Correspondance de Voltaire/Jan-1762-Dec-1762

La bibliotheque libre.
Sauter a la navigation Sauter a la recherche
Correspondance : Janvier 1762 — Décembre 1762
Garnier (Œuvres complètes de Voltaire, tome 42p. Tdm).
TABLE
DES MATIÈRES CONTENUES DANS LE DIXIÈME VOLUME
DE LA CORRESPONDANCE.



LETTRES

1762

4794. 
Chenevières. Délices, 4 janvier 1762. — « Vous m’avez écrit des vers charmants. » 
 C. et F
4795. 
Mme de Fontaine. 4 janvier. — « Enfin donc, ma chère nièce, je reçois. » 
 B.
4796. 
Le comte d’Argental. 4 janvier. — « Songez donc que je ne peux. » 
 B.
4797. 
Tronchin, de Lyon. Délices, 6 janvier. — « Je suis très-aise de la prise de Colberg. » 
 C. et F. (Suppl.)
4798. 
Le comte d’Argental. 8 janvier. — « Eh ! mon Dieu ! il y a cinq ou six jours. » 
 B.
4799. 
Damilaville. 9 janvier. — « Vraiment, mes chers frères, j’apprends. » 
 B.
4800. 
Le comte d’Argental. 10 janvier. — « Il faut que je fasse part. » 
 B.
4801. 
Président de Ruffey. Délices, 13 janvier. — « Mon cher président, je ne suis point paresseux. » 
 Th. F.
4802. 
Jean Schouvalow. Délices, 14 janvier. — « Il me semble que je vous avais fait. » 
 B.
4803. 
Le marquis de Chauvelin. Délices, 19 janvier. — « Il faut absolument que Votre Excellence. » 
 B.
4804. 
Le comte d’Argental. Délices, 20 janvier. — « Mes anges sont terriblement importunés. » 
 B.
4805. 
Colini. Délices, 20 janvier. — « Le paquet que j’ai adressé. » 
 B.
4806. 
Duclos. Délices, 20 janvier. — « Ni le petit Mémoire. » 
 B.
4807. 
Mme de Fontaine. — « Est-il vrai que la Dubois ? » 
 Av.
4808. 
Thieriot. Délices, 26 janvier. — « Le frère ermite embrasse tendrement. » 
 B.
4809. 
Damilaville. 26 janvier. — « Je vous remercie au nom de l’humanité. » 
 B.
4810. 
Le marquis de Thibouville. Délices, 26 janvier. — « Je vous jure que le Droit du Seigneur. » 
 B.
4811. 
Le cardinal de Bernis. Délices, 26 janvier. — « Avez-vous daigné recommencer Rodogune ? » 
 B.
4812. 
Le comte d’Argental. Délices, 26 janvier. — « Je vous remercie d’abord. » 
 B.
4813. 
L’abbé d’Olivet. Délices, 26 janvier. — « Mon cher doyen, il arrive toujours quelque contre-temps. » 
 B.
4814. 
Lekain. Délices, 26 janvier. — « Il est arrivé un singulier inconvénient. » 
 B.
4815. 
Le duc de Richelieu. Délices, 27 janvier. — « Il y a une prodigieuse différence. » 
 B.
4816. 
De d’Alembert. 27 janvier. — « Vous avez dû, mon cher et illustre confrère, recevoir. » 
 B.
4817. 
Chenevières. Délices, 29 janvier. — « Mon cher confrère en Apollon, je suis très-sensible. » 
 C. et F.
4818. 
Damilaville. 30 janvier. — « Je m’étais trompé. » 
 B.
4819. 
Duclos. Délices, 30 janvier. — « Toutes mes lettres doivent être. » 
 B.
4820. 
Du cardinal de Bernis. 30 janvier. — « Je suis persuadé que Corneille, s’il vivait. » 
 B.
4821. 
Capperonnier. Délices, 30 janvier. — « J’ai l’honneur de vous renvoyer. » 
 C. et F.
4822. 
Lekain. Délices, 30 janvier. — « Le libraire Duchesne m’a écrit. » 
 C. et F.
4823. 
La duchesse de Saxe-Gotha. Janvier. — « Je perds beaucoup à la mort de l’impératrice de Russie. » 
 B. et F.
4824. 
Mme de Fontaine. — « Ma chère nièce, sans doute j’irai vous voir. » 
 B.
4825. 
Le comte d’Argental. 1er février 1762. — « Quels diables d’anges ! » 
 B.
4826. 
Le marquis Albergati Capacelli. Délices, 2 février. — « Vous envoyez une paire de lunettes. » 
 B.
4827. 
Damilaville. 4 février. — « Mon cher frère saura. » 
 B.
4828. 
La duchesse de Saxe-Gotha. Délices, 4 février. — « Je crains d’envoyer par la poste. » 
 B. et F.
4829. 
Du cardinal de Bernis. 4 février. — « Je m’empresse de vous faire mon compliment. » 
 B.
4830. 
Le comte d’Argental. Délices, 6 février. — « Mes anges grondeurs doivent à présent. » 
 B.
4831. 
M. Abeille. Délices, 7 février. — « Vous ne devez douter. » 
 B.
4832. 
Le comte d’Argental. 8 février. — « Non, mes anges, non jamais. » 
 B.
4833. 
Mme de Fontaine. 8 février. — « Ma chère nièce, voilà Cassandre. » 
 B.
4834. 
Damilaville. 8 février. — « Cher frère, que le Dieu de nos pères m’a donne. » 
 B.
4835. 
Du prince Henri de Prusse. 8 février. — « Lorsque je lis un ouvrage. » 
 B.
4836. 
Le marquis de Chauvelin. Délices, 9 février. — « Je présente au roi Cassandre mon maître. » 
 B.
4837. 
G. Keate. Délices, 10 février. — « Un travail forcé et une santé bien languissante. » 
 Illust. Lond. News.
4838. 
Le cardinal de Bernis. Délices, 10 février. — « Puisque vous êtes si bon. » 
 B.
4839. 
Colini. Délices, 12 février. — « Avez-vous autant de vent et de neige. » 
 B.
4840. 
D’Alembert. Février. — « Si j’ai lu la belle jurisprudence. » 
 B.
4841. 
La comtesse de Lutzelbourg. Délices, 14 février. — « J’apprends par les nouvelles publiques. » 
 B.
4842. 
La marquise du Deffant. Délices, 14 février. — « Il y a longtemps que le pédant commentateur. » 
 B.
4843. 
Le comte d’Argental. 16 février. — « La créature du pied des Alpes. » 
 B.
4844. 
Mme de Fontaine. 16 février. — « J’ai encore changé d’avis. » 
 B.
4845. 
Le comte d’Argental. Ferney, 24 février. — « Humble réponse à l’édit de mes anges. » 
 B.
4846. 
D’Alembert. Ferney, 25 février. — « Mon cher et universel, vous avez le nez fin. » 
 B.
4847. 
Le marquis de Thibouville. 25 février. — « Non, cela n’est pas vrai. » 
 B.
4848. 
Du cardinal de Bernis. 25 février. — « J’ai eu l’honneur de vous renvoyer Cassandre. » 
 B.
4849. 
Le comte d’Argental. Ferney. — « Ô anges ! vous connaissez les faibles mortels. » 
 B.
4850. 
Le marquis de Chauvelin. À Éphèse, 26 février. — « Votre Excellence est bien persuadée. » 
 B.
4851. 
Le marquis d’Argence de Dirac. Ferney, 26 février. — « Je ne savais où vous prendre. » 
 B.
4852. 
Le comte d’Argental. Ferney, 2 mars 1762. — « Vous aurez incessamment Acanthe. » 
 B.
4853. 
Lekain. Ferney, 2 mars. — « Mon cher grand acteur, est-il vrai ? » 
 B.
4854. 
Le cardinal de Bernis. Ferney, 5 mars. — « Oui, monseigneur, ceux qui disaient. » 
 B.
4855. 
Le comte d’Argental. Ferney, 8 mars. — « Paire d’anges, Mme Scaliger est plus que Scaliger. » 
 B.
4856. 
Damilaville. (À mes frères en Belzébuth.) 8 mars. — « Vous avez le diable au corps. » 
 B.
4857. 
Le comte d’Argental. 10 mars. — « Daignez recevoir pour vos œufs de Pâques. » 
 B.
4858. 
Le marquis de Thibouville. Ferney, 14 mars. — « Mon cher Catilina, vous êtes trop bon. » 
 B.
4859. 
Jean Schouvalow. Ferney, 15 mars. — « Je reçois la lettre dont vous m’honorez. » 
 B.
4860. 
Mme de Fontaine. Ferney, 19 mars. — « Je n’ai qu’un moment pour vous dire. » 
 B.
4861. 
Le marquis de Florian. 19 mars. — « Le grand écuyer de Cyrus va donc devenir Picard. » 
 C. et F.
4862. 
Du cardinal de Bernis. 20 mars. — « Il n’y a que vos lettres. » 
 B.
4863. 
Colini. Ferney, 22 mars. — « Vous voilà donc marié ! » 
 B.
4864. 
Le président de Ruffey. Ferney, 22 mars. — « Beaucoup de comédies à jouer. » 
 Th. F.
4865. 
Le conseiller Le Bault. Ferney, 22 mars. — « Je crois, monsieur, que les voyageurs. » (Première lettre où Voltaire parle de Calas.) 
 Mand. -Gr. /span
4866. 
Fyot de La Marche (père). Ferney, 25 mars. — « Il y a longtemps que je n’ai eu l’honneur d’écrire. » 
 Th. F.
4867. 
Le duc de Villars. 25 mars. Relation de ma petite drôlerie. — « Hier, mercredi 24 de mars. » 
 B.
4868. 
Le cardinal de Bernis. Ferney, 25 mars. — « Permettez que ce vieux barbouilleur. » 
 B.
4869. 
Le comte d’Argental. Ferney, 27 mars. — « Vous me demanderez peut-être. » 
 B.
4870. 
Le marquis de Thibouville. 28 mars. — « Vous mandez à ma nièce. » 
 B.
4871. 
De Baculard d’Arnaud, en envoyant à Voltaire son Poëme à la Nation. 29 mars. — « Je vous ai aimé comme mon père. » 
 Desn.
4872. 
D’Alembert. Ferney, 29 mars. — « Vous avez donc lu cet impertinent petit libelle. » 
 B.
4873. 
De d’Alembert. 31 mars. — « Un malentendu a été cause. » 
 B.
4874. 
Beccaria. — « J’aurais dû vous remercier plus tôt. » 
 C. et F.
4875. 
Moultou. — « Venez, mon cher monsieur, m’éclairer. » 
 A. C.
4876. 
Le conseiller Le Bault. Ferney, 2 avril 1762. — « Puisque vous avez la bonté. ». 
 Mand. -Gr.
4877. 
Damilaville. 4 avril. — « Il est avéré que les juges toulousains. ». 
 B.
4878. 
Le comte d’Argental. 4 avril. — « Rit-on encore à Paris ? » 
 B.
4879. 
La comtesse de Lutzelbourg. Ferney, 5 avril. — « Comme monsieur votre fils n’avait servi. » 
 B.
4880. 
Mlle***. Délices, 15 avril. — « Il est vrai que, dans une réponse. » 
 B.
4881. 
M. P***, qui avait adressé à Voltaire divers fragments de poëtes anglais traduits en vers français. Ferney, 15 avril. — « J’ai reçu avec autant de plaisir que de reconnaissance. » 
 G. B.
4882. 
Damilaville. 17 avril. — « J’ai l’honneur de vous envoyer. » 
 B.
4883. 
Saurin. Ferney, 17 avril. — « J’ai cru que vous ne seriez pas fâché. » 
 B.
4884. 
Le comte d’Argental. 17 avril. — « Je ne voulais vous écrire. » 
 B.
4885. 
Le président de Ruffey. 18 avril. — « Ce n’est pas fatigue de plaisir. » 
 Th. F.
4886. 
Duclos. Ferney, 23 avril. — « Il faut vous avouer que le théâtre. » 
 B.
4887. 
Colini. Ferney, 23 avril. — « J’ai différé longtemps à vous répondre. » 
 B.
4888. 
Fyot de La Marche (père). Ferney, 25 avril. — « Il y a quinze jours que je suis attaqué. » 
 Th. F.
4889. 
Le comte d’Argental. 27 avril. — « Mme la duchesse d’Enville fait bien de l’honneur aux Délices. » 
 B.
4890. 
De d’Alembert. 4 mai 1762. — « Oui, mon cher et illustre maître, j’ai lu, ou plutôt parcouru. » 
 B.
4891. 
Debrus. Délices, à midi. — « Plus je réfléchis sur l’épouvantable destinée. » 
 A. C.
4892. 
Le comte d’Argental. Délices, 15 mai. — « Je vous écris enfin. » 
 B.
4893. 
Le cardinal de Bernis. Délices, 15 mai. — « J’étais à la mort quand Votre Éminence. » 
 B.
4894. 
La Chalotais, procureur général du parlement de Bretagne. Délices. 17 mai. — « J’étais à la mort lorsque j’ai reçu la lettre. » 
 B.
4895. 
Duclos. Délices, 17 mai. — « J’étais très-malade lorsque j’eus l’honneur de vous écrire. » 
 B.
4896. 
M. Cathala. — « J’envoie à M. Cathala la requête au roi. » 
 A. C.
4897. 
Au sieur Fez, libraire d’Avignon. Délices, 17 mai. — « Vous me proposez, par votre lettre. » 
 B.
4898. 
Le conseiller Le Bault. Délices, 17 mai. — « J’ai été sur le point de boire de l’eau du Styx. » 
 Mand. -Gr.
4899. 
Du cardinal de Bernis. 18 mai. — « Votre dernière lettre m’a fait sentir. » 
 B.
4900. 
Le comte d’Argental. 19 mai. — « Je suis un peu retombé. » 
 B.
4901. 
Le docteur Tronchin. — « Mon cher Esculape, je reçois vos ordres. » 
 C. et F. (Suppl.).
4902. 
Mme de Florian. Délices, 20 mai. — « Je suis encore assez mal. » 
 B.
4903. 
Le marquis d’Argence de Dirac. Délices, 20 mai. — « Non-seulement je suis paresseux. » 
 B.
4904. 
La duchesse de Saxe-Gotha. Délices, 21 mai. — « J’ai été sur le point d’aller voir. » 
 C. et F. (Suppl.)
4905. 
Jean Schouvalow. Délices, 21 mai. — « J’ai reçu la lettre dont vous m’honorez du 17 mars (v. s.). » 
 B.
4906. 
Le conseiller Le Bault. Délices, 24 mai. — « Il est arrivé huit tonneaux à Nyon. » 
 Mand. -Gr.
4907. 
Cideville. Délices, 24 mai. — « Mon cher et ancien ami, nous commençons. » 
 B.
4908. 
Fyot de La Marche (père). Délices, 26 mai. — « Mon respectable et digne magistrat. » 
 Th. F.
4909. 
M. de Ruffey. Délices, 26 mai. — « Comme on se flatte toujours. » 
 Th. F.
4910. 
Le cardinal de Bernis. Délices, 26 mai. — « Je ne savais pas, monseigneur. » 
 B.
4911. 
Damilaville. 28 mai. — « Je suis bien languissant. » 
 B.
4912. 
Moultou. Dimanche. — « Voici à peu près comme. » 
 A. C.
4913. 
Debrus. — M. de V. fait mille compliments. » 
 A. C.
4914. 
Le comte d’Argental. Délices, 31 mai. — « Je suis pénétré de vos bontés. » 
 B.
4915. 
Lekain. Délices, 2 juin 1762. — « Mon cher et grand acteur, je vous fais mon compliment. » 
 B.
4916. 
Albergati Capacelli. Délices, 4 juin. — « J’ai bien de la peine à revenir. » 
 C. et F.
4917. 
Damilaville. 4 juin. — « Mon cher frère, je n’ai point encore cette Éducation. » 
 C. et F.
4918. 
Jean Schouvalow. Délices, 4 juin. — « J’ai reçu par M. le prince de Galitzin. » 
 B.
4919. 
Du cardinal de Bernis. 4 juin. — « Vous pouvez, mon cher confrère, m’adresser à Soissons. » 
 B.
4920. 
M. Ribotte. 5 juin. — « La personne à qui M. Ribotte écrit. » 
 Protest. fr.
4921. 
Le comte d’Argental. 5 juin. — « Je suis aussi honteux que pénétré. » 
 B.
4922. 
Le comte d’Argental. 7 juin. — « Vous ne me disiez pas. » 
 B.
4923. 
Duclos. Délices, 7 juin. — « Mlle Corneille, les frères Cramer et moi. » 
 B.
4924. 
Damilaville. 7 juin. — « Mon cher frère sait que je lui ai envoyé. » 
 C. et F.
4925. 
M. de Vosge. Juin. — « Je prie M. de Vosge d’être persuadé. » 
 B.
4926. 
Le comte d’Argental. 11 juin. — « Je me jette réellement à vos pieds. » 
 B.
4927. 
M. Ribotte. 11 juin. — « La personne à qui M. Ribotte a écrit est informée. » 
 Protest. fr.
4928. 
Élie de Beaumont. Délices, 11 juin. — « Je vous adresse la plus infortunée de toutes les femmes. » 
 B.
4929. 
Le marquis d’Argence de Dirac. Délices, 11 juin. — « Vous avez dû recevoir. » 
 C. et F.
4930. 
Damilaville. 14 juin. — « Le frère Thieriot m’a montré. » 
 C. et F.
4931. 
M. Mayans y Siscar, ancien bibliothécaire du roi d’Espagne, à Valence. Délices, 1.5 juin. — « Je ne vous écris point en chaldéen. » 
 B.
4932. 
Debrus. Ferney, 15 juin. — « Lamarque a beau dire. » 
 A. C.
4933. 
Damilaville. 15 juin. — « Mon cher frère a probablement reçu. » 
 C. et F.
4934. 
M. Roman. Délices, 16 juin. — « Il y a longtemps que je vous dois. » 
 B.
4935. 
Le comte d’Argental. 21 juin. — « Je suis persuadé plus que jamais. » 
 B.
4936. 
Debrus, pour Mme la veuve Calas. — « Par les lettres que je reçois du Languedoc. » 
 A. C.
4937. 
Le duc de Richelieu. Genève, 22 juin. — « Ma misérable santé me confine. » 
 B.
4938. 
Debrus. — « Je renvoie les lettres en question. » 
 A. C.
4939. 
Damilaville. 25 juin. — « Les frères des Délices ont reçu. » 
 B.
4940. 
Debrus. — « M. de Court n’a certainement écrit. » 
 A. C.
4941. 
Jean Schouvalow. Délices, 25 juin. — « M. le prince Galitzin a eu la bonté. » 
 B.
4942. 
Debrus. (Juin.) — « Je crois qu’on se trompe. » 
 A. C.
4943. 
Le comte d’Argental. 25 juin. — « Jean-Jacques est un fou à lier. » 
 B.
4944. 
Debrus. Reçue le 30 juin. — « J’ai à peu près vingt-quatre louis. » 
 A. C.
4945. 
Le cardinal de Bernis. Délices, 26 juin. — « Vivent les lettres ! » 
 B.
4946. 
Debrus. — « Si la personne qui a parlé. » 
 A. C.
4947. 
M. de La Motle-Gefrard. Délices, 26 juin. — « Tout ce qui est de la main de Henri IV. » 
 B.
4948. 
Le président de Ruffey. Délices, 27 juin. — « Je vous dois bien des remerciements. » 
 Th. F.
4949. 
Debrus. (Reçu le 4 juillet.) — « Je crois qu’il est convenable. » 
 A. C.
4950. 
M. de Vosge. Délices, 3 juillet 1762. — « J’ai reçu vos trois beaux dessins. » 
 B.
4951. 
Lavaysse père. 4 juillet. — « Les personnes qui protègent à Paris. » 
 B.
4952. 
Charles-Théodore, électeur palatin. Délices, 5 juillet. — « Je voudrais bien que mon bon hiérophante. » 
 B.
4953. 
Le comte d’Argental. Délices, 5 juillet. — « Cette malheureuse veuve a donc eu la consolation. » 
 B.
4954. 
Debrus. — « J’obtiendrai aussi aisément. » 
 A. C.
4955. 
Le comte d’Argental. Délices, 7 juillet. — « Nous ne demandons autre chose. » 
 B.
4956. 
Le comte d’Argental. 8 juillet. — « Nous ne pouvons, dans notre éloignement de Paris. » 
 B.
4957. 
Debrus. — « J’envoie le mémoire ci-joint. » 
 A. C.
4958. 
Damilaville. 8 juillet. — « Vous savez, mon cher frère, que la place. » 
 B.
4959. 
Fyot de La Marche (père). Délices 9 juillet. — « Votre dessinateur me mande. » 
 Th. F.
4960. 
M. Audibert, négociant à Marseille. Délices, le 9 juillet. — « Vous avez pu voir les lettres de la veuve Calas. » 
 B.
4961. 
M. de Vosge. — « Je n’ai que des grâces à vous rendre. » 
 B.
4962. 
Du cardinal de Bernis. 10 juillet. — « Je n’ai lu Cassandre que depuis quelques jours. » 
 B.
4963. 
La Chalotais. Délices, 11 juillet. — « Je suis presque aveugle. » 
 B.
4964. 
D’Alembert. Délices, 12 juillet. — « Le nom de Zoile me pique. » 
 B.
4965. 
Mémoire de M. de Voltaire. Du 14 juillet 1762. — « Lecture faite des lettres de M. Crommelin. » 
 A. C.
4966. 
Le comte d’Argental. 14 juillet. — « Votre vertu courageuse. » 
 B.
4967. 
Palissot. Délices, 16 juillet. — « Je vous dois beaucoup de remerciements. » 
 B.
4968. 
Le comte d’Argental. 17 juillet. — « Vous voyez que la tragédie de Calas. » 
 B.
4969. 
Damilaville. 18 juillet. — « Est-il bien vrai que l’archevêque de Paris. » 
 B.
4970. 
Le cardinal de Bernis. Délices, 19 juillet. — « Ce n’est pas sans raison. » 
 B.
4971. 
De M. Audibert. 20 juillet. — « Ce n’est que depuis hier matin. » 
 Ch. Nis.
4972. 
La Chalotais. Délices, 21 juillet. — « Je crois que c’est à vos bontés. » 
 B.
4973. 
Le président de Ruffey. Délices, 21 juillet. — « J’ai l’honneur de vous renvoyer. » 
 Th. F.
4974. 
Cideville. Délices, 21 juillet. — « Nous oublions donc tous deux. » 
 B.
4975. 
Le cardinal de Bernis. Délices, 21 juillet. — « Lisez cela, monseigneur. » 
 B.
4976. 
M. Pinto, juif portugais. Délices, 21 juillet. — « Les lignes dont vous vous plaignez. » 
 B.
4977. 
Le docteur Tronchin. — « Voici, mon cher grand homme, le Mémoire. » 
 C. et F. (Suppl.)
4978. 
La Motte-Gefrard. Délices, 25 juillet. — « Vous m’avez envoyé un trésor. » 
 B.
4979. 
M. Cathala, pour Mme Calas. 26 juillet. — « M. Héron, premier commis. » 
 A. C.
4980. 
Damilaville. 26 juillet. — « Je suis actuellement si occupé. » 
 B.
4981. 
M. Audibert, chez MM. Tourton et Baur, banquiers à Paris. Délices, 26 juillet. — « Je n’ai que le temps de vous remercier. » 
 B.
4982. 
Du cardinal de Bernis. 26 juillet. — « Vous ferez de moi la mouche du coche. » 
 B.
4983. 
De Charles-Théodore, électeur palatin. 28 juillet. — « Je ne puis vous exprimer. » 
 B.
4984. 
Debrus. 29 juillet. — « Nous ne pouvons d’ici que recommander. » 
 A. C.
4985. 
Debrus. 29 juillet. — « Je remercie Dieu, qui a rendu la santé. » 
 A. C.
4986. 
De d’Alembert. 31 juillet. — « Comment avez-vous pu imaginer ? » 
 B.
4987. 
Debrus ou Cathala. 31 juillet. — « Ayant lu la lettre du 26 juillet. » 
 A. C.
4988. 
Damilaville. 31 juillet. — « Est-il vrai que nous pourrons posséder. » 
 B.
4989. 
Debrus. — « Je vous renvoie toutes les lettres. » 
 A. C.
4990. 
La duchesse de Saxe-Gotha. Délices, 2 auguste 1762. — « Dieu préserve Votre Altesse sérénissime. » 
 B. et F.
4991. 
Le comte d’Argental. 4 auguste. — « Voici ce que je dis. » 
 B.
4992. 
De M. Pictet. 4 août. — « Je me persuade que tous ceux. » 
 Catal. Lajar
4993. 
Cathala. 5 août. — « Tout ce que je peux dire. » 
 A. C.
4994. 
Le comte d’Argental. 7 auguste. — « Mon cœur est bien gros. » 
 B.
4995. 
Debrus. (août 1762). — « Je bénis le maître de la vie et de la mort. » 
 A. C. B.
4996. 
Du cardinal de Bernis. 7 août. — « J’ai lu la lamentable histoire. » 
 B.
4997. 
Debrus. — « Il serait fort triste et dangereux. » 
 A. C.
4998. 
Le docteur Tronchin. — « On voit bien que notre Esculape. » 
 C. et F. (Suppl.)
4999. 
Debrus. Ferney, 9 auguste. — « M. Mariette travaille à un nouveau mémoire. » 
 A. C.
5000. 
Le comte d’Argental. 13 août. — « Les mémoires que j’ai envoyés. » 
 C. et F.
5001. 
La comtesse de Lutzelbourg. Délices, 13 auguste. — « Ma santé ne me permet guère. » 
 B.
5002. 
Le marquis Albergati Capacelli. Délices, 13 auguste. — « Je suis presque toujours réduit. » 
 B.
5003. 
Helvétius. 13 auguste. — « J’ai lu deux fois votre lettre. » 
 B.
5004. 
Jean Schouvalow. Délices, 13 auguste. — « Vous connaissez donc aussi. » 
 B.
5005. 
Le marquis de Chauvelin. — « La tragédie des Calas et celle qui se joue. » 
 B.
5006. 
Pour Mme Calas. — « Je suppose que Mme Calas. » 
 A. C
5007. 
De la margrave de Bade-Dourlach. 17 août. — « Votre souvenir est la chose du monde. » 
 B.
5008. 
M. de Vosge. Délices, 18 auguste. — « J’ai toujours de nouveaux remerciements. » 
 B.
5009. 
Le comte d’Argental. 18 auguste. — « Le bout de vos ailes m’est plus sacré. » 
 B.
5010. 
Pierre Rousseau. Délices, 20 auguste. — « Pour répondre à votre lettre du 14. » 
 B.
5011. 
Le marquis d’Argence de Dirac. Délices, 21 auguste. — « Le vieux paresseux malade a rarement » 
 B.
5012. 
Debrus. Mercredi. — « Je renvoie à M. Debrus. » 
 A. C.
5013. 
Duclos. Délices, 23 auguste. — « Je prie l’Académie de considérer. » 
 B.
5014. 
De la margrave de Bade-Dourlach. 24 auguste. — « Je viens de recevoir l’Histoire d’Élisabeth Canning et de Jean Calas. » 
 B.
5015. 
Pour Mme Calas. 25 août. — « On se trompe beaucoup. » 
 A. C.
5016. 
Fyot de La Marche (père). Délices, 25 auguste. — « Vous voilà donc, mon illustre magistrat. » 
 Th. F.
5017. 
Le marquis Albergati Capacelli. Délices, 25 auguste. — « Il caro Goldoni, il figlio della Natura. » 
 B.
5018. 
Goldoni. Délices, 28 auguste. — « Adasio un poco. » 
 B.
5019. 
Debrus. — « Je prie instamment M. Debrus. » 
 A. C.
5020. 
Le comte d’Argental. 29 auguste. — « Je m’aperçois pourtant. » 
 B.
5021. 
Damilaville. Délices, 29 auguste. — « Il y a deux pièces dont je suis fort content. » 
 B.
5022. 
Debrus. Août 1762. — « Je suis bien consolé. » 
 A. C.
5023. 
Colini. Délices, 30 auguste. — « Vous allez donc être l’inspecteur. » 
 B.
5024. 
Le cardinal de Bernis. Délices, 3 septembre 1762. — « Je suis affligé en mon étui. » 
 B.
5025. 
Mme Calas. — « Tous ceux qui ont le bonheur. » 
 B.
5026. 
Colini. Délices, 4 septembre. — « Voici tout ce que peut répondre. » 
 B.
5027. 
Debrus. 4 septembre. — « On trouve le mémoire de M. Mariette. » 
 A. C.
5028. 
La duchesse de Saxe-Gotha. 5 septembre. — « Voilà donc la paix presque faite. » 
 B et F.
5029. 
Le comte d’Argental. 6 septembre. — « Je prends donc la liberté. » 
 B.
5030. 
Le comte de Choiseul. Délices, 6 septembre. — « Si je ne voulais faire entendre ma voix. » 
 B.
5031. 
Le conseiller Le Bault. Délices, 8 septembre. — « On dit que votre parlement va reprendre ses séances. » 
 Mand.-Gr.
5032. 
Fyot de La Marche (père). Délices, 8 septembre. — « Voilà le mois de septembre venu. » 
 Th. F.
5033. 
De d’Alembert. 8 septembre. — « L’Académie m’a chargé. » 
 B.
5034. 
Le comte d’Argental. Ferney, 14 septembre. — « Je reçois la lettre de mes divins anges. » 
 B.
5035. 
De Wagnière à Mme Calas. Ferney, 14 septembre. — « M. de Voltaire a reçu la lettre. » 
 A. C.
5036. 
D’Alembert. Ferney, 15 septembre. — « Mon très-aimable et très-grand philosophe, je suis emmitouflé. » 
 B.
5037. 
Damilaville. 18 septembre. — « Ah ! Ah ! mon frère, on croit donc. » 
 B.
5038. 
Fyot de La Marche (père). Ferney, 20 septembre. — « J’ai besoin plus que jamais de la tranquillité. » 
 Th. F.
5039. 
Le comte de La Touraille. Genève, 20 septembre. — « Je vous félicite sur les deux dernières victoires. » 
 B.
5040. 
M. Ribotte. 20 septembre. — « On doit savoir à présent à Toulouse. ». 
 Protest. fr.
5041. 
Colini. Ferney, 20 septembre, — « Si le désir extrême de revoir. » 
 B.
5042. 
Le marquis de Chauvelin. Ferney, 21 septembre. — « Dieu m’a rendu une oreille. » 
 B.
5043. 
Elie de Beaumont. Ferney, 22 septembre. — « Jusqu’à présent il ne s’était trouvé. » 
 B.
5044. 
Le comte d’Argental. Ferney, 23 septembre. — « Quand j’ai un moment de santé. » 
 C. et F.
5045. 
Le comte d’Argental. Ferney, 23 septembre. — « Je dois d’abord vous dire combien. » 
 B.
5046. 
Le docteur Tronchin. — « Mon cher Esculape, je sais bien qu’il faut recevoir. » 
 C. et F. (Suppl.)
5047. 
Le docteur Tronchin. — « Le sourdaud avise Esculape. » 
 C. et F. (Suppl.)
5048. 
Jean Schouvalow. Ferney, 25 septembre. — « J’ai reçu votre lettre à table. » 
 B.
5049. 
De d’Alembert. 25 septembre. — « Ce que vous me mandez de votre santé. » 
 B.
5050. 
D’Alembert. 25 septembre. — « Avez-vous répondu à M. de Schouvalow ? » 
 B.
5051. 
Diderot. 25 septembre. — « Eh bien ! illustre philosophe, que dites-vous ? » 
 B.
5052. 
Goldoni. Ferney, 25 septembre. — « J’ai hasardé une lettre. » 
 C. et F.
5053. 
Le comte d’Argental. 28 septembre. — « Je réponds à votre béatifique lettre. » 
 B.
5054. 
De Diderot. 29 septembre. — « Non, nous n’irons ni à Berlin ni à Pétersbourg achever l’Encyclopédie. » 
 Édit. Tourneux.
5055. 
De d’Alembert. 2 octobre 1762. — « Oui. j’ai reçu l’invitation de M. de Schouvalow. » 
 B.
5056. 
Le cardinal de Bernis. Ferney, 7 octobre. — « Vous n’avez peut-être pas été content. » 
 B.
5057. 
Duclos. Ferney, 7 octobre. — « Je présume que vous êtes encore à Vic-sur-Aisne. » 
 B.
5058. 
Colini. 7 octobre. — « Voici ce qui m’est arrivé. » 
 B.
5059. 
La duchesse de Saxe-Gotha. Ferney, 8 octobre. — « Ce n’est pas ma faute. » 
 B. et F.
5060. 
Tronchin, de Lyon. Ferney. — « Joyar a pu vous dire. » 
 B. et F. (Suppl.)
5061. 
Damilaville. 10 octobre. — « Mes frères et maîtres ont donc envoyé. » 
 B.
5062. 
M. P. Rousseau. Ferney, 10 octobre. — « Vous m’écrivîtes il y a quelque temps. » 
 B.
5063. 
Le comte d’Argental. Ferney, 10 octobre. — « J’ai bien des tribulations. » 
 B.
5064. 
Le comte d’Argental. 11 octobre. — « Je reçois la lettre du 4 d’octobre. » 
 B.
5065. 
Fyot de La Marche (père). Ferney, 12 octobre. — « Nous n’avons plus de maréchaux de France. » 
 Th. F.
5066. 
Damilaville. 15 octobre. — « Je vous ai déjà envoyé une lettre importante. » 
 B.
5067. 
Debrus. 17 octobre — « Je suis toujours persuadé que les erreurs » 
 A. C.
5068. 
Le marquis de Chauvelin. 17 octobre. — « Vous me donnez une furieuse vanité. » 
 B.
5069. 
Debrus. — « Je pense, mon cher malade. » 
 A. C.
5070. 
D’Alembert. Ferney, 17 octobre. — « Mon cher confrère, mon cher et vrai philosophe. » 
 B.
5071. 
Debrus. Au. Délices. — « Il y a trois mois que je répète. » 
 A. C.
5072. 
Du cardinal de Bernis. 17 octobre. — « J’ai eu tort de ne pas vous dire. » 
 B.
5073. 
Colini. 18 octobre. — « Mon cher confident de Statira. » 
 B.
5074. 
De d’Alembert. 26 octobre. — « Je crois avoir fait encore mieux. » 
 B.
5075. 
Debrus. — « Qu’importe qu’un Anglais parle. » 
 A. C.
5076. 
Le marquis Albergati Capacelli. Ferney, 27 octobre. — « Je craindrais de vous écrire de l’autre monde. » 
 B.
5077. 
Damilaville. Octobre. — « Il est heureux que M. Mariette. » 
 B.
5078. 
Chenevières. Délices, 30 octobre. — « Nous avons toujours les nouvelles d’Allemagne. » 
 C. et F.
5079. 
Debrus. — « Ce malheureux Louis Calas fait soulever le cœur. » 
 A. C.
5080. 
D’Alembert. Délices, 1er novembre 1762. — « Mon très-digne philosophe, n’est-ce pas Mécène. » 
 B.
5081. 
Le marquis de Chauvelin. Délices, 1er novembre. — « Puisque Votre Excellence aime notre tripot. » 
 B.
5082. 
Damilaville. 3 novembre. — « Je suis toujours émerveillé que trois vingtièmes. » 
 B.
5083. 
Debrus. — « Pierre et Donat devraient avoir écrit. » 
 A. C.
5084. 
La Chalotais. 3 novembre. — « Vous donnerez sans doute un plan d’éducation. » 
 B.
5085. 
Le comte d’Argental. Ferney, novembre. — « Il est bien juste que M. le comte de Choiseul. » 
 B.
5086. 
Le comte de Choiseul. Ferney, 10 novembre. — « Monseigneur, comme tout ce que je pourrais. » 
 B.
5087. 
Debrus. — « Il faut oublier cette sottise. » 
 A. C.
5087b. 
Le comte d’Argental. Ferney, 10 novembre. — « Vivent le roi et M. le duc de Praslin ! » 
 B.
5088. 
De d’Alembert. 17 novembre. — « Vous auriez eu très-grand tort. » 
 B.
5089. 
De Pictet. 19 novembre. — « J’ai reçu hier la lettre. » 
 Rev. des Aut.
5090. 
Le comte d’Argental. 21 novembre. — « Ô mes anges ! n’avez-vous jamais vu. » 
 B.
5091. 
Le marquis de Chauvelin. Ferney, 22 novembre. — « Bénies soient Vos Excellences. » 
 B.
5092. 
Debrus. 23 novembre. — « J’envoie à M. Debrus. » 
 A. C.
5093. 
Damilaville. 28 novembre. — « Salut à mes frères en Dieu » 
 B.
5094. 
D’Alembert. 28 novembre. — « Vous ne paraissez pas trop compter. » 
 B.
5095. 
Saurin. Ferney, 28 novembre. — « Je vous sais bon gré. » 
 B.
5096. 
P. Rousseau. Ferney, 28 novembre. — « Ce que vous m’apprenez me surprend. » 
 B.
5097. 
Damilaville. 30 novembre. — « Mon frère, j’ai aussi prouvé par les faits. » 
 B.
5098. 
Le marquis d’Argence de Dirac. Ferney, 2 décembre 1762. — « Pardonnez à un ami. » 
 B.
5099. 
Chenevières. Ferney, 3 décembre. — « Vous savez que je suis un mauvais correspondant. » 
 C. et F.
5100. 
Damilaville. 6 décembre. — « Les Pensées tirées des objections diverses. » 
 B.
5101. 
Le comte d’Argental. 10 décembre. — « Vous avez beau faire. » 
 B.
5102. 
Le comte d’Argental. Ferney, 13 décembre. — « Ô mes anges ! l’épouseur est arrivé. » 
 B.
5103. 
Damilaville. 13 décembre. — « mon cher frère ! vous faites une action digne. » 
 B.
5104. 
Debrus. — « Mille tendres amitiés. » 
 A. C.
5105. 
Le comte d’Argental. 16 décembre. — « mes anges ! vous avez entrepris d’affubler. » 
 B.
5106. 
Le comte d’Argental. 18 décembre. — « Autres considérations présentées à mes anges. » 
 B.
5107. 
Fyot de La Marche (père). Ferney, 18 décembre. — « Mon digne magistrat, mon philosophe humain. » 
 Th. F.
5108. 
Élie de Beaumont. Ferney, 19 décembre. — « C’est une belle époque. » 
 B.
5109. 
Jean Schouvalow. Ferney, 19 décembre. — « Enfin donc, j’aurai la consolation. » 
 B.
5110. 
Le comte d’Argental. Ferney, 23 décembre. — « Je ne peux rien ajouter. » 
 B.
5111. 
Debrus. 25 décembre. — « Je fais mon tendre compliment. » 
 A. C.
5112. 
Damilaville. 26 décembre. — « Renvoyez-moi, je vous prie. » 
 B.
5113. 
Mme de Florian. 29 décembre. — « J’ai tort, ma chère nièce. » 
 B.
5114. 
De Moultou. — « Je viens de lire le mémoire de Loyseau. » 
 A. C.
5115. 
Le conseiller Le Bault. 31 décembre. — « Premièrement j’ai l’honneur de vous demander. » 
 Mand. -Gr.
5116. 
Debrus. — « J’avais oublié cette lettre. » 
 A. C.
5117. 
M. M***. — « Je vois bien que les gens de lettres de Paris. » 
 B.