Synagogue de Rouen

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Synagogue de Rouen

Façade, angle de la rue des Bons-Enfants et de la rue de l'Ancienne-Prison
Présentation
Culte Israélite
Rattachement Consistoire de Normandie
Fin des travaux 1950
Architecte François Herr
Style dominant Mouvement moderne
Géographie
Pays  France
Région Normandie
Département Seine-Maritime
Ville Rouen
Coordonnées 49° 26′ 40″ nord, 1° 05′ 21″ est

La synagogue de Rouen est une synagogue consistoriale de rite sépharade, située au 55 de la rue des Bons-Enfants à Rouen.
Devant l’entrée, une plaque commémorative rend hommage aux morts en déportation de la communauté juive de la ville.

Historique[modifier | modifier le code]

Deux rues principales divisent au Moyen Âge la surface de l'ancienne Rothomagus : du nord au sud le cardo (l'actuelle rue des Carmes) et de l’est à l’ouest le decumanus (l'actuelle rue du Gros-Horloge). La rue aux Juifs ou Vicus judaeorum, d'une longueur de plus de 200 mètres, se trouvait au cœur du secteur nord-ouest de la ville, tout près du decumanus. Cette rue était le centre du quartier qu'on appelait la terra judaeorum (terre des Juifs) ou le « clos aux Juifs. » Au Moyen Âge, la superficie du quartier tout entier est à 28 500 m2. Cette superficie était habitée en permanence par une population juive considérable (environ 10 % de la population totale de la ville) jusqu'à l'expulsion de 1306[1].

Le cimetière principal se situait à l'extérieur des murs de la ville du XIIIe siècle, au-delà du présent boulevard de la Marne en montant vers Mont-Saint-Aignan. On l'appelait le “cimetière as Juieulz” ou le Mons Judaeorum. Ce terme s'appliquait souvent aux cimetières juifs en Europe du Moyen Âge[2].

La synagogue de la ville se situait au 55 de la rue aux Juifs. On la trouve indiquée sur deux plans de la ville datant du XVIIIe siècle. Selon une description de Rondeaux de Sétry (1782), il s'agissait d'un grand pavillon de style roman, presque carré, à demi enterré, avec deux étages voûtés. Sa tour est signalée dans le Livre des fontaines de Rouen de Jacques Le Lieur (1525) et son aspect est rendu par un dessin d’architecture du XVIIIe siècle conservé aux Archives départementales de la Seine-Maritime et intitulé Pignon de la synagogue. Dans le plan de Vernisse (1738) figure une représentation horizontale de l'édifice. Dans le mur est se trouve une abside courbe en saillie où étaient gardés les rouleaux sacrés de la Torah, comme dans toutes les synagogues de style roman. L'entrée du bâtiment est sur le côté ouest, c'est-à-dire en conformité avec la loi rabbinique, à l'opposé du mur auquel font face les fidèles en prière. Les murs ont deux mètres de largeur ; deux grandes fenêtres sont percées dans les murs ouest et sud, ce qui laisse entrer beaucoup de lumière, en conformité avec une autre tradition talmudique. Une autre description (1821) nous apprend que dans la voûte qui termine l'édifice peuvent être aperçus des fragments de peinture laissant supposer l'existence d'une fresque[3].

Peu après sa destruction, Charles de Beaurepaire indique à son propos dans un article paru dans l’édition de 1891‐1893 du Bulletin de la Commission des antiquités de la Seine-Inférieure que « l’appareil des murs et plus encore la hauteur de ce caveau présentaient quelque chose d’extraordinaire, et c’est un sujet de regret pour moi qu’on n’en ait point relevé exactement les dimensions, qu’on n’en ait point pris un dessin pour l’album de la Commission des Antiquités du département »[3].

À partir de 1869, la communauté juive rouennaise se réunit dans l'ancienne église Sainte-Marie-la-Petite, ainsi nommée pour la distinguer à la fois de la cathédrale Notre-Dame et de l’église Notre-Dame-de-la-Ronde, comme elle dédiées à la Vierge. Déconsacrée et vendue au cours de la Révolution française, cette église avait servi successivement d’entrepôt puis d’école avant d'être affectée en 1865 au culte israélite. Devenue synagogue, elle fut fermée par les Allemands aux premières heures de l’Occupation et transformée en poste de secours. Le 31 mai 1944, une bombe anglaise de forte puissance la détruisit presque entièrement et la plupart des blessés réfugiés à l’intérieur des lieux avec le personnel médical trouvèrent la mort. Seul le porche subsista mais il fut rasé en décembre 1946 au cours de travaux de reconstruction de la ville[4].

La synagogue actuelle fut édifiée au même emplacement et sa construction achevée le 17 décembre 1950.

Église Sainte-Marie-La-Petite, 55 rue des Bons-Enfants, ancienne synagogue
Rouen, église Sainte-Marie la Petite - 1944
Synagogue de Rouen, façade rue des Bons-Enfants
Synagogue de Rouen, plaque commémorative des victimes de déportation

L'histoire des Israélites de Rouen[modifier | modifier le code]

Dans son numéro du 19 mars 1905, le Journal de Rouen consacre deux pages aux "synagogues israélites à Rouen", brossant à grands traits l'histoire du judaïsme dans la capitale normande[5].

Période ducale[modifier | modifier le code]

1010-1035. Des ducs de Normandie persécutent les Juifs. Le pape met fin à la persécution de 1010, mais plus tard le Juif rouennais Reuben ben Isaac doit s'enfuir vers la Palestine[6].

c. 1070. Guillaume le Conquérant emmène des Juifs rouennais à Londres, créant ainsi la nouvelle communauté juive de l'Angleterre médiévale.

1096. Les croisés normands persécutent les Juifs de Rouen, leur donnant le choix entre la mort et la conversion au christianisme.

1099. Le duc de Normandie et roi d'Angleterre Guillaume le Roux permet aux convertis le retour au judaïsme. Suit une période de reconstruction de la communauté de Rouen et de ses institutions.

1131. Par l'intermédiaire du roi Henri Ier Beauclerc, les Juifs donnent des cadeaux au pape Innocent II à Rouen.

1140-1200. Épanouissement des études hébraïques à Rouen. Des exégètes de la Bible produisent une foule de commentaires et de grands tossafistes tels que Samuel ben Meïr, Menahem Vardimas ou Abraham ibn Ezra[7] commentent et annotent le Talmud[8].

Période française[modifier | modifier le code]

1204. Philippe Auguste conquiert Rouen. Les Juifs normands se trouvent dorénavant sous la juridiction des rois de France.

1220-1250. Le pouvoir royal commence à instaurer des restrictions contre les activités financières des Juifs.

1296-1299. Le Juif Calot de Rouen sert le roi Philippe le Bel comme procurateur (première autorité fiscale) des Juifs de France[9].

1306-7. Expulsion des Juifs de France. Le roi accorde à la ville le clos aux Juifs de Rouen avec toutes ses dépendances.

À la fin du XVIe siècle, quelques familles Marranes s'installèrent à Rouen suivies par plusieurs autres vagues. Certaines d'entre elles émigrèrent ensuite vers Amsterdam, Anvers, Hambourg ou Londres et dès le XVIIIe siècle, la communauté Marranne a presque entièrement disparu. Une nouvelle communauté juive, composée principalement de Juifs alsaciens, réapparaîtra après la Révolution et deux de ses représentants participèrent, en 1806, à la création du Consistoire central israélite de France par Napoléon Ier.

Période moderne[modifier | modifier le code]

Vers la moitié du XIXe siècle, la communauté rouennaise comptait environ 300 membres[5].

Sous l'Occupation, 14 familles seront arrêtées et déportées[10].

La communauté actuelle, composée en majorité de Juifs d'Afrique du Nord, compte environ 700 personnes[11].

Sources[modifier | modifier le code]

  1. (en) Norman Golb, The Jews in Medieval Normandy : A Social and Intellectual History, Cambridge University Press, , 654 p. (ISBN 1107406870)
  2. Cécile-Anne Sibout, Les Juifs à Rouen : du Moyen âge à nos jours, Rouen, Agglomération de Rouen, (ISBN 978-2-913914-36-0)
  3. a et b Norman Golb, Les Juifs de Rouen au Moyen-Âge, Rouen, Publications universitaires de Rouen, , 475 p. (ISBN 2877757412)
  4. Jacques Tanguy, Rouen aux 100 clochers : dictionnaire des églises et chapelles de Rouen (avant 1789), Rouen, Éditions Des Falaises, , 200 p. (ISBN 2906258849)
  5. a et b « Journal de Rouen », sur Archives départementales de la Seine Maritime : http://www.archivesdepartementales76.net/, (consulté le 28 novembre 2014)
  6. (en) Norman Golb, The Jews in Medieval Normandy : A Social and Intellectual History, Cambridge University Press, , 654 p. (ISBN 1107406870)
  7. (he) Norman Golb, Toldot Hayehudim B'Ir Rouen B'Yemai Habenayim, Tel Aviv, Dvir Publishing House, , 284 p.
  8. (en) David Engel et al., Studies in Medieval Jewish Intellectual and Social History : Festschrift in Honor of Robert Chazan, Leyde, Brill Academic Publishers, (ISBN 9004222332)
  9. Théodore Reinach, Charles de Valois et les juifs, Paris, A. Durlacher, , 10 p. (lire en ligne)
  10. Françoise Bottois, De Rouen à Auschwitz : les Juifs du "Grand Rouen" et la Shoah, 9 juin 1940-31 Juillet 1944, Ovadia, (ISBN 2363921178)
  11. « Rouen ; synagogue et Centre Communautaire », sur www.consistoirecentral.fr (consulté le 28 novembre 2014)