Hôtel de la Monnaie (Rouen)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Pour les articles homonymes, voir Hôtel de la Monnaie.
Cet article est une ébauche concernant l’architecture ou l’urbanisme et Rouen.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Hôtel de la Monnaie

Hôtel de la Monnaie, vue depuis la cour intérieure

Présentation
Construction
3e quart du XVIe siècle
Destination initiale
Hôtel de la Monnaie
Destination actuelle
Caserne
Géographie
Pays
Région
Département
Commune

L'hôtel de la Monnaie est un ancien hôtel particulier de Rouen.

Situation[modifier | modifier le code]

L'hôtel de la Monnaie était situé entre les rues Herbière et Saint-Éloi. En face se trouvait l'ancien Jeu de Paume des Braques. Il occupait avant sa division et sa démolition une surface de 2108 m².

Historique[modifier | modifier le code]

La fondation de l'atelier monétaire de Rouen paraît remonter à Charles le Chauve (853). En activité sous les ducs de Normandie, des roumois y sont frappés. Une charte du XIIe siècle mentionne auprès de la rue Ganterie une Maison de la Monnaie.

Ce serait à la fin du 3e quart du XVIe siècle que serait construit le bâtiment rue Saint-Éloi. Il est complété d'un bâtiment en bois et pierre rue Herbière sous le règne de Louis XIII.

Rétabli en 1803, il est supprimé en 1848, mais utilisé jusqu'en 1852. Il est définitivement fermé en 1858 et transformé en caserne pour la Douane.

En 1910, l'hôtel est proposé à la vente et à la démolition. Celle-ci ayant déjà été entamé par l'installation d'une école pour ne le réduire qu'aux bâtiments formant façade sur la rue Saint-Éloi.

Description[modifier | modifier le code]

François Farin dit que « l'Hôtel de la Monnaie est le plus beau qui soit en France, si l'on considère ses bâtiments et sa fonderie », éloge soutenue par Toussaint-Duplessis dans sa Description de la Haute-Normandie.

L'ingénieur Lemasson, dans un mémoire de l'an XI, le décrit ainsi : « L'Hôtel de la Monnaie de Rouen est très vieux. Ce qui le caractérise est une quantité de bâtiments incohérents qui occupent une grande surface. Cependant, cette réunion de petits bâtiments, autour de petites cours, renferme tout ce qui est nécessaire, utile et même commode pour cet hôtel. Le plus ancien de ces bâtiments, le long de la rue Saint-Eloi, est tout entier en pierre de taille et est bâti dans le style de l'architecture de Philibert Delorme. Peut-être est-il de lui ou de l'un de ses admirateurs ». Il compare cette partie au château de La Mailleraye pour le profil et l'appareillage des pierres de Saint-Leu.

L'écusson, sculpté dans la cour intérieure, représentant les armes royales de France, entourées du cordon de l'ordre de Saint-Michel et flanquées des lettres F F couronnées. Il est conservé au musée des antiquités.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • « Chronique artistique et monumentale : l'Hôtel de la Monnaie » dans Bulletin des Amis des Monuments Rouennais, année 1910, Rouen, Imprimerie Lecerf fils, 1911, p.159-162.
  • Bulletin de la Commission des Antiquités de la Seine-Inférieure, t.VII, p.469-503.
  • Georges Dubosc, « L'ancien Hôtel de la Monnaie de Rouen » dans Le Journal de Rouen, 31 janvier 1911, lire en ligne.

Article connexe[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

  • Portail de la numismatique
  • Portail de Rouen