiques précisément dans les modalités d’examen et d’admission, et la nécessité « d’assurer un enseignement en phase avec la culture et les traditions khmères » c’est-à-dire de promouvoir la khmérisation des enseignements[109], autant d’obstacles sur lesquels, vraisemblablement, les services du ministère ne disposant pas des moyens humains et matériels nécessaires ont très peu écrit.

Le Cambodge attendra l’année 1993[note 43] pour recouvrer un peu de stabilité et l’année 1998 pour publier, de nouveau, quelques données quantitatives sur l’encadrement enseignant :

Évolution indicative du nombre d'enseignants[111],[112],[113]
Années Effectifs Années Effectifs
1966/1967 814 2004/2005 2498 (F : 15,6 %)
1967/1968 --- 2005/2006 3261 (F : 11,4 %)
1998/1999 1066 (F : 18,6 %) 2006/2007 3000 (F : 11 %)
1999/2000 1664(F : 19,6 %) 2007/2008 3700 (F : 11 %)
2000/2001 2124 (F : 18 %) 2008/2010 ---
2001/2002 2126 (F : 17,9 %) 2010/2011 10 758 (F : 12 %)
2002/2003 2479 (F : 18 %) 2011/2014 ---
2003/2004 3605 (F : 15,6 %) 2014/2015 12 246 (F : 15,7 %)

À la lecture de ce tableau qui reste partiel et qui présente quelques anomalies[note 44] , trois observations peuvent être cependant émises : - entre 1998 et 2014, la progression des effectifs est régulière et conséquente, - en revanche entre 1966 et 1998, soit en 32 ans, à peine trois cents postes ont été créés, - enfin la part des enseignantes apparaît fluctuante et globalement faible.

Aujourd’hui, le ministère de l’Éducation, de la Jeunesse et des Sports, dans ses rapports officiels ou au travers des interventions de son principal représentant insiste invariablement sur trois points relatifs au personnel enseignant relevant de l’enseignement supérieur : -améliorer la qualité et la pertinence des apprentissages,-élever le niveau de qualification, -recruter des personnels motivés en redéfinissant des cheminements de carrière et en proposant diverses mesures d’incitation[114]. À ce sujet, le salaire des enseignants, considéré depuis plusieurs décennies comme très peu mobilisateur et à l’origine d’un grave dysfonctionnement au sein du système de formation[115], semble être l’objet, ces dernières années, d’une plus grande attention. En 2016, il était, toute catégorie confondue, de 200 $. Il devrait atteindre 953 000 riels en 2017 soit environ 240 $. [note 45]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Le Cambodge est membre de l’Association des nations de l'Asie du Sud-Est (ASEAN) depuis 1999, de la Communauté économique ASEAN depuis le [1]
  2. Le Cambodge a quitté le groupe des pays à revenu faible pour passer dans celui des pays à revenu intermédiaire inférieur le [2] Le gouvernement ambitionne d’atteindre la catégorie des pays à revenu intermédiaire supérieur avant 2030[3]
  3. Allocution du ministre de l’Éducation, de la Jeunesse et des Sports Dr Hang Chuon Naron (24 janvier 2017)[8]
  4. L’histoire de l’enseignement au Cambodge ne peut se comprendre sans une lecture en toile de fond de la situation politique chaotique, sanglante, complexe et tragique de ce pays au cours des trois dernières décennies du XXe siècle. Voir à ce sujet :Histoire du Cambodge
  5. L'expression appartient à JM Filippi[9].
  6. Sous le régime des Khmers rouges, la plupart des enseignants (quel que soit leur niveau d’enseignement) ont été assassinés ou contraints à la fuite. Selon Im Sethy, ministre de l’Éducation,80 % d’entre eux ont été exterminés[10].
  7. En 1980, seuls deux établissements d'enseignement supérieur sont recensés[11]
  8. Ce tableau statistique repose sur des sources d’origines diverses. Seuls ont été retenus ici les chiffres s’inscrivant de façon cohérente et régulière au fil des années. Néanmoins, sa lecture doit demeurer prudente. Il est parfois difficile de savoir par exemple si les données fournies portent sur l’année en cours ou sur l’année précédente
  9. En 2017, la grande majorité des établissements (publics et privés) sont sous la tutelle du Ministère de l’éducation, de la jeunesse et des sports[24]
  10. Dépourvu de ressources (en particulier en moyens humains), ce comité ne disposait que d’un pouvoir de recommandation auprès du gouvernement[16].
  11. Objectifs dont l’atteinte semble compliquée. Voir à ce sujet « Écoles privées : quand la vacuité rapporte gros »[32].
  12. Il s’agit de : l’Institut national de l’éducation, l’université royale de droit et de sciences économiques, l’Institut de technologie du Cambodge, l’université des sciences de la santé, l’université royale de Phnom Penh, l’université royale d’agriculture, l’université royale des beaux-arts, l’école royale du Cambodge, l’école royale d’administration[33].
  13. Le Protectorat français du Cambodge mis en place en 1863, s’est achevé en 1953 avec la proclamation de l’indépendance.
  14. Toutefois, les élèves, non en possession du diplôme de fin d’étude secondaire peuvent poursuivre leurs études afin d’obtenir en deux ans le graduat »[34],[35],[36]
  15. En 2012, le salaire minimum légal dans le textile est de 66 $[37]
  16. Ils étaient 2 en 2007, 105 en 2012, 108 en 2015[38],[39],[40]
  17. En 2012,5 % des étudiants inscrits en première année dans un établissement public sont bénéficiaires de bourses[42]
  18. En 2006,70 % des étudiants boursiers auront été choisi en fonction des notes[43].
  19. Processus de Bologne: Licence-Master-Doctorat (LMD) : 3 cycles d’études : licence en 3 ans, Master en 2 ans, Doctorat en 3 ans[45].
  20. Avertissement: Une étude reposant largement sur des données chiffrées, portant sur une période ancienne, dans un pays en construction, qui plus est longtemps secoué de crises violentes, constitue toujours un exercice délicat tant les rares sources disponibles présentent entre elles des anomalies, d’où un examen critique vigilant systématique. Bien plus, au sein d’un même organisme, sur une longue période, des données ne sont pas toujours élaborées à partir des mêmes critères. Consciente de ce phénomène conduisant inévitablement à des erreurs, l’Unesco a mis en place dès les années 1970 une Classification internationale type de l’éducation (CITE), révisée en 1997 puis en 2011. Il s’agit d’une classification de référence « permettant d’organiser les programmes éducatifs et les certifications correspondantes par niveau d’éducation et par domaines d’études ». En dépit de ce dispositif précis établi par l’Institut de statistique de l’Unesco, certains chiffres présentés nécessiteront d’être questionnés. Néanmoins, seuls ont été retenus ici les chiffres composant une série logique et cohérente[46].
  21. Ce chiffre repris avec circonspection par le Bureau régional de l’éducation pour l’Éducation en Asie (1965) constitue une estimation fournie par les autorités nationales[48].
  22. A titre indicatif, la population totale du Cambodge est de 5 740 000 habitants en 1962; de7 021 000et de6 699 273, respectivement en 1970 et 1980[47],[50].
  23. Ne sont pas intégrés dans ce tableau les effectifs (conséquents) des étudiants inscrits dans un cursus de formation d’enseignants jusqu’en 1963. Voir « Répartition des étudiants par domaine d’études », paragraphe suivant.
  24. Ce chiffre est obtenu en additionnant les effectifs globaux des six Universités recensées à la rentrée 1966.
  25. Il existe bien des statistiques au cours de cette période mais qui interrogent quant à la méthodologie utilisée. C’est le cas notamment des chiffres reposant sur le mode de calcul «  nombre d’étudiants pour 100 000 habitants » qui fournit des résultats très approximatifs.
  26. Ce rapport, conséquent, établi par leMinistère de l’éducation de la jeunesse et des sports cambodgien, avec l’aide de l’Unesco constitue une source précieuse et sérieuse d’informations. En revanche, il présente des effectifs étudiants qui semblent largement surévalués. Ainsi, 27 705 étudiants seraient inscrits au cours de l’année universitaire 1993/1994 ; chiffre peu crédible au regard des effectifs des années précédentes et suivantes[53].
  27. Voir à ce sujet la note 41. Outre la question de la répartition des étudiants en fonction de la Classification internationale type de l’éducation, périodiquement modifiée, les sources d’erreur sont liées à la notion même d’année universitaire qui, par définition, s’écoule dans le temps sur deux années civiles. Or, un chiffre fourni pour une année n se réfère en réalité le plus souvent à n-1.
  28. Les données portant sur les années 1987/88, 1988/89, 89/90,90/91 concernent les étudiants inscrits dans septétablissements : université de Phnom Penh, institut de technologie, institut d’économie, école des cadres de gestion de l’éducation, la faculté de médecine, la faculté d’agronomie Chamkar Daung, l’université des beaux-arts[58].
  29. L’Institut de Statistiques de l’Unesco dans ses « Recueil de données mondiales sur l’Éducation » concernant les années 2005/2006 et 2006/2007 fournit des effectifs notoirement divergents, à savoir, respectivement 76 000 et 92 000 étudiants, soit des écarts peu intelligibles[59].
  30. En 2009 : Laos : 43 %, Thaïlande : 56 %, Vietnam : 49 %.[61]
  31. Six domaines d'études sont répertoriés en 1996 :- éducation, -lettres, -droit et sciences sociales,- sciences exactes et naturelles, sciences de l’ingénieur et agriculture,-sciences médicales, ainsi qu'une option non déterminée:-Tous domaines[63]
  32. Après 1997, une nouvelleClassification comporte dix filières (auxquelles s’ajoute un domaine d’étude non précisé) :- éducation, - lettres et arts, -sciences sociales, journalisme et information, -commerce, administration, droit, -sciences naturelles, mathématiques et statistiques, -technologie de l’information et de la communication, -ingénierie, industries de transformation et construction,- agriculture, sylviculture, halieutique et sciences vétérinaires, -santé et protection sociale, -services[64].
  33. : « Personne qui, au cours de l’année scolaire ou académique de référence, a complétement achevé un programme éducatif »[69].
  34. Ici encore, la prudence s’impose quant à la prise en compte des effectifs tant les informations fournies apparaissent tantôt volatiles, tantôt divergentes, parfois inconséquentes et ce, au sein d’une même source. Ainsi par exemple, concernant l’année universitaire 2011/2012, 247 194 étudiants sont inscrits au moment de la rentrée universitaire[74], dix mois plus tard ils ne sont plus que 222 146[75]
  35. Il était de 16,4 % en 2009[84]
  36. Ce domaine couvre la formation des enseignants et les Sciences de l’éducation[86].
  37. Cette filière inclut : les Services aux particuliers, les Services de transport, la Protection de l’environnement, les Services de sécurité[86].
  38. Selon la Banque asiatique de développement :7,1 % en 2017 et 7 % en 2018[90]. La Banque mondiale corrige ces chiffres à la baisse : respectivement 6,9 % et6,7 %[91].
  39. Ce chiffre, régulièrement repris par la Banque mondiale, institution financière internationale officielle, peut susciter perplexité et incrédulité. Il interroge d’une part sur la notion même de chômage retenue par le Ministère du travail et de la formation professionnelle cambodgien, sur son outil de mesure d’autre part[92]. Dans un article paru le 27 août 2014, "Transition vers le marché du travail des jeunes en Asie et dans le Pacifique", l’Organisation internationale du travail apporte une explication sur la nature des emplois occupés par les jeunes qui peut expliquer, en partie, les difficultés des instances spécialisées à établir rigoureusement des statistiques significatives sur le chômage. Il est indiqué que, parmi les jeunes qui disposent d’un emploi, très peu bénéficient « d’un contrat de travail en bonne et due forme ou d’un accès à des avantages comme le congé maladie rémunéré ou la sécurité sociale ». Or, 97,3 % des jeunes relèveraient du secteur informel c’est-à-dire précisément d’un secteur qui échappe à toute législation en vigueur[93].Deux ans auparavant (19 juillet 2012), ce même organisme écrivait déjà : « Au Cambodge, le chômage est très faible…c’est parce que la population travaille dans le secteur informel » (à savoir le travail familial non rémunéré ou le travail indépendant)[94]. L’Unesco précise cette approche en soulignant qu’au Cambodge, « il est plus fréquent de travailler pour un salaire inférieur au seuil de pauvreté que de ne pas travailler du tout »[95]. En revanche, dans une allocution prononcée à Phnom Penh le 3 décembre 2013, " De nouveaux horizons pour le Cambodge"[96],Mme C.Lagarde, Directrice générale du Fonds monétaire international, signale qu’au Cambodge, « le chômage des jeunes reste élevé ». Ce regard discordant peut être interprété comme une lecture à la fois défiante des statistiques officielles et interrogative sur la nature des emplois occupés.
  40. Universités : royale, des beaux-arts, technique royale, de Kompong Cham[105].
  41. Si la vitalité manifestée au cours de cette période est indéniable dans le domaine éducatif (notamment universitaire), la portée réellement éducative des réformes mises en place (s’inscrivant dans le mouvement politique créé par le Prince Norodom Sihanouk sous le nom de Sangkum Reastr Niyum est parfois contestée. Pour certains observateurs, « la volonté de modernité s’est traduite par une politique éducative inappropriée aux besoins d’un pays où 80 % de la population tirait ses revenus des activités agricoles »[106]
  42. Titre d’un ouvrage de Pin Yathay.
  43. Ce point fait l’objet d’interrogations qui peuvent être formulées de la façon suivante : l’accalmie date-t-elle de 1991 Accords de Paris, de 1993 (élections législatives) ou de 1996 (reddition de Ieng Sary et autres responsables Khmers rouges)[110] ?
  44. C’est le cas des effectifs concernant les années universitaires 2003/2004 et 2006/2007
  45. Il s’agit ici du salaire minimum. La rémunération des professeurs de l’enseignement supérieur est sans doute plus élevée[116]. À titre de comparaison, le salaire des ouvriers de la confection était de 153 $ en 2016[117].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Trésor, Direction générale. Ministère de l’Économie 2017. Fiche Cambodge https://www.tresor.economie.gouv.fr/pays/cambodge.
  2. https://blogs.worldbank.org/opendata/fr/nouvelle-classification-des-pays-en-fonction-de-leur-revenu-actualisation-2016
  3. IIPE Unesco. International Institute for Educational Planning (Le Ministre cambodgien de l’Éducation , de la Jeunesse et des Sports visite l’IIPE-UNESCO) 3 novembre 2015). http://www.iiep.unesco.org/fr/le-ministre-cambodgien-de-leducation-de-la-jeunesse-et-des-sports-visite-liipe-unesco-3339
  4. a et b Université des Sciences de la santé, Plan stratégique 2014-2018 http://www.uhs.edu.kh/ir/img/public/files/brochures/uhs_strategicplan_14-18_fr.pdf
  5. a b c d et e Monde diplomatique (octobre 1963) : Un système d’enseignement qui perfectionne ses méthodes dans le respect de la personnalité de l’individu. https://www.monde-diplomatique.fr/1963/10/A/25628
  6. Perspective Monde. Université de Sherbrooke http://perspective.usherbrooke.ca/bilan/servlet/ComprendreContextePop?codePays=KHM&annee=1970
  7. -Rapport sur le mouvement éducatif en 1966/1967 (ministère Phnom-Penh, juillet 1967) ; Royaume du Cambodge http://www.ibe.unesco.org/National_Reports/Cambodia/nr_pp_cb_1967_f.pdf
  8. a b c et d « L’Éducation nationale au Cambodge, un enjeu décisif sinon majeur pour l’avenir ». Conférence sur la Réforme du Système éducatif. http://www.henricapitant-cambodia.org/wp-content/uploads/2017/05/Discours-FR-.pdf
  9. Kampotmuseum : « L’Éducation au Cambodge, l’angle de l’histoire » (septembre 2012) https://kampotmuseum.wordpress.com/tag/role-des-ong-dans-leducation-au-cambodge/
  10. Le Petit Journal: 18/02/2009
  11. L'enseignement supérieur et le mécanisme de l’accréditation au Cambodge. Conférence présentée par Sackona Phoeuring, le 26 septembre 2006 à Phnom Penh. (Directrice de l’institut de technologie du Cambodge)
  12. Reconstruire un système d’enseignement et de formation de qualité au Cambodge. Séminaire national de l’éducation : 24, 26 janvier 1994, p. 71. http://unesdoc.unesco.org/images/0013/001392/139291fo.pdf
  13. Marché du travail et emploi au Cambodge (Thèse de doctorat : février 2007)]
  14. L'enseignement primaire et secondaire au Cambodge (tableau 6)
  15. a b c et d Ministère des affaires étrangères et européennes. Ambassade de France au Cambodge (mise à jour 13 juillet 2009)
  16. a et b Les filières universitaires francophones. Ambassade de France au Cambodge (mai 2007)
  17. Année 1997 : Politique sur la vision de l’enseignement supérieur pour 2030 (mars 2014) Ministère de l’Éducation, de la Jeunesse et des Sports http://www.veille.univ-ap.info/media/pdf/pdf_1412244256423.pdf
  18. Ministère des Affaires étrangères et européennes. Ambassade de France au Cambodge (mise à jour 13 juillet 2009).
  19. Années 2000, 2001,2002,2003,2004,2005: L'enseignement supérieur et le mécanisme de l’accréditation au Cambodge. Conférence présentée par Mme PHOEURNG Sackona, le 26 septembre 2006 à Phnom Penh. (Directrice de l’institut de technologie du Cambodge)
  20. Cambodge Soir Hebdo : 19/03/2009
  21. : L’Éducation en Asie en 2014 : quels enjeux mondiaux ? CIEP : 12, 14 juin 2014 http://www.ciep.fr/sites/default/files/atoms/files/education-asie-2014-fiche-documentaire-cambodge.pdf
  22. Agence Kampuchea Presse (AKP) : 2/08/2012
  23. Agence Kampuchea presse (AKP) : 19 janvier 2015 Nouvelles nationales http://cambodgemag.blogspot.fr/2015/01/agence-kampuchea-presse-communiques.html http://www.akp.gov.kh/fr/?p=14529
  24. a et b Agence Kampuchea Presse (24 mars 2017) : http://www.akp.gov.kh/fr/?p=31947
  25. Les Filières universitaires francophones. Ambassade de France au Cambodge (mai 2007)
  26. Cambodge Soir Hebdo : 9/09/2004 (Ung Chamrœm)
  27. Politique sur la vision de l’enseignement supérieur pour 2030 (mars 2014) Ministère de l’Éducation, de la Jeunesse et des Sports http://www.veille.univ-ap.info/media/pdf/pdf_1412244256423.pdf et Cambodge Soir Hebdo : 27/10/2008 (Ung Chamrœm)
  28. Le Journal du Cambodge : 4 juillet 2013 (Synthèse d’un article paru dans le Cambodia Daily).
  29. Cambodge Soir Hebdo (27/10/2008)
  30. Politique sur la vision de l’enseignement supérieur pour 2030 (mars 2014) Ministère de l’Éducation, de la Jeunesse et des Sports http://www.veille.univ-ap.info/media/pdf/pdf_1412244256423.pdf
  31. Plan stratégique de l’éducation 2014/2018. Royaume du Cambodge. Ministère de l’Éducation, de la Jeunesse et des Sports. (Mars 2014) ; p. 56, Annexe 4 : Matrice d’action de politique 2014-2018 http://www.veille.univ-ap.info/media/pdf/pdf_1436325586545.pdf
  32. Cambodge Post 22 juin 2012
  33. a et b . : L’offre d’enseignement supérieur francophone au Cambodge (Edition 2012) http://www.veille.univ-ap.info/media/pdf/pdf_1410945881513.pdf
  34. Confemen. Pasec. Rapport d’évaluation diagnostique au Cambodge 2011/2012 http://www.confemen.org/wp-content/uploads/2015/07/Rapport-Camboge-web-juillet2015.pdf
  35. L’Éducation en Asie en 2014 : quels enjeux mondiaux ? CIEP : 12, 14 juin 2014 http://www.ciep.fr/sites/default/files/atoms/files/education-asie-2014-fiche-documentaire-cambodge.pdf
  36. Modalités d’accès à l’Enseignement supérieur par pays https://iedparis8.net/static_tel/filer_public/33/30/333088d1-5710-4721-806a-9402d642df3c/modalites_dacces_a_lenseignement_superieur_par_pays_2016-17.pdf
  37. La Tribune : 16/07/2012).
  38. Cambodge Soir Hebdo : 3/09/2007
  39. Agence Kampuchea Presse 3/09/2012
  40. Agence Kampuchea Presse : 15/09/2015
  41. Cambodge Soir Hebdo : 13 septembre 2006
  42. Plan stratégique de l’éducation 2014/2018. Royaume du Cambodge. Ministère de l’éducation, de la jeunesse et des sports. (Mars 2014), page 95http://www.veille.univ-ap.info/media/pdf/pdf_1436325586545.pdf
  43. Cambodge Soir Hebdo, 13/09/2006
  44. Ministère des Affaires étrangères et du développement international. Ambassade de France au Cambodge : (maj : 29 septembre 2014) http://www.diplomatie.gouv.fr/IMG/pdf/CAMBODGE_Curie_3_novembre_2014__cle41d47 a.pdf
  45. Espace européen de l'enseignement supérieur; http://www.enseignementsup-recherche.gouv.fr/cid56043/presentation-de-l-e.e.e.s.htm
  46. Guide opérationnel CITE 2011 (Directives pour la classification des programmes éducatifs nationaux et des certifications correspondantes). http://www.uis.unesco.org/Education/Documents/isced-2011-operational-manualFR.pdf
  47. a et b Projections à long terme de l’éducation au Royaume du Cambodge. (Bureau régional de l’Unesco pour l’éducation en Asie, Bangkok 1965). http://aefek.free.fr/iso_album/unesco.pdf
  48. Projections à long terme de l’éducation au Royaume du Cambodge (Bureau régional de l’Unesco pour l’éducation en Asie. Bangkok 1965) http://aefek.free.fr/iso_album/unesco.pdf p. 9
  49. Recueil de données mondiales sur l’éducation (2009). Statistiques comparées de l’éducation dans le monde. http://www.uis.unesco.org/Library/Documents/ged09-fr.pdf
  50. Selon les données de la Banque mondiale. (Perspective Monde. Université de Sherbrooke) : http://perspective.usherbrooke.ca/bilan/servlet/ComprendreContextePop?codePays=KHM&annee=1970)
  51. Années 1954, 1956, 1958, 1960, 1963: Projections à long terme de l’éducation au Royaume du Cambodge.(Tableau 37) (Bureau régional de l’Unesco pour l’éducation en Asie, Bangkok 1965). http://aefek.free.fr/iso_album/unesco.pdf
  52. Pour l'année 1980: Recueil de données mondiales sur l’éducation (2009).(Tableau 1). Statistiques comparées de l’éducation dans le monde. http://www.uis.unesco.org/Library/Documents/ged09-fr.pdf
  53. «  Reconstruire un système d’enseignement et de formation de qualité au Cambodge ». Séminaire national de l’éducation : 24, 26 janvier 1994. (Page 70). http://unesdoc.unesco.org/images/0013/001392/139291fo.pdf
  54. 1993/1994: Perspectives statistiques mondiales de l’enseignement supérieur : 1985.1995 ; Unesco Paris 1998. Conférence mondiale sur l’enseignement supérieur au XXIe : vision et action (Tableau C1 p. 43)http://unesdoc.unesco.org/images/0011/001136/113601Fo.pdf
  55. 1996/1997 ; 1997/1998 : -Annuaire statistique (2001), page 54 (ONU, 45e édition) https://books.google.fr/books?id=CTvimPhz2sUC&pg=PA54&lpg=PA54&dq=Annuaire+statistique:+nombre+d'%C3%A9tudiants+au+Cambodge+1998&source=bl&ots=5mWe94YZI6&sig=lDhUshqWyqY5DJNGLA1KMekzCxs&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwitgbym-abUAhWF1hQKHVEsD-oQ6AEILDAC#v=onepage&q=Annuaire%20statistique%3A%20nombre%20d'%C3%A9tudiants%20au%20Cambodge%201998&f=false
  56. 2002/2003 : Recueil de données mondiales sur l’éducation (2005). Statistiques comparées sur l’Éducation dans le monde. (Tableau 8, page102) http://uis.unesco.org/sites/default/files/documents/global-education-digest-2005-comparing-education-statistics-across-the-world-fr.pdf
  57. Pour toutes les autres années universitaires : Institut de statistique de l’Unesco ; Éducation, Participation, Effectifs, Effectifs scolarisés dans l’enseignement supérieur, tous les programmes. http://data.uis.unesco.org/index.aspx?queryid=163&lang=fr
  58. «  Reconstruire un système d’enseignement et de formation de qualité au Cambodge ». Séminaire national de l’éducation : 24, 26 janvier 1994. (Annexe 2/5.1). http://unesdoc.unesco.org/images/0013/001392/139291fo.pdf
  59. -Recueil de données mondiales sur l’éducation (2009). Statistiques comparées sur l’éducation dans le monde. (Tableau 9A, page 360) : http://uis.unesco.org/sites/default/files/documents/global-education-digest-2009-comparing-education-statistics-around-the-world-fr.pdf
  60. «  Recueil de données mondiales sur l’éducation (2009). Statistiques comparées sur l’éducation dans le monde », page 10. http://www.uis.unesco.org/Education/GED%20Documents%20C/GED_2009_FR_ Final_Web3.pdf
  61. « Recueil de données mondiales sur l’éducation, 2011. Statistiques comparées sur l’éducation dans le monde », page 186 http://www.uis.unesco.org/Education/Documents/ged-2011-fr.pdf.pdf
  62. Rapport sur le mouvement éducatif en 1966/1967 (Ministère Phnom-Penh, juillet 1967) ; Royaume du Cambodge. Pages 29 à38. http://www.ibe.unesco.org/National_Reports/Cambodia/nr_pp_cb_1967_f.pdf
  63. Rapport mondial sur l’Éducation : 2000. Le droit à l’éducation. Vers l’éducation pour tous tout au long de la vie : http://unesdoc.unesco.org/images/0011/001197/119745F.pdf
  64. Institut de statistiques de l’Unesco (Éducation, Participation, Répartition des effectifs, Répartition des effectifs par domaine d’étude, Pourcentage des étudiants inscrits dans l’enseignement supérieur). http://data.uis.unesco.org/IndeCx.aspx?queryid=128&lang=fr
  65. Rapport mondial sur l’Éducation : 2000. Le droit à l’éducation. Vers l’éducation pour tous tout au long de la vie (Tableau 9, page 158) : http://unesdoc.unesco.org/images/0011/001197/119745F.pdf
  66. ) Institut de statistiques de l'Unesco: Éducation, Participation, Répartition des effectifs, Répartition des effectifs par domaine d’études, Pourcentage des étudiants inscrits dans l’enseignement supérieur. http://data.uis.unesco.org/index.aspx?queryid=163&lang=fr
  67. Rapport mondial de suivi sur l’éducation pour tous : 2008. L’éducation pour tous en 2015 : un objectif accessible ? http://unesdoc.unesco.org/images/0015/001574/157484f.pdf
  68. Rapport mondial de suivi sur l’éducation pour tous 2010 (Tableau B, page 408) http://unesdoc.unesco.org/images/0018/001875/187513F.pdf
  69. Institut de statistique de l’Unesco : Glossaire. http://www.uis.unesco.org/Pages/GlossaryFR.aspx
  70. Année 2002/2003: « Recueil de données mondiales sur l’Éducation 2005 », Tableau 10, page 114. http://uis.unesco.org/sites/default/files/documents/global-education-digest-2005-comparing-education-statistics-across-the-world-fr.pdf
  71. Années 1998/ 1999 à 2007/ 2008 : « L’Institut de statistique de l’Unesco » (Éducation, Achèvement, Diplômés de l’Enseignement supérieur, Niveau de 5 à 8 de la Classification internationale type de l’éducation) http://data.uis.unesco.org/?lang=fr&SubSessionId=442e6c26-fef9-4844-9ede-fd0a2e5aa0fe&themetreeid=-200
  72. Année universitaire 2008/ 2009: « Recueil de données mondiales sur l’éducation 2011 » (Tableau 23, pages 212,213. CITE 5 et 6). http://www.uis.unesco.org/Education/Documents/ged-2011-fr.pdf.pdf
  73. Éducation, Participation, Répartition des effectifs, Répartition des effectifs par domaine d’études, Pourcentage des étudiants inscrits dans l’enseignement supérieur. http://data.uis.unesco.org/index.aspx?queryid=163&lang=fr
  74. Agence Kampuchéa Presse du 3/10/2011 http: //www.akp.gov.kh/fr/?p=2219
  75. Agence Kampuchéa Presse: 2/08/2012http: //www.akp.gov.kh/fr/?p=5133
  76. « Enseignement primaire et secondaire au Cambodge », Annexe : Données statistiques complémentaires relatives aux années 2013 et 2014.
  77. - Plan stratégique de l’éducation 2014/2018. Royaume du Cambodge. Ministère de l’éducation, de la jeunesse et des sports. (Mars 2014) ; page 91. http://www.veille.univ-ap.info/media/pdf/pdf_1436325586545.pdf
  78. a et b Institut de statistique de l’Unesco (Éducation, Participation, Effectifs, Enseignement supérieur, tous les programmes) pour les années universitaires http://data.uis.unesco.org/index.aspx?queryid=163&lang=fr
  79. AKP: 15/08/2011 http://www.akp.gov.kh/fr/?p=1922
  80. Agence Kampuchea Presse (AKP) 2 août 2012 : http://www.akp.gov.kh/fr/?p=5133
  81. - Ministère des Affaires étrangères et du développement international. Ambassade de France au Cambodge : (maj : 29 septembre 2014) http://www.diplomatie.gouv.fr/IMG/pdf/CAMBODGE_Curie_3_novembre_2014__cle41d47a.pdf
  82. Agence Kampuchea Presse (AKP) 19 janvier 2015 http://cambodgemag.blogspot.fr/2015/01/agence-kampuchea-presse-communiques.html
  83. AKP: 19/01/2015 http://www.akp.gov.kh/fr/?p=14529
  84. a b et c Plan stratégique de l’éducation 2014/2018. Royaume du Cambodge. Ministère de l’Éducation, de la Jeunesse et des Sports. (Mars 2014) ; page 54. http://www.veille.univ-ap.info/media/pdf/pdf_1436325586545.pdf
  85. Institut de statistique de l’Unesco (Éducation, Participation, Répartition des effectifs par domaine d’étude, Pourcentage des étudiants inscrits dans l’enseignement supérieur).) http://data.uis.unesco.org/index.aspx?queryid=163&lang=fr
  86. a et b Classification internationale type de l’éducation (2011); pp.75-78 http://www.uis.unesco.org/Education/Documents/isced-2011-fr.pdf
  87. Institut de statistique de l’Unesco (Éducation, Achèvement, Diplômés de l’enseignement supérieur) http://data.uis.unesco.org/Index.aspx?queryid=137&lang=fr
  88. Perspective Monde, université de Sherbrooke http://perspective.usherbrooke.ca/bilan/servlet/BMTendanceStatPays?codeTheme=2&codeStat=NY.GDP.MKTP.KD.ZG&codePays=KHM&langue=fr
  89. Agence Kampuchea Presse (AKP) (24 janvier 2017) http://www.akp.gov.kh/fr/?p=29944
  90. Vietnam + : 12/04/2017
  91. Le Courrier du Vietnam : 18/04/2017).
  92. Banque mondiale http://donnees.banquemondiale.org/indicateur/SL.UEM.TOTL.ZS?locations=KH
  93. http://www.ilo.org/global/about-the-ilo/newsroom/news/WCMS_302619/lang--fr/index.htm
  94. « Le défi de la recherche d’emploi au Cambodge » http://www.ilo.org/global/about-the-ilo/newsroom/features/WCMS_185592/lang--fr/index.htm
  95. a et b -Rapport mondial de suivi sur l’éducation pour tous (2012). Jeunes et compétences, l’Éducation au travail. http://unesdoc.unesco.org/images/0021/002180/218015f.pdf
  96. https://www.imf.org/fr/News/Articles/2015/09/28/04/53/sp120313)
  97. Actualitix https://fr.actualitix.com/pays/khm/cambodge-taux-de-chomage-des-jeunes.php
  98. « Asie de l’Est et du Pacifique : emploi, entreprise et bien être ». Rapport de la Banque mondiale.Alter Asia (9/06/2014) : Cambodge : des études s’inquiètent du manque de compétence de la main-d’œuvre. . http://www.alterasia.org/201406092512/cambodge-rapport-manque-competences-main-doeuvre-qualifiee/)
  99. Pauvreté et prospérité partagées (2016). Rapport de la Banque mondiale (page14) https://openknowledge.worldbank.org/bitstream/handle/10986/25078/210958ovFR.pdf
  100. Population du monde http://populationsdumonde.com/fiches-pays/cambodge
  101. Prospective : l’enseignement supérieur en 2030 (mars 2014) http://www.veille.univ-ap.info/media/pdf/pdf_1412244256423.pdf
  102. Association des Nations de l’Asie du Sud-Est. Trésor, Direction générale. Ministère de l’Économie 2017. Fiche Cambodge. https://www.tresor.economie.gouv.fr/pays/cambodge
  103. Conférence sur la réforme du système éducatif du Cambodge. -« L’Éducation nationale au Cambodge, un enjeu décisif sinon majeur pour l’avenir ». Conférence sur la Réforme du Système éducatif. (24 janvier 2017) tenue par Dr Hang Chuon Naron, Ministre de l’éducation, de la jeunesse et des sports. http://www.henricapitant-cambodia.org/wp-content/uploads/2017/05/Discours-FR-.pdf
  104. Rapport sur le mouvement éducatif en 1966/1967 (ministère Phnom-Penh, juillet 1967) ; Royaume du Cambodge. (p.28) http://www.ibe.unesco.org/National_Reports/Cambodia/nr_pp_cb_1967_f.pdf
  105. -Rapport sur le mouvement éducatif en 1966/1967 (ministère Phnom-Penh, juillet 1967) ; Royaume du Cambodge. http://www.ibe.unesco.org/National_Reports/Cambodia/nr_pp_cb_1967_f.pdf
  106. Kampotmuseum : « L’Éducation au Cambodge, l’angle de l’histoire » (JM Filippi, 18 septembre 2012). https://kampotmuseum.wordpress.com/tag/role-des-ong-dans-leducation-au-cambodge/
  107. Conférence sur la réforme du système éducatif du Cambodge. -« L’Éducation nationale au Cambodge, un enjeu décisif sinon majeur pour l’avenir ». Conférence sur la Réforme du Système éducatif. (24 janvier 2017) tenue par Dr Hang Chuon Naron, ministre de l’Éducation, de la Jeunesse et des Sports. http://www.henricapitant-cambodia.org/wp-content/uploads/2017/05/Discours-FR-.pdf
  108. Reconstruire un système d’enseignement et de formation de qualité au Cambodge. Séminaire national de l’éducation : 24, 26 janvier 1994 (p.72). http://unesdoc.unesco.org/images/0013/001392/139291fo.pdf
  109. Reconstruire un système d’enseignement et de formation de qualité au Cambodge. Séminaire national de l’éducation : 24, 26 janvier 1994 (p.73). http://unesdoc.unesco.org/images/0013/001392/139291fo.pdf
  110. De la guerre à la paix ou d’un régime militaire à un régime policier (FASOPO : Fonds d’analyse des sociétés politiques (Roland Marchal) (2004) http://www.fasopo.org/sites/default/files/cambodge_rm_1204.pdf
  111. Année 2006/2007 : Rapport mondial de suivi sur l’EPT 2009. Vaincre l’inégalité : l’importance de la gouvernance. http://unesdoc.unesco.org/images/0017/001797/179793f.pdf
  112. Année 2007/2008 : Recueil de données mondiales sur l’éducation (2009). Statistiques comparées sur l’éducation dans le monde. http://www.uis.unesco.org/Education/GED%20Documents%20C/GED_2009_FR_Final_Web3.pdf
  113. Pour toutes les autres années: Institut de statistique de l’Unesco ; Ressources humaines, Enseignants, Enseignants par niveau d’enseignement http://data.uis.unesco.org/index.aspx?queryid=163&lang=fr
  114. -IIPE Unesco. International Institute for Educational Planning (Le Ministre cambodgien de l’éducation , de la jeunesse et des sports visite l’IIPE-UNESCO) 3 novembre 2015. http://www.iiep.unesco.org/fr/le-ministre-cambodgien-de-leducation-de-la-jeunesse-et-des-sports-visite-liipe-unesco-3339
  115. Réf. : Confiance, défiance et (abus) d’autorité dans l’éducation au Cambodge (Revue internationale d’éducation ; Sèvres N° 72, Septembre 2016) https://books.google.fr/books?id=bgCzDQAAQBAJ&pg=PA126&lpg=PA126&dq=Une+journ%C3%A9e+d'%C3%A9cole+au+Cambodge&source=bl&ots=A81InSktl5&sig=F0ZPKGWHZq9w30oGXGVcsTDLd2U&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwib9LuogNLWAhVD5BoKHZatAu84FBDoAQhEMAc#v=onepage&q=Une%20journ%C3%A9e%20d'%C3%A9cole%20au%20Cambodge&f=false
  116. Agence Kampuchéa Presse, 3 octobre 2016 http://www.akp.gov.kh/fr/?p=26030
  117. Agence Kampuchea Presse : 6 octobre 2017. http://www.akp.gov.kh/fr/?p=38974
  • Portail du Cambodge
  • Portail de l’éducation