Pascal Décaillet

Une page de Wikiquote, le recueil des citations libre.
Sauter a la navigation Sauter a la recherche
Pascal Décaillet.

Pascal Décaillet, né le 20 juin 1958, est un journaliste suisse indépendant travaillant pour la chaîne Léman Bleu.

Citations[modifier]

Je ne suis pas d'accord qu'on dise que la Suisse est le pays du consensus par excellence. On l'est par résultat, pas par nature.
  • « Oui, je suis un emmerdeur ! », Pascal Décaillet, Migros Magazine, nº 8, 21 février 2011, p. 29
  • Citation choisie citation du jour pour le 15 mars 2011.
De Weck, sous son apparence de neutralité, est quelqu'un en fait qui est d'un parti, d'une vision, d'une manière de voir.
  • À propos de Roger de Weck.
  • « Oui, je suis un emmerdeur ! », Pascal Décaillet, Migros Magazine, nº 8, 21 février 2011, p. 29


Le pivot des années à venir, je pense que ce sera l'UDC, avec laquelle la droite non UDC devrait travailler dans un maximum de secteurs possible.
  • « Oui, je suis un emmerdeur ! », Pascal Décaillet, Migros Magazine, nº 8, 21 février 2011, p. 29


J'ai engueulé Pierre Maudet récemment lors d'un « Grand oral », où il m'avait fait le numéro sur la Suisse qui n'est plus qu'une métropole. Je lui ai demandé s'il lui arrivait parfois de sortir de Genève.
  • À propos de Pierre Maudet.
  • « Oui, je suis un emmerdeur ! », Pascal Décaillet, Migros Magazine, nº 8, 21 février 2011, p. 30


(…) les Suisses de 2011 sont des conservateurs éclairés. Des gens qui voyagent, qui lisent des livres en plusieurs langues, qui sont cultivés mais aussi très attachés quand même à ce que ce petit pays très faible coincé entre des géants garde une certaine indépendance.
  • « Oui, je suis un emmerdeur ! », Pascal Décaillet, Migros Magazine, nº 8, 21 février 2011, p. 30


Il ne s'agit pas du tout de repli, juste d'un petit pays qui se bat, qui doit se battre plus qu'un autre. Nous n'avons pas grand chose. Du vin blanc, de la matière grise, des banques, c'est tout. Trop de monde, surtout à gauche, oublie que notre prospérité est très récente.
  • À propos de la Suisse.
  • « Oui, je suis un emmerdeur ! », Pascal Décaillet, Migros Magazine, nº 8, 21 février 2011, p. 30


Sur un sujet qu'il connaît par cœur, où il sait très bien que tout le monde se tient par la barbichette : la composition des conseils d'administration de ces fameuses régies. L'incroyable, le scandaleux, ça n'est pas la « pluie d'amendements » de Stauffer. C'est évidemment le mot qu'on s'est donné, entre représentants des partis au pouvoir, pour passer comme chat sur braise sur tout bruit et toute fureur, pour étouffer le débat.
  • « Stauffer, le geux admirable », Pascal Décaillet, Genève Home Informations, 23-24 novembre 2011, p. 21


(…) il y a une gauche, une droite classique, et puis il y a le troisième tiers : celui du rejet, de la contestation. On l'appellera ici le Tiers État. Qui se cache derrière ce nouvel ordre politique ? Tous ceux qui ne se reconnaissent pas dans l'univers bourgeois qui se partage tous les pouvoirs depuis la Guerre. Car dans la tête du Tiers État, entre sociaux-démocrates pragmatiques et partis de droite ouverts, c'est blanc bonnet, bonnet blanc. Être du Tiers, c'est rejeter la mondialisation, la finance spéculée, la libre circulation du capital, mais aussi, à bien des égards, celle des marchandises (notamment en matière agricole). Et avant tout, bien sûr, celles des personnes. Le Tiers (…) réclame le retour du protectionnisme, celui des barrières douanières et des contrôles. Il croit à la préférence locale. Ou nationale. Il n'a pas enterré les nations.
  • « À Genève comme en France: le Tiers État », Pascal Décaillet, Genève Home Informations, 25-26 avril 2012, p. 23


Ce qui fait avancer le Tiers État ? L'incompétence des élites actuelles. Leur insensibilité à la très grande précarité. Gardons-nous, pour autant, de cette mode verbale, insupportable, consistant à parler du « vote de la souffrance ». De quel droit serions-nous médecins, et eux malades ? Deuxième cause, donc, de la percée du Tiers dans nos sociétés : l'arrogance des partis en place, ceux qui ont encore (pour un temps) pignon sur rue, et parlent toujours de ces mouvements comme d'éruptions passagères, pathologiques. On les guérirait, et tout rentrerait dans l'ordre ! L'ordre de qui ? Mais de ceux qui sont au pouvoir, pardi !
  • « À Genève comme en France: le Tiers État », Pascal Décaillet, Genève Home Informations, 25-26 avril 2012, p. 23


Le problème, dans l'affaire du référendum de l'ASIN (Action pour une Suisse indépendante et neutre) contre les accords fiscaux, c'est que les retombées de la « distraction » genevoise sont nationales. L'autre aspect, j'y reviens, c'est la condescendance d'une partie de la presse. Comme si, parce que c'est l'ASIN, ça n'était pas grave. Ces journalistes-là, qui préfèrent les arrangements d'en haut à la légitimité du peuple, sont au fond bien contents que la Suisse s'épargne un vaste débat national sur le sujet. Parce que le peuple c'est sale. Le peuple ça pue. La peuple, ça vient casser les beaux édifices des élites. Alors, vous pensez, la distraction de la Chancellerie, elle tombe rudement bien.
  • « Chancellerie : les pieds nickelés au pouvoir », Pascal Décaillet, Genève Home Informations, 10-11 octobre 2012, p. 19


En 1848, il fallait la diligence pour aller jusqu'à Berne. Personne ne connaissait les figures politiques, encore moins celles des autres cantons ! Alors, on fait confiance au Parlement. (…) Mais aujourd'hui, tout a changé. La Suisse affronte une tempête qui ne fait que commencer. Elle a besoin, à la barre, tous partis confondus, des personnalités les plus fortes. Élire une souris grise, c'est causer un tort profond à notre pays. Et justement, le système électoral qui consiste à se frotter à quatre millions d'électeurs potentiels plutôt qu'à 246, aller sur le terrain, parler dans d'autres langues, faire au fond 26 campagnes, permettra aux caractères trempés d'émerger. Il y a, dans une campagne au suffrage universel, un rite initiatique autrement plus sélectif que dans les seuls effets de cour des Pas perdus parlementaires.
  • « Faisons confiance au peuple suisse », Pascal Décaillet, Genève Home Informations, 8-9 mai 2013, p. 11


Celui qui est muni de la légitimité du suffrage universel pensera davantage au pays tout entier, alors qu'hélas, aujourd'hui, d'aucuns ne semblent avoir pour horizon d'attente que le microcosme de la Coupole fédérale. (…) Mais enfin, aujourd'hui, les cantons, même bilingues (…), même multilingues (…) élisent directement leurs exécutifs, et ont inventé des systèmes d'équilibre interne.
  • « Faisons confiance au peuple suisse », Pascal Décaillet, Genève Home Informations, 8-9 mai 2013, p. 11


Le populiste, c'est celui dont tout le monde parle, mais qui n'est jamais là. Ou alors, il se tait, parce qu'il sait la catastrophe que serait la discordance de son intervention. Alors, s'en voulant de ne pas jouer Le Misanthrope, il préférera le rôle de Philinte, l'ami arrrangeant, qui tente de sauver l'ultime espoir social de l'homme sauvage. Car nos codes, hérités des bonnes manière patriciennes, exigent que la petite musique de mondanité, badine et taquine, s'emploie à toujours banir le choc d'idées frontal. Ces gens-là vivent dans la terreur de l'éruption d'un Alceste ou d'un Cyrano, un incongru qui soudaint, viendrait mugir les choses telles qu'elles sont, un enpêcheur de câliner en rond, dans la tiédeur du consensus.
  • « Populiste: c'est toujours l'autre », Pascal Décaillet, Genève Home Informations, 6-7 mars 2019, p. 9


La religion du climat est née. Avec son clergé, ses sermons, ses autocritiques, ses confessions, ses grands-messes du samedi, ses enfants de chœur, ses péchés, ses processions de rédemption, son chemin d’Apocalypse, son salut, ses damnés. A l’école du jugement, il n’y aurait plus que le Dernier. Tenez, les processions du samedi. Sanctifiés, les jeunes qui défilent «pour le climat». Encouragés par les autorités. «Ils sont l’avenir, ils nous montrent le chemin»: ce ne sont plus des ados des écoles, non, ce sont des anges et des archanges, des séraphins, leurs trompettes sont musiques du futur, ils nous ouvrent la voie du salut, les portes du paradis. Ils sèchent les cours? Mais comme ils ont raison, les chérubins, c’est pour la bonne cause! Surtout, pas de sanctions! Pas de remarques! Pas d’oppositions! Rien qui, de la part des adultes, des parents ou des maîtres, pourrait laisser poindre le grief de paraître ringard, d’un autre temps, insensible à théologie de «l’urgence climatique».
  • « Bienvenue à la religion du climat! », Pascal Décaillet, Genève Home Informations, 9 mai 2019, p. 9


Sur le Grand Genève[modifier]

C'est une structure flasque. Une montre molle, qui ne donne même pas l'heure. Congrégation de notables, qui aiment à se réunir, mots très pompeux et phrases grandiloquentes, ils veulent scintiller le moderne, nous faire miroiter un monde nouveau. Ils viennent de Genève, Vaud, France voisine, représentent tout un fatras d'institutions locales et régionales, et se sont auto-intitulés, sans que personne ne leur demande rien, le « Grand Genève ». Déjà le titre est pour le moins gonflé, notamment pour nos amis vaudois, de l'Ain ou de la Haut-Savoie. Mais surtout, ce machin, on aimerait connaître sa légitimité institutionnelle et populaire. Vaine démarche !
  • « Grand Genève : arrêtez de nous bassiner ! », Pascal Décaillet, Genève Home Informations, 6-7 février 2013, p. 19


C'est gentil ça, de bien vouloir encore, en post-scriptum, reconnaître l'existence des nations. Parce que chez cette bande d'allumés du cocktail transfrontalier, la souveraineté nationale, c'est vulgaire. Archaïque. Faut faire région, proximité, post-Schengen, surtout rien qui ressemble à un contrôle douanier. Faut faire humaniste délivrée des frontières. Allez donc le tenir, ce discours, à un pompiste de Perly, et vous verrez si l'existence précède, ou non, l'essence.
  • « Grand Genève : arrêtez de nous bassiner ! », Pascal Décaillet, Genève Home Informations, 6-7 février 2013, p. 19


Une structure autoproclamée, on y cherchera en vain la légitimité démocratique : citoyens lecteurs, vous avez souvenance d'avoir été maintes fois consultés sur le Grand Genève ? Le corps électoral de notre canton a-t-il exprimé le vœu de se doter de ces semi-institutions intermédiaires qui ne sont là que pour générer du complexe, et faire oublier à Genève ce qu'elle est, avant toute chose, depuis 1815, et avec quelle fierté, un canton suisse ? Oui, une part inaltérable de cette Confédération dont la démocratie directe, le fédéralisme et les équilibres fragiles nous sont si chers. Dire cela, ça n'est en rien bouder nos amis français. C'est juste remettre les pendules à l'heure. Sur une horloge bien réglée, et pas une montre molle : l'exactitude suisse, tout simplement.
  • « Grand Genève : arrêtez de nous bassiner ! », Pascal Décaillet, Genève Home Informations, 6-7 février 2013, p. 19


Vous pouvez également consulter les articles suivants sur les autres projets Wikimédia :

Article sur Wikipédia.