Jean Finot

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Pour les articles homonymes, voir Finot.
Jean Finot
Nom de naissance Jean Finckelhaus
Naissance
Varsovie
Décès (à 63 ans)
Paris
Nationalité Française
Pays de résidence France
Activité principale
Journaliste
Auteur
Distinctions
Officier de la Légion d'honneur

Jean Finot, né le [1],[2] à Varsovie (certaines sources évoquent une naissance le 26 mai 1856 à Pińczów[3]) et mort le [3] à Paris, est un journaliste, sociologue et auteur français. Il est connu pour son opposition aux théories racistes (ou racialistes), notamment par son ouvrage Le Préjugé des races, publié en 1905.

Biographie[modifier | modifier le code]

De son vrai nom Jean Finckelhaus[1],[3], il est issu d'une famille juive originaire de Pologne[réf. souhaitée].

Un opposant radical aux théories racistes[modifier | modifier le code]

Journaliste, directeur de la Revue des revues de 1892 à 1922[4] et sociologue, il est, souligne Claude Liauzu, l'un des rares intellectuels français du début du XXe siècle à s'opposer radicalement aux théories racistes à prétention scientifique et au darwinisme social qui sont alors soutenus en particulier par Vacher de Lapouge[5], Charles Richet[6], Gobineau ou Chamberlain[7].

En 1905, dans son ouvrage Le Préjugé des races, fondé sur le lamarckisme[8], il décrit la variabilité humaine comme continue et sans frontière et met en avant l'ampleur des métissages, disqualifiant la notion de race[4]. Il s'oppose ainsi à « une sorte de pseudo-science » fondée sur « les différences de mesures du crâne, l'épaisseur ou la finesse des membres, la couleur des cheveux, etc. », aux « lois problématiques, aux faits non examinés, et aux généralisations injustifiables »[9] et dénonce :

« Ces produits de l'imagination scientifique, accueillis d'une façon aveugle, sans la moindre critique, [qui] ont passé, en outre, dans les manuels d'histoire et de pédagogie. Aujourd'hui, sur 1 000 Européens instruits, 999 sont persuadés de l'authenticité de leurs origines aryennes […] Cela est devenu presque un axiome. À la suite de cette doctrine si profondément enracinée dans la conscience européenne, la sociologie, l'histoire, la politique et la littérature modernes n'ont cessé d'opposer les Aryens aux autres peuples sémitiques ou mongols. L'origine aryenne est devenue une sorte de source bienfaisante d'où découlent la haute mentalité de l'Europe et les vertus de ses principaux habitants[10]... »

Il s'attaque aux théories du « racisme scientifique » qu'il accuse de se présenter comme des dogmes pour le salut et des « guides infaillibles pour l'humanité ». Il devient ainsi une figure de proue de ce qu'on a appelé « la révolte scientifique contre le racisme », « pseudo-science suggérée comme fondement objectif de l'inégalité entre les hommes » dont il s'efforce de démonter les fondements scientifiques[9].

Avec sa traduction en anglais en 1906[11], Le Préjugé des races fait connaître aux spécialises anglophones les débats français du début du siècle sur la théorie des races. Il est encore à la fin du XXe siècle, selon Pierre-André Taguieff, « une référence usuelle dans la littérature savante sur le racisme[12]. »

Jean Finot est également l'un des organisateurs du premier Congrès universel des races (en) qui se tient à Londres en 1911[13].

Un militant de la lutte contre l'alcoolisme[modifier | modifier le code]

Il préside la société de lutte contre l'alcoolisme « L'Alarme » et publie plusieurs brochures particulièrement offensives à ce sujet[14].

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Français et Anglais devant l'anarchie européenne, Paris, V. Giard et E. Brière, 1904, 66 p.
  • La Philosophie de la longévité, Paris, Felix Alcan, 1906, 368 p.
  • Le Préjugé des races, Paris, L'alarme, 1906
  • La Science du bonheur, Paris, F. Juven, 1909
  • L'Union sacrée contre l'alcoolisme, Paris, L'Alarme, 1910, 227 p.
  • La Charte de la femme… suivie d'une enquête sur le vote politique des femmes en France, Paris, Publications de l'union française pour le suffrage des femmes, Paris, 1910
  • L'Agonie et la Mort des races, Paris, La Revue, 1911, 141 p.
  • Préjugé et Problème des sexes, Paris, F. Alcan, 1912, 524 p.
  • Progrès et Bonheur, Paris, F. Alcan, 1914, 662 p.
  • Civilisés contre Allemands (la grande croisade), Paris, Ernest Flammarion, 1915, 343 p.
  • Le Roi-alcol, Paris, 1915, L'alarme, 70 p.
  • Saints, initiés et possédés modernes, Paris, E. Fasquelle, 1918, 345 p.
  • L'Agonie et la Naissance d'un monde, Paris, Ernest Flammarion, 1918, 291 p.
  • Prolongeons la vie !, Figuière, 1920, 120 p.
  • L'Atelier des gens heureux, Paris, La Revue Mondiale, 1922, 211 p.
  • Sa Majesté l'Alcool, Paris, Plon-Nourrit, 1922, 86 p.

Hommages[modifier | modifier le code]

  • Il y a une rue Jean-Finot à Andilly, ville où a habité Jean Finot[16] et dont son fils fut maire[16].
  • Il est fait Chevalier (1896) puis Officier de la Légion d'honneur[3] par décret du 7 février 1906.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Finot, Jean (1858-1922) », sur idref.fr (consulté le 3 juillet 2013).
  2. (en) Nathan Carlin et Donald Capps, 100 Years of Happiness: Insights and Findings from the Experts, ABC-CLIO,‎ , 210 p. (ISBN 978-1440803628, lire en ligne), p. 23.
  3. a, b, c et d « Dossier de la promotion au grade d'Officier de la Légion d'honneur de Jean Finot », sur culture.gouv.fr.
  4. a et b Claude Liauzu, Histoire de l'anticolonialisme en France : du XVIe siècle à nos jours, Armand Colin, 2007, 304 p. (ISBN 9782200350932) p. 85.
  5. Claude Liauzu, La Société française face au racisme : de la Révolution à nos jours, Editions Complexe, 1999, 190 p. (ISBN 9782870277423) p. 94
  6. Pierre-André Taguieff, « La 'religion du progrès' : origines et avatars d'une représentation critique », dans Nicole Pelletier (dir.), L'Allemagne et la crise de la raison: hommage à Gilbert Merlio, Presses Universitaires de Bordeaux, 2001, 455 p. (ISBN 9782867812590) p. 60-61, ainsi que François Pavé, Le péril jaune à la fin du XIXe siècle: Fantasme ou réalité ?, L'Harmattan, 2013, 308 p. (ISBN 9782296517226).
  7. Cashmore 2013, p. 157, première colonne.
  8. Claude Blanckaert, Les politiques de l'anthropologie : Discours et pratiques en France (1860-1940), L'Harmattan, 2001, 494 p. (ISBN 9782296175495) p. 275.
  9. a et b Cashmore 2013, p. 157, seconde colonne.
  10. Le préjugé des races, Paris, 1905, p. 508, cité par Léon Poliakov, Le Mythe aryen: Essai sur les sources du racisme et des nationalismes, Complexe, 1987, 377 p. (ISBN 9782702150030) p. 314.
  11. Race Prejudice, Londres, Constable, 1906. Voir Pierre-André Taguieff, La couleur et le sang : doctrines racistes à la française, Fayard/Mille et une nuits, 2002, 352 p. (ISBN 9782755503968) note 158.
  12. Pierre-André, « Du racisme au mot « race » : comment les éliminer ? », dans Mots, décembre 1992, n° 33, p. 215-239. Lire en ligne.
  13. Jean-Claude Wartelle, « La Société d'Anthropologie de Paris de 1859 à 1920 », dans Revue d'Histoire des Sciences Humaines, vol 1, n° 10, 2004, p. 125-171. Lire en ligne.
  14. Didier Nourrisson, Alcoolisme et antialcoolisme en France sous la Troisième République: l'exemple de la Seine Inférieure, Documentation française, 1988, vol 2 (ISBN 9782110020666).
  15. « Prix Jean Finot », sur asmp.fr, Académie des sciences morales et politiques (consulté le 3 juillet 2013).
  16. a et b Dédé-la-Science, « « Le préjugé des races », de Jean Finot », Le Courrier,‎ (lire en ligne).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Ellis Cashmore, Encyclopedia of Race and Ethnic Studies, Routledge,‎ , 512 p. (ISBN 978-1134447060), p. 157-158.
  • (en) Jennifer Michael Hecht, « The Solvency of Metaphysics: The Debate over Racial Science and Moral Philosophy in France, 1890-1919 », Isis, vol. 90, no 1,‎ , p. 1-24.
  • (en) Jennifer Michael Hecht, The End of the Soul: Scientific Modernity, Atheism, and Anthropology in France, Columbia University Press,‎ , 402 p. (ISBN 9780231128469), p. 267 et suiv.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • Portail de l’anthropologie
  • Portail de la sociologie
  • Portail de la presse écrite
  • Portail de la France