Tramway de Montréal

Un article de Wikipedia, l'encyclopedie libre.
Sauter a la navigation Sauter a la recherche

Tramway de Montréal

Tramway n°722 rue Sainte-Catherine (1902).

Situation Montréal et Rive-Sud
(Québec, Canada)
Type Tramway
Entrée en service 1861 (hippomobiles)
1892 (électriques)
Fin de service 1959
Longueur du réseau 510 km (1933)
Fréquentation 100 millions (1910)
398 millions (1947)
Écartement des rails 1,435 mm
Réseaux connexes Trains de banlieue


Carte du réseau en 1941.

Le tramway de Montréal désigne un réseau de tramways canadiens existant à Montréal, de 1861 à 1959. Il débute au centre-ville puis se développe vers la banlieue pour devenir le moyen de transport collectif principal de la métropole canadienne, atteignant 510 kilomètres de rails en 1933.  

Aujourd'hui, le terme désigne un projet de tramway moderne, à l’étude depuis 2007. En 2009, une première phase d’étude démontre qu'une ligne au centre-ville relié au chemin de la Côte-des-Neiges représenterait le secteur idéal pour commencer le développement d'un nouveau réseau.

Histoire[modifier | modifier le code]

Précurseurs[modifier | modifier le code]

En 1848 une ligne d'omnibus, la première du genre à Montréal, fut établie entre la gare Bonaventure et le ferry vers Longueuil. Ce sera une expérience brève et il faudra attendre 1861 pour que soit créé, par les propriétaires de la Montreal and Lachine Railroad, le premier système de transport public d'envergure : la Montreal City Passenger Railway Company (MCPRC).

Tramways hippomobiles[modifier | modifier le code]

Tramway hippomobile sur la rue Notre-Dame, vers 1870.

Pour desservir une population croissante (1831 : 27 000, 1860 : 90 000), la MCPRC inaugura, le , un service de tramways hippomobiles sur la rue Notre-Dame entre les rues Havre et McGill. Les premières lignes se déployèrent parallèlement au fleuve Saint-Laurent, le long des rues Craig et Notre-Dame. En 1864, la première ligne nord-sud apparut sur le boulevard Saint-Laurent. Moins de 30 années plus tard ont comptait quatre lignes est-ouest majeures et deux mineures et trois lignes nord-sud[1]. La plus fréquentée de ces dernières était la ligne reliant la rue Craig au village Saint-Jean Baptiste. La compagnie possédait alors 1 000 chevaux, 150 tramways, 104 traîneaux et 49 omnibus. Les rues n’étant pas déneigés, des traîneaux remplaçaient tramways et omnibus en hiver[2].

Les tramways, communément appelés «p’tits chars», en plus de constituer un moyen pratique pour se déplacer d’un bout à l’autre de la ville, permirent le développement de nouveaux quartiers périphériques. Ce moyen de locomotion était cependant assez dispendieux. En effet, 0,05 $ l'entrée représentait beaucoup pour un travailleur gagnant en moyenne 7,00 $ par semaine. En 1892, seulement 10,6 % des utilisateurs du tramway étaient du milieu ouvrier. Cette même année verra l'arrivée de l'électrification, malgré la réticence de la Montreal Street Railway Company (MSRC), successeur de la MCPRC en 1886[3].

Tramways électriques[modifier | modifier le code]

Tramway électrique n°386 et sa remorque ouverte, rue Sainte-Catherine, 1895.

Si dés 1870 l'électricité fut envisagée comme moyen de traction[1], ce n'est que le que la MSRC mis en service le premier tram électrique de la ville, le numéro 350, surnommé « The Rocket ». Avec l'électrification apparurent de nouvelles méthodes de gestion de la neige : balayage, poussage puis soufflage. L'implantation de l'électricité fut extrêmement rapide. En 1895, déjà, les derniers traîneaux étaient retirés du service et les chevaux passaient par l'abattoir. Les tramways hippomobiles survivront un peu plus longtemps, jusque 1899, convertis en remorques[4]. Liés au nouveau système, les enchevêtrements de fils au-dessus des rues donnèrent à voir aux citadins un ciel découpé en petits espaces. Plus rapide et moins dispendieux que le système hippique il gagnera rapidement la faveur populaire (1892 : 11 millions d'entrées, 1905 : 50 millions d'entrées, 1914 : 107 millions d'entrées).

La MSRC introduisit de nombreuses innovations telles que les premiers tramways panoramiques pour touristes (1905), les premiers tramways entièrement en acier au Canada (1907), puis les premiers tramways articulés (1928)[5]. L'innovation la plus importante fut certainement l'implantation du système P.A.Y.E (Pay As You Enter).

P.A.Y.E[modifier | modifier le code]

Embarquement des passagers dans un tramway, 1943.

En mai 1905, le tramway 890 de la MSRC devint le premier au monde à intégrer un système de perception du tarif dès la montée à bord. Les tramway étaient conduits par un garde-moteur et un contrôleur. Auparavant le contrôleur devait traverser le tram pour collecter les billets car le paiement à l’entrée aurait trop ralenti le service. Avec le système P.A.Y.E une vaste plateforme couverte fut aménagée à l'arrière du tramway pour permettre aux passagers de monter à bord rapidement. Une fois le tramway en marche ils pouvaient alors accéder à l'intérieur en payant leur billet au contrôleur stationné devant l'unique porte d'entrée, à l'arrière. La sortie, quant à elle, pouvait se faire par l'avant ou l'arrière[6].

Paradoxalement, la conduite des tramways par un seul employé sera longue à se mettre en place en raison de l'opposition des syndicats et de la fréquentation importante de certaines lignes. Commencé en 1924, ce mode d’opération ne sera étendu à la totalité du réseau qu'à la fin de l'exploitation[7].

Compagnie des Tramways de Montréal[modifier | modifier le code]

Des voyageurs attendent le tramway en file sur le boulevard Saint-Laurent près de la rue Notre-Dame Ouest à Montréal, 1943.

En 1911, la Compagnie des Tramways de Montréal (CTM) naquit de la fusion des lignes urbaines de la Montreal Street Railway Company et des lignes de banlieue des Montreal Park & Island Railway et Montreal Terminal Railway. Son réseau mesurait alors 370 kilomètres et un ambitieux programme d'expansion fut lancé, 125 nouveaux tramways en acier (série 1200) furent achetés[8] pour remplacer leurs homologues en bois et une commande de 200 supplémentaires (série 1325) était en vue[9]. Si la première Guerre mondiale (1914-1918) ralentit le développement, elle ne l'annula pas et le réseau atteindra son sommet, en 1930, avec 510 kilomètres de rails, plus de 55 lignes, plus de 1 200 véhicules et plus de 1 400 employés. Mais déjà se profilaient en parallèle l'automobile (c. 1902) et l'autobus (1919) qui un jour délogeront les «p'tits chars».

Publicité sur un tramway pour des obligations de guerre, 1944.

Avec la Grande Dépression commença le déclin des tramways à Montréal. Pourtant, durant la seconde Guerre mondiale (1939-1945), ils transportèrent des nombres records de passagers vers les usines participant au vaste effort de guerre national, jusqu'à un million par jours. Tous les trams disponibles furent mis en service et la CTM fit même l’acquisition de matériel provenant de villes Américaines convertissant leurs réseaux au bus. Les propriétaires d'automobiles prenaient eux aussi le tram en raison des rationnement imposés sur l'essence et les pneumatiques. La plupart de la manufacture d'automobiles privés fut interrompue vers le milieu de la guerre afin que les usines puissent se concentrer sur les véhicules militaires. La compagnie des tramways éprouvait des difficultés à obtenir certains équipements pour la maintenance de sa flotte et se retrouva dans une situation précaire à la fin de la guerre.

Fin du tramway[modifier | modifier le code]

Trois gardes-moteur (conducteurs) en formation, 1948.

Après plusieurs années d'utilisation intensive et d’entretien différé, le réseau de tramways de Montréal nécessitait d'importants travaux de réfection autant pour les rails, les fils de contact que pour les trams eux-mêmes. La compagnie des tramways faisait face à la perspective d'importantes dépenses et à une situation nouvelle de décroissance de l'achalandage. En effet, les constructeurs automobiles, leurs contrats militaires terminés, se retournèrent vers un marché civil en pleine expansion après les privations de la guerre. La démocratisation de l'automobile et le mode de vie banlieusard qui lui devint associé entrait en conflit avec le tramway, qui non seulement ne desservait pas les nouvelles banlieues mais, qui plus est, participait à la congestion de rues désormais acquises à ce nouveau moyen de transport.

En juin 1951, la Compagnie des Tramways vendit ses actifs à un organisme public créé dans ce but l’année précédente, la Commission de Transport de Montréal (CTM). La CTM se donna dix ans pour remplacer les lignes de tramways par des autobus, comme cela se faisait depuis les années 1930 en Europe et aux États-Unis. Le 30 août 1959, sur le boulevard Rosemont, le dernier tramway électrique fermera officiellement la marche sur une époque désormais révolue.

Retour à l’étude[modifier | modifier le code]

Dés janvier 2000 l'Agence métropolitaine de transport (AMT) s’intéresse au retour du tramway à Montréal. L'agence réalise même une mission d'observation des réseaux français à l'automne 2002[10]. En 2004, la Ville de Montréal adopte un plan d’urbanisme favorisant l’établissement de nouvelles dessertes en transport collectif.

Séduit par le réseau d’Île-de-France en 2006, le maire de Montréal, Gérald Tremblay, fait du tramway la priorité du Plan de Transport de son administration l’année suivante[11]. En 2008, ce plan est adopté par le conseil d’agglomération de Montréal puis la réalisation d’études sur le déploiement d'un réseau initial de tramways est approuvée.

Études[modifier | modifier le code]

Après un appel d'offre public, Génivar-Systra obtient ce mandat d’étude. Les analyses réalisées par le consortium lors de la première phase confirment en 2009 que le centre de Montréal représente le secteur idéal pour l’implantation d’un réseau de tramways, tel qu'envisagé par le Plan de Transport de la ville[12].

La seconde phase, débutée immédiatement après la première, étudie la faisabilité technique d'une première ligne. En 2011, l'étude complétée chiffre à environ 849 millions de dollars le coût de déploiement d'une ligne de tramway de 13,2 km et 32 stations empruntant le Chemin de la Côte-des-Neiges, la rue Guy, le boulevard René-Lévesque et effectuant une boucle dans le Vieux-Montréal[13].

Moratoire[modifier | modifier le code]

Alors que la ville de Montréal avait déjà financé la réalisation d'un plan d'affaires, en mars 2012, le Ministre des finances du Québec décrète un moratoire sur le financement des projets de tramway[14]. En 2013, le futur maire de Montréal, Denis Coderre, déclare : « Le tramway, on oublie cela. L’argent ne pousse pas dans les arbres. »

En campagne puis après son élection en 2018, le gouvernement de François Legault annonce son intention de développer le transport en commun dans l'Est de Montréal en aménageant deux lignes de tramway. En 2019, une troisième ligne vers Lachine vient s'ajouter au projet.

Ancien tramway[modifier | modifier le code]

Réseau[modifier | modifier le code]

Terminus Craig sur la rue Saint-Antoine, 1932.
Tramways sur la rue Saint-Antoine, 1947.

La plus courte ligne du réseau fut la ligne de la rue Decourcelles entre les rues Saint-Antoine et Sainte-Catherine avec seulement 365 mètres.

Lignes de la Compagnie des tramways de Montréal (1941)[15].
Numéro Nom Terminus
(15) Sainte-Catherine–Atwater Atwater Harbour
43 Park Avenue–Atwater Bernard & Saint-Laurent
52 Mont Royal–Atwater Parc Maisonneuve
(97) Van Horne–Atwater Hillsdale
(82) Bleury–Aylmer Aylmer Parc Jarry
93 Remembrance Road Côte-des-Neiges Chemin Remembrance
72 Saint-Denis–Frontenac Harbour Crémazie
84 Hochelaga Viau
92 Lachine Extension Lachine Lachine
7 Mont Royal–Park Avenue Mont Royal & Parc Parc Maisonneuve
11 Mountain Mont Royal
87 Davidson Ontario Rachel
1 Amherst Place d'Armes Est Masson
12 Delorimier Bélanger
44 Papineau
(94) Frontenac
(20) Notre-Dame–Haig Avenue Haig
22 Notre-Dame-Est–Georges-V Avenue Georges-V
54 Rosemont Rosemont
95 Frontenac Gare Parc
2 Centre Place d'Armes Ouest Atwater
14 Guy–Beaver Hall Place d'Armes Ouest
47 Saint Antoine
25 Notre-Dame–Cote Saint Paul Verdun
58 Wellington–Place d'Armes
(60) Wellington–Terminus Craig
36 Notre-Dame–Ville Emard Lasalle
(63) Sherbrooke–Elmhurst Gare Montréal-Ouest
70 Windsor–Montreal Ouest Montréal-Ouest
83 Windsor–Snowdon Snowdon
91 Lachine Lachine
40 Montréal Nord Saint-Michel Gouin
17 Cartieville Snowdon Cartierville
29 Outremont–Youville Place Youville
(41) Park Avenue–Snowdon Bernard & Saint-Laurent
65 Côte-des-neiges Gare Centrale
9 Rachel–Windsor Square Victoria Parc Baldwin
(23) Saint-Denis–Ahuntsic Terminus Craig Est Ahuntsic
24 Saint-Denis–Sault Saint-Michel
55 Saint-Laurent–Crémazie Crémazie
68 Saint-Denis–Crémazie
(77) Saint-Laurent–Jean Talon Saint Denis
(30) Outremont–Terminus Craig Terminus Craig Ouest Côte-des-Neiges
31 Saint-Henri–N.D.G Notre-Dame-de-Grace
(64) Sherbrooke–Madison
35 Saint-Denis–Christopher Colombe Villeray
(48) Saint-Henri–Snowdon Plamondon
49 Saint-Henri–DeCourcelles/Monkland Monkland
80 Bleury–Terminus Craig Parc Jarry
96 Van Horne–Terminus Craig Hillsdale
3 Sainte-Catherine–N.D.G Viau & Notre-Dame Gare Montreal-Ouest
3A Sainte-Catherine–Monkland/Somerled Walkley
5 Ontario–Aylmer Aylmer
5A Ontario–Victoria Square Square Victoria
(33) Sainte-Catherine–Madison Notre-Dame-de-Grace

Circuit touristique[modifier | modifier le code]

La ligne 11 emmena, du au , 6 330 000 touristes depuis l'avenue du Parc jusqu'au sommet du Mont-Royal pendant les périodes estivales. Certains tramways furent spécifiquement conçus pour cette ligne fort pentue (jusqu’à 10,1 %), comme le no 1325, équipé de freins dynamiques en plus de ses freins à air[8],[16].

Matériel roulant[modifier | modifier le code]

En 98 années de service, Montréal verra circuler dans ses rues une grande variété de tramways de fabrication locale ou importés :

Traction hippomobile[modifier | modifier le code]

  • 150 Tramways construit par la John Stevenson Company ;
  • 104 Traîneaux N.&A.C. Larivière ;
  • 49 Omnibus N.&A.C. Larivière[17].

Traction électrique[modifier | modifier le code]

Les tramways de Montréal, s'ils n'ont pas été les premiers électrifiés du pays, sont cependant rapidement devenus les plus divers et les plus distincts.

Liste des tramways à traction électrique de Montréal[8],[18],[19].
Constructeur / Modèle Numéros Livraison Retrait Nombre Commentaires
Numéros pairs.
Newburyport Car Manufacturing, Autres 2-292 1892-1895 ~1912 Tramway n°274 converti en saleuse en 1912.
Browell Car Company, Autres 294-456 ~1914 Premier tramway électrique « The Rocket » (n°350).
Montreal Street Railway (MSR) 458-636 1896-1900 Premiers tramways de design Montréalais.
MSR / « Scotch Car » 638 1900 1929 1 Adaptation du design de Glasgow (entrée centrale).
MSR / Klondyke 640-688 1900 25 Premiers tramways à deux bogies.
MSR / « Scotch Car » 690-739 1901-1902
Rathbun 1002-1022 (1896) 1901 11 Récupérés de la MP&IR. Tramways à simple bogie.
1024-1030 (1897) 1901 4 Récupérés de la MP&IR. Tramways à bogies doubles.
MSR 1032-1050 1902 10 Tramways de banlieue. Peints orange pour la visibilité.
MSR / Windsor Airs 740-788 1903-1904 1929 25 Premiers tramways équipés de freins à air.
MSR 790-838 1904-1905 25
J.G. Brill, Niles, OCMC, Autres 840-886 1905 24
MSR[6] 888-892 3
890 / 900 1905 1933 1 Prototype P.A.Y.E. Renuméroté 900 suite à un accident.
902-950 1905-1906 1955 25 Premiers tramways P.A.Y.E.
940 1906 1 Prototype P.A.Y.E long de 16 mètres.
Ottawa Car Manufacturing (OCMC) 1052-1056 (1896) 1907 3 Récupérés de la Montreal Terminal Railway.
Numéros impairs.
St. Charles Omnibus Company, Autres 1-187 1893-1895 Tramways ouverts à simple bogie.
MSR, Lariviere 209-649 1897-1900 ~1913
MSR 187-207 1899-1900
Crossen 701-707 (1898) 1901 4
OCMC, Laconia, Preston, Autres 1025-1059 1896-1911 18 Tramways fermés à bogies doubles.
MSR 651-699 1901 25 Tramways semi-ouverts convertibles à double bogies.
Lariviere 1001-1023 (1898) 1901 12 Récupérés de la Montreal Park and Island Railway.
CC&F, OCMC, J.G. Brill,

Pressed Steel Car

703-881 1906-1908 1952 90 Dérivés du tramway 940.

Premiers tramways en acier au Canada (n°863 à 881).

OCMC, Laconia 1501-1513 (1896) 1907 7 Récupérés de la Montreal Terminal Railway.
OCMC 901-999 1910-1911 1955 50 Première série entièrement en acier.
Numéros consécutifs.
MSR 1100-1101 1908 2
OCMC 1102-1104 1911 3
CC&F, OCMC 1200-1324 1911-1913 1956 125 Derniers tramways de design Montréalais.
OCMC[9] 1325-1524 1913-1917 1959 200 20 modifiés pour la ligne 11 en 1930[16].
Canadian Car and Foundry (en)(CC&F) 2100-2239 1926-1929 140
2650-2674 1930 1958 25 Attelages retirés en 1934.
2850-2874 25
CTM 1175-1178 1943 4
Tramways à deux voitures (motrice et remorque)[4]*.
J.G. Brill 1525-1549 1914 1958 25 Tramways moteurs.

Convertis à employé unique en 1936.

1600-1624 25 Tramways remorque.

Convertis en tramways moteurs en 1934.

1550-1599 1917-1918 1959 50 Tramways moteurs.

Convertis à employé unique.

1625-1674 50 Tramways remorque motorisés.
CC&F 1800-1824 1925 1957 25 Tramways moteurs.
1675-1699 1959 25 Tramways remorques.

Convertis en tramways moteurs en 1935.

CC&F / « Duplex »[5] 2500-2501 1928 1953 2 Premiers tramways articulés (deux motrices interconnectés).
Tramways à employé unique (solotrams)[7],[20]*.
Birney Safety Car (en) 200-227 (1919) 1924 1947 14 Rachetés à la Detroit United Railways. Premiers tramways à employé unique.
CC&F 1900-2004 1926-1929 1959 105 Classe 1900.
2600-2605 1929 6 Renumérotés 2005-2010 en 1956.
1850-1874 1930 25
Wason Car Company 2050-2088 (1927) 1941 39 Rachetés à la Springfield Street Railway Company.
J.G. Brill 2030-2035 (1924) 1942 6 Rachetés à Schenectady.
2036-2040 (1926) 1942 5 Rachetés à la Alabama Power Company.
CC&F / President's Conference Committee (PCC) 3500-3517 1944 1959 18 Conçus par la Saint-Louis Car Company. En service aussi à Toronto et Vancouver.
*Un tramway remorque avait l'avantage de ne nécessiter qu'un contrôleur pour son fonctionnement, puisque tiré par un autre tramway. Sur les rues Saint Denis et Saint Laurent les remorques (n°1625-1674) furent équipés de moteurs sur leur bogie avant, contrôlables par le tramway de tête, pour leur permettre de franchir les fortes pentes.

*Les tramway conduits par un seul employé, le garde-moteur, étaient de couleur crème avec une bordure rouge indien. Ceux de couleur verte à bordure crème étaient conduits par un garde-moteur et un contrôleur[8].

Matériel spécifique[modifier | modifier le code]

En plus des tramways destinés au transport de passagers, les réseaux étaient empruntés par une grande variété de matériel roulant à usage spécifique : entretien des voies, déneigement, tourisme, etc.

Par exemple, de 1910 au milieu des années 1920, un service de transport de marchandises fut proposé par les compagnies de tramway. De nombreux tramways spécialisés convoyaient principalement des matériaux de construction depuis les différentes carrières du nord-est de l'île de Montréal. La demande déclinant, ce matériel demeura au service des compagnies elles-mêmes[21].

  • 4 tramways observatoires, les « p'tits chars en or » ou « Golden Chariot ». En service pendant la saison estivale de 1905 à 1958, sauf pendant la Seconde Guerre mondiale ;
  • de nombreux tramways chasse-neige, dont des balayeuses à bogie unique (16 construites par Ottawa Car en 1913, en service jusqu'en 1959) ou double, des charrues à neige, et 5 rotatifs (no 1 construits en 1899) ;
  • un tramway de fanfare utilisé par l'orchestre des employés ou par des organisations ou des entreprises le louant. En service jusqu'en 1928 ;
  • deux tramways funéraires desservant le cimetière des Trembles (Hawthorn-Dale) jusqu'en 1927 ;
  • deux tramways prisons, propriétés du gouvernement provincial, utilisés pour transférer les prisonniers du tribunal en centre-ville à la jonction triangulaire Ahuntsic près de la prison de Bordeaux de 1915 à 1925 ;
  • un tramway école (no 1054) avec plancher en verre.

Exemplaires préservés[modifier | modifier le code]

Tramway n°1959 conservé en état de marche au musée ferroviaire canadien.

De nombreux véhicules ayant roules à Montréal, dont certains maintenus en état de marche, sont visibles dans quatre musées[8].

Musée ferroviaire canadien (Exporail) de Saint-Constant[18],[20],[22] :

  • Tramways n° 200, 274, 350, 859, 997, 1046, 1317, 1339, 1801, 1953, 1959, 2222 et 3517 ;
  • omnibus n° 7 ;
  • traîneau n° 20 ;
  • tramways observatoire n° 1 et 3 ;
  • voiture balayeuse n° 51 ;
  • grue W-2 ;
  • navette d'atelier Y-5 ;
  • n° 3151 ;
  • voiture outils n° 3200 ;
  • locomotive n° 5001.
Tramway observatoire n° 4 préservé en état de marche au Connecticut Trolley Museum.

Shoreline Trolley Museum de East Haven dans le Connecticut (États-Unis)[23] :

  • Tramways n° 2001 ;
  • chasse neige n° 3152 ;
  • chasse-neige rotatif n° 5 ;
  • grue W-3 ;
  • locomotive n° 5002.

Connecticut Trolley Museum à East Windsor dans le Connecticut[24] :

  • Tramways n° 2056 et 2600 ;
  • tramway observatoire n° 4 ;
  • grue W-1.

Seashore Trolley Museum de Kennebunkport dans le Maine (États-Unis)[25] :

  • Tramways n° 957, 2052 et 2652 ;
  • tramway observatoire n° 2.

Ateliers[modifier | modifier le code]

La Montreal Street Railway Company entretenait ses tramways hippomobiles dans le quartier Hochelaga. Avec l'électrification, de plus vastes ateliers, plus proches du centre-ville, furent nécessaires et les écuries de la rue Coté furent modifiées en conséquence.

Le développement du réseau obligeant la compagnie à construire ses propres véhicules, un nouveau complexe d'ateliers d'assemblage et de construction fut construit en 1898 à l'angle des rues Sainte-Catherine et du Havre à Hochelaga. Jusqu'en 1906, cette usine assemblera 550 tramways[26].

Centrale électrique d'Hochelaga, 1917.

En novembre 1907, la compagnie Montreal Park and Island Railway fit l'acquisition 26 hectares (75 arpents) de terres agricoles à côté du village d'Youville, au bout de la ligne de tramway de la rue Saint-Denis, pour y construire de vastes ateliers d'entretien[26]. Le plateau d'Youville, ouvert fin 1911, est toujours en service aujourd'hui, reconverti en 1963 à l'entretien des rames du métro et des autobus[3].

Centrales électriques[modifier | modifier le code]

Les compagnies de tramway produisaient leur propre électricité pour alimenter leurs réseaux de fils de contacts. La Montreal Street Railway Company construit, par exemple, une centrale thermique sur la rue William en 1894.

Projet de nouveau tramway[modifier | modifier le code]

L'implantation d'un réseau de tramway moderne à Montréal est étudié depuis 2000 et s’inscrit dans les orientations que la ville a énoncé dans son Plan de transport de 2007, en raison de sa capacité à revitaliser le tissu urbain de manière écologique et durable (utilisation de l’énergie Hydro-électrique comme mode de propulsion). Il rejoint également les objectifs du Plan d'urbanisme de 2004 et du plan stratégique de développement durable.

Les systèmes de nouveaux tramways, actuellement en opération dans plusieurs villes nordiques (Oslo, Helsinki), ont la capacité de circuler à Montréal.

Lignes[modifier | modifier le code]

Le réseau initial envisagé par le Plan de Transport peut être découpé en trois lignes distinctes :

  • une boucle au centre-ville (6,6 km) ;
  • une ligne empruntant le chemin de la Côte-des-Neiges et le boulevard René-Lévesque (8,4 km) ;
  • une ligne longeant l'avenue du Parc et le boulevard René-Lévesque (6,9 km).

La fréquentation annuelle d'un tel réseau est estimée à environ 32 millions de voyages avec jusqu’à 110 000 voyages par jour durant la saison touristique[12].

Ligne Côte-des-Neiges–Centre-ville[modifier | modifier le code]

305 000 emplois et 130 000 résidents se trouvent à proximité de la ligne ainsi qu’une forte concentration de grands générateurs de déplacements (institutions, établissements d’enseignement, commerces, lieux culturels, etc). L’implantation d’un réseau de tramways dans ce secteur améliorerait l’offre et la qualité de service en transport collectif. Elle compléterait en outre, de façon optimale, les modes existants, tels que le métro et les trains de banlieue, et futurs tels que le Réseau express métropolitain.

Lignes Est de Montréal et Lachine

La première longerait la rue Notre-Dame à partir de Pointe-aux-Trembles jusqu'à la Gare centrale de Montréal alors que la deuxième partirait de Rivière-des-Prairies au Nord de Montréal en suivant l'axe de l'Autoroute 25 où elle rejoindrait la 1ère ligne sur la rue Notre-Dame en direction du centre-ville de Montréal[27]. La première ligne serait construite par phase. Dans un premier temps, elle relierait Pointe-aux-Trembles au terminus du métro Radisson puis serait prolongée par la suite jusqu’à la gare centrale[28].

Un projet ligne de tramway entre Lachine et le centre-ville de Montréal est aussi annoncé, qui serait en fait la portion ouest du projet de la ligne rose. Ce tronçon viendrait prolonger la ligne de tramway sur la rue Notre-Dame[29].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) John Irwin Cooper, Montreal: A Brief History, McGill Queen's University Press, (LCCN 72-96842)
  2. « Montreal Streetcars », sur barrybrake.ca (consulté le 25 mai 2016)
  3. a et b « Histoire des tramways », sur stm.info (consulté le 1er décembre 2016)
  4. a et b (en) Fred F. Angus, « The Sixteen Hundreds Montreal Tramways Company's Trailers », Canadian Rail, no 440,‎ , p. 104-117 (lire en ligne)
  5. a et b (en) Fred Angus, « Heritage Lost », Canadian Rail, no 380,‎ , p. 82-88 (lire en ligne)
  6. a et b (en) Fred Angus, « P.A.Y.E, A Montreal Invention. 1905-1985 », Canadian Rail, no 386,‎ , p. 77-91 (ISSN 0008-4875, lire en ligne)
  7. a et b (en) R.M. Binns, « MTC's 1900 Class One-Man Cars », Canadian Rail, no 187,‎ , p. 75-85 (lire en ligne)
  8. a b c d et e J.R. Thomas Grumley, « Les tramways de Montréal (de 1892 à 1959) », Canadian Rail,‎ , p. 180-187 (ISSN 0008-4875, lire en ligne)
  9. a et b (en) Fred F. Angus, « Now is the Summer of our Discontent : A Light Hearted Look at the Misfortunes and Criticisms of the Montreal Tranlways Company in the Summer of 1913 », Canadian Rail, no 505,‎ (ISSN 0008-4875, lire en ligne)
  10. Richard Bergeron, Agence métropolitaine de transport, Le Nouveau Tramway, , 64 p. (lire en ligne)
  11. Ville de Montréal, Plan de transport 2007 : Réinventer Montréal, , 155 p. (lire en ligne)
  12. a et b Emmanuel Felipe et Vincent Ermatinger, Tramway de Montréal : Un système de transport pour supporter les activités et le développement du centre-ville et des quartiers périphériques, , 22 p.
  13. Marie-Eve Shaffer, « Pourquoi Montréal a-t-elle retiré ses tramways et ses trolleybus? », Métro,‎ (lire en ligne, consulté le 28 novembre 2016)
  14. Projet Montréal, Historique du projet de tramway à Montréal, , 1 p. (lire en ligne)
  15. (en) « Montreal Urban Streetcar Routes », sur tundria.com (consulté le 5 décembre 2016)
  16. a et b (en) Richard M. Binns, « Street Cars Up Mount Royal », Canadian Rail, no 347,‎ , p. 358-369 (ISSN 0008-4875)
  17. (en) Brian E. Sullivan, « Streetcars », The Canadian Encyclopedia,‎ (lire en ligne, consulté le 2 décembre 2016)
  18. a et b (en) « The M.T.C. Historical Collection », Canadian Rail, no 147,‎ , p. 166-173 (lire en ligne)
  19. (en) Canadian Railroad Historical Association, Montreal's Streetcars 1892-1959, , 10 p.
  20. a et b (en) R. M. Binns, « The M.T.C. Historical Collection », Canadian Rail, no 149,‎ , p. 230-234 (lire en ligne [PDF])
  21. (en) R. M. Binns, « The Grey Cars », Canadian Rail, no 191,‎ , p. 175-185
  22. « Les tramways et motrices interurbaines », sur www.exporail.org, (consulté le 2 décembre 2016)
  23. (en) « Collections | The Shore Line Trolley Museum », sur shorelinetrolley.org (consulté le 2 décembre 2016)
  24. (en) « Connecticut Trolley Museum: Our Collection - Streetcars », sur ct-trolley.org (consulté le 2 décembre 2016)
  25. (en) « Seashore Trolley Museum: Collection Database », sur www.trolleymuseum.org (consulté le 2 décembre 2016)
  26. a et b (en) Jacques Pharand, « The Farm on Chemin Vervais ! », Canadian Rail, no 279,‎ , p. 103-119 (lire en ligne)
  27. Mathias Marchal, « La CAQ veut lancer une «ruée vers l'Est» (en tramway) à Montréal », sur Métro (consulté le 23 janvier 2019)
  28. « Le projet de tramway de la CAQ dans l’est se fera en deux étapes », sur Radio-Canada.ca, (consulté le 19 août 2019)
  29. Philippe Teisceira-Lessard, « Un projet de tramway entre Lachine et le centre-ville », sur La Presse,

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • Portail du chemin de fer en Amérique du Nord
  • Portail du Québec
  • Portail de Montréal
  • Portail des transports en commun