Mémoires sur la Deuxième Guerre Mondiale

Citations « Mémoires sur la Deuxième Guerre Mondiale » sur Wikiquote, le recueil de citations libre
Aller à : Navigation, rechercher

Les Mémoires sur la Deuxième Guerre Mondiale sont une série de livres écrits par Winston Churchill relatant les événement de 1919 à la fin de la deuxième guerre mondiale. L'édition française commença à être publiée en 1948 par la Librairie Plon.

Tome I. L'Orage approche

D'une guerre à l'autre. 1919-1939

Le président Roosevelt me dit un jour qu'il allait demander publiquement que lui fût suggéré le nom qu'il convenait de donner à la guerre. Je lui fournis aussitôt cette réponse : « La Guerre-qui-n'était-pas-obligatoire. » Car il n'exista jamais de guerre plus facile à éviter que celle qui vient de ravager ce qui subsistait du monde après le conflit précédent.


Le fascisme était l'ombre, où plutôt l'enfant monstrueux du communisme. […] Comme le fascisme sortit du communisme, le nazisme fut engendré par le fascisme.


Les crimes des vaincus trouvent leur source et leur explication, sinon, bien entendu, leur excuse, dans les folies des vainqueurs. Sans ces folies, il n'y aurait eu ni tentation, ni occasion de commettre le crime.


Ce n'est qu'à l'aube du XXe siècle de l'ère chrétienne [...] que la guerre a pris l'allure d'un phénomène capable de détruire éventuellement la race humaine.


En repassant l'histoire des huit années qui vont de 1930 à 1938, nous pouvons mesurer combien nous avions de temps pour agir. Jusqu'en 1934, au moins, on pouvait empêcher le réarmement allemand sans perdre une seule vie humaine. Non, ce n'est pas le temps qui nous a manqué.


Pas une des leçons du passé n'a été retenue, pas une n'a été utilisée et la situation est infiniment plus dangereuse. Nous avions alors notre marine, et pas de menace aérienne. Alors, la marine était le « sûr bouclier » de la Grande-Bretagne... Nous ne pouvons plus dire cela aujourd'hui. L'invention diabolique et maudite de la guerre aérienne et son développement ont bouleversé notre position. Nous ne sommes plus le pays de naguère, quand, il y a à peine vingt ans, nous étions encore une île.


C'est une erreur fondamentale que de confondre le désarmement et la paix. Quand vous aurez la paix, le désarmement suivra.


Cette « nuit des longs couteaux », comme on l'appela, avait maintenu l'unité de l'Allemagne nationale-socialiste pour lui permettre de porter sa malédiction à travers le monde.


Les partis ou les hommes politiques doivent accepter d'être renversés plutôt que de mettre la vie de la nation en péril.

© Copyright Wikipedia authors - The articles gathered in this document are under the GFDL licence.
http://www.gnu.org/copyleft/fdl.html