Doon de la Roche/Poème

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher

Anonyme
Doon de la Roche. Chanson de geste
Texte établi par Paul Meyer, Gédéon Huet, Édouard Champion, 1921 (pp. 1-172).
Texte du poème de Doon de la Roche
DOON DE LA ROCHE

(f. 1)Seignor, oez chançon cortoise et avenant ;
Vieille est et ancïenne, de Doon l’Alemant.
Toz tens servi a cort par ses armes portant ;
De piller, de rober, n’ot un denier vaillant ;
5Il essauça toz dis et leva ses serjanz,
Les povres chevaliers, les orphelins enfanz.
Nuns hons de son lignage n’ot de terre .j. arpant,
Fors solement La Roche et l’enor qu’i apent ;
Mais li douz rois de gloire en donna Doon tant
10Com vos orrez avant, s’il est qui vos en chant.
Li dus servi Pepin le roi molt longement,
A Paris en la sale, toz dis molt loiaument.

Molt i ot Angevins ( ?), Baviers et Alemanz
Et Normans et Frisons et Pohiers et Flamens,
15Dessus trestoz les autres fui Do l’Alemanz :
De sens, de hardïesse et de barnage ot tant,
Quant il vait en tornoi, li gentiz Alemanz,
S’i gaaigne chevaus, si les donne as serjanz
Et as chevaliers povres qui d’avoir n’ont nïent.
20Quant li rois tient ses plaiz, cui douce France apent,
S’il i a nul tort fait ne nul faus jugement,
Li conseil [de] Doon le vont si redreçant
(v°)Ja ne s’en plainderont li petit ne li grant.
Et jugleors plusors ot a sa cort toz tens ;
25Si lor donnoit mantiaus et blïauz bels et genz
Et peliçons ermins et autres garnemenz ;
Onques n’i vint si povre nen tort de li mananz.
Ores si [crut] en Deu le pere roi aidant
Que a veve moillier ne vout tolir nïent,
30Ne petit orfelin ne fist aler plaidant ;
Por tant l’ama li sire qui fu adonc vivanz.

II[2]

Molt fu Do de la Roche de grant nobilité,
Li gentilz Alemans qui tant fist a loer.

Onques puis qu’il prist armes et il fu adobez
35Ne vout li dus ardoir ne preer ne rober,
Ainz servi par ses armes les princes et les pers,
Et tant fist lor servise que li donnent asez.
Doons servi Pepin a Paris la cité
Trois anz toz acompliz, ne li vout rien rover,
40A .iijc. chevaliers qui sont preu et sené.
Et Pepins l’empereres li eüst trop donné :
Une seror avoit nostre empereres ber,
La dame ot nom Olive au gent cors honoré ;
Ele amot plus le duc que nule riens, fors Dé ;
45Mais ainz ne l’en ot cuer ne corage mostré
Por ce qu’il n’estoit mie de si haut parenté.
Seignor, ja dit l’escriz qui vos est demostrez
Que il n’est chose en terre, tant le sache on celer,
Que avant ne reveingne quant il est destiné.
50(f. 2)Ainsi font les amors que Do a demené
Vers Olive la bele o le viaire cler.
Seignor, ce fu .j. jor devant Nativité,
A feste saint Andrier, qu’Avent doivent entrer ;
Pepins nostre empereres, li gentiz et li ber,
55Loa ses soudoiers, ses en lessa raler,
Cui .c. mars, cui .iijc. avers ce que il set.
As princes donna [il et] chastiaus et citez,
Donjons et bors et viles, recez et fermetez ;

Cui qu’il doint ne cui non, Doon n’a rien donné,
60Le gentil Alemant, ainçois l’a oblïé,
Car il ot en la cort longement conversé :
Esté i ot .iij. anz et ou quart est entrez.
Cil coart chevalier en pristrent a parler
Et dïent l’uns a l’autre que Do est oblïez,
65Tant a servi le roi que il l’a oblïé.
« Par la foi que vos doi, riens ne li vuet donner :
« Il gardera la cort et l’iver et l’esté,
« Et tenra les chemises quant li bainz ert chaufez,
« Si avra nom Rouciens as grenons enfumez. »
70Tant ala la parole que Pepins bien le set ;
Grant honte en a li rois, s’a Doon apelé :
« Sire Do de La Roche, gentiz, nobles et ber,
« Cil autre chevalier m’ont congié demandé ;
« Tuit s’en vont en lor terres, mais vos estes remés.
75— Sire, » ce dist li enfes, « car jel sai de verté,
« Son droiturier seignor doit on servir assez,
« Et je vos servirai volentiers et de gré ;
(v°)« Et quant vos vos serez des autres delivré,
« Si me donrez del vostre autant que vos voudrez ».
80Quant l’entendi li rois, grant joie en a mené :
« Sire Do de La Roche, gentiz estes et ber ;
« Par la foi que vos doi, ce sai bien de verté,
« Se vos auques [m’]amez, toz seroiz mes privez ;
« Et puis que je vos voi [del tot] entalenté

85« De faire mon servise sanz point de fauseté,
« Par la foi que vos doi, hui est li jors entrez
« Que vos donrai tel chose dont vos me savrez gré,
« Dont li vostres lignages sera toz honorez :
« Olive ma seror vueil [jou] que vos prenez ;
90« De tote Loeroigne avrez la ducheé :
« .XX. chastiaus i a forz et .xiiij. citez ;
« Et, puis que voz lignages ert au mien ajostez,
« Ci a soudées granz, si les vos vueil donner. »
Quant l’entendi li enfes, si commence a plorer :
95« Sire douz emperere, merci ! por amor Dé ;
« Mes cuers et mes avoirs vos sont abandoné.
« Se je n’ai [dame] Olive, ja sont fames assez ;
« Endroit le mien lignage me covient marïer :
« Li oisels qui se haite ainz qu’il puisse voler
100« Chiet a terre dou ni, s’est a terre versez. »
Et respondi li rois : « Em pardon em parlez. »
A joie et a lïesce li ont fait esposer.
Molt furent granz les noces, si ont .j. mois duré ;
Li jugleor dou regne en furent bien loé :
105(f. 3)Il en ont vair et gris et hermins engolez,
Destriers et palefrois et mulez sejornez.
A joie et a barnage furent cil asemblé.
Adonc i fu Landris li vallez engendrez,
Li niés le roi de France, qui tant fist a loer.

110Adonc s’en parti Do, li ber et li senez ;
A .vijc. chevaliers gentilment conreez
S’en va droit a Coloigne, cele bone cité.
A joie et a baudor furent cil asemblé ;
Puis furent a dolor et a duel desevré.
115.I. losengiers du regne les a toz enchantez ;
Il avoit nom Tomiles, .j. traïtres mortex.
Damedex le confonde, qu’en la croiz fu penez !

III[3]

Il ot ja a Coloigne .j. traïtor felon :
Cil ot a nom Tomiles, oncles fu Guenelon,
120Cosins germains Hardré et Hervi (?) le larron,
Si apartint Maugin, .j. encrisme felon ;
Bien vint de son lignage qu’il feïst traïson.
Sodoiers fu le duc, princes de sa maison.
Il n’ama onques home chevalier se lui non.
125Ici[l] mena la dame par grant seducion ;
Par ses losengeries la destruit et confont.
Il apela le duc a conseil sur le pont :
« Sire Do de la Roche, entendez ma raison.
« Je dirai tel parole, se j’en ai le pardon,
130« Par tote Loeroigne en ira li renons. »
(v°)Et respondi li dus : « Car le nos dites dont.
— Biaus sire, volentiers, quant j’en ai le pardon.
« Ma dame ne vos aime vaillissant .j. boton :

« Ier main la pris provée gisant a .j. garçon ;
135« Ne l’osai envaïr, car pou oi compagnons. »
Quant l’entent li dus Do, a pou d’ire ne font :
« Tomiles de Coloigne, baissiez vostre raison,
« Car, par icel apostre a cui peneant vont,
« Par pou que ne vos fier [ens] ou chief d’un baston ;
140« Et se vos plus d’Olive me dites se bien non,
« Plus haut vos ferai pendre que nul autre larron.
— Sire, » dit li traïtre, « merci ! por Dieu del mont ;
« Se nel vos puis prover en cest mois ou nos soms,
« Si me trenchiez la teste sans autre reençon. »
145Quant li dus l’entendi, si tint le chief embronc ;
Il plore tendrement des biaus ieus de son front.
« Dex, » dist il, « sire pere, par vo saintisme non,
« Car me donez la mort ainz que vienne li jors.
« Haï ! terre, car fent et de desoz moi font !
150« De ci que en l’abisme ne vueil avoir sejor.
« Haï ! Olive dame, de la vostre façon
« Ne sera jamais fame, chevaliers ne nus hom.
« Je vos amoie plus que riens qui fust ou mont. »

IV[4]

La suer le roi fu molt cortoise et avenant ;
155Ele ot .j. molt biau fil de Doon l’Alemant :
Il ot a non Landri par droit baptisement.
(f. 4)El gentil damoisel molt i ot bel enfant.
Tomiles de Coloigne le va molt soduiant ;
Ocire vuet sa mere a duel et a torment.
160.I. garçon apela, si li dist : « Vien avant.
« Se je t’osoie dire mon cuer et mon talent,

« Je te feroie riche et d’or fin et d’argent. »
Et respont li garçons : « Tot a vostre commant.
— Va donc, si le me jure tost et isnelement,
165« Puis te dirai mon cuer plus descombréement. »
Li gloz s’engenoilla, si fist le serement,
Et li a dit Tomiles : « Se toi plaist, or entent.
« La duchesse se gist en sa chambre leenz ;
« Ele est molt forment ivre, tant a beü piment.
170« Ele n’ot ne ne voit ne a home n’entent ;
« Va te couchier o li en son lit coiement ;
« Se te queut en amor, riches seras mananz :
« Chevalier te fera, ne demorra nïent ;
« Ele te donra armes et riches garnemenz. »
175Et respont li lechiere : « Tot a vostre commant. »
Il entra en la chambre par molt fier marrement ;
Entreci que au lit ne fist arestement,
Et sozleva le paile tost et isnelement.
Oez dou lecheor conme il perdi le sens.
180Il sozleva le paile, si s’est couchiez dedenz :
Trestoz nus en ses brai[e]s vers la dame s’estent ;
N’ose envaïr la dame, car pou ot hardement.
Tomiles vint a l’uis, s’apela le duc franc :
(v°)« Sire, » dist li traïtres, « trop tardez, venez en ;
185« Ja verrez de ma dame a estros se je menz. »
Quant l’entent li dus Do, a pou ne pert le sens ;
Des beaus ieus de son front plora molt doucement
Et du cuer de son ventre va parfont sospirant.
O lui a pris .iij. contes, si s’en torna atant ;
190Çaintes ont les espées as bons aciers trenchanz.
Il entra en la chambre corrociez et dolenz,
Entreci que a[u] lit n’i fist arestement ;
Il sozleva le paile tost et isnelement

Et trova le garchon lez sa fame gisant :
195Ce ne fu pas mervoille se il en fu dolenz,
Que il n’a soz ciel home qui n’en fust corroçanz.

Li gloz fu en la chambre durement entrepris ;
Il ne sot ou aler ne en quel part fuïr.
Do a traite l’espée, la teste li toli :
200Au desmembrer li tout, qu’autre mal ne li fist.
De ce fist il que fox qu’a gehine nel mist.
E[s]tes vos ma[i]s Tomile du murtre bien garni :
N’en orra mais parler de ci que a maint di,
Mais droiz a droit repaire, pieça que on le dit :
205Encor le couvendra le mal pechié gehir,
Comme il fist le garçon o la dame gesir,
Par la foi que vos doi, se Dieu plaist et Landri.
Olive s’esveilla, si geta .j. sospir
Et choisi le garçon qui gist de devant li,
210Et son paile sanglent et son seignor mal mis,
Et demanda les contes : « Ceste noise qui fist ?
(f. 5)« Je li ferai la teste et les membres tolir. »
Li dus a trait l’espée ; le chief en eüst pris,
Quant li conte [le] corrent par les braz retenir.
215« Sire Do de la Roche, por amor Dieu, merci !
« S’ocïez nostre dame, vos serez mal bailli.
« Certes, ne remanrons en trestot cest païs ;
« Je ne sai en quel terre vos peüssiez garir.
« Mais envoiez en France a son frere Pepin ;

220« Ce est li gentiz rois qui le lion ocist.
« Il en penra justice trestot a son plaisir,
« Du pendre ou de l’ardoir ou du metre en essil.
— Seignor, » dist li dus Do, « com puis enragier vis
« De la plus bele dame qui de mere nasqui !
225« Por quoi m’a la malvaise vergondé et honi ?
« Ja l’amoie je plus que riens que Dieus feïst. »
La dame en apela et Jehan et Henri :
« Dont est mesire Do corrociez envers mi ?
« Face faire itel feu com lui vient a plaisir,
230« De .xx. cherres d’espines alumé et espris,
« Ou en mete .xl., se lui vient en plaisir ;
« Puis me face les membres lïer a son devis.
« Quant la flame ert plus granz, si me getez en mi :
« Se .j. pois en est ars ou garnemenz bruïz,
235« Dont puis je provée estre de pechiez entrepris !
— Mauvaise, » dist li dus, « por quoi parlez vos si ?
« Ja estes vos provée de veoir et d’oïr.
« Mais ne vos amerai ne vostre fil Landri ;
(v°)« Par la foi que doi Dieu, onques ne m’apartint,
240« Onques ne l’engendrai ne il n’est pas mes filz.

VI[6]

— Sire Do de la Roche, » dist la dame au cors franc,
« Faites faire itel feu com vos vient a commant,
« De .xx. cheres d’espines, mais qu’il soit bien ardanz ;
« Ou en i metez .xxx., s’il vos vient a talent.

245« Puis si me faites penre a deus de voz serjanz
« Et me getent en mi quant la flame ert plus granz :
« Se .j. pois en est ars ne blemiz garnemenz,
« Dont provez ert mis cors de pechiez recreanz.
« Et se Jesus m’en gete par son commandement,
250« En après cel juïse vos en ferai plus grant :
« Si me pendez au col .j. muele pesant
« Le fais d’une cherée a .xx. homes levant,
« Puis si me faites penre a .c. de voz serjanz,
« Si me getent en mer, la teste tot devant,
255« En la greignor abisme, por Dieu le vos commant ;
« Et, se je m’en revien tot par dessus flotant,
« Ou pechié n’avrai corpes que mis m’avez devant ;
« Et se j’en vois au fons, fins en ert faite atant ;
« Puis cest jor n’en orrez parole ne semblant.
260— Mauvaise », dist li dus, « por quoi en parlez tant ?
« Ja estes vos provée d’oïr et de veant.
« J’ai ocis le garçon a mon acerin brant.
— Sire », dïent li conte, « trop parlez hautement.
(f. 6)« Hom ne doit soi honir abandonéement.
265« Faites fermer le[s] huis tost et apertement,
« Que parole n’en isse, ne nel sache la gent,
« Puis prenez les juïses qu’ele vos vait ofrant. »
Li dus lor otria[st] volentiers, bonement,
Quant li cuvers Tomiles vint par destre corant,
270Et a saisi le duc par son hermine blanc :
« Que vues tu faire, Do, mauvais hom recreanz ?
« Se tu prens les juïses qu’ele te vait ofrant,
« Dont ne se couchera a .xl. ou a .c. ?
« Doon le cous soffrant t’apelerons toz tens.
275« Nos t’irons par Coloigne a noz doiz demostrant.
« Si seras cous clamez, ce dïent li enfant. »

Quant l’entendi li dus, a pou d’ire ne fent ;
Il n’en presist plus rien por les membres perdant.
Il issi de la chambre corrociez et dolenz
280Et trova la norrice sus ou palais seant,
Et Landrïet son fil dedens le berz plorant.
Quant li enfes le voit, si li rit bonement,
Et li dus le bota de son pié laidement,
Que li berz reversa et l’enfes chiet adens :
285Li viaires li fiert desus le pavement ;
Bien i parut la plaie jusqu’as armes portant.
Li enfes brait et crie, qui ne set autrement :
Ne puet sa dolor dire, car il n’a pas le sens.
[Li] troi chevalier plorent por l’amor de l’enfant,
290(v°)Et dist li .j. a l’autre : « Molt nos vait malement ;
« Ci commence tel guerre qui durra longement ».

VII[7]

Li dus Do de La Roche a son fil mal mené,
Landrïet le petit, qui est de jone aé ;
Sanglent ot le visage et la boche et le nés.
295Bien poez [de voir] dire que Do fu molt irez ;
L’un duel mis avec l’autre n’ot en lui qu’aïrer.
Et dist li uns a l’autre : « Nostre sire est desvez ;
« Ja soloit il son fil Landrïet [molt] amer
« Et sa moillier la gente servir et honorer.
300« Ne sai quel vif deable ont entre eus conversé. »
Ja n’a il soz ciel home qui en eüst parlé
[Ne] mais que li troi conte qui sont a lui alé.
L’uns le prent par le braz, d’un part l’a torné :

« Sire Do de La Roche, gentiz, nobles et ber,
305« Dolenz iert l’emperere Pepins, se il le set ;
« Mais prenez .j. message et si li envoiez.
— Si ferai je, seignor, car molt sui vergondez.
« Maleoite soit l’eure que je fui onques nez. »
Il apele Gregoire, son chapelain privé :
310« Sire frans clers », [dit il], « envers moi entendez :
« De ci que au matin a Paris m’en irez ;
« Pepin l’empereor vueil que me saluëz.
« Il me dona .j. don, genz fu et honorez :
« Ce fu un pan de terre que molt fait a loer.
315« .I. hom la me chalonge, qui est d’autre regné ;
(f. 7)« Ma terre en est enfraite et ses bans trespassez.
« Or vienge en Loeroigne por sa terre aquiter,
« Et quant il ert venuz, si parleromes d’el.
— Sire », ce dist Gregoires, « je le dirai assez. »

VIII[8]

320Cele nuit jut Gregoires de ci que au matin,
Li gentiz chapelains cui Diex puist beneïr.
Il monte sus .j. mul corant et arabi,
Et entra en sa voie, s’acuilli son chemin,
Et trespassa les terres, les puis et les larriz ;
325N’i ot reigne tirée de ci que a Paris ;
Et a trové le roi sus el palais marbrin.
L’emperere le baise, delez lui l’a assis,
De sa suer demanda, le premier mot que dit,
Et après de Doon le chevalier gentil.
330« Comment le fait ? » [dist] il, « comment se maintient il ?

— A la foi que vos doi, molt bien, la Dieu merci !
« Je[l] laissai a La Roche sain et haitié et vif ;
« Mais .j. don lui donnastes qui molt fu seignoris :
« Ce fu un pan de terre que molt fait a cherir ;
335« .I. hom la li chalonge, qui est d’autre païs.
« Olive vostre suer n’a ne joie ne ris.
« Ne sai por quoi ce est, ne m’en ont nul mot dit,
« Li dus la vuet ardoir et les membres tolir. »
En l’oreille li dist coiement et seri :
340(v°)« De putage la rete, ne vos en quier mentir.
Quant l’entent l’emperere, il n’en a mie ris,
Et si fu sages hom qu’a home ne le dist,
Ainz entra en sa chambre trestot a escheri ;
Soef maine son duel, que nuls hom ne l’oï.
345« Ha ! suer Olive, qui en [tel] penser vos mist ?
« Por quoi m’avez vos, dame, vergondé et honi ?
« Ainc mais de mon lignage pute fame n’issi. »

IX[9]

De ce fist l’emperere que proz et que cortois
Quant nel veut dire a home, chevalier ne borjois ;
350Ainçois monta le jor, si chevalcha le soir,
Atot .xvm. homes va sa seror veoir.
Il trespassa les terres, les plains et les arbroiz ;
Venuz est a Coloigne molt fu granz li esfroiz,
Et descendent es rues chevalier et borjois,
355Hennissent cil cheval, cil mul, cil palefroi.
Do de La Roche va son serorge veoir ;
Ses bras li mi[s]t a col, si le baisa .iij. fois,
Puis l’en a apelé belement en requoi :

« Sire d[r]oiz emperere, » ce dist Do li cortois,
360« Olive vostre suer a honi vos et moi.
« Certes lez .j. garçon la repris l’autre soir ;
« Je li trencha[i] la teste a mon branc vianois.
« Demandez le Tomile, qui ci siet delez moi,
« Qui reprist le garçon qui avec li gisoit ;
365(f. 8)« Comme autres a sa fame ses talenz en faisoit.
—Et vos, sire Tomiles, qu’en direz ? » dist li rois.
— Sire, » dist li traï[t]res, « se peser ne vos doit,
« Je jugeroie bien qu’on la deüst ardoir :
« Ele est tote provée d’oïr et de veoir. »
370Adonc parla Moriz, Amauris et Jofroiz ;
Li .j. est niés Doon, sui cosin sont li doi :
« Par les sainz Dieu, Tomiles, ne dites mie voir ;
« Ma dame ne fist onques putage ne desloi.
— Toz en es perjurez, cuverz », ce dist Jofroiz ;
375« Prez sui que m’en combate contre vos orendroit,
« Seus et seus par mes armes, lassus en ces chaumois.
« Ou encore autre jeu vos partirai ainçois :
« Soiez .V. chevalier, nos ne serons que trois,
« Puis ce venez combatre lassus en ces herboiz ;
380« Se ne vos rendons pris et recreant le roi,
« Si nos face mes sire desmembrer et ardoir.
« C’est ores granz merchie[z] de .V. homes a trois,
« Mais encor est plus granz de l’ome qui est droiz.
— Sire », ce dist Tomiles, « n’en combatrai des mois.
385« Demandez le Doon, qui est ci delez moi,
« Qui reprist le garçon o qui ele gisoit,
« Com autres a sa fame ses talenz en faisoit.
« Il ocist le garçon a son branc vianois.
— Sire Do de La Roche, qu’en direz ? » dist li rois.

390(v°)« [Or] alons en la chambre ; ma seror vueil veoir.
— Sire », ce dist dus Do, « com vos plaira si soit.
« Lors parlerez a li, la metrez en destroit. »
En la chambre s’en entre Pepins li gentiz rois
Quant la dame le voit, encontre se levoit ;
395Ele s’agenoilla ; es piés li vait cheoir
Por merci deprïer, car mestiers l’en estoit.
Et li rois traist l’espée, qui corrociez estoit :
Ja’n eüst pris la teste quant i vienent li .iij. .
Adonc parla Moriz, Amauris et Jofroi[z],
400Li .j. est niez Doon et sui cosin li doi :
« Sire douz emperere, ice n’est mie droiz,
« S’ele a fait son pechié, par la foi que vos doi,
« Que on la doie ocire, desmembrer ne ardoir ;
« Preigne sa penitence bonement, sanz deloi,
405« De faire les juïses qu’ele Doon ofroit.

— Seignor », ce dist li rois, « com puis ore desver
« De la plus bele dame de la crestïenté
« Que j’avoie Doon, le riche duc, doné,
« Le meillor chevalier de la crestïenté !
410« Por quoi m’a la mauvaise honi et vergondé ?
— Sire, » ce dist la dame, « se ainsi m’aïst Dés,
« Hé ! Dex, ja sui je preste de juïse porter,
« Soit en feu ou en eve ou la ou vos voudrez.
— Et vos, sire Tomiles », dist li rois, « ce oez
415(f. 9)« Com ma suer se poroffre a juïse porter :
« Ele nel feïst mie, por les membres coper,
« Se ne seüst en li molt tres grant seürté.
— Sire », ce dist Tomiles, « oez et escoutez :

« Ce que vi a mes ieus n’a mestier de monstrer.
420« Il n’a soz ciel larron, tant ait avoir emblé,
« S’on le lait escondire, qui ja soit pris provez. »
Quant l’entendi la dame, si commence a plorer :
« Certes, sire Tomiles, bien sai que me haez.
« Diex m’en face venjance, qui en crois fu penez.
425« Ne puis envers vos toz ne tencier ne plorer,
« Car parole de fame ne puet avant aler :
« Ja n’avra si grant droit ne soit a tort tornez.

Sire droiz emperere, » ce dist Do de La Roche,
« Fols est qui fame croit quant juïse li ofre :
430« Ce que vi a mes ieus vuet torner a fantosme ;
« Le garçon ocis jou, par saint Pierre de Rome. »
Dist Tomiles li lerres : « Mervoilles en oi ores.
« Hé ! ber, car trai l’espée, la putain si afole. »
Il issi de la chambre, si hauça sa parole,
435Que Normant et Breton et Loereing le sorent,
Et li moine et li clerc des mostiers et des cloistres
Ou Olive ot doné et calices et croces
Et dras et vesteüres, estamines et botes...
« Haï ! Olive dame, franche riens, douce chose,
440(v°)« Cil Sire vos garisse, qui soztie[n]t tot le trone
« De vostre part remaine li biens faiz et l’aumosne. »

XII[12]

Or es vos la mervoille par la vile espandue :

Chevalier et serjant en emplirent la rue,
Puceles et meschines la rescrient et huent,
445Ces clerc et ces chanoine qui par les mostiers furent,
Ou Olive ot doné [et] palefrois et mules,
Estamines et croces, cierges et vesteüres.
« Haï ! Olive dame, de la vostre aventure !
« A quel tort seras, lasse, demenée et destruite !
450« Cil Sire vos garisse, qui fu mis el sepulcre. »
Li rois ist de la chambre, toz li fronz li tressue :
« Seignor franc chevalier de France et de Herupe,
« [Se] ma suer m’a honi, ce n’est mie droiture
« Qu’ele pour ce doie estre afolée et destruite,
455« Se li boin chevalier de ma cort ne la jugent. »
Plus de mil chevalier envers lui se remuent :
« Sire bons emperere, por quoi feras destruire
« Olive ta seror et livrer a martire ?
« S’ele a fait son pechié, c’est a fame nature ;
460« Mais por ce ait l’onor de sa vile perdue,
« A Doon de La Roche ne soit ele mais drue. »
Et respondi li rois : « Ce n’est mie mesure
« Qu’a Doon l’Alemant en soit l’onor tolue,
« Ainz vueil bien que il l’ait, car c’est droiz et mesure ;
465« Ja Olive ma suer n’en tenra teneür[e].
(f. 10)— Lasse ! » ce dist Olive, « or sui je bien vaincue
« Quant mi ami charnel premerain me forjurent. »

XIII[13]

Quant part Do de La Roche de sa fame acest di,
Li gentilz Alemans qui fu proz et hardiz,

470Onques nus hom de char plus grant dolor ne vi
Des dus, des arcevesques, des princes dou païs.
Ele a dit .iij. paroles qui departent d’ami :
« A Dieu vos comant, Do, qui en la crois fu mis.
« Frans hom, se me vosisses encor[e] retenir,
475« Comme .j. autre chaitive vos servisse toz dis ;
« Ne rovasse avoec vos ne mangier ne dormir ;
« Quant ore ne puet estre, n’i queïsse gesir,
« Ainçois fuissent no lit a toz jors departi.
— Mauvaise, » fait li rois, « tornez vos de sor mi ;
480« Ja ne vos amerai a jor que soie vis.
« Ne tenrez de ma terre .j. pie ne .j. demi ;
« Ne ne vos amerai, car soing [n’]ai de Landri :
« Onques ne fu mes niés n’onques ne m’apartint. »

XIV[14]

Quant part Do de La Roche de sa fame a ce[l] jor,
485Onques nus hom de char ne vit si grant dolor
De dus et d’arcevesques, de princes, de contors.
Ele dist .iij. paroles qui desoivrent d’amor :
« A Dieu vos comant, Do, du ciel le creator ;
« Frans hom, se me vosisses retenir avuec vos,
490« Come une autre chaitive vos servisse toz jors.
(v°)— Mauvaise, » dist li rois, « tornez [vos] de sor nos ;
« Je ne vos amerai que je vive a nul jor,
« Ne ja Landri vo fil ne clamerai nevo. »
Hé ! Diex, puis fu tel ore qu’il li ot tel besoing
495Qu’il fust desheritez, quant Landris le rescost.

Tomile de Coloigne fist il puis del chief blos
Et gehir par la gueule le pechié orguillos
Com il mena sa mere par ses granz traïsons.

La suer le roi de France fu molt forment irée ;
500Ou ele vueille ou non, [de] la tor l’avalerent.
Ele crie et huche a molt grant alenée :
« Haï ! Pepins de France, por quoi faites ce, frere,
« Que de l’onor me getes que m’avoies donée ? »
En France s’en reva Pepins nostre emperere,
505E Do li Alemanz en la sue contrée ;
Sa suer ne son nevo n’en laissa il denrée.

XVI[16]

La suer le roi fu molt dolente et corrocie ;
Ou ele vueille ou non, l’ont jus de la tor mise.
Quant ele ist dou palais, si huche et si crie :
510« Haï ! Pepins de France, por quoi ce faites, sire,
« Que de l’onor me getes ou tu m’avoies mise ?
« Certes, tot [ce] me fait li traïtres Tomiles.
« Diex m’en face venjance, li filz sainte Marie. »
.I. ostel li ont quis la desus en la vile ;
515Chascun jor a .ij. pains : tele fu sa devise ;
Illuec se desduira come .j. autre chaitive.

XVII[17]

(f. 11)Nostre emperere s’est en France repairiez,
La desus a Paris, en son demoine fié,

Et si a Loereigne au duc Doon laissié ;
520Sa suer ne son nevo n’en a laissié plain pié.
Tomile[s] de Coloigne chascun jor se porquiert
Comment il doinst sa fille au duc, li aversiers.
Damediex la maudie, qui en croiz fu dreciez.

XVIII[18]

Olive la duchesse ot molt le cuer dolent
525De ce qu’ele est retée de traïson par tant,
De chose dont n’ot onques corage ne talent,
Et si em pert La Roche et l’onor qu’i apent
Et son seignor Doon, qu’ele paramoit tant,
Plus que nule rien qui fust ou siecle vivant...
530A son ostel ou ore norri bien son enfant,
Landrïet le petit, tant que il ot .vij. anz :
Mieldres est ses aages que autres de .x. anz.
Et Do fu a Coloigne, ou il tint ses corz granz,
Norri ses chevaliers, s’aleva ses serjanz.
535Atant es vos Tomile sus ou palais errant,
Et apela le duc tost et isnelement :
« Sire », dist li traïtre, « entendez mon semblant ;
« Une rien vos dirai, si vos vient a commant :
« Car donez dame Olive a .j. de voz serjanz,
540« Jamais a la putain [ne] serez atendanz ;
« Puis porquerrez tel fame de cest jor en avant

« Dont Damediex de gloire vos doinst .j. tel enfant...
(v°)« Qu’[en] après mon décès tiegne mes onors granz. »
Quant l’entent li traïtres, si fu liez et joianz ;
545Ja dira tel parole dont puis remest dolenz.

XIX[19]

Chascun jor se porquiert li traïtres Tomiles
Comment il ait doné au duc [Doon] sa fille.
.I. jor l’a encontré, si li a pris a dire :
« Sire Do de La Roche, ce me semble folie
550« Que vos ne prenez fame dont aiez fil ou fille
« Qui desoentre vos vostre onor tienne quite. »
Et respondi li dus « Je n’en sai nule, sire,
« Qui ne soit ma parente ou si près dame Olive,
« Ma premeraine fame, ainçois que [la] preïsse ;
555« N’en avrai ja mais nule de si grant seignorie. »
Et respont li traïtres : « Je en sai une, sire,
« Qui molt est proz et sage, si est molt vostre amie.
— Tomiles, » dist li dus, « qui est cele meschine ?
— Sire, » ce dist Tomiles, « c’est une moie fille
560« Qui est molt trés cortoise, si est de sens esprise,
« Ele done por vos les pailes et les cires.
« Je tienz .iiij. chasteaus en la moie baillie
« Et la grant visconté de Gormaise et d’Espire ;

« Par la foi que vos doi, je vos daim trestot quite ;
565« Et si vos en donrai de besanz pleine emine,
« .XX. mulez toz chargiez d’or et d’argent, [beaus] sire. »
Avoir fiert molt granz cous, pieç’a que l’oï dire.
« Je la prendrai », dist Do, « se Pepins la m’otrie ;
« Il me donna a feme sa seror dame Olive :
570(f. 12)« N’en avrai jamais nule de sens si bien garnie. »

Estes vous la novele par la vile espandue.
Serjant et chevalier [en] emplirent les rues ;
Il montent es chevaus et es fautrées mules ;
De ci que a Paris n’i ot regne tenue.
575Tant font par lor jornées que il a Paris furent.
Vindrent en la cité, si descendent es rues.
A l’encontre [en] alerent cil qui les coneürent...
Et quant le voit li rois, contre lui se remue ;
Premierement demande : « Qu’est ma suer devenue ?
580« Hé ! las, come il me poise de la sue aventure !
— Sire, ? ce dit Tomiles, « ja est ele si pute
« Que ne se garde d’ome la fole creature.
« Ainçois se maintenra comme autre creature.
— Tomiles, » dit li rois, « bien l’avez maintenue ;
585« Mais, par icel apostre qu’on requiert ou Sepulcre,
« Se par autrui ne fust provée et perceüe,
« Pieç’a qu’en eüssiez cele teste perdue.

— Hé ! las », ce dist Tomiles, « male croiz ai eüe
« Quant, por bien et par foi et par bone nature
590« Et por mon droit seignor, m’est tel poine creüe.

XXI[21]

— Sire, » ce dist li dus, « je n’en sai nient [penser],
« Mais vez ici Tomile qui me fait grant bonté,
« Que il n’a c’une fille, si la me vuet doner,
« Et .iiij. forz chastiaus et .ij. granz viscontez. »
595Et respondi li rois : « Je l’otroi a son gré,
« Quant il de ma seror ne puet estre amendé ;
(v°)« Mais ja ne ferai chose dont je plus soie irez.

XXII[22]

« Dites, sire Tomiles, » ce dist li rois meïsmes,
« Ou est dont cele fame, ne [le] celez vos mie,
600« Que li dus Do penra en la soie baillie ?
— Sire », dist li traître, « et ja est ce ma fille,
« Qui molt est proz et sage, cortoise et enseignie.
« Ele done por lui les cendaus et les cires,
« Si n’a si bele fame jusqu’au port de Surie.
605« Je tienz .iiij. chastiaus en la moie baillie
« Et les granz viscontez de Gormaise et d’Espire :
« Par la foi que vos doi, je li claim [tres]tot quite,
« Et je vous en donrai de besanz ploine emine,
« .XX. mulez toz chargiez du plus fin or d’Afrique. »
610Avoirs fait molt grant chose, que tote rien otrie.
Et respondi li rois : « Et je l’otri meïsmes.

XXIII[23]

« Sire Do de la Roche, « ce dist Pepins li rois,
« Vos penrez vostre fame, jel vuel et si l’otroi,
« Quant il de ma seror ne puet estre autre roi,
615« D’Olive la duchesse, qui a le cors cortois.
« Mais ja ne ferai chose dont plus forment me poi[s]t.
— Sire », ce dit Tomiles, « aiez pa[i]s, ce que doit ?
« Laissiez ester le plait de Doon et de moi,
« Et je vos en donrai grant part de mon avoir :
620« .XX. mulez toz chargiez de fin or arabois.
— Je l’otroi, beaus amis, » ce li a dit li rois.
Le jor en fu li plaiz ou palaiz maginois :
.XX. mulez en reçoit trestoz chargiez d’avoir ;
(f. 13)Quant les ot receüz, si ’n ot au cuer enoi.
625Puis a dit .iij. paroles, coiement, en requoi :
« Ha[ï] ! Olive dame, grant duel porrez avoir
« Quant vos verrez voz regnes autre fame tenoir.
« Miens en ert li domaiges, car je[l] sai et otroi. »

XXIV[24]

Do demande congié et Tomiles li lerres ;
630« Seignor, alez a Dieu, » si a dit l’emperere ;
« Quant noces volez faire, [soit] ma serors remese ;
« Mais dorenavant vueil qu’ele soit bien gardée
« Et de vair et de gris richement afublée,
« Si ait en sa compaigne .iij. homes a espées ;
635« Et qui mal lui fera, si soit chier comparée.
« Cuidiez vos, sire Do, par l’arme vostre pere,
« Que, se Landris vit tant que [il] ceingne l’espée,

« Que il ne vueille avoir l’onor et la contrée
« Que je avoie vos et ma seror donée ? »
640Quant l’entent li dus Do, s’a la teste enclinée,
Puis a dit .iij. paroles coiement, a celée :
« Haï ! Olive dame, com vos vi bele et clere,
« Et com vos estîés cortoise et bien senée !
« Maleo[i]te soit l’arme tel parole a menée
645« Dont m’amor et la vostre est ainsi desevrée. »
Il montent es mulez, s’acoillent lor errée ;
De ci que a Coloigne ne firent arestée ;
Ainsi i sont venu a lor bele jornée.

XXV[25]

Ce fu après la Pasque, que li mais doit entrer,
650Li dus fu a Coloigne de La Roche li ber,
Li cortois Alemans qui tant fait a loer,
Et dut ses noces faire, s’autre fame esposer,
C’est la fille Tomile, le traïtor mortel,
Audegour la cuverte ; son cors maudie Dex.
655Et Landris fu petiz, mais molt fist a loer,
Li niés le roi de France, qui tant par estoit ber.
Par le mien escïent, n’ot que v[iiij] anz passe[z],
Mais sages fu et cointes, vistes [et] emparlez :
Chascuns li rueve dire, par soi vuet delivrer.
660Olive la duchesse li a dit et conté,
Asses et Guinemanz, qui le porent amer :
« Quant vos verrez vo pere au pueple assemblé,
« Qu’il devra s’autre fame plevir et esposer,
« Vos irez au mostier, si le contredirez ;

665« Millor plait en avrez, se vos le ....
« Et millors tesmongnages, se mestier en avez.
— Seignor, » ce dist Landris, « car me laissiez ester :
« Je lui dirai molt bien et mieus, se vos volez.
« Je sui petiz et enfes, si n’i porroie aler,
670« Et la presse est malt grant ; car m’i faites porter,
« Si irai mon dommage et ma honte esgarder.  »
Olive duchesse l’a en ses bras levé ;
Venue est au mostier, fait la presse coper ;
Dont se taisirent tuit, et Landris a parlé,
675Li niés le roi de France, li damoiseaus senez,
Ja parlera li enfes com ja oïr porrez :
« Sire dus de la Roche, grant pechié i avez,
« Qui ma dame laissiez, autre fame prenez,
(f. 14)« Et moi tolez ma terre et autrui la donez.
680« Ma dame est tote preste de juïse porter,
« Soit en feu on en eve, ou la ou vos voudrez.
« Sire, car me resgarde ; si t’en prengne pité :
« Ja n’a il soz ciel home, s’il m’eüst engendré,
« Que a molt grant merveille que ne m’eüst amé ;
685« Et diable en ont si vestre cuer remué.
« La vostre char meïsme com poez ahonter ?
« Tuit cil qui vos esgardent sont tuit mi parjuré.
« Encor vos porrai faire felonie et viuté :
« Se Diex me laisse vivre c’armes puisse porter,
690« N’en penrai .j. vivant que je voise encontrer
« Ne lui face les membres et la teste coper.
« Et vos, sire arcevesques, ques avez esposez,
« De par nostre apostoile, qui tient crestïenté,
« Vos desfens je trés bien que messe n’i chantez.

695« Et vos, sire Tomiles, [s’]or[es] vos en gabez,
« Vos ferai tondre en croiz com .j. autre desvé ;
« A la cowe d’un mul vos ferai anoer,
« Qui vos combrisera et la boche et le nés.
« Par trestote Coloigne vos ferai traîner,
700« Tant qu’a vo fier lignage il sera reprové.
« Par ces amples costieres vos ferai demener,
« Que les membres trestoz vos avrez desnoez,
« Puis les ferai recuerre et en .j. ru giter ;
« Et certes, nis la terre ou li sans ert colez
705« Ferai je depecier, foïr et grafiner,
(v°)« Puis le ferai ardoir et la poudre venter.
« Tout ainsi faitement vos ferai demener. »
Quant l’entendi [Tomiles], s’a Doon apelé :
« Sire, » dist li traïtre, « com est fel et enflez !
710« Encor fera il pis se il vit son aé.
« Se vos le commandez, ja l’avroie tué.
— Tomiles, » dist li dus, « car le laissiez ester :
« Il est molt juenes enfes, si dit quanque il set.
« Vos vos devez taisier, qui corpes n’i avez. »
715Puis a dit .iij. paroles coiement, a celé ;
« Haï ! Olive dame, com grant duel vos avez !
« Ne rote ne viole ne vos puet conforter.
« Certes, se ce n’estoit por vo grant parenté,
« Et que a mon lignage ne fust trop reprové,
720« Ne vos vosisse perd[r]e por l’or de .xx. citez. »

XXVI[26]

Molt fu grande la corz a Coloigne la cit,
Quant Do ot assemblez les barons du païs.
Le jor a prise fame sanz congié de Landri ;
Ce ne fu pas por ce n’i meïst contredit,

725Mais, se li enfes vit tant qu’armes puist baillir,
Ce est .j. mariage qui durera petit.
Du mostier sont issu, ou palais se sont mis :
Les tables furent mises, a[l] mangier sont assis ;
Cil jugleor si chantent et demoinent granz ris.
730Qui que chant ne qui lait, Olive n’a nul ris,
Ainz plora tendrement et tint son fil Landri ;
De ses braz le descent, si le mist devant li ;
Ele plore des iex, si gete granz sospirs :
« Beaus filz », dit la duchesse, « estez ci .j. petit ;
735(f. 15)« S’esgardez vostre pere qui a fame me prist,
« Qui me hait si du cuer que ne me puet veïr. »
— Mauvaise, » dist Tomiles, « car tu le mesfeïs
« Tot au pïeur garçon de trestot ce païs ;
« Do li trencha la teste a son bran acerin.
740« Se li dus me creoit, il t’ardroit le matin,
« La defors ceste vile, en .j. bordel petit.
— Mauvaise, » dist li dus, « tornez vos en de ci :
« Je ne vos amerai tant que je soie vis,
« Ne n’avrez de ma terre ne plain pié ne demi,
745« Ne ne vos amerai, car soin n’ai de Landri :
« Par la foi que doi Dieu, onques ne m’apartint.
— Sire, » dist la duchesse, « por l’amor Dieu, merci !
« Preste sui, s’il vos plait, a porter .j. juïz,
« Soit en feu ou en eaue ou en autre peril,
750« Que ne l’oi en pensée ne ne le consenti.
— Par Dieu, » ce dist li dus, « n’enavrez escondit,
« Car vos estes provée de veoir et d’oïr. »
Quant l’entent la duchesse, si enforce ses cris,
Et garda a la terre et voit son fil Landri,
755Ele plore des iex et giete granz sospirs :
« Beaus filz, » dist la duchesse, « tant par estes petiz !

« Lasse ! que n’es si granz qu’armes puisses soffrir !
« Si penroies venjance du gloton maleït
« Qui si juge mon cors et livre a juïz.
760(v°)— Taisiez vos, bele mere, » ce li a dit Landris.
« Vos n’avez ceanz pere ne parenz ne amis,
« Ne mais que moi tot seul que portastes a fil.
« Je ne vos faudrai ja tant que je soie vis.
« Car laissiez [or] le duc ses noces maintenir,
765« Et mon seignor Tomile dire tot son plaisir :
« Se je puis vivre tant qu’armes puisse baillir,
« Ce est .j. mariages qui durera petit.
« Quant je voi bien [huimais] n’i troverai merci,
« Ne m’i celerai mais, par les sainz que Diex fist,
770« Car s’est home qui die qu’o vos putage fist,
« Prez sui que lui combate trés par mi cest larriz,
« A cheval et a armes, en mi ce pré flori :
« Si soit Jesus au droit, qui en la croiz fu mis.
« Se je sui en bataille recreanz et matiz,
775« Dont en prengne venjance mes sire a son plaisir. »
Quant entent la duchesse que ses enfes a dit,
Que, selonc son pooir, li vuet faire escondit,
Pasmée chiet a terre devant les moz Landri,
Quant li enfes la lieve par le peliçon gris.
780Et tuit cil dou palais en sont tuit esbahi ;
Il n’i ot si hardi que .j. seul mot deïst,
Mais entr’eus vont disant coiement et seri :
« Bien a parlé cil enfes, granz mervoilies a dit.
« Se il puet ja tant vivre qu’armes puisse servir,
785« Ce est .j. mariages qui durera petit. »
Quant Tomiles l’oït, a poi n’enrage vis :
(f. 16)Il a pris son gant destre, sel présente Landri :
« Vez moi ci em present de combatre vers ti,

« Queil n’a si putain en .lx. païs.
790— Vos i mentez, maus sers, » ce li a dit Landris.
Il garda a la terre, vit un baston gesir,
Tost et isnelement cele part corant vint ;
Plus tost qu’il onques pot a ses .ij. mains le pri[s]t,
Par la sale repaire coreços et maris.
795L’enfes avoit .viij. ans, come la geste dit ;
Ou que voit le traït[r]e, ne l’a pas meschoisi,
Ainz va feri[r] Tomile devant, enmi le vis,
Amont parmi les iex, entre les .ij. sorciz ;
Tot li a fait sanglant et la boche et le vis
800Et les goles de martres dou peliçon hermin :
Ou que il vueille ou non, a la terre chaï.
Quant le vit li dus Do, molt joios en devint.
Il tressailli la table, que le vin espandi ;
Tost et isnelement cele part corant vint ;
805Ou qu’il vit le traït[r]e, si l’a a raison mis :
« Par les sainz Dieu, Tomiles, il n’ira mie ainsi.
« Apelez .j. tel home vers vos se puist tenir ;
« Je ne vuel mie perdre la mere et le fil.
« Olive, » fait li dus, « tornez vos de sor mi ;
810« Je vos bai tant de cuer que ne vos puis veïr.

XXVII[27]

« Alez a vostre ostel, » dit li dus, « dame Olive ;
« Molt vos hai de mon cuer et si ne vos aim mie.
(v°)« Faites voz mauvaistiez et vostre puterie.
— Ne[l] dites mais, biaus sire, » ce li a dit Olive ;
815« Je ne fui onques pute, Diex le set, nostre sire.
« Ou vos vueillez ou non, serai je vostre amie,
« Si serai a voz piez et a la terre encline ;

« Car ja n’amerai fame qui vers home se prise,
« Avant que s’amistié ait ainsi reconquise. »
820Quant l’entendi li dus, a poi n’enrage d’ire ;
Il sospire de cuer com hom plains de grant ire,
Et parla hautement, si que François l’oïrent :
« Par foi, Olive dame, ainsi n’ira il mie,
« Car vos estes vers moi si durement mesprise
825« Jamais n’orrons ensemble ne messe ne matines. »
Et respont la duchesse : « Dont m’en irai je, sire.
« A Damedieu de gloire, le fil sainte Marie,
« Commant je vostre cors, que de mort le garisse.
« N’en deïst hui a[u]tant tel a en ceste vile ».
830Olive s’en torna dolente et corocie,
S’en maine devant li Landrïet le nobile,
Car ne l’ose laissier por les parenz Tomile
Dont la fole estoit grant en la sale perrine.
Com or le voit Landris, si commence a rire,
835Car corroz a enfant ne dure gueres mie ;
Il regarde sa mere qui plore et sospire,
Et voit ses iex moilliez com pleine de grant ire ;
(f. 17)Or dira tel parole, onc greignor ne veïstes
D’enfant de son eage qui muere ne qui vive :
840« Taisiez vos, bele mere, por Dieu le fil Marie
« Oan oi jou .vij. ans, si com je vos oi dire,
« Certes, en petit d’ore [ert] que j’en avrai .xv. ;
« Que porrai porter armes, s’il est qui les me livre ;
« Si ferai je a .x., or est plus corz termine,
845« Puis manderai o moi les contes et les princes,
« Trop lor donrai or fin, besanz et manandies ;
« Il vendront tuit a moi, si feront mon servise.

« Je vos rendrai Coloigne et Gormaise et Espire,
« Et la tor de La Roche dont vos fustes fors mise.
850« Encor vos ferai dame de [grant] fermeté riche. »
Quant l’entent la duchesse, s’en fu si esbaudie
Qu’ele n’ot onques cure de sa male haschie,
Ainz apela le duc, si li a pris a dire :
« Sire Do de La Roche, dès or m’en vois je, sire. »

XXVIII[28]

855La dame s’en torna, finée a sa parole
Et Tomiles commence et [si] haste ses noces ;
Par le mien escïent, comparé ert encores.
Chantent cil jugleor et violent et rotent.
.........................
Des Aiz a la Chapele jusqu’à Bacce a la porte
860Et de Verdun ou mont entre ci que a Roinne
Ne remest plus cité, tant fust de haut mur close,
Que Landris ne preïst par vigor et par force ;
Et par mer et par terre mena il tel esforce,
(v°)De plainne Monpeillier jusqu’a Constantinoble
865Et de Montefleüne deci qu’a Finepople,
Ne remest plus paien, Sarazin ne Turcople,
Que ne feïst passer par mi le Bras Saint George,
Ce est une riviere qui molt est roide et forte ;
Dont la chançons commence merveillose dès ore.

XIX[29]

870Ce dit sainte Escripture, si [com] savez bien tuit,
Que ja de mauvais arbre ne issera bon fruiz.
Or norrissiez .j. lop tant qu’il soit parcreüz,
Quant vos l’avrez nori, gardé et bien peü,
Toz tens sera il lous ; cuidiez qu’il desnaturt ?
875Quant vos bien li ferez, de lui gardez vos plus :
Il mangera voz bestes et gaster avoz fruiz.
Do a pris[e] sa fame, mervoilles fist li dus.
A la fille Tomile a cele nuit geü
Et engendra .j. fil : fel et enragiez fu,
880Car puis mist Loeroigne en dolor et em bruit.

XXX[30]

Do de la Roche fu corociez et irez,
Et fu par sa folie de tot desconfortez ;
Et Landris fu petiz, mais molt fist a loer.
Par le mien escient n’ot que .viij. ans d’aé,
885Et si vait a la cort ou pas ne fu amez.
La fame que Do prist l’avoit coilli en hé,
Audegours la cuverte (son cors confonde Dex)
Et de fait et de dit et de quanqu’ele set.
« Sire Do de la Roche, nos somes asemblé
890« A tort et a pechié et a mal, ce veez.
(f. 18)« Pieç’a que vos ai dit que vos Landri n’amez
« Ne ne le norrissiez, ne ja ne l’alevez,
« Car enfanz d’autre fame ne doit on ja amer.
« De mon pere ai mervoille que tant l’a enduré,

895« Que il ne l’a ocis ou noié ou tué.
« Assez querez engin par quoi fust acordez.
— Dame », dit li dus Do, « car me laissiez ester.
« Si malement me puis ou lignage fier
« Qui chascun jor me ruevent mon enfant afole[r].

XXXI[31]

900— Sire dus de la Roche, bien sai, » ce dit la dame,
« Que vos riens ne m’amez ; de ce sui en fiance,
« Ainz maintenez a tort dame Olive de France :
« Chascun jor i gisez quant il vos atalente.
« Cuidiez que bel me soit et n’en soie dolente ?
905« Ja ne verrai Landri que n’aie duel ou ventre.
« Car li faites cest uis de cest palais deffendre.
— Dame, » dit li dus Do, « or oi plait qui m’adente.
« Maleoite soit l’eure que venismes ensemble ! »

XXXII[32]

Or voit Landris li enfes, qui auques s’aperçoit
910Et set le grant outrage qui chascun jor li croi[s]t.
L’enfes vat a la cort et au main et au soir,
Et la male marastre le bote de sor soi,
Audegours la cuverte, cui Dieu grant mal otroit.
« Filz de putain, bastarz, fui de ci d’avant moi.
915« Va ou borc, a ta mere ; trop est riche d’avoir :
« Assez lui ont doné chevalier et borjois ;
(v°)« El ne se garde d’ome qui de mere nez soit.

— Dame, » [ce] dist li dus, « aiez pais, ce que doit.
« Ja ne vos amera Landris, car ce est droit.
920« Encor le compar[r]ez a quel fin que ce soit.
« Si en perdrez la teste ; si ne puet remanoir.
— Sire, » ce dist Landris, « certes, vos dites voir. »

XXXIII[33]

Landri[s] va a la cort chascun jor por mangier,
Li niés le roi de France, li damoisiaus prisiez.
925Tomiles le fait batre garçons et pautoniers :
Si li traient le poil quant il siet au mangier,
Et la male marastre le bote de ses piez,
Audegours la cuverte, cui Dieus doinst encombrier.
« Filz de putain, bastarz, que demandes, que quiers ?
930« Va au borc o ta mere ; trop riche est de deniers :
« Assez l’en ont doné serjant et chevalier.
— Dame, » ce dist Landris, « aiez pais, si m’oiez ;
« Laissiez ester ma mere, car riens ne vos requiert.
« Encor le comparrez, par les ieus de mon chief ;
935« Si em perdrez la teste : ja trestorné n’en [i]ert. »
Or est venuz li termes qu’ele dut acouchier,
Si delivre d’un fil ; fel [fu] et enragiez ;
Il ot a non Malingre ; Dieus confonde son chief.
Li dus le fist en fonz lever et baptisier,
940Mais ainc ne porta foi a home desoz ciel,
Se il le pot traïr, murtrir ne enginier.

XXXIV[34]

Quant li enfes fu nez, granz duel[s] en fu en terre.

Landris vait a la cort au matin et au vespre,
(f. 19)Et la male marastre le bat, qu’ele ne cesse :
945« Filz de putain, bastarz, fui de ci, car tu desves.
« Va a[u] borc a ta mere, car trop est riche, certes :
« Assez l’en ont doné [et] li clerc et li prestre ;
« El ne se garde d’omme de cest siecle terestre.
— Dame », ce dist Landris, « car aiez pais et cesse ;
950« Laissiez ceste maniere, car pas ne vos apele.
« Encor le comparrez, par Dieu le roi celestre ;
« N’en serez trestornée ; s[i] en perdrez la teste. »
Or est venuz li jors [que] ses ventres l’apresse,
Si delivre d’un fil : granz duel[s] en fu en terre.
955Li dus le fist lever a Ais a la chapele,
Et ot a non Mali[n]gre ; Dieus confonde sa teste.
Car il ne porta foi a nul home terrestre.
Li niez le roi de France l’ama[s]t, s’il poïst estre,
Ainsi comme son frere volentiers et a certes :
960Quant il l’en vuet baisier, si li guenchist la teste.
Quant Landris ot .x. ans, Malingres entre el setme.

XXXV[35]

Or croissent li enfant et lor bruiz et lor force.
Malingres fu gaignarz, cuverz et de male ordre,
Ou que il vit Landri, laidement l’aparole :
965« Par les sainz Deu, bastarz, molt me poise dès ore
« Que vos vivez ceans de mon pere et du nostre.

« Vos n’estes pas mes frere, ne il cuers nel m’aporte
« Que je ja preigne avos amistié ne acorde. »

XXXVI[36]

Donques parla Landris, qui fu simple[s] et douz :
970« Par les sainz Dieu, beaus frere, grant pechié dites [vos] ;
(v°)« Mes pere prist ma mere a joie et a baudor,
« Olive la duchesse n’a plus bele ou mont.
« .I. pechiez de deable s’est meslez entr’els .ij.,
« Por quoi ne puis avoir demi pié de l’enor.
975« Haï ! Pepins, beaus oncles, por Dieu, ou estes vos ?
« Se je[l] vos demandoie, avroie encor secors ;
« Mais por ce nel di mie que jel quiere vers vos :
« Toz tens vos servirai com mon frere menor ;
« Ou soit ou tort ou droit, s’en ferai mon seignor. »
980Quant l’entendi Malingre[s], a poi de duel ne font :
« Alez en douce France, bastarz contralios.
« Ja Damedé [ne] place, du saint ciel glorios,
« Por riens que sachiez faire que soiez bien o moi. »
Par les cheveus l’aert a ambe .ij. ses poinz ;
985Ja l’eüst ou feu ars, quant Landris se rescost,
Mais ne le vot tochier, tant fu simples et douz.
Atant es vos Tomile par la presse ou cort,
Et vait ferir Landri de son pié, veant toz,
Qu’il l’abat en la sale sanglant et vergondos.
990Quant le voit li dus Do, a pou d’ire ne font :
« Par les sainz Deu, Tomiles, grant pechié faite[s] molt.
« Que demande[z] Landri, cest chetif pecheor ? »
Quant l’entendi li enfes, liez en fu et joios.

XXXVII[37]

Quant l’enfes entendi de Doon l’Alemant
995Qu’i[l] l’ot por lui prier et mostrer bel semblant,
Bien poez dire et croire liez en fu et joianz ;
Monta sor .j. table, si parla hautement :
(f. 20)« Or m’entendez, » dist il, « Bavier et Alemant,
« Et Normant et Frison et François et Flamant !
1000« Le grant orgueil Tomile, Dame diens le cravant,
« Car ma mere destruite par son faus jugement.
« Se Dieus me laisse vivre jusqu’as armes portant,
« J’en penrai la venjance au mien commandement. »

XXXVIII[38]

Dont reparla Malingres, qui fel fu et gaignarz :
1005« Par les sainz Dieu, biaus pere, pechié dit[es] et mal.
« Je sui li vostre filz et ma mere est leals.
« Ci illuec me honi[st] chascun jor .j. bastarz.
« Ja Damedieus de gloire ne[n] ait en m’arme part
« Si je ne vos [l’]ocis, se longes i esta.
1010— Biaus niés », ce dist Tomiles, « malement vos hasta :
« Veez de vostre pere qui l’a torné a gas.
« Chascun jor s’aperçoit par engin et par art
« Comment Landris soit riches et vos soiez bimarz.

XXXIX[39]

— Par les sainz Dieu, Tomiles, » ce a dit Do li dus,
1015« Tot cest plait avez vos commencié et meü
« Por quoi li .ij. enfant sont ensemble irascu :

« Frere deüssent estre et ami ambedui
« Et retenir lor terre a force et a vertu »
D’autre part ont le jor en la cort respondu,
1020C‘est Guinemanz et Asses et Moriz li chenuz.
Et Asses de Maience est en piez levez sus :
« Parles sainz Dieu, dus Do, morz es et confonduz.
« Tu es entre .ij. seles a la terre cheüz,
« Quant tu pr[es]is moillier, ainc tant gente ne fu,
1025(v°)« Or as prise la fille au traïtor parjur,
« Tomile de Coloigne, ne[l] vos celerons plus.
« Donez Landri La Roche, car nos l’otrion tuit :
« Doée en fu sa mere ; estre en doit revestus ».
Quant l’entendi li dus, ainz tant joios ne fu.
1030Audegour la cuverte, cui Dieus doint maleür ...
« Par les sainz Dieu, dans Asses, fol plait avez meü.
« Por poi que [ne] vos fier sur la teste d’un fust,
« Qui ci me tos m’enor, si la dones autrui. »
Es le cuvert Tomile par la presse acoru :
1035« Aiez pais, bele fille ; s’il vos plaist, seez jus.
« Il n’a droit en l’enor, se molt chier n’est venduz. »
Plus tost qu’il onques pot, est cele part venuz :
« Par les sainz Dieu, dans Asses, dans cuvers, dans parjurs... »
Du poing que il ot gros enz ou col l’a feru,
1040Et jusquas piez Landri l’a sovin abatu.
Com or le voit li enfes, ainc tant dolenz ne fu ;
« Se je or ne m’en venge, morz sui et confonduz. »
Par la sale resgarde droitement a .j. uis,
Et voit un veneor qui de bois est venuz
1045Et tenoit en sa main .j. grant espié molu.

Com or le voit Landris, cele part est venuz,
Si li a tost des poinz arachié et tolu ;
Par le palais repaire dolenz et irascuz :
Ou qu’il voit le traïtre, ne l’a mesqueneü :
1050Il va ferir Tomile, ne s’est aresteüz ;
Grant cop li a doné et de fer et de fust,
Que par mi leu du cors toz l’aciers en parut ;
(f. 21)Nel navra mie a mort, por tant l’a abatu.
Tomiles brait et crie et apele ses druz.

1055Tomiles fu navrez, si en fu molt dolenz,
Car Landris l’a feru par son fier hardement,
Li niés le roi de France, qui fu proz et vaillanz.
Volentiers recovrast encor en autre sens,
Quant i corut ses pere, si li to[l]t et desfent :
1060« Vues le tu donc ocire ? et voi ci ses parenz.
— Sire, » ce dist Landris, « je ai droit voirement,
« Car ma mere ont destruite li sien faus jugement.
« Se Dieus me laisse vivre jusqu’a armes portant,
« J’en penrai la venjance au mien commandement ».
1065Et Asses de Maience s’est levez en estant ;
La colée ot reçue, grains en fu et dolenz ;
De sa honte vengier estoit molt desiranz.
Par la sale regarde droitement vers .j. banc,
Et voit un eschaquier a or et a argent :
1070Plus tost qu’il onques pot, cele part vint corrant,
Tost et isnelement a ses .ij mains le prent,
Par le palaiz repaire tost et isnelement
Et va ferir Tomile ou visage devant,

Quant .j. siens niés i vient, Clarembaus de Dinant ;
1075De son oncle vengier molt par fu desiranz.
Et Asses le feri ou visage davant :
Le sanc et la cervele a la terre en espant,
Si que mort l’abati desus le pavement ;
(v°)Et li parent Tomile se vont molt escriant.
1080Lors meïsme i corurent Baivier et Alemant,
Et furent en po d’ore .lxx. combatant.
La force les sorprist, que l’iroie celant ?
Fors solement Formont, Asson et Guinemant.
Vienent a lor ostels, prenent lor garnemenz.
1085Ce fu le premier jor que Landris armes prent :
Il ne ceint pas l’espée, mais a son col la pent,
Car de Pepin son oncle agrant joie l’atent,
Qui plus lui est faliz des personéement.
.II. chevalier les sivent a esperons brochant,
1090N’i a celui des .ij. ne soit riches mananz.
Selon l’aigue du Rin s’en vont esperonant ;
La force les enchauce environ de toz sens ;
Et quant le voit Landris, si en fu molt dolenz.
Il en [a] apelé Asson et Guinemant :
1095« Seignor, or entendez, franc chevalier vaillant :
« Cestes genz qui [nos] sivent si efforciéement
« Ne me gardent honor por Pepin le roi Franc.
« Mielx voldroie estre morz n’i fiere maintenant. »
Il broiche le cheval des esperons trenchanz
1100Et a brandi la lance au confenon pendant ;

Sor l’escu de son col feri un Alemant,
Par sor la bocle a or li peçoie et porfent,
Le haubert de son dos li desmaile et desment,
Le cuer qu’il ot ou ventre en .ij. moitiez li fent.
1105Toute plaine sa lance l’abati mort sanglant,
(f. 22)Et escria « La Roche  ! » tost et isnelement.
La force les enchauce environ de touz sens.

XLI[41]

Asson et Guinemant en apela Landris,
Li niés le roi de France, li damoiseaus gentiz :
1110« Ceste gent qui nos sivent et a hu et a cri
« Ne me garde[nt] honor por mon oncle Pepin.
« Mais mielx morir volroie que n’i voise ferir, »
Il a brandi la lance au confenon porprin ;
Joserant de Cologne va en l’escu ferir ;
1115Par sor la bocle d’or li peçoie et malmist
Et l’aubert de son dos desmailla et rompist ;
Le cuer qu’il ot ou ventre en .ij. moitiez fendi,
Tote plaine sa lance l’abati mort sovin,
Puis rescrie « La Roche chevalier, ferez i ! »
1120Guinemanz fiert .j. autre, li proz et li hardiz,
Que mort l’a abatu devant lui ou larriz ;
Et Asses de Maience lor a le quart ocis.
Esperonant s’en vont delez l’aigue du Rin ;
N’i avront huimais garde de toz ceus de la cit.
1125Damedieus les garisse, qui en la croiz fu mis.
Tomiles fu navrez, s’en fu grains et marriz,
Et Malingres le plore et sa mere autresi.
Atant es Guenelon et Hardré son cousin ;
Asamblé avec eus si estoit Aloris
1130Et Hervis de Lion, li cuverz de put lin,

Et lor riche lignages qui si fut de haut pris :
Ne fussent traïtor, tés chevaliers ne vi.
Plus tost que onques porent si l’ont a raison mis :
« Sire, mor[r]ez en vos, nobles hom et gentis ? »
1135(v°)Et respont li traïtres : « Je n’ai soin de morir ;
« Mais, si Landris s’en vait, nos sommes escharni :
« Il gastera noz terres et trestoz noz païs.
« Car alez tost après, sel faites revenir,
« Et nos li donrons trive a .iiij. ans ou a .v.,
1140« Et puis si l’ocirons belement a loisir,
« Murtrir ou estrangler, quant il ert endormiz.
— Hé ! Diex, » ce dist faus Guenes, « com gent conseil a ci !
— Voire », ce dist Hardrés, « onques plus gent ne vi. »
Ou que il voit le duc, si l’a a raison mis,
1145En l’oreille li dist coiement et seri :
« Sire dus de La Roche, entendez ça vers mi.
« Or voi je ce et sai que pensez de Landri ;
« Et car alez après, sel faites revenir ;
« Et nos li donrons trives a .iiij. ans ou a .v.
1150« Querez ou doit aler ; ja l’avons nos norri. »
Et respondi li dus : « Or avez vos bien dit :
« Se cest plait poez faire, dont m’avez vos gari.
— Oïl, » ce dist Hardrez, « par foi le vos plevi. »
Li traïtor li ont fiancé et plevi,
1155De cel jor en .v. ans i ont le terme mis,

Damedeus les confonde, qui en la croiz fu mis.
Li dus Do en monta sor .j. cheval de pris ;
Il issi de la vile por ramener Landri.

XLII[42]

Li dus D. en monta sor .j. cheval ferrant :
1160Il issi de la vile a esperons brochant.
Tant a corru li dus c’aus ielz vit son enfant.
(f. 23)A haute vois escrie Asson et Guinemant :
« Por Dieu, franc chevalier, n’alez plus en avant,
« Car je vos ai pris trives de cest jor en .v. anz.
1165« Haï ! beaus filz Landri[s], com estes avenanz !
« Se creüsse vo mere, que fuissiez mes enfanz,
« De nule rien en terre ne fusse si joianz.
« Li putaiges de li vos va molt encorpant. »
Quant l’entendi Landris, a pou ne pert le sens :
1170« Par Dieu ! vos i mentez, dans cuverz soduanz.
« Ele ne fu ains pute, Deu en trai a garant.
« Certes, se ce n’estoit, por Deu le roiamant,
« Car vos estes mes pere, nel celerai neant,
« Je vos donroie tel as costez et as flans... »
1175Il ne se pot tenir, au maltalent c’ot grant ;
Il broche le cheval des esperons trenchanz
Et a brandi la hanste au confenon pendant :
Son pere eüst feru quant se gainchi ou champ.
De bien et d’amistié a apelé l’enfant :
1180« Haï ! beaus filz Landris, com vos voi essaiant !

« Voir, nule riens en terre ne par aime je tant ;
« Mais retornez arrieres tost et isnelement.
— Sire, » ce dist li enfes, « tot a vostre commant. »
Il retornerent tost li chevalier vaillant
1185Et vindrent a Coloigne, la cité qui est granz,
Puis i estut Landris encores demi an,
Dont doit avoir la mort s’il est jamais fianz
(v°)Le traïtor Tomile ne a toz ses parenz.

XLIII[43]

Quant Landris est entrez en ce jor en la vile,
1190Li dus et li princier en ont les trives prises ;
Trés bien les a jurées Tomiles et Malingres
Et la male marastre, qui molt ne l’ama mie,
Audegour la cuverte, cui Jesus maleïe.
De ce jor en .v. anz i fu mis li termines.
1195Puis i estut Landris demi an en la vile
Por esgarder Tomile et lor estre et lor vie ;
Bien doit avoir [la mort] se il en eus se fie.
Tomiles fu senez, s’est la plaie garie.
Tant a alé .j. jor par Coloigne la riche
1200Que de son fier lignage ot molt grant compagnie.
Au mostier les mena entre vespre et complie ;
La mort Landri l’enfant jurerent et plevirent,
Que ne l’oï nuns hom qui muire ne qui vive,
Ne mais que solement la nonne Beneïte
1205Qui estoit au mostier ou fa[i]soit son servise,
Et fu lez .j. pile reposte et mucie.

Or puis je dire et croire qu’il ne l’i sevent mie,
Car il l’eüssent morte, estranglée ou ocise.
Ele a oï le murtre, le consoil et le signe,
1210Por [ce] molt tenrement des ieus plore et sospire,
Damedieu reclama, le fil sainte Marie,
Que il ces traïtors confonde et mal[e]ïe,
Car il sont trestuit plein de molt grant felonie.
Ele issi du mostier, que nus d’eus nel sot mie,
1215Par .j. petit huisset qu[e] ele i sot meïsmes.
(f. 24)Entre ci qu’au palais ne cesse ne ne fine ;
Ou qu’ele voit Doon, par le mantel le tire :
« Gentis dus de La Roche, entendez moi, beaus sire,
« Li niés au roi de France recevra par folie,
1220« Car sa mort ont jurée Tomiles et Malingres,
« Meïsme vostre fame qui ne le rainme mie :
« Leanz, en cel mostier, sont trestuit en concile. »
Quant l’entendi li dus, a pou n’enrage d’ire ;
Tenrement des iex plore et de son cuer sospire ;
1225Damedeu reclama, le fil sainte Marie ;
Quatre foiz se pasma ; ne s’en pot tenir mie.

XLIV[44]

Quant li dus Do entent que la nonnains li dit,
Et il sot bien de voir que mie ne menti,
Onques puis, cele nuit, ne manja ne dormi.
1230L’endemain, par som l’aube, a fait Landri venir ;
Bel et cortoisement a apeler le prist :

« Haï ! biaus filz », dist il, « com me poise de ti !
« Ne te puis en cest regne ne aidier ne tenir.
« Cil gloton t’ociront, qui sont tui enemi.
1235« Et car t’en va en France a ton oncle Pepin.

XLV[45]

— Je irai volentiers. » dist Landris, « biauz douz sire.
« Ne me volez tenser ne garder en la vile,
« Ainz me faites ici comme fel et traïtre.
« Jamais ne finerai deci qu’en qu’en paiennie ;
1240« En la crestïenté ne remandrai je mie. »
Landris en apela Gilebert de Vaubile,
Asson et Guinemant et Roon et Morise,
(v°)Des pers de Loereigne .iiij.xx des plus riches
« Seignor franc chevalier qui Pepin estes quites,
1245« Sui home et sui ami de grant ancesserie,
« Et car me recevez en vostre mainburnie.
« Se je ja aquier terre, je vos ferai toz riches :
« Ou soit ou torz ou droiz, je serai vostre hons liges. »
Quant cil ont entendu, ensemble respondirent :
1250« Ne vos aiderons ja, damoiseaus, beaus douz sires ; »
« Li putaiges vo mere a la terre honie,
« Ma[i]s servirons a l’autre, vostre frere Malingre. »
Et quant l’entent Landris, a po n’enraige d’ire ;
Tenrement des ieus plore et de son cuer sospire.
1255« Par Deu, » ce dit li enfes, « le fil sainte Marie,
« Se je ja tant puis vivre que armes aie prises,
« Je vos torrai les testes, les membres et les vies. »
A iceste parole a la grant court gurpie,
S’en est venuz au bourc, a l’ostel dame Olive ;

1260Il l’en a apelée ; si li a pris a dire :
« Demain m’en irai, dame, ainçois l’ore de prime.
« N’i os mès demorer, bele mere, douce amie,
« Car ma mort ont jurée Tomiles et Malingres,
« Et ma male marastre, cui Jesus maleïe. »
1265Quant l’entent la duchesse, si plore et si sospire :
.IIII. foiz se pasma, ne s’en pot tenir mie.

XLVI[46]

— « Je m’en irai, ma dame, » dist Landris, « voirement,
« Ne lairai que Pepin .j. secors ne demant,
« Et s’il ne me retient, n’es[t] pas droiz que vo[s] ment,
1270(f. 25)« Du païs m’en irai, par le mien escïent :
« De ci qu’en paiennie ne tarderai nïent.
« En cel vergier plantai .j. douz aubre l’autre an ;
« Mere, ja le me dist .j. sages clers lisanz,
« Proz et escïentros et dou siecle sachanz,
1275« Qu’entre mon aubre [et mi] morrïens en .j. an.
« Tant com vos le verrez vert, foilli et portant,
« Tant ratendez noveles de Landri vostre enfant :
« Tote voie venrai, ne sai demorer tant.
« Et puis que le verrez et sec et decheant,
1280« Ja ne me verrez mais en trestot vo vivant. »
Quant l’entendi Olive, a pou ne pert le sens ;
Quatre foiz se pasma por Landri son enfant.

XLVII[47]

« Tu t’en iras, biaus filz, a Paris a ton oncle ;

« Je remanrai, biau[s] filz, chaitive et besoingnose ;
1285« L’arbre que tu plantas baiserai a ma boche,
« Ne passera .j. jors, .x. foiées ou .xij. »
La dame se pasma, qui trop fu dolorose.

XLVIII[48]

— Tu t’en iras, biaus filz, » dist la mere, « je voi ;
« Je [re]maindrai chaitive, si avrai le cuer noir ;
1290« Cil gloton me sivront au matin et au soir.
« Se Pepins te retient, por Dieu, mande le moi.
— Dame », ce dist Landris, « soffrez vos ; ce que doit ?
« Je ne vos faudrai ja contre cui que ce soit.

XLIX[49]

— Tu t’en iras, biaus filz, en estrange contrée ;
1295« Je remaindrai ici chaitive et esgarée ;
« N’i troverai parent, cosin germain ne frere
(v°)« Qui por moi preigne ja ne lance ne espée.
« Garde por autre fame ne soie obliée.
— Dame », ce dist Landris, « n’estes pas bien senée :
1300« Je ne vos faudrai [ja], que vos estes ma mere. »

Quant li enfes issi de Coloigne a cel terme,

Li niés le roi de France, li damoisiaus honestes,
Molt par avint granz dues, a cel jor, en la terre.
Molt ploroient ces dames, chevalier et puceles,
1305Et Olive se pasme et sa crine eschevele,
Et dus Do en fait tant, par poi qu’il ne se desve.
Va s’en li gentiz enfes cui Deus gardoit de perde ;
Asson et Guinemant en mena, qui le servent.
Il sont venu au Liege ; cele nuit i herbergent ;
1310Il manda les borjois que aïde li facent.
« Ne vos aiderons ja, sire, jovente bele :
« Li putaiges vo mere a honie la terre. »
Com or le voit Landris, a po que il ne desve.
— Par Deu, » ce dist li enfes, « le verai roi celestre !
1315« Se je ja tant puis vivre qu’armes puisse reçoivre,
« Je vos torrai les vies, les membres et les testes. »
Remontent es chevaus, que n’i osent plus estre ;
De ci que a Paris ne finent ne ne cessent.
A Paris sont venu par lor jornées beles :
1320La nuit sont descendu chiez .j. borjois, Auterme
Et cil en va conter a Pepin les noveles :
« .I. vostre niés, Landris, est venuz en voz terres,
(f. 26)« Qui est fils dame Olive, vo seror, la duchesse.
« Mielz resemble Doon que nule riens en terre. »
1325Tuit i corrent la gent ; forment i a grant presse
Por veoir le valet, que la persone est gente.
Quant l’entendit li rois, a pou d’ire ne desve ;
Il dist une parole dont li autre s’esperdent :
« Fermez me tost les portes, que ne soient overtes. »
1330Quant cele parole oient, ne lor fu mie bele.

Quant li borjois du regne ont le roi entendu,
Que Landris n’i sereit aidiés ne maintenuz,
Adonc plorent des ieus ; molt furent esperdu.
Landris vint a la porte, que vout entrer la sus :
1335« Portiers, ovre la porte ; beneois soies tu !
« Car a Pepin mon oncle sui a besoing venuz ;
« S’il me voloit aidier, bien me seroit cheü.
— Vos n’i poez entrer », cil li a respondu ;
« Par la foi que vos doi, li rois l’a deffendu »
1340Et quant l’entent Landris, molt en fu irascuz :
Par les cheveus l’aert, si le hurte a .j. mur,
Et l’eüst ja tué, mais .j. seul pou s’estut,
Car Asse et Guinemanz i sont corant venu.
Il escrïent ensemble : « Damoisiaus, que fais tu ? »
1345Or est Landris a val et Pepins [fu] lassus.
Li rois garde a val, s‘a son neveu veü ;
Il le voit bel et gent [et] lonc et parcreü.
« Haï ! biaus sire niés, comme [je] maris sui,
« Quant de moi ne seras aidiez ne secoruz !
1350« Je le jurai Tomile, le maleoit parjur.
(v°)« Or ne sai plus que dire, mais huimain remains tu. »

LII[52]

Or est Landris a val, ça dejus a la porte,
Et voit Pepin son oncle, qui de rien nel conforte ;
Il demoine tel duel, par po qu’il ne s’afole.
1355La nuit s’en va gesir chies Auterme, son oste,
Mais n’i ot rien chanter, ne fait soner viole.

L’endemain par som l’aube fist Pepins molt grant chose,
Qu’il prist de son avoir quant .ij. mulet en portent,
Et piaus et peliçons .iiijxx. beaus et nobles :
1360Asson et Guinemant les done toz et ofre,
Por ce que il Landri gardent sor tote chose.

LIII[53]

« Tu t’en iras, biaus niés », ce dist li rois,  « je voi ;
« Ne te puis retenir, par la foi que te doi :
« Je le jurai Tomile, le cuvert, l’autre soir.
1365« Quier que tu te garisses et que raies ton droit.
« De ta mere me poise, qui est en tel destroit ;
« Cil glouton l’ociront ou au main ou a[u] soir.
— Sire », ce dist li enfes, « tel est vostre voloir.
« Se Dieu pleüst qu’e[n] vos bien[s] peüst remanoir,
1370« Sire, car me retien, que ce est biens et droiz.
— Por neant en parlez, biaus niés », ce dist li rois ;
« Ne te puis retenir, par la foi que te doi :
« Je le jura[i] Tomile, le cuvert male[o]it,
« Et il m’en dona, certes, grant part de son avoir :
1375« .xx. mulez toz chargiez de fin or arabois. »
(f. 27)Quant l’enfes l’entendi, cuidiez que bel l’en soit ?
Landris aqueust son oire et trossa son harnois ;
Le grant chemin S. Piere acoilli [il] tot droit.
En la cité de Romme sejorna .iiij. mois,
1380Vint a S. Piere au Bras, trova nés et eschois ;
Landris est entrez enz, trop lor dona avoir.
Il arivent en Grice, en iver, qu’il fait froit ;
Voient Costentinoble, le palais haut et droit :
Jamais ne finera de ci qu[e] il i soit.

LIV[54]

1385Assés et Guinemanz et Landris, qui fu enfes,
Voient Costentinoble, le palais haut et ample ;
A l’ore de midi en la cité s’en entrent :
De l’or et de l’argent grant mervoille lor semble,
Des perrons entailliés a pieres et gemmes ;
1390Et dit li uns l’autre : « Povre terre est de France :
« Li sires qui la tient por droit nient s’en vant[e] ;
« Mais servons bien cestui s’il vuet et il commande,
« Que il n’a souz ciel homme qui tant ait ars ne lances,
« Qui peüst ceste vile ne abatre ne prendre ».
1395Il chevalchent ensemble ; en la place descendent,
Et truevent l’amiral desouz l’ombre d’une ente.
Devant s’en vait Landris, qui est bele jovente,
Et salua le roi par molt grant sapïence :
« Dieu vous saut, empereres, et si saint et si ange !
1400— Amis, et Dieus te saut !  » dist li rois Alixandre.
« Dont estes ? dont venez ? ne[l] celez, de quel reigne ?
(v°)— A la moie foi, sire, je sui de Loereigne,
« Mais guerre i a tant fort que m’en chace et ameigne.
« Sire, car me retien tant qu’espée me ceignes.
1405— Amis », ce dist li rois, « frere, bele jovente,
« Et je vos retendrai et vos genz toz ensemble ».
Asses et Guinemans de pitié plorent semprés.
Ce fu au mois de mai, que florissent ces entes ;
Par matin se leva cele duchesse franche,
1410La mere au duc Landri, dame Olive la gente ;
Venue est au vergier desouz l’ombre d’une ente,
Et el la voit foillier, verdoier et reprendre ;
Et garde d’autre part, voit une seche branche,

Qui ne pooit foillier n’amors ne s’i puet prendre :
1415La dame se pasma, que moltiert sage fame :
Landris ne puet avoir le secors qu’il demande.
« Haï ! Landris, beaus filz, com por vos sui dolente !
« Jamais je ne verrai vostre bele jovente. »
Quatre foiz se pasma desoz l’ombre de l’ente.

1420Olive est a Coloigne, ensemble fiert ses poins :
« Haï ! Landris ; beaus filz ; molt me poise de vos :
« Jamais ne vos verrai ne vos moi ne je vos ».
Et li enfes servoit au riche empereor,
Droit a Costentinoble enz ou palais gregnor.
1425Asses et Guinemanz furent bien de la cort.
Une guerre sordi au riche empereor :
Paien et Sarrazin, li cuvert orguillos,
(f. 28)Li ont tolu Lalice, les palaiz et les tors,
S’en ont getés Hermins, les gardains pris trestoz.
1430Ainz que fausi[s]t la guerre ot Landris ses ados :
Li rois li ceint l’espée, voiant ses barons toz,
Et si li dona armes et chevaus merveillos.
Bien furent emploiées au noble poigneor ;
Puis en ferit .M. cous sor paiens a baudor,
1435Et desconfist paiens et si prist lor seignor,
Sil rendit Alixandre sanglant et vergondos.

LVI[56]

Ceste bataille et autre[s] voirement fist Landris ;
El est tote provée de veoir et d’oïr,

Et bien le tesmongnerent li baron du païs.
1440Li roi[s] ot .j. fille qui ot le cors gentil,
Cui Salmadrine apelent li baron du païs :
Sor tote rien sor terre ama cele Landri,
Qu’el ne pooit mangier, reposer ne dormir.
Li rois la voit malmetre, empirier et morir ;
1445Bel et cortoisement a aresnier la prist :
« Haï ! fille », dist il, « molt me poise de ti.
« Je te cuidai doner tel prince ou tel marchis
« Qui detenist ma terre et trestot mon païs.
« Bien n’en avrez [vos] mie, ce m’est il bien a vis.
1450— Sire », dist la pucele, « molt sui près de morir,
« Mais encor sai tel chose dont porroie garir. »
— Et que seroit ce fille ? » li rois li respondit.
« Il n’a soz ciel espice ne vos face venir,
« Ne home, tant soit fiers, corajos ne hardiz.
1455(v°)— Sire », dist la pucele, « de Dieu .vc. mercis,
« Mais ce n’i a mestier, par foi le vos plevis.
« Dès ores vueil je, pere, que me donés mari,
« Ce soldoier de France c’om apele Landri.
« Aquitée a la terre et trestot le païs ;
1460« Il n’est tel hom ou monde por ses armes servir.
— Fille », ce dist li rois, « laissiez ester Landri.
« Je ne sai dont est nez, ne [sai] de quel païs.
« Car pleüst or a Dieu, qui en la crois fu mis,
« Qu’i[l] fu[s]t parenz le roi qui France a a tenir,
1465« Pepin l’empereor, qui est biaus et gentis,
« Ou ses niés ou cosins fust ores cil Landris !
« Encor fust il bastarz, sel seüsse de fi,
« Vos li donroie a fame, par foi le vos plevis,
« Asses et Guinemanz il le m’ont assez dit,

1470« Mais je nes en croirai, se Damedieus m’aïst :
« Puis que hons de sa terre est chaciés et fu[i]tis,
« Felonie et bonté puet dire a son plaisir. »

LVII[57]

Landris, qui fu de France, ama molt Salmadrine,
Ele lui assez plus que pucele qui vive.
1475Li rois li a doné grant mestier adeprimes :
Chambellan en a fait de ses demoines princes.
Molt le tint grandement et par grant seignorie :
.IXm. chevalier chascun jor le servirent.
Tomile est a Coloigne ; Dieus grant mal li envie !

LVIII[58]

1480Or sert Landris le roi et si bon chevalier
Droit a Costantinoble, ou palais tot plenier.
(f. 29)Molt volentiers preïst Salmadrine a moillier,
Se li rois lui vosist doner et otroier,
Mais il ne savoit mie cui fu filz ne cui niés,
1485Se il ert niés le roi qui France a a baillier.
Hé ! Diex, s’il le seüst, onques ne fust si liez.
A .j. conseil le traient si baron chevalier :
« Empereres, biaus sire, por quoi vos esmaiez ?
« Car prenez en vo cort .ij. cortois messagiers,
1490« Si[s] envoiez en France, a Monlaon le fié,
« Por savoir de Landri cui filz est ne cui niés.
« Se il est niés le roi qui France a a baillier,
« Si lui donés vos terres et vo fille a moillier ;
« Et s’il n’est de lignage ne issi enforciez,

1495« Si pren de ton avoir, si lui done congié ;
« Si en ira en France li gentiz soldoiers,
« Puis n’en orrez parler a nul jor ; ainsi iert,
« Sil metra en obli Salmadrine au vis fier. »
Et respondit li rois : « Bien m’avez conseillié ;
1500« Ainsi le ferai je, ja trestorné nen iert ».
Il en a apelé deus de ses chevaliers,
Berengier et Outré, qui molt font a proisier :
« Seignor, venez avant, nobile chevalier.
« D’une moie besoigne vos convient travaillier :
1505« Vous en irez en France, a Monlaon le fié,
« Por savoir de Landri, cui filz est ne cui niés,
« Se il est niés le roi qui France a a bai[l]lier ;
« Mi home estes tuit liege, nel me devez noier.
(v°)« Tant portez de l’avoir com a plaisir vos iert,
1510« Si faites richement acheter les mangiers. »
Et cil li respondirent : « Com vos plaira si iert.
« Au matin moverons, ja trestorné nen [i]ert. »
Salmadrine la belle en a oi plaidier,
Si manda a celé a li les messagiers,
1515Et il [i] sont venu cortoisement a lié.
Sor .j. faudestuel d’or dejoste les assiét,
Bel et cortoisement les prist a araisnier :
« Seignor, or entendez, nobile chevalier.
« Vos en irez en France, a Monlaon le fié,
1520« Par la foi que vos doi, bien m’a esté noncié :
« Je sui fille de roi, a celer ne[l] vos quier,
« A moi apent la terre et trestoz li regnez :
« Plus aim le soldoier que nule riens soz ciel,
« Par ice[l] saint apostre c’om a Rome requiert,

1525« Se vos en dites choses qui de nïent me griet,
« Je vos ferai les membres et les testes trenchier.
— Bele », ce dit Outrez, « com vos plaira si iert ;
« Ja chose ne dirons qui de nient vos griet.
« Le matin moverons, ja trestorné rien iert.

LIX[59]

1530— Berengier[s] et Outrez, » dist li roi[s], « ça venez.
« D’une moie besoingne vos convient a pener :
« Vos en irez en France, a Paris la cité,
« Por savoir de Landri, de quel gent il est nez,
« S[e] il est niés le roi qui France a a garder,
1535« Mi home estes [tuit] liege, gardez ne[l] me celez ;
(f. 30)« Vos menrez de l’avoir tant com demanderez,
« Et faites les mangiers richement achater ;
« Onques ne soit garçons de vo mangier tornez,
« Serjans ne chamberiers ne prestres ne juglers,
1540« Car hom de riche cort doit estre a barné. »
Et cil li respondirent : « A vostre volenté ;
« Le matin moverons, ja nen ert trestorné ».
Salmadrine la bele en a oï parler,
Si manda les messages en sa chambre a privé,
1545Sor .j. faldestuel d’or les a fait as[s]eter ;
Bel et cortoisement les prist a apeler :
— Seignor », dist la pucele, « je vos ai fait mander ;
« Vos en irez en France, a Paris la cité,
« Por savoir de Landri, de quel gent il est nez.
1550« Par la foi que vos doi, bien m’a dit et conté ;
« Je sui fille de roi, que de fi le savez ;
« A moi apent la terre et trestoz li regne[z] :

« Je vos ferai toz riche[s], cui qu’en doie peser ;
« Par ice[l] saint apostre qu’on quiert en Noiron Pré,
1555« Se vos en dites chose qui ne me viegne a gré,
« Je vos ferai les membres et les testes coper.
— Bien vos avons oï, bele », ce dist Outrez ;
« Nous n’en dirons ja chose qui ne vos viegne a gré ;
« Le matin moverons quant il ert ajorné.
1560— Par foi, » dist Salmadrine, « molt avez bien parlé.
« Quex chevaus menrez vos ? gardez ne[l] me celez.
(v°)— Par foi, noz deus mulez », si li a dit Outrez.
— Je ai .ij. dromadaires coranz et abrivez
« Que faiz en .j. celier, bien a .vij. anz, garder.
1565« En .viij. jors et demi serez vos retorné,
« Car il iront plus tost c’oisiaus ne puet voler ».
Et cil li respondirent : « Ainsi com vos volez ;
« Le matin moverons quant il ert ajorné,
« Puis si serons très bien baigné et conreé ».
1570L’endemain, par som l’aube se sont li mès levé,
Et mistrent en lor dos les hermins engolez
Par desor les blïauz a fin or gironez.
Les granz mantels de sable ont li mès afublé,
Li tassel en [v]aloient tot l’or d’une cité,
1575Pierres i a et brasmes qui molt font a loer.
Les chapiaus sebelins ont en lor chiés fermez,
Escharpes cordoenes et les bordons ferrez ;
Li picois sont d’argent et li voruel d’or cler.
Il port[er]ent es males les besanz d’or fondez,
1580De trestot le plus riche que on peüst trover.
Les dromadaires ont du celier amenez,

Et lacent les cu[i]ries et les chanfreins dorez,
Que mal ne lor puist faire li venz ne li orez,
Car il iront plus tost c’oisiaus ne puet voler.
1585Li messagier monterent par les estriers dorez,
Et sont venu au roi ; congié ont demandé,
Et il lor a doné volentiers et de gré.
(f. 31)Salmadrine la bele les comanda a Dé
« Qui vos rameint par tens a joie en cest regné.
1590— Bele, Dieus vos en oie, » si li a dit Outrez.
— Por Dieu, seignor baron, de l’esploitier pensez.
— Certes, » ce dist Outrez, « ja mar en parlerez. »
Li messagier s’en tornent, qui sont pro et séné ;
De ci qu’au Bras Saint George ne se sont aresté.
1595Quant il i sont venu, s’entrent en une nef,
Damedieus lor dona tant droiturier oré !
D’autre part a la rive [quant] se sont arivé,
Si drecent les cu[i]ries et les chanfreins dorez ;
Li mesagier remontent par les estriés dorez,
1600Et trespassent les terres et les amples regnez :
En .viij. jors ont passé .xlviij. citez
Et .vij. roialmes grans et .x. arcevesquez.
Entre ci qu’a Coloigne ne voldrent arester,
Mais ainçois qu’i[l] retornent seront grain et iré,
1605Car Hardrez li traït[r]es a les mes encontrez,
Sil vait noncier Tomile et Malingre a l’ostel.
Et li mès chevalchierent par la bone cité
Et trespassent les rues, li pro et li sené ;
Tresqu’a l’ostel Gontiaume ne se sont aresté :
1610Ce fu uns borjois riches qui fu de Roche nez,
Cosin[s] germain[s] Doon, le franc duc honoré.
Por l’amor de Landri estoit si adolez,

Qu’i[l] ne leva de lit bien a .vij. ans passez,
(v°)Et gist en mi la sale ainsi com .j. tel bers
1615En .j. lit torneïs qui molt fait a loer :
Li esponde sont d’or, et d’argent li listé,
Et les coutres de paile, dou millor d’outre mer,
Linçuel et oreiller et voiles de sendel,
.VII bezanz i tienent de fin or esmeré ;
1620Et ot de sa mesnie .xxx. sergenz privez,
Qui li font ses comans, n’en est .j. trestornez ;
Chascuns avoit vestu .j. hermin engolé.
Atant es vos les mès qui ont forment erré ;
A piet sont descendu au mauberin degré ;
1625La defors si laiss[i]erent les chevaus por garder.
Li dromadaire furent estanc et tressüé
Et li mès sont forment travaillé et pené.
A pié en sont monté contremont les degrez,
Jusqu’es palaiz de marbre ne se sont aresté,
1630Et saluerent l’oste com ja oïr porrez :
« Ci[l] Damedex de gloire qui en crois fu penez,
« Il saut icest borjois et lui et son barné. »
Quant l’entendit li ostes, si a le chief levé :
« Seignor, et Dieus vos salve ! » dist Gontiaumes li ber.
1635« Dites, franc pelerin, de quel terre venez,
« Et ou irez, seignor ? De quel terre estes né ? »
— « A la moie foi, sire, si orrez verité :
« Né de Constantinoble, la mi[r]able cité,
« Et venons a saint P[i]ere nostre ofrande porter.
1640(f. 32)« Por ce qu’estes prodome, somes a vos torné ;
« Haubergiez nos enuit, por sainte charité,
« Qui vos doint [ce]le rien que vos plus desirez.
« Nos avons trop deniers et or et argent cler,

« S’en ferons les mengiers richement acheter.
1645« Ja ne sera nus homs de noz mengiers tornez,
« Serjanz ne chamberiers, ne prestres ne juglers,
« Car hons de riche cort doit estre a barné ».
— Par mon chief, » dist li ostes, « bien vos est encontré ;
« Par la foi que vos doi, ostel avez vos tel,
1650« Entreci qu’a .j. an, se penre le volez,
« Ja ne vos costera .ij. deniers moneez.
« Que Dieus rameint Landri, mon seignor droiturier...
« Et maldie Tomile et Malingre l’enflé,
« Que ainsi l’ont a tort de cest païs geté. »
1655Li messagier l’entendent, grant joie en ont mené,
Et dient li .j. l’autre : « Bien nos est encontré.
« Ancui orrons noveles ; je le voi bien tot cler.
« Landris est niés le roi, bien oïr le poez.
« Nos ne querons en France, certes, avant aler. »
1660Com or le voit li ostes, ses prent a apeler :
« Seignor », ce dist Gontiaumes, « les chevaus me rendez :
« Je vos ai herbergiez, ja mar en doterez ;
« [Ja] n’i perdrez del vostre .ij. deniers moneez,
« Voz ostes ne vos rende .j. marc d’or esmeré. »
1665— Sire, » dïent li mes, « Dieus vos en sache gré. »
(v°)Et il li font molt tost les chevaus delivrer,
Ou celier desoz terre les en ont fait mener,
Du fuere et du blanc orge lor ont [il] fait doner.
Por amor de ses ostes est Gontiaumes levez
1670Et chauciez et vestuz et très bien conreez ;
Si s’en va au mostier por la messe escoter,
Qu’il n’en feïst autant bien a .v. ans passez.
Andeus les messagiers a avo lui menez,
Mais ainz qu’il s’en repaire sera grains et irez,

1675Car Hardrez li traïtres a les mès encontre[z],
Si l’a noncié Tomile et Malingre a l’ostel :
« Par les sainz Dieu, Tomiles, bien vos est encontré :
« Par le mien escïent, que vos estes faez.
« Or vi .ij. pautoniers en cele vile entrer,
1680« Si moinent .ij. chevaus, plus fier ne furent né ;
« Se miens estoit li pires, par sainte charité,
« Je nel donroie mie por Coloigne sor mer ;
« Car i alez, cosins, les chevaus lor tolez.
« A cele Pentecoste en serez adobez, »
1685Quant l’entendi Malingre, grant joie en a mené ;
Tost et isnelement l’en prist a apeler :
« Ou seront il trové, sire cosins Hardrez ? »
Et respont li traïtres : « Ja ’n orrez verité,
« Sire, en l’ostel Gontiaume, que molt petit amez »
1690Et respont li traït[r]es : « Vos dites verité ;
(f. 33)« Jamais ne l’amerai en trestot mon aé,
« Tot por l’amor Landri, le gloton deffaé,
« A cui il fist grant bien quant il fu ou regné. »
O lui .xxx. serjanz s’en est li gloz tornez,
1695Et vienent a[l] celier, si ont les huis froez,
Pristrent les dromadaires qu’il truevent establez,
Ses en moine li gloz ou borc a son ostel,
Et li serjant Gontiaume se corurent armer.
Molt fu grant [la] meslé[e] au perron de degré :
1700.XIIII. des Malingre i ont les chiés co[l]pez ;
Il meisme[s] i fu d’un grant espiet navrez ;
Fuant s’en va li gloz el borc, a son ostel.
.I. escuier[s] le va a Gontiaume conter ;
Issuz est dou mostier ou il avoit oré.
1705Come or le voit li mès, si l’en a apelé :
« A la moie foi, sire, mal vos est encontré :

« Perdu sont li cheval que devïez garder
« A ces .ij. pelerins que vos ici veez. »
« — Diva », ce dist Gontiaumes, « qui m’a donc desrobé ? »
1710« — [Tomiles et Malingres, ont cerchié votre ostel]
« Et tolu les chevaus, ja nel vos quier celer,
« A ces .ij. pelerins que vos ici veez ».
« — Hé ! las », ce dist Gontiaumes, « com par sui enginiez ! »
Plus tost qu’il onques pot est arriere tornez,
1715Et vint a l’arcevesque, es piez li est alez,
Doulcement li baisa le cordoan soler.
Li sainz hom l’en redrece, que molt le pot amer ;
Bel et cortoisement le prist a apeler :
(v°)« Por Dieu, sire Gontiaumes, dites, et coi avez ?
1720« Est vos failliz avoirs ? ferai vos en doner. »
E respondi Gontiaumes : « [Sire], j’en ai assez,
« [D’]or et [d’]argent ai ge .xxx. somiers trossez.
« Tomiles et Malingres ont cerchié mon ostel
« Et tolu .ij. chevaus, ne le vos quier celer,
1725« A ces .ij. pelerins que vos ici veez. »
« Or m’en voi a saint Piere et a vos por clamer.
« Or m’en faites justice, sire preudom et ber. »
Et respont l’arcevesques : « Ja mar en parlerez ;
« Les chevaus vos rendrai, cui qu’en doie peser. »
1730Il manda les borjois de la bone cité :
Bien sont .lx. mile quant il sont asemblé,
Et il i sont venu volentiers et de gré.
« Seignor », dist li sainz hom, « je vos ai toz mandez.
« Je sui serjanz saint Piere, si que vos le savez,
1735« Et si ai le païs et la croce a garder,
« Et qui mal me fera, a vos m’en doi clamer.

« Tomiles et Malingre ont saint Pierre robé
« Et tolu .ij. chevaus, ne le vuel pas celer.
« Si vos ren je la croce, ne [la] vuel plus porter. »
1740« Et dient li borjois : « Il dit bien verité.
« Tomiles est traïtres, nos le savons assez.
« Ainsi a il Landri de cest païs geté ;
« Niés est le roi de France, dont sommes parjuré. »
Li messaige l’entendent ; grant joie en ont mené ;
1745L’uns vers l’autre s’en rïent coiement a celé :
(f. 34)« Par les sains Dieu, compains, bien nos est encontré.
« Landris est niés le roi, jou sai de verité ;
« Ja ne querons en France plus avant [a] aler.
Lors dïent li borjois « Envers nos entendez :
1750« Sire sainz arcevesques, por sainte charité,
« Car mandez a Tomile, sans plus de demorer,
« Qu’il rende les chevaus ; n’en soit .j. refusez.
« Et, s’il ne le vuet faire, par sainte majesté,
« Nos les assaurons sempres volentiers et de gré.
1755« S’entrestoute Coloigne les poomes trover,
« Les membres et les testes lor ferïens coper ;
« S’issent fors de Coloigne li cuvert naturel.
— Hé ! Diex, » dist l’arcevesque, « qui i porroit aler ? »
La ot .j. chevalier[s], de Monlaon fu nez ;
1760Cil ot Gautier a nom, qui fu proz et senez,
Cosins germains Doon et de son parenté.
Quant le vit l’arcevesque, si l’en a apelé :
« Hé ! beaus amis Gautiers, por Dieu, car i alez ;
« Si dites a Tomile, gardez ne li celez,
1765« Qu’il rende les chevaus, n’en soit .j. trestornez ;
« Et, se il nou vuelt faire, par sainte charité,
« Nos l’assauromes sempres volentiers et de gré.

« [S]e en tote Coloigne les poomes trover,
« Nous lor ferons les membres et la teste coper...
1770« Par le mien escient, mar i seront trové.
— Sire », ce dist Gautiers, « bien lor savrai conter ».
Il monta ou cheval courant et abrivé
(v°)Et a çainte l’espée au pom d’or neelé ;
Andeus les mesagiers a avo lui menez ;
1775Jusqu’a l’ostel Tomile ne se sont aresté ;
La dedenz ont trové le gloton desfaé
Qui juoit as eschas a son cosin Hardré.
Atant es vos le mès, ses prist a apeler :
« Oiés, sire Tomiles, [en]vers moi entendez :
1780« L’arcevesques vous mande qu’a tort l’avez robé
« Et tolu .ij. chevaus ; ne le vos quiert celer.
« Se il ne sont rendu et on vos puet trover,
« On vos fera les membres et la teste coper.
« S’issiez hors de la vile, mal cuvert naturel :
1785« Par le mien escïent, ma[r] [i] serez trové. »
Quant l’entendi Malingres, si a le chief levé :
« Par les sainz Deu, messaiges, tu as le sens desvé ;
« Par le mien escïent, tu es touz enivrez.
« Les chevaus ne rendroie por quanque vos avez.
1790« Ainz porroit .j. contraiz a loisir retorner
« De Pavie la large droit a Huissant sur mer,
« As genolz et as paumes, mar i querroit ester,
« Que rende les chevaus por home qui soit nez.
« Va dir[e] a ton seignor face ses huis fermer,
1795« Car je n’ai nul talent de sa messe escoter,
« Certes [je] m’en tairai, si passera estez. »
— Dehait cui il en chaut ! » ce dist Gautier[s] li ber,

« Par le mien escïent, encui le compar[r]ez, »
Remonta a cheval, n’osa plus demorer ;
1800(f. 35)Et li .ij. messagier s’en retornent arier,
Deci qu’a l’arcevesque ne [se] vont arester.
Quant li sainz hom les vit, s’a Gautier apelé :
« Qu’est ço, sire Gautiers, que vos avez trové ?
« Que me mande Tomiles ? garde ne me celer.
1805« Ravrai je les chevaus ou ses a refusez ?
— Sire », ce dist Gautiers, « ja ’n orrez verité :
« Les chevaus ne rendront por quanque vos avez,
« Ainz [vos] mande Malingres faites vos huis fermer,
« Car il n’a nule cure de vo messe escoter.
1810« Certes, ne l’orra mès, ainz passera estez.
— Dehait cui [il] en chaut, ! » dit l’arcevesque[s] ber ;
« Oiez, seignor borjois ; alez vos adober ! »
Et cil li respondirent : « Si ert com vos voldrez. »
Li borjois de la vile se corurent armer
1815Et vestent les hauberz, lacent hiaumes gemez,
Et ceignent les espées as senestres costez
Et montent es chevaus couranz et abrivez
Et furent .ix. mil[lier] quant furent adoubé.
Font soner la bancloche et les grailes soner,
1820[Si qu’] en molt petit d’eure se furent asemblé ;
Et Gontiaumes li ost[es] s’est tous coranz armez :
Il vestit son hauberc, s’a son hiaume fermé
Et a ceinte l’espée au senestre costé,
Et a pris a son col .j. fort escu boclé,
1825Et monte en .j. cheval corant et abrivé ;
La coverture en fu d’un brun paile roé ;

(v°).VIIc. besanz i tienent de fin or esmer[é].
Et li serjant Gontiaume se corurent armer,
Et furent bien .ijc. quant il furent armé,
1830[Tres]tuit du sien lignage e de son parenté.
Jusqu’a[l] chastel Tomile ne se sont aresté.
La peüssiez veoir .j. estor si mortel :
Tante hanste i ot fraite et tant escu troé,
Des haubers jaserans tant esclavain[s] fausse[z]...
1835Le sanc et les cervelles a la terre coler ;
Quatre vinz des Tomile i o[n]t les chiés copez,
Il meïsmes i fu d’un grant espié navrez.
Cil leans se desfende[nt] por lor vies salver,
Mais il ne lor vaut mie .j. denier moneé.
1840Atant es vos Malingre sor .j. destrier monté ;
N’est encor chevaliers, s’est en l’estor entrez.
Et quant le voit Gontiaumes, a po qu’il n’est desvez ;
Il broche le cheval des esperonz dorez,
Et a brandi la hanste a[u] confenon doré,
1845Et va ferir Malingre, ne le vot espargnier,
Que l’escu de son col fui a fraint et cassé,
Et l’haubert de son dos rompu et dessiré.
Sa lance li conduit lez le senestre lé ;
Tant com han[s]te li dure, l’a il jus enversé ;
1850Deable l’ont gari, qu’il a toz jors ame[z].
Tomiles l’a saisi entre lui et Hardré,
En .j. tor de marbre l’ont en fuie torné ;
Il referment les huis, li assaus est remez.
(f. 36)Tomiles en monta contremont les degrez,
1855Par .j. des fenestres a son chief fors geté ;
Ou qu’il voit l’arcevesque, sel prist a apeler :

« A la moie foie, sire, a grant tort m’asaillez :
« Se mes niez est or enfes, encor n’est adobez ;
« Et se il fait folie, sel doit bien amender.
1860« Je rendrai les chevaus, ja n’en ert trestorné ;
« Si ferai droit Gontiaume volentiers et de gré. »
Et dïent li borjois : « En pardon en parlez.
« Ne ferez traïson quant de nos partirez ?
— Par foi, » dist l’arcevesques, « il parle com senez :
1865« Les chevaus rendra il ; ja n’en ert plus parlé. »
Et dïent li borjois : « Si ert com dit avez. »
A tant s’en sont torné : li essauz est remez.
Tomiles s’en torna quant ot le plait guié,
Si moine les chevaus Gontiaume en son ostel,
1870Entre lui et Malingre, le gloton desfaé.
Ou voient le borjois, au pié li sont alé,
Mais l’oste fu si fiers nes daigna resgarder ;
Si les bota du piet, a po ne sont crevé :
« Levez vos en d’ici, fals cuvert naturel ;
1875« Ja ne vos amerai en trestot mon aé,
« Tot por l’amor Landri, mon seignor naturel,
« Que vos avez a tort de cest païs geté. »
Li messagier l’entendent, grant joie en ont mené ;
L’un vers l’autre s’en rïent coiement et soef :
1880« Par les sainz Deu, compainz, bien nos est encontré ;
(v°)« Landris est niés le roi : bien oïr le poez.
« Nos ne querons en France desormais [a] aler. »
Olive repairoit du mostier honoré,
En .j. crote avoit demi .j. jor esté,
1885Et ot dit [son] sautier Olive [o] le vi cler,
Que Jesus gart Doon qu’ele pot tant amer,
Et li ramaint Landri, son fil qu’ele ne het,

Et ot oï la messe a la bone cité.
Jusqu’a l’ostel Gontiaume ne se vot arester,
1890Car sove[n]te[s] foiées i prenoit le disner ;
Tuit li orent failli li boin et li privé,
Gontiaumes la retient, li gentis et [li] ber ;
Ou qu[e] il voit la dame, si est encontre alez ;
A .iiij. chevaliers si l’a fait adestrer.
1895Toz les degrez de maubre sont ou palais monté,
Dame] Olive ont assise ou faudestuel doré,
Puis demanderent l’eve, s’asirent au soper ;
Assez ont venoison et vins viez et claré.
Quant il orent mangié et beü a planté,
1900Les napes corent traire servant et bacheler.
Il demande[nt] congié, si s’en vont as ostés,
Et Gontiaume remest et Olive au vis cler
Et li .ij. messagier, qui molt font a loer ;
Huimais porront noveles a loisir demander.
1905— Hostes ! qu’est ceste dame ? » ce li a dit Outrés.
« Molt bien semble roïne, ainsi voir m’aït Dex ! »
Et respondit li ostes : « Ja ’n orrez verité :
« Ele est seror le roi qui France a a garder ;
« Si la dona .j. conte qui molt fait a loer,
1910« Dan Doon de la Roche, onques ne fu tés ber ;
« De lui ot ele .j. fil qui molt fait a loer,
« Et ot a non Landri, molt gentis [est] et ber.
« Ne savons de l’enfant quel part il est alez ;
« Tomiles de Coloigne [molt] l’a mal engané,
1915« Duc Doon de La Roche, c’est fine veritez :
« Sa fille li dona, cesti fist desevrer.
« Nos en avons les cuers corosos et irez. »

— Sire », [ce] dit Outrés, « [en]vers moi entendez ;
« Par la foi que vos doi, je dirai verité :
1920« Homme somes Landri dont vos ici parlez ;
« En cest païs venimes enquerre et demander
« Por savoir de l’enfant qui est ses parentez ;
« Or savomes de lui tot[e] la verité,
« Le matin moverons, ja n’en ert trestorné.
1925« Nos ne querons en France, certes, avant aler. »
Quant l’entendi Olive, s’en ot lïesse assez :
Quatre fois se pasma entre les bras Outré,
Quant Gontiaumes li ostes l’en corut relever.
Qui li veïst les mès baisier et acoler,
1930« N’i eüst si dur cuer non convenist plorer.
« Veïstes vos mon fil, por sainte charité ? »
— Oïl, en nom Deu, dame, » ce li a dit Outre[z],
« Enz en Costantinoble est mes sires remés ;
« La portera corone, ainz que past li estez,
1935« Por la plus bele fame de la crestïenté,
« Et venra en cest regne ainçois .j. an passé ;
« Tomile et Ma[lingre] fera les chiés coper.
— Hé Diex ! [ce] dist la dame, tant l’avrai desiré. »
Cele nuit ont grant joie a loisir demené.
1940Quant li lit furent fait, si sont couchier alé.
L’endemain par som l’aube se sont li mès levé,
Et vestu et chaucié et molt bien conreé,
Et mistrent en lor dos les hermins engolez
Par desus les bliauz a fin or gironez.
1945Les granz ma[n]tiauz de sable ont li mès afuble[z],
Dont li tassel en valent tot l’or d’une cité,
A pierres et a bra[s]mes qui molt font a loer ;
Les chapels sebelins ont en lor chiés posez,

Escharpes cordoaines et les bordons ferrez ;
1950Li picois sont d’argent et li verroil d’or cler.
Les dromadaires font du celier amener ;
Li messagier i montent par les estriers [dorez],
Gontiaumes les convoie une piece, li bers,
E li sainz arcevesques et Olive au vis cler.
1955La dame [ot] .j. anel qui molt fi[s]t a loer :
Ce fu du plus fin or c’on peüst recovrer ;
La piere qui fu enz ot molt trés grant bonté.
Li dus Doz li donna, qui molt fait a loer,
La nuit qu’il gist o lui a Monsteruel sor mer ;
1960A donc [i] fu Landris li vassaus engenrez ;
(f. 38)Si le traist de son doit la dame o le vis cler,
Bel et cortoisement en apela Outré :
« Sire frans chevaliers, vers moi [en] entendez ;
« Vez ici .j. anel qui est molt bien ovrez,
1965« Que me dona dus Do au gent cors honoré ;
« Si le baillez Landri le mien fil alozé.
« Ce seront [tels] ensoingnes que connoistra assez. »
Li messagiers le prist, qui nel vot refuser
[Et] molt cortoisement l’a en son doit bouté.
1970Li messagier s’en tornent, qui sont preu et sené,
La bele se pasma, Olive o le vis cler.
Molt par fu granz li duels quant il sont desevré.
Li messagier cheva[u]chent, qui n’i sont aresté,
Et trespassent les terres, les porz et les regnez.
1975En .viij. jors trespasserent .xlix. contez
Et .vij. roialmes granz et .x. arcevesquez ;
Deci qu’a Bras Saint George ne se sont aresté.
Quant il i sont venu, s’entrent en une nef,

Diex lor dona tantost si droiturier oré !
1980D’autre part a la ter[r]e es les vos arivez.
Montent es dromadaires, si pensent de l’er[r]er,
Tresqu’a Costantinoble ne voldrent arester.
Par .j. mardi matin i vindrent au disner.
Seignor, ce fu en mai, que fait chaut en esté,
1985Que florissent cil bois, reverdissent cil pré,
Et ces aigues revienent ainsi en lor chinex,
Cil petit oisillon comencent a chanter,
(v°)Quant li rois Alixandres est par matin levez ;
En .j. vergier entra por son cors deporter,
1990Trés en mi .j. prael i fait tendre son tref :
Les forches sont d’argent et d’or fin li frestel,
Trois escarboucles ot, qui molt font a loer,
Et fu d’un vermoil paile environ gironez :
Li pans en fu a or et a argent fra[i]sez ;
1995Dieus me fist [nule] beste qui ne soit pointe ou tref ;
Les cordes sont de soie e li pan sont d’or cler.
Et Landris li cortois i est avec alez,
Asses et Guinemanz et li autres barnez.
Salmadrine la bele i a fait adestrer
2000A .iiijc. Griffons qui molt font a loer.
De la soie beauté vos doi je bien conter :
Vestu ot en son dos .j. hermin engolé,
Par desus .j. blïaut a fin or gironé,
E fu estrois as lez, qui molt fist a loer ;
2005.I. grant mantel de sable ot la bele afublé,
Dont li tas[s]el en valent tot l’or d’une cité,
A pieres et a bremes qui molt font a loer ;
Ele ot molt vairs les ieus, s’ot le viaire cler

Et la coleur vermoille comme rose en esté,
2010A u[n] fil de fin or ot les crins galonés.
Et sist desus un mul qui molt fist a loer :
La sele de son dos vaut bien .j. cité ;
Li arçon sont d’or fin a esmaus tresgité,
[Et] la sambue en fu d’un brun paile roé.
2015(f. 39)Onques ne tre[s]fina tant qu’ele vint au tref.
.I. vermoil paile firent desus l’erbe geter,
Sus se cocha Landris, li gentis et li ber.
Il oï l’oriol et la melle chanter ;
De sa mere li poise qu’il laissa outre mer,
2020Et craint li faus Tomiles ne l’ai[t] fait afoler ;
Molt tendrement des ieus commença a plorer.
Salmadrine la bele l’en prist a regarder ;
Seignor, bien le sachiez, le cuer en ot iré,
Et cuide de l’enfant qu’il ait autre penser,
2025Que ne dot les messages qu’en France sont alé.
Parmi trestoz les autres l’est alée acoler.
Plus de .xx. foiz le baise par molt grant ami[s]té.
Bel et cortoisement le prist a apeler :
« Damoisiaus de bon aire, mar vos esmaierez.
2030« Je m’en irai en France a pié, se vos volez.
— Dame », ce dist li enfes, « en pardon en parlez.
« Par la foi que vos doi, vos parlerez tost d’el.
« De ma mere me poise que laissa[i] outre mer
« Et dot li fel Tormiles ne l’ait fait afoler.
2035— Sire », dist la pucele, « Dieus a tot a garder. »
Atant es vos les mès qui de loing ont erré ;
A pié sont descendu devant le maistre tref ;
Lor dromadaire furent estanc et tressüé.

[Et] li vassal forment travaillié et pené.
2040Il saluent le roi com ja oïr porrez :
« Cil Damedieus de gloire, qui en crois fu penez,
« Gart le roi Alixandre et lui et ses privez.
« Desor trestoz les autres devons Landri amer.
« Sire, fumes en France oïr et esgarder
2045« Por savoir de Landri de quel gent il est nez,
« Se il est niés le roi qui France a a garder ;
« Or savomes de lui tote la verité :
« Por voir niés est Pepin qui France a a garder,
« Qui ocist le lion qui tant fist a doter.
2050« Et fumes a Coloigne, la mirable cité,
« La veïmes sa mere qui tant a le vis cler, ·
« Dame Olive la bele, seror Pepin le ber :
« Il n’a tant bele dame en la crestïenté.
« Tomiles et Malingres la nos firent rober
2055« Et tolir noz chevaus, ne [le] vos quier celer,
« Quant i ala Gautiers et l’arcevesques ber,
« Par vive force firent noz chevaus ramener ;
« Quatre vinz de[s] Tomile i furent decopé ;
« Molt fu grant la meslée en la bone cité.
2060« Malades est Pepins, bien a .vij. anz passez,
« Por duel de son nevo qu’il en la[i]ssa aler ;
« N’a qui teingne ses terres ne ses granz heritez ».
Quant l’entent Salmadrine, ne l’en sot mie gré.
Elle marcha avant, si le prist a ciner ;
2065En l’oreille li dist coiement et soef :
« Par les sainz Dieu, messages, molt as le sen desvé ;
« Par le mien escïent, que tu es enivrez.
(f. 40)« Tost et isnelement alez en voz hostés,
« Si vos faites trés bien baignier et conreer,

2070« Car vos estes forment travaillié et pené,
« De ci qu[e] a[u] matin que li jors venra clers.
« Puis venez a mon pere, gardez n’i arestez,
« Puis li dites trestot ce que avez trové ;
« Damedex vos confonde se de mot en mentez ».
2075Et il respondent : « Bele, a vostre volenté.
« Ja chose ne dirons qui ne vos viengne a gré ».
Outrés s’en est torne[z], que n’i est arestez,
De ci que a Landri ne se vot arester ;
Bel et cortoisement le prist a apeler :
2080« Damoisiaus de bone aire, a moi [en] entendez.
« Vés ici un anel de fin or esmeré
« Que t’envoie ta mere Olive o le vis cler,
« Que dus Do li dona, qui tant fait a loer,
« La nuit, quant jut a li, a Monsteruel sor mer. »
2085Quant Landris l’entendi, si commence a plorer.
Outrés a pris l’anel, si li a presenté,
Et Landris le reciut, qui molt fist a loer ;
Plus de .c. fois le baise doulcement et soef ;
Enz en son doit meïsme l’avoit mis de son gré.
2090Li messagier s’en tornent ; congié ont demandé ;
Landris lor a doné volentiers et de gré.
Tost et isnelement s’en vont en lor ostel,
Puis si se font [très bien] baingnier et conreer.
Dist li rois Alixandres : « Baron, or entendez,
2095(v°)« Landris est niés le roi, entendre le poez :
« Demain prendra ma fille, se vos le me loez ;
« Si li donrai ma terre et trestot mon regné.
— Sire », dist Salmadrine, « .vc. mercis de Deu.
« Par la foi que vos doi, forment l’ai desiré ».
2100Li rois s’en est tornez et ses riches barnez ;
Tost et isnelement est venuz a l’ostel ;

Tantost demande l’aigue, s’assirent au soper :
Molt i ot venoison [et] vins viez et clarez,
S’orent grues et gantes et paons empevrez,
2105Isopé, bogu[e]rastre, piment et eluné.
Quant il orent mengié et beü a plenté,
Si chantent et violent et rotent li jugler ;
Cele nuit ont grant joie a loisir demené ;
Et li lit furent fait, si sont couchier alé.

2110Or lairommes de ces qui sont bien aaisié,
Quant tens [et lius] en iert bien savrons repairier ;
Si vos dirai du duc, de son grant encombrier :
Tant a norri Malingre qu’il le fist ch[eval]ier,
C’est li filz Audegour, cui Dieus dont encombrier.

LXI[61]

2115En meïsme cel jor que dans Do l’Alemans
Ot adobé Malingre, ne l’ama il noiant.
L’endemain par matin fu si ses malvoillanz
Que l’ala par haïne toz tens contralianz :
« Adoubez sui, beaus sire, merci Dieu le poissant !
2120« Or se gardent tuit cil cui je suis mal voillanz !
(f. 41)« Dame Olive de France ne voil pas que se vant
« Qu’elle soit conreée dès cest jor en avant
« De totes celes terres qu’a vos sont apendant ».
Quant l’entendi li dus, a po ne pert le sen :

2125« Por amor Dieu, biaus filz, ne te par coitier tant !
« Ja est [ele] seror dant Pepin le roi Franc ;
« Il n’a si bele [dame] en cest siecle vivant.
« Li rois vos a mandé par menace et par ban
« Qu’ele ne soit destruite ne des membres perdant ».
2130Quant l’entendi Malingre, a po ne pert le sen :
« Haï ! vos i mentez com mauvais couz sofranz ;
« Vos estes de li couz tot a vostre escïant ».
Quant l’entendi li dus, a po ne pert le sen :
Il hauce le poing destre, si feri son enfant
2135Qu’il [l’]abati a terre, qui que plort ne qui chant.
Et quant le voit Malingre, si sailli en estant,
Et va saisir son pere par les grenons davant,
Son peliçon ermin li va tot des[c]irant,
Entreci qu’a la terre ne s’aresta neant.
2140Adont i sont coru Baivier et Aleman,
Et furent en po d’ore bien .vijxx. combatant.
Cil gentil chevalier en vont trives prenant
Et dou pere et dou fil, car molt est avenant.

LXII[62]

Cil gentil chevalier qui les trives en quirent
2145Et dou pere et dou fil et des autres meïsmes,
Que d’une part et d’autre très bien les affïerent
Et ostages livrerent et puis les raplig[i]erent.
(v°)Tomiles et Malingres chascun jor se porquierent
2150 Comment la suer du roi du païs chasse[rïe]nt.
A son hostel li mande[nt], forment l’ont corrocie,
Que se ele i remest, la teste avra trenchie.

Quant l’entent la duchesse, molt s’en est esmaïe ;
Damedieu reclama et le baron saint Pierre :
« Glorieus [sire] pere, qui de toz es jug[i]ere,
2155« Cil Loherain me faillent, de tot m’ont abaissie ;
« Alez s’en est Landris, par cui fuisse garie.
« Faillie m’est l’estache ou m’e[s]toie apoïe.
« Or n’[avr]ai jamais aide ne davant ne dar[r]iere ! »
.II. garçons li envoient et .j. chamberiere,
2160Sor .j. mauvais roncin ont la dame chargie.
Quatre fois se pasma quant la vile a vuidie.
Onque[s] ne tresfina, si vint en Honguerie ;
L’avesque[s] Auberis l’a molt bien herbergie,
Car il estoit sis oncles et elle estoit sa niece ;
2165Par le mien escïent que l’avra a mesnie
Tresque il li rendra Alema[i]gne et Baviere.

LXIII[63]

Or est Olive bien assenée et venue ;
L’evesques Auberis l’a molt bien receüe.
Or vos dirons du duc, de sa mesaventure :
2170Une guerre li sort, qui vient d’outre nature.
Tomiles et Malingre et sa fille, la pute,
Cil en ont conseil pris et parole tenue,
Et dïent l’uns a l’autre cest[e] terre est molt drue
« Et riche et aaisiée ausiment comme Pu[i]lle ;
2175« Qui or avroit Doon cest[e] ter[r]e tolue !
« Car se il se resemble et .j. po s’esvertue,
(f. 42)« Tost avrïent la ter[r]e gastée et confondue ;
« Et se Landris revient, ce ert malaventure ».

Tomiles est levez, quant Malingres l’argüe,
2180Et montent es chevaus, par la terre corurent,
De l’un chastel a l’autre, por secors et ai[u]e ;
Cil gentil chevalier lor afïent et jurent
Que ja Do ne tendra chastel ne teneüre.
Ou repairier sont mis, molt font malaventure :
2185Dans Do tint en son poing .j. ostor de .v. mues,
Aler doit en riviere por le sien cors desduire ;
Et li cuens i ala ; .j. grant piece i furent,
Et mena .iiij. contes de molt grant teneüre ;
Et quant il se repaire, s’a Coloigne perdue.
2190Cil gentil chevalier li escrïent et huchent
Et dames et puceles de soliers et de rues :
« Alez vos en, dans Do, en Calabre ou en Pu[i]lle,
« Que ja en Loereingne ne tenrez ma[i]s tenue ».

LXIV[64]

Or est Do de La Roche corociez et irez :
2195Les portes sont fermées, ne pot dedans entrer.
S’a Malingre son fil et Tomile apelez :
« Di va ! ovre la porte, la[i] moi leanz entrer.
« Se de riens t’ai mesfait, près sui de l’amender ».
Et cil li respondirent : « Certes, n’i entre[re]z.
2200« Par la foi que doi Dieu, mais n’i sejornerez :
« Après vostre putain vos convendra aler,
« Et querez tel conseil que soiez racordez,
« Que ja de Loereingne ne tenrez herité ».
Do li dus respondi[s]t : « Dans gloz, vos i mentez :
2205(v°)« El ne fu onques pure, jel sai de verité.
« Mais encui ve[r]rai je, voirement De[us] le set,
« Que a mauvais lignage sui du tout asemblez. »

LXV[65]

Or est Do soz Coloigne coreçous et pleins d’ire ;
Des ieuz de son front plore et de son cuer sospire.
2210Tant atendi li dus que nuiz fu asserie,
Puis est montez [li dus] a mesnie escherie.
Onques tot[e] la nuit ne cesse ne ne fine,
Et est venuz a Ais quant l’aube est esclarie.
Entrer vot en la porte quant il li contredirent,
2215Que l’avoient juré a Tomile et Malingre.
Quant le voit li dus Do, a poi n’enrage d’ire ;
Des ieuz tenrement plore et de son cuer sospire.
Et quant le voit li dus, si lor commence a dire :
« Je vos torrai les membres, le[s] te[s]tes et les vies. »
2220Dont remonta li dus a mesnie escherie,
De ci a son demoine ne cesse ne ne fine.
Sui baron chevalier en La Roche se mirent,
En son prime demoine que il a de Dieu quite.

LXVI[66]

Or est Do de La Roche voirement revenuz
2225En son privé demoine que il a de Jhesu.
Or s’en ira clamer a Pepin a[u] lion
Del duel et del domage qui li est avenuz.
Il entra en la voie et ou chemin batu ;
De ci qu[e] a Paris ne s’est arest[e]üz.
2230Tant fist par ses jornées qu[e] il i est venuz,
Et a trové le roi en sa sale lassus.
Molt le trova malade, dolent et confondu ;

(f. 43)De duel [et] de pitié en a ploré li dus.
Et quant le voit li rois, si li a ramentu :
2235« Que fait ma suer Olive en cest regne la sus ?
« Trés bien la me gardez [de] Malingre et d’autrui,
« Que ne li soit damages ne hontages venuz.
— Ne le vos celera[i] », puis si a dit li dus,
« Je ne sai de la dame quel voie ele ait tenu ;
2240« Tomiles et Malingres l’enchassent par vertu,
« Les fiez que me donastes ai je trestoz perduz.
— Di va ! » ce dist li roi[s], qui les t’a donc toluz ?
— Par la moie foi, sire, nel vos celerai plus :
« Tomiles et Malingres, li cuvert mescreü. »
2245Quant l’entendi li rois, molt [en] fu irascuz :
Quatre fois se pasma ; molt em pesa au duc.

LXVII[67]

« Sire Do de La Roche », ce dist l’empereor,
« A tort et a pechié m’as tolu ma seror,
« Olive la duchesse a la clere façon.
2250« Or m’en irai au regne voirement a estros,
« Ja n’i avra si riche que ne met[e] au desoz.
« Ou jel face ou jel lais, ja n’i aras honor. »
Del peliçon hermin a .iiij. pois derouz,
S’en desfia Doon, son serorge, oiant toz.

LXVIII[68]

2255« Sire Do de La Roche, » dist Pepins li bons rois,

« A tort et a pechié ma seror me tolois ;
« Chalonge vos [par droit] : preste fu a cest soir
« A faire tel juïse quel gardassent François.
« Vous nel vousistes pendre ; orgueils fu, par ma foi.
2260« Or m’en irai [au regne], ne puet pas remanoir. »
(v°)Dou peliçon hermin a rompus .iiij. pois,
Si desfia Doon, son serorge, c’est voir ;
Et quant le voit li dus, grant paour a de soi :
Il monta ou cheval ; n’i osa remanoir.

LXIX[69]

2265Do se part de la court, que congié n’i a pris.
N’a si haut homme en France nel haice por Landri,
N’en Flandres n’en Poitou, [Berri] ne Limosin.
Il entra en sa voie, s’acoilli son chemin
Et trespassa les terres [et] les porz et les puis,
2270Deci qu’a son demoine ne prist [il] onques fin.
Venus est a La Roche ; si l’a faite garnir
Et fait serrer les portes et lever ces paliz
Regeter ces fossez et ces hauz rolleïz,
Et mandé ses homes, ses chevaliers de pris,
2275Tant qu’il en ot ensemble la monte de .iij. m. ;
Puis s’adobent ensemble li chevalier hardi
Et montent es chevaus et es destriers de pris,
Entreci que a Ais ne pristrent onques fin ;
Li dus Do s’embuscha en .j. brulet petit
2280Qui fu d’is et d’aubors, de loriers et de pins ;

.C. chevaliers errant a la porte tramist,
Tot droit..... les ont bien estormiz.
Cil dedans s’adouberent com chevalier de pris :
Il vestent les haubers, lacent hiaumes bruniz,
2285Et ceignent les espées as bons coutiaus forbiz
Et montent es chevaus corans et arabis
Et pendent a lor cols les forz escus votiz
(f. 44)Et pristrent en lor poins les forz espiez forbiz.
De la porte s’en issent et crïent a hauz criz.
2290Le cembel ont molt bien premerain envaï,
De ci qu[e] en l’agait ne pristrent onque[s] fin.
Adonc lor sailli Do, qui fu pros et hardiz ;
Il broche le cheval des esperons d’or fin,
Et [a] brandi l’espié au confanon porprin.
2295Joserant de Coloigne va en l’es[cu] ferir ;
Par soz la bocle d’or li peçoie et malmis[t],
Et l’aubert de son dos rompi et desarti,
Le cuer qu’il ot ou ventre en .ij. moitiés li mi[s]t,
Toute plaine sa lance l’abati mort souvi[n].
2300Il escrie : « La Roche ! Chevalier, ferez i ! »
La peüst on veoir .j. estor si basti,
Mainte hanste i ot frainte et maint escu croissi,
Tant haubert jaseran rompu et desarti,
Et l’un mort desor l’autre trebuchier et morir,
2305Le sanc et la cervele a la terre cheïr.
Loorain s’en tornerent, qui nou porent soffrir,
Et li duc les enchau[ce], qui ne lor fu amis.
.XL. chevaliers a retenus et pris
Et .iiijm. vilains des meillors du païs ;
2310De ci que a La Roche les a menez et mis.

De ce tieng je Doon et a fol et a bric
Quant nul de ces perjurs a a ra[a]nçon mis :
Mieus les eüst fait pendre ou ardoir ou boulir.

LXX[70]

Or s’en repaire Do ou chastel de La Roche,
2315Serjans et chevaliers enmoinne a grant flote ;
(v°)Argent et raançon a mervoille li offrent.
Onques ne tresfina s’est venus à La Roche,
Garder fait ses prisons en chartres et en fosses.
L. escuiers s’en torne, qui a esperons broche,
2320Tomile et Malingre va noncier la parole.
Sa fille demanda, qui ne fu mie fole :
« Que firent ores d’Ais li baron qui sont nostre ?
— A la moie foi, dame, malement se deporte[nt],
« Car desdu[i]s de puceles ne tables nes conforte.
2325« Mardi matin nos vint sire Do de La Roche.
« Si nos mist ses agais enz ou brui de Manople ;
« Danz Do nos [i] ocist Gilebert et Antoine,
« Asson et Gu[i]nemant et Raol de Vaudone,
« .XL. chevaliers li maus en est granz nostres »
2330Quant l’entendi Tomiles, duel ot de ses paroles :
Il a mandé ses homes par vertu et par force ;
Onques ne tresfina si vinrent a la Roche.

LXXI[71]

Tomiles et Malingres ont mandé lor compaignes,
Et sont .xl. mile as haubers et as lances.

2335[S]i sont venu a Ais en Loeraigne ensemble ;
Le samedi sejornent deci [que] a dimenge.
Apres le vespre montent [a] grant mervoille ensemble.
Li peres et li fils demoine[nt] si grant tence ;
Venu sont a La Roche ; tuit ensemble descendent,
2340Puis se vont adober et leur armes presentent ;
.C. chevaliers envoient ou chastel endementre.
Do fu contremontez par sa grant sapïence,
Et a dit a ses hommes : « Tenez vos tuit ensemble ;
(f. 45)« Veez ci [le] cembel : l’agait avrons nos sempres ».

LXXII[72]

2345Do fu contremontez a sa grant o[s]t bannie,
A .vijc. chevaliers qu’il avoit en baillie ;
Li cembels s’en torna, s’ont la barre guerpie,
E dus Do les enchauce com chevaliers nobile ;
De ci qu’a .iiij. lieues de l’abatre ne fine.
2350Tomiles lor sailli d’une grant bruil[le] antive,
Ensemble o lui ses niés, li [faus] cuvers Malingre ;
La peüssiez veoir .j. estor a delivre.
La ot tant escu fraint, tante lance fresnine,
Tant gentil chevalier abatu mort sans vie.
2355« Seignor », dist li dus Do, « vez la force plus riche.
« Damedieus, se lui plait, me venge de Tomile ! »
La n’ot onques parlé [de] joer ne de rire,
Ne d’eschas ne de tables ne deport de meschine ;
Qui mieus puet, si s’en vait, n’i atent seignorie.

LXXIII[73]

2360Molt fu grant la bataille [et] merveillose et pesme ;
La gent Doon se traient es larris et es terres
Et navrent ces chevaus et ocïent et versent.
Es vos Doon poignant parmi la greignor presse,
Et a brandi [la] lance a trenchant alemele,
2365Et va ferir Tomile, que il haioit a certes :
Sa lance li conduit lez le costé senestre ;
Empoint le par vertu, si le trabuche a terre,
Puis a traite l’espée de son costé senestre,
Ocire vot Tomile, que il haioit a certe[s],
2370Quant li baron i corent, qui faire ne le la[i]ssent,
(v°)A cheval le remonte[nt] li homme de sa terre.
Tomiles s’en foï a Ais a la chapele,
Et Malingres li fels ad Espire la bele,
Et dus Do s’en repaire a sa mesnie bele ;
2375Entreci qu’a La Roche ne fine ne [ne] cesse.
Tomiles et Malingres s’en enragent et desvent :
Il remande[nt] lor hommes a force et a poe[s]te.

LXXIV[74]

Lor homes ont mandez Tomiles et Malingres ;
Il sont sor les destriers monté .xl. mile.
2380Or asaudront La Roche et sa gent la hardie.
L’endemain par som l’aube tienent la vile asise ;
Do et Joffroiz s’en issent, chascun jor i ocïent,
Do les conquesist bien, ne vos me[n]tirai mie,

Quant vint Pepin[s] de France a sa grant ost banie.
2385En Lo[e]roigne en entre nostre emperere riches,
Et aquiert les chastiaus [et] les bours et les viles.
Il est venuz en l’ost dant Tomile et Malingre ;
Ce fu par une nuit, la gent fu endormie ;
Ja les ont bien rateins, d’ambe part lor escrïent.
2390La peüssiez veoir bataille si fornie
Qu’il i ot bien des morz, mien esciant, .xm. ;
Lor pere ne lor meres onques puis ne les virent,
Ne de confession ne orent il ainc mie.
Tomiles s’en foï a Maience la riche,
2395Et li rois repaira endroit ore de prime,
Et ses riches barnez et sa grant compaignie,
Et asaillent La Roche par molt grant seignorie,
(f. 46)La ot tant targes frainte[s], qui si bien [sont] florie[s],
Tant gentilz chevaliers, qui gisent mort sans vie !
2400Assez en petit d’ore orent La Roche prise.
Do et Jofroiz mal virent a estros dame Olive,
Car il ne gardent [l’ore] que il perdent la vie.
Mais Pepins l’emperere n’ot cure des ocire,
Aincois lor fait jure[r] desus sain[te]s reliques
2405Qu’e[n] trestote lor terre ne remanront il mie.
Or s’en va li dus Do corociez et plain[s] d’ire,
Il et Jofroiz ses niés, que il aime et prise,
Car cil a [si] bon cuer que ne li faudra mie.
Cil autre jugleor qui de Doon vos dient
2410Assez en ont chanté, mais il ne sevent mie...
La ou il la vos laissent la vos a[i] rafichie ;
Je ramenrai Landri, mais ne vos anuit mie.

Or s’en va li dus Do corociez et plein[s] d’ire ;
A poine et a travail vinrent en Honguerie.
2415La ont trové le roi de molt grant seignorie ;
S’a retenus les contes par force et par aïe.
Car ne le sait Landris ! n’eüst talent de rire.
Par tens verra son pere, que il aime et prise ;
Granz cos se donneront en champ par a[a]tie,
2420Ne s’entreconoiss[oi]ent, car pieça ne se virent.

LXXV[75]

Li rois de Honguerie fist forment a prisier,
Et ot a non Dorames, molt fu bons chevaliers.
Costantinoble claime, siene en fu la moitié.
Ce fu droiz et mesure, car [tel] part li afiert.
2425(v°)Il a mandé ses hommes, si retint chevaliers,
Ensemble o eus Doon et Jofroi le guerrier.
Sor la rive de Hongre sont Hongre herbergié,
Et jurent Damedieu, le glorios du ciel,
Tresqu’a Costantinoble ne [lor] laira il riens,
2430De proie, d’autre chose, vaillant .iiij. deniers.
.........................
A tant es vos .j. mès sor .j. corrant destrier ;
Et fu parmi le cors d’un grant espié plaiez.
A haute voie escrie : « Emperieres, oiez !
« Dorames vostre niés [s’]est bien de vos vengiez ;
2435« Sor la rive de Hongre sont si homme logié,
« Et jure Damedieu, [le glorios] du ciel,
« Tresqu’a Costantinoble ne vos laira il riens,

« De proie, d’autre chose, vaillant .iiij. deniers. »
Salmadrine la bele en a oï plaidier ;
2440Bien poez dire et croire son cuer en ot irié.
Venue est a Landri, ou se devoit chaucier ;
Si li baisa la boche, le genol et le pié,
Bel et cortoisement l’en prist a aresnier :
« Sire Landris de France, molt es boins chevaliers,
2445« De tote nostre guerre es tu venus a chief,
« Ne ma[i]s que d’une seule, mais ele est molt grief.
« Bien se venge de nos Dorames, nostre niés :
« Il a mandé ses hommes ; si retient chevalier[s]
« Et jure Damedieu, le glorios du ciel,
2450« Tresqu’a Costantinoble ne nos laira il riens
(f. 47)« De proie, d’autre chose, vaillant .iiij. deniers.
— Bele », ce dist Landris, « ester car me laissiez :
« Je les sai si coarz, si mauvais et laniers,
« Or ne cuit nul en champ encontrer ne bailler. »
2455Atant es vos .j. mès sur .j. corrant destrier,
Et fu parmi le cors navrez d’un roit espié,
Et monta ou palais ; ne se vot atargier ;
Li sans vermeus li raie [et] davant et darier.
A haute vois s’escrie : « Empereres, oiez... »
2460Et quant l’entent Landris, a poi n’est enragiez.
A haute vois escrie : « Armez vos, chevalier ! » »
Et cil li respondirent : « Com vos plaira si [i]ert. »
Lors s’adobent ensemble li noble chevalier,
Et vestent les haubers, lacent heaumes vergiez
2465Et ceignent les espées a[u] poing d’or entaillié
Et pendent a leur cols les escuz de cartier

Et prenent en lor poing les rois trancha[n]z espiez,
A .vij. clous de fin or les confenons laciez,
Et montent es chevaus arabis et corsiers,
2470Et sont .xlm. armé sor les destriers ;
Et Landris les conduit, li cortois et li fiers,
Li niés le roi de France, [qui molt fist a prisier].
De ci qu’a l’oste ne firent la rue atargier ;
La s’atiengnent ensemble com vaillant chevalier
2475(Il broche l’aragon des esperons d’ormier)
Grans cos se vont doner es escuz de cartier,
De sor les bocles d’or les ont frains et perciez,
(v°)Les haubers jazerans rompuz et desmailliez.
La peüssiez veoir .j. abateïs fier,
2480Le sanc et la cervele contre terre ra[i]er
Et l’un, mort desor l’autre verser et trebuchier.
Atant es vos Landri armé sor .j. destrier :
Il broche [le] cheval des esperons d’ormier,
Sor l’escu de son col ala ferir Garnier :
2485Desor la bocle d’or li a fraint et percié
Et l’aubert de son dos rompu et desmaillié,
Le cuer qu’il ot ou ventre li a par mi trenchié ;
Puis escria et broche : « Ferez i, chevalier ! »
Et il si firent sempres ; ne s’i vont atargier.

LXXVI[76]

2490Molt fu grant la mellée la ou cil ost s’assemble
Et d’une part et d’autre fu la perde molt grande.
La ot tant hante fraite et route targe tante,

Tant gentilz chevaliers gisent mort en la lande.
Trés par mi leu dou champ vint li rois Alixandre ;
2495A haute vois escrie : « Ou es alez, Dorames,
« Li filz de ma seror, qui chalonges mon reigne ?
« Demain seras penduz, se as main[s] te puis prendre. »
Quant cil l’a entendu, a po que ne forsane ;
Il crie a haute vois, si que trestuit l’entendent :
2500« La terre vos chalonge et trestot le realme. »
Quant l’entendi li rois, a po que ne forsane ;
Il broche le cheval des esperons qui trenchent :
Li oncles et li niés de l’esperoner pensent ;
Sor les escuz se donent si granz [cops] des lances
2505(f. 48)Desor les bocles d’or les peçoient et fendent.
Li haubert sont si fort n’en porent rompre maille.
Totes plaines lor lances s’entrabatent ensemble.
Il resaillent en piez com nobile chataigne,
Et sachent les espées dont li coltel bien trenchent.
2510Granz cos se vont doner sor les heaumes a tente ;
Les pieres et les flo[r]s en font aval descendre.
Li niés l’oncle vainquist, ja n’i eüst desfence ;
Atant es vos Landri, s’ot bris[i]ée sa lance.
Ou qu’il voit son seignor, a lui aidier s’avance,
2515Il tint traite l’espée tote nue sanglante ;
Va ferir le gloton sor l’iaume de Plaisance,
Que les flors et les pieres contreval en cravante,
Que tot l’a estoné, et li gloz s’espoente.
Il va crier merci et Landris le va prendre ;
2520Parmi le nasel d’or son seignor le presente.

LXXVII[77]

Quant Dorames fu pris, la bataille est finée,
Li Hongre s’en fuïrent [tot] contreval la prée,
Ne mais que .m. chaitif qui en l’estor remestrent :
Do et Jofroiz les tindrent as trenchanz des espées.
2525Se tel fuissient li Hongre, mar i fu[s]t la meslée,
Cil de Constantinoble l’eüssent comparé[e].
Atant es vos Landri, sa lance [a] recovrée,
Il broche son cheval et vait ferir son pere :
L’escu li a percié et la broigne faussée,
2530Ou cors li mi[s]t la lance, si l’abat en la prée.
(v°)Cele part vint [corant], si a traite l’espée,
Ja eüst voirement pris la teste son pere,
Quant li dus li cria : « Ne me tochiez, beaus frere !
« Soudoie[r]s sui chaitis de mout longe contrée ;
2535« Qu’averas gaaingnié ? je n’ai d’avoir denrée. »
Quant l’entendi Landris, s’a la color muée :
Grant pitié en a pris, [s’]a restoié l’espée.
Parle nasel du heaume ala penre son pere,
Si le rendi le roi ; ce est chose provée.

LXXVIII[78]

2540Quant li dus Dos fu pris, lors fu li chans fine[z]
Et Asse et Guinemanz ont Jofroi remené ;
Et li niés et li oncles furent forment pené

Et furent enz es cors [mout] plaié et navré.
Il retornent ariere en la bone cité ;
2545Mout fu granz li eschas que il ont conquesté.
Enz en parfonde chart[r]e les fist li rois geter,
Et .iiijxx. des autres, car il furent conté ;
Il i furent .vij. ans, trop i ont conversé ;
Do [en] ot toz porriz les flans et les costez.
2550Or vos lairons de ce[u]s ; mar lor est encontré !
Et vos dirons d’Olive, qui ariere remest,
Qui tant a les noveles enquis et demandé
Par quoi ses sire Do est du païs getez ;
A l’evesque tantost l’ala dire et conter.

LXXIX[79]

2555La suer a[u] roi de France est ariere remese,
Avec le bon evesque qui tant [l’ot] honorée ;
Ele vint du moustie[r], s’a la messe escotée.
(f. 49)Et li per de La Roche o[n]t la mer [tres]passée
Bien a passé .vij. ans qu’il l’avoient outrée,
2560Ainçois que la duchesse fu[s]t de pechié retée
Et dou duc d’Alemaingne partie et desevrée.
Quant il virent la dame, sur les murs s’aresterent.
Desouz les esclavines ont les paumes bolées ;
Molt se sont merveillié, s’ont les coleur[s] muées
2565Et dient l’un[s] a l’autre : « No dame avons trovée :
« C’est Olive la bele, qui de France fu née. »
Ainz ne s’en dona garde la duche[sse] honorée ;
Si la tienent as poinz de la manche froncée,
Parfondement l’enclinent ; par non l’ont apelée :
2570« Duchese de bone aire vos soiez bien trovée !

— Baron », dist la duchesse, « vostre arme soit salvée.
« Dont estes, de quel terre et dont est[es vos] née ? »
— En la moie foi, dame, de la vostre contrée ;
« Nos servimes es noces ou tu fus esposée,
2575« Quant tu fus de Doon, nostre duc, marïée.
« Ou est remés li dus ? qui vos a desevrée ? »
Quant l’entendi la dame, s’est cheüte pasmée.
Li .iiij. pelerin par les bras l’ont levée ;
Ele lor a sa honte et sa perte contée,
2580Coment li fel Tomiles l’a a tort demenée,
Et Audegou[r] sa fille a a[l] duc marïée,
Et que ne set novel[es] ne del fil ne del pere.
Quant li per [l’]entendirent, de pitié em plorerent ;
Desur saintes reliques tuit ensemble jurerent
2585Qu’il li rendront sa terre et tote sa contrée
(v°)Ne la fille Tomile n’ert ja par lor amée.
Quant l’entent la duchesse, grant joie en a menée.
« Niece », dist li evesques, « franche dame honorée,
« Cil .iiij. baron sont de la vostre contrée.
2590« Et si ont devant moi vostre honor bien jurée,
« Et si la vous rendront, ja n’en ert trestornée.
« Quant vos avrez La Roche et tote la contrée,
« Niece », dist li evesques, « ne soiez esgarée :
« Tenez large mesnie, donez larges sodée[s],
2595« Car par ce serez vos servie et honorée. »
D’or en avant commence de la [ruiste] meslée...
De la fiere venjance que il fist de sa mere
Et geta de la chartre le duc Doon son pere
Et jura Salmadrine, la fil[l]e l’emperere,
2600Et ensembla la gent qui de Pu[il]le fu née,
Tosquanz et Genevois et ce[l]s de Valfondée :

Par ce[l]s fu Alemaine conquise et aquitée
Et Tomiles destruiz et sa fille afolée.

LXXX[80]

Baron, c’est verité, sachiez a escïent,
2605Li hom, puisqu’il faut l’autre, ne[l] doit traire a garant,
Ne cil celui [que] hait, se sa honte consent.
Qui que prisa Pepin. Landris le tint por lent,
Qui lui et la duchesse failli vilainement
Et prist du traïtor son or et son argent ;
2610Perdue eüst puis France, que Landris [la] li rent.
Li vallez s’en issi jovene [tot] povrement,
O lui .v. chevaliers qui furent si parent ;
(f. 50)Il n’ot pas [ceint] l’espée, mais a son col la pent ;
Jusqu’a Constantinoble ne prist arestement.
2615La li dona li rois armes et garnemenz ;
Cil ot non Alixandre, cui Grifonie apent,
Dont la geste Tomile chaï puis en torment.
Li rois ot .j. guerre qui l’angoisse et sorprent,
De son nevo Dorame qui s’onor li deffent ;
2620Landris le prist [par force] et desconfi[s]t sa gent
Et rendi l’emperere par le nasel d’argent,
Et son pere le duc prist il v[e]raiement
Qu’estoit au roi Dorame remés novelement
Par le felon Tomile qui s’anor li desfent.
2625Li dus ala en France ; mauvais secours i prent :
Pepin[s] l’i desfia se Olive ne li rent.
Tant chevaucha li dus qu’a Dorame se prent ;
Landris le prist [par force] par son grant hardement,

Mais il nel conut mie, si en fu plus dolenz ;
2630.VII. anz et .iiij. mois i sofri le torment.
Cil qui le prist par force le regreta sovent
Et Olive sa mere dont novele n’entent.
Par la terre Alixandre fist Landris son talent,
Li rois ot une fille qui molt ot le cors gent ;
2635De l’amistié Landri se desdu[i]t et esprent,
Son servise li offre par sa boche sovent.
Mais li vallez fu sage[s] [et preuz] et de bon sens :
Ne feïst le roi honte por or ne por argent ;
De sa mere et del duc li remembre sovent.

LXXXI[81]

2640(v°)Landris qui fu de France ama molt Salmadrine ;
Se li rois li dona[st], volentiers l’eüst prise.
.I. nuit fu li enfes a mesnie escherie,
O ses .v. compaignons de France la garnie :
Por l’amor de l’enfant ont lor terres guerpie[s].
2645De la honte li membre que li a fait Tomiles ;
Li ber plore des ieus et de son cuer sospire.
Dit Guinemanz ses maistres : « Que nos demandez, sire ?
— Baron, » ce dit li enfes, « je ai au cuer grant ire :
« Tomiles a ma mere vergondée et honie
2650« Et del duc d’Alemaigne desevrée et partie,
« Et quant je sui chaitis et ma mere chaitive,
« Li dus est hors de France, ja ne le verrai mie,
« Et ma mere, la lasse ! estranglée et murtrie,
« Et Pepins m’a failli : ja n’e[n] avrai aïe ;
2655« Et li malvais lignage[s] a ma terre saisie :
« Perduz ai les honor[s] de Gormaise et d’Espire,

« Le chastel de La Roche et Coloigne la riche ;
« Certes, quant m’en remembre, ne puis joer ne rire ».
Dist Guinemanz ses mai[s]tres : « Ne vos esmaiez mie.
2660« Pris es[t] li rois Dorames et conquis Montervile
« Et li .iiij. baron qui les granz maus vos firent.
« Hé ! Deu, se il [i] muerent, com mar virent lor vies !
« Et li rois Alixandres a sa grant terre quite.
« Hé ! ber, car pren congié au roi et a sa fil[l]e ;
2665« Ralons nos en [arriere], a la Pasque florie,
(f. 51)« Pour veoir le lignage qui nos peres traïrent.
« Hé ! ber, se ne te venges, ta proesce est fa[il]lie.
« Se tu trueves le roi, de t’amor le desfie.
— Mai[s]tre », ce dist li enfes, « f[e]el conseil me dites :
2670« Se Pepin[s] ne m’aïe, de m’amisté n’a mie ».
.I. vaillanz escuiers a la parole oïe ;
Cil est a son hostel, mais ne le sevent mie.
De ci que ou palais ne cesse ne ne fine,
Et trueve Alixandre ou par[o]le a sa fille ;
2675Devant lui s’agenoille, si li commence a dire :
« E[n] nom Deu, emperere, or vos croi[s]t poine et ire :
« Du damoisiel de France n’avrez jamais aïe.
« Li ber s’e[n] vuet aler, et ses maistre l’otrie.
— Amis », dist l’emperiere, « ce que est que vos dites ?
2680« Li damoisiaus de France a m’anor en baillie,
« Tote Constantinoble, Monbardon et Vaillie ;
« Si m’a conquis Dorame et ma guerre finie ;
« Et, s’il s’en vuet aler, bele ert la departie :
« Je li ferai merir sa poine et son servise ;
2685« Tant li donra[t] avoir, tot son vivant ert riches ».
Quant l’entent la pucele, s’est müée et vertie :
« Sire rois Alixandre, ce que est que vos dites ?
« Ja ne m’a pas Landris jurée ne plevie

« Ne livrez ses ostages, ne point ne sui je fie. »
2690— Fil[l]e, » dist l’emperere, « ne soiez si hastive ;
« Li ber a molt grant sens avec chevalerie ;
(v°)« Si a dedanz son cuer .j. venjance prise.
« Mais or pl[e]üst a Deu, le fil sainte Marie,
« Qu’il eüst toute France forjurée et guerpie :
2695« Certes, je li donroie de m’anor grant partie ».
Li rois s’en va couchie[r] en sa chambre garnie,
De ci qu’a mie nuit, que sonent les matines ;
L’empereres i va, o lui grant compaignie
Des barons de sa terre, qui son regne jostisent ;
2700Davant lui fait po[r]ter [les] granz cierges de cire,
En .j. crote [en] entre davant Sainte Sofie ;
Souvent reclame Deu, le fil sainte Marie.
Et la fille le roi ne fu pas endormie,
Ainz se leva en piez, seule sanz compaignie,
2705Si sainglement, sanz dras, c’onques n’i ot chemise,
Mais ele [s’]afubla d’un mantelet d’ermine ;
Venue est en la chambre ou cil de France gisent,
Le lit a son ami ne meschoisira mie,
Car du franc chevalier ot la parole oïe.
2710De Landri qui s’en va est dolante et pensive ;
Entre lui e l’esponde s’est mucie et glacie ;
Quatre fois le baisa ainz qu’ele mot li die.
Li vassaus s’esvoilla, s’a la dame sentie,
Trova ces mameletes gisant sor sa poitrine ;
2715Dures sont et noveles, encor ne sont blemie[s].
Es vos la char l’enfant si d’amisté sousprise
Que li tremble li cors com foille qui balie ;
(f. 52)[Ainz] mais de fame en terre n’ot itel compaignie.

Il li a demandé : « Qui estes vos, meschine ?
2720« Je te conjur ta loi et [tres]tot ton batisme.
— Sire », dist la pucele, « j’ai a non Salmadrine,
« Et sui fille Alixandre le roi de Griffonie,
« Qui tient Constantinoble, Monbardon et Valie.
« Que vos en mentiroie ? je sui la vostre amie.
2725« Tes talenz en puez faire, que que nus hons en die.
« Se je muer par amor, m’arme en ert garie.
— Dame, » dist li valez, « ce que est que vos dites ?
« Certes m’amor m’avez afïée et plevie.
« Ja set bien toz li monz, tis peres es[t] mes sire :
2730« Se tient Malingre, par coi il me jostise.
« Ralez vos en gesir, bele suer, douce amie.
— Sire, » dit la pucele, « tost m’en serai partie,
« Mais d’un des jeus de France vuel ainçois estre aprise.
— Bele, » ce dist li enfes, « et je le vos otrie,
2735« Par .j. tel covenant com vos m’o[r]rez ja dire :
« A ceste Pentecoste, dont la feste est joïe,
« Que portera corone l’emperere mes sire,
« Get[e]rez de prison les prisoniers qu’i gisent
« Et prierez vo pere sauveté de lor vie[s],
2740« Et je lor pardonrai mon mautalent et m’ire,
« Que Deus me doint venjance du traïtor Tomile. »
Cele tendi sa main, sa foi li a plevie ;
De son commant rover ne fu pas esmaïe ;
Li niés Pepin de France bonement li otrie :
2745(v°)« Baisiez moi, s’il vos plaist, bele tres douce amie,
« Que ja por .j. baisier ne serez escharnie,
« Ne ja ver[s] Alixandre n’avrai ma foi mentie ».
Et respont la pucele : « Fole qui ne l’otrie ! »
A cel mot s’entrebaisent, que plus n’i atendirent.

LXXXII[82]

2750Landris et la pucele se sont entrebaisié,
Amor sanz mespresure se sont afiancié.
La pucele lui a greé et otroié
Que ele, a Pentecoste, a la feste qui vient,
Getera de la chart[r]e les chetis prisoniers
2755Et lor donra bl[ï]auz et garnemenz molt chier[s].
Par le conseil Landri est alée couchier.
La nuiz est trespassée, li jor[s] est esclairiez.
Quant les messes sont dites et finé li mestier,
Ou palais Const[antin] est li rois repairiez.
2760L’emperere manda ses barons chevaliers,
Et Alemant i vienent molt bien apareillié,
Ne ja por plus prodome[s] ne les estuet changier.
Quant li rois vit Landri, dejoste lui l’assiet,
Lors li a demandé sanz point de delaier :
2765« Landris, filz a baron, me vole[z] vos laissier ?
« Hé ! ber, car pren ma fille et si part a mon fié.
« Mes hommes de Calabre vos donrai volentiers,
« Et Tremoi[g]ne et Antoine et Boneven[t] mon fié.
« De tout mon fié [demaine] avrez une moitié. »
2770Quant l’entendit li enfes, ne le vot otroier ;
De sa mer[e] lui membre, Olive o le vis fier,
Et por Doon son pere commence a larmoier.
(f. 53)Mais l’enfes ne set mie qu’il l’ait tant habergié,
En la chartre Alixandre pené et travaillé.

LXXXIII[83]

2775Ou palais emperier sont venu Alemant ;
La fille au roi [i] moine ses maistre Guinemanz,
Joste l’empereor l’a asise en .j. banc.
En la cort sont venu Pullois et Aufricant,
Et li rois Alixandre [a] fait crïer son ban,
2780Que sa corz est si fiere que mais ne fu si granz.
Sa grant sene[s]chaucie livra as Alemanz ;
Les esperons porterent Joffroiz et Guinemanz,
Amauris et Andrius lor enseigne et les branz.
Landris porta le jor livrée [o] croiz d’argent,
2785A .j. baston qu’il tint va la presse rompant.
Cil avesque et cil abe i dïent gentilz chanz,
Cil jugleor vïolent, notent et vont chantant.
Li dus est en la chartre, qui la noise [en] entent,
Le chartrier en a apele : « Qui sont, va ! cele gent ?
2790— A la moie foi, [sire], grant barnage a ceanz :
« Li rois porte corone, cui Grifonie apent ;
« Ou palais Constant[in] le servent cele gent,
« Si rendra a ses princes lor meillor chasement. »
Quant l’entendi li dus, a pou d’ire ne fent ;
2795Et dit Do de La Roche : « Que ferai je, dolenz !
« A ceste clere feste suel revestir ma gent
« Et doner a ma gent chevaus et garnemenz.
« Aï ! Olive dame, com mal desevrement !
« Certes, biaus filz Landris, jamais ne vous ratenz.
2800(v°)« Haï ! mors », dist li dus, « que tardes ? car me prent.
« Certes, mielz aim morir que vivre longement. »
Dist Asse [de] Maience : « Las ! Dex omnipotenz,

« Que nos puez bien secour[re], s’a toi vient [a] talent !
« Enuit sonja[i] .j. songe, sus ces buches ardanz,
2805« Que iere a La Roche el plus haut mandement ;
« Si me donoit Landris, voz filz, .j. garnement,
« Et Olive sa mere chevaus et garnemenz ;
« De ma ci[t] de Maience vi toz les murs sanglanz,
« Et veoie en .j. eve Tomile et ses parenz,
2810« Il n’en issoient mie, ainz remanoient enz.
— Biaus niés », ce dist li dus, « trop tarde longement ;
« Et moi que chaut, pecheres ? je n’en verrai nient. »

LXXXIV[84]

Le jor fu en la chartre Do, si fort se demente
Et plore et sospire por s’amie la gente :
2815« Ahi ! biaus filz Landris », fait il, « bel[e] jovente,
« Jamais ne vos verrons [vivant] en Looraingne !
« Ce nos a fait Tomiles, li fel, par sa chalenge.
« Li fel nos a traïz ; Deus mal [guerdon] l’en rende
« Et Audegour sa fille, que me dona a fame. »

LXXXV[85]

2820Alixandre li ber repaire du mostier
Et a en sa compaigne .xxm. chevaliers.
Davant l’empereor ardent .m. encensier ;
Li niés Pepin de France repaire ou premier chief,
Par soz l’uis de la chart[r]e s’est alez apoier ;
2825S’ot dementer les contes, si l’en pri[s]t grant pitié ;

Le bon roi Alixandre en va dire et proier
(f. 54)Et sa fille la gent[e] l’en est cheüe as piez ;
« Sire rois Alixandre, nobile chevalier,
« Car getez de voz chartres ces gentiz prisonie[r]s ;
2830« A ceste clere feste lor donez a mangier. »
Et respont l’emperieres : « Par mon chief, volentiers. »
Il envoie en la chartre .xv. serjanz a pié :
« Par la loi Dieu, seignor, bien devez [Dieu] proier,
« Quant li rois Alixandre vos demande et requiert :
2835« A ceste clere feste vos donra a mangier. »
Quant l’ot Do de la Roche, onques ne fu si liez.
Li dus se vot lever et ester sor ses piez ;
Tant fu foibles et las ne pot ester sor piez.
Li bon serjant le portent contremont le planchié,
2840Lui et ses compaignons, nen i ont nul laissié,
De ci qu’a[u] mandement ou l’emperiere siet ;
Ainc ne furent .v. home mielz servi de mangier.

LXXXVI[86]

Or est Do de la Roche devant le roi venuz ;
Cil chevalier le gardent, que il ot abatuz
2845Et plaiez et navrez et les chevaus toluz.
Dit li rois Alixandre : « Chevaliers, qui es tu ?
« Certes molt es prodom ; molt fu beaus tis escuz.
« Es plains sor Montervile nos fus molt chier venduz ;
« Trestuit fuissons vaincu, se li François ne fust ;
2850« Par lui et par ses homes fu li estorz vaincuz.
— Et que vos chaut, beaus sire ? », ce li a dit li dus ;
« Ja chevaus de .iij. livres n’est par nos maintenuz,
« Grosse lance portée ne ruistes cos feruz.

(v°)« Je sui Do de la Roche, voirement sui .j. dus ;
2855« Forment m’ama Pepins, nostre roi[s] al lion ;
« A moillier me dona Olive sa seror ;
« J’en oi .j. fil, Landri, que a tort ai perdu. »

LXXXVII[87]

Quant ot Landris li enfes que ses peres a dit
Et Guinemant son maistre a coneü al vis,
2860Ses deux mains a tendues, cheüz est devant lui.
« Sire Do de La Roche, por amor Deu, merci !
« Pardonez moi les maus que en l’estor vos fis,
« Ou chief de la bataille quant par force vos pris.
« Que mentiroie jé ? Je sui Landris voz fiz. »
2865Qui donc veïst baisier et le pere et le fil,
Et Asse de Maience et son frere Jofrin,
Dieus ne fist home ou mont cui pitié n’en preïst ;
Li emperere plore ; ne s’e[n] pot a[s]tenir.

LXXXVIII[88]

« Sire », ce dist Landris, « qu’avez fait de ma mere ?
2870— Ne sai », ce dist li dus, « si m’aït Deus li pere.
« Tomiles et Malingres du païs me geterent
« Et Griffe d’Autefueille, li traït[r]e[s], li lerre ;
« Sim desfia en France Pepin[s] li emperere ;
« Por amor dame Olive la terre m’en veerent.
2875« Je ne sai quel chemin la bele en est alée ».
Quant l’entendi Landris, s’a la color muée ;
Voianz toz se pasma, de pitié de sa mere.
— « Ne le faites ainsi, amis, » dist l’emperere,

« Mais mandez ma grant gent par tote ma contrée,
2880(f. 55)« Tant qu’aiez assemblé .xxm. homes a espées ;
« Reva t’en en ta terre, si [la] conquier, beaus frere.
« Quant tu l’avras conquise, si la rent a ton pere,
« Et a ta mere [Olive], se puet estre trovée,
« Car assez en avras en la moie contrée. »
2885Atant es Salmadrine en[z] ou p[a]lais entrée :
« Sire rois Alixandre, trop m’avez oblïée :
« Ja ne m’a pas Landris prise ne esposée,
« Ne livrez les ostages ne a mostier menée.
« Sachiez, se il s’en va et je sui esgarée,
2890« Je me lairai cheoir de cele tor carrée,
« A plus de .c. garçons me ferai delivrer,
« Ma vi[l]té et ma honte vos sera reprovée. »
— Dame, » ce dist Landris, » trop vos estes hastée ;
« De diz et de paroles es trop abandonée ;
2895« Il nen avenra ja ; c’est chose destinée. »
Or en ont tant parlé Landris et l’emperere,
Cil a fait sa venjance et sauvée sa mere.
Li bons rois Alixandre li dona grant soudée,
Chargiez .xxx. somiers de l’or de sa contrée
2900Et ot bien .xxm. homes toz hardiz a l’espée.
Par ces fu Alemagne conquise et aquitée
Et Tomiles destruiz et sa gent afolée.

LXXXIX[89]

Bien l’avez oï dir[e] plusor et li auquant,
Le jor jura Landris Salmadrine a[l] cors gent

2905Et lëaument son maistre, li cortois Guinemant.
Li bons rois Alixandre li dona avoir tant,
(v°)Chargiez .xx. dromadaire[s] d’or fin et de besanz.
Les terres de Calabre s’en vienent chevalchant
Et trespassent Dunoe, .j. eve fort et grant,
2910Les puis de Leoroingne et les terres avant.
Laissent le Genevois, si passent le Pisant,
Et vienent a Seüse, si gisent en val Lant ;
Les vaus de Morïene s’en vienent chevalchant.
Or avra mais Tomiles sa deserte avenant :
2915De Maience briserent les portes d’olifant ;
Dont la chançon commence des ici en avant.

A merveillos barnage vint en France Landris,
De Pu[i]lle, de Tosquaigne en amoine le pris ;
A merveillos barnage requiert ses anemis.
2920Or commence Tomiles ses chastiaus a garnir ;
Li fel est à Maience, ou chief de son païs,
Audegour a La Roche et Malingres ses fiz,
De l’avoir d’Alemagne ses [a] fait bien garnir.
D’Olive la duchesse plairoit vos a oïr,
2925Qui en Seine la ville a son ostel porpris,
Avec le bon evesque, le cortois Auberi ?
Sovent plore Doon et regrete son fil.
A unes saintes Pasques qu’est a l’entrant d’avril,
Que on doit celebrer, honorer et cherir,

2930Tint l’evesque[s] sa court ; granz barnages i vint.
Par ces hautes eglises font ces cloches bondir.
Li evesques s’ala premerains revestir ;
(f. 56)[Dame] Olive adestrerent li baron du païs,
Devant les euz l’evesque la menerent seïr ;
2935Ja de plus bele fame n’orra nus hom escrit.
L’avesque[s] la regarde ; molt grant pitié l’en prist,
Et voit ces chevaliers par ces sieges seïr.
— « Or m’entendez, seignor, » dist l’evesque Aub[e]ris,
« Veci .j. duchesse, Olive o le cler vis,
2940« Fille fu ma seror la bele Beatriz...
« Il la dona .j. duc, qui a joie la pri[s]t ;
« Or les a .j. traït[r]es par engien departiz,
« Chacié en a le duc fors du regne en essil ;
« Mais, se cil [Dex] m’aïe, qui vraie mort sofri,
2945« Et je truisse Tomile, [ja] n’en estordra vis. »

XCI[91]

L’evesques Aub[e]ris fu molt pros et nobiles,
Le pueple chiet as piez por amor dame Olive,
A son col ot l’estole et le fanon de tire.
— « Baron ! por Deu merci, le fil sainte Marie,
2950« Veez ci la duchesse qui de seignor n’a mie,
« La dame avoit .j. fil ; morz li est par envie.
« Suer est Pepin de France le roi [puissant et] riche.
« Il la dona .j. duc de molt grant seignorie ;
« Or les a departiz par engien .j. traït[r]es,
2955« Tomiles de Coloigne, cui Damedeus ma[u]die !

Tant enchanta le duc qu’i[l] li dona sa fille.
« .I. oirs en est issuz qui porte Deu envie :
« Abatu a le duc de sa grant seignorie
(v°)« Et Olive sa fame de l’avoir desaisie ;
2960« A tort et a pechié en tienent l’avoir quite ;
« P[epin] s’en est clamez, coresos et plein[s] d’ire...
« Mais, [par] la foi [que] doi Dieu [et] sainte Marie,
« Je l’en movrai tel guerre, si ne tardera mie ;
« Se je puis encontrer Tomile ne Malingre,
2965« Les honors de La Roche lor voldrai contredire.
« Seignor, aidiez nos en, por Dieu le fil Marie ! »
Li avesques manda qui ses sodoiers prirent ;
Desor Seinne la vile en .j. pré s’asemblirent,
La chargent la vitaille, le pain et la farine,
2970As montenieres montent, cil char braient et crïent ;
A l’esmovoir de l’est .c. olifant bondissent.
La duchesse monterent sor .j. mur de Surie,
Estroitement vestue d’un paile de Roissie.
De l’eve de ses ieus fu la guimple moillie ;
2975Molt par semble la fame qui de seignor n’ait mie,
En sa main .j. perche qu’el’ estreint et paumie.
Le lundi ajorné ne le mardi ne finent ;
Tant se sont travaillé que a La Roche vindrent :
Quant voient le païs, la duchesse en sospire.
2980Es [prez] devant La Roche .iij. agais lor bastirent ;
A .xxx. chevalier[s] la proie recoillirent.
La dedenz s’adoba li fiz a[l] duc, Malingres,
A .vijxx. chevaliers est issuz de la vile,
(f. 57)La proie lor rescourent et l’avoir lor tolirent,
2985Entre ci qu’as agaiz ne voudrent laissier mie.

Cil lor corurent sus, qui de l’agait issirent ;
La ot tant han[s]te frainte, tant[e] targe percie,
Mainz morz et abatuz des compaignons Malingre.
Es vos par la bataille Amorant de Saint Gile :
2990Niés ert Aubri [l’evesque], cosins germains Olive,
Dus estoit de Be[o]rges, siue en ert la baillie ;
Va ferir Grifone[l], .j. des neveuz *Ma[lingre],
Fil sa seror germaine, la dame Malsarie,
Qui tint quite Gormaise et la grant seignorie ;
2995Le cuer li a fendu, l’arme s’en est partie.
Et Esmerez josta a Salvain d[e] Espire,
Nez fu des traïtors, seneschaus fu Tomile ;
Tant soef l’abat mort que ne brait ne ne crie.
Aubris, li bons avesque[s], reva ferir Malingre,
3000Que l’escu li fendi et l’ausberc li descire ;
Parmi le flanc senestre li a l’enseigne mise.
Et Olive seoit sus .j. mul de Sulie,
En sa main .j. perche dont la han[s]te est fresnine :
Sor l’iaume de son chief ala ferir Malingre,
3005Que le nasel d’acier en mi le front li brise,
Que les denz li esclate et froisse les gencives.
Li sanc[s] vermoilz en raie et a val en defile ;
Moillie[z] en a les pans et du haubert les lices.
(v°)Lors escria la dame : « N’i dureroiz, traïtres,
3010« Ça me lairez La Roche ; ne l’avrez jamais mie ;
« Ja la me dona Do, quant a moillier m’ot prise,
« Et tote[s] les honors de Coloigne la riche. »
Malingres vit ses homes detrenchier et ocire ;
Il est tornez en fuie, s’a ses regnes guenchies ;
3015Damedeus le confonde, qui trestoz nos cha[s]tie !

De .vijxx. chevaliers n’en demora que .xv.
La gent Malingre fu passée et desconfite ;
Maint et communement entrerent en la vile ;
Le chastel et le bourc et la tor lor tolirent.
3020Et Malingres chevalche coresos et pleins d’ire ;
D’autre part s’en issi par la porte d’Espire,
La trueve son aiol, le traïtor Tomile ;
Ne s’a mie atargié de ses noveles dire.
Oiez des chevaliers qui la Roche orent prise !
3025Toz les degrez en montent de la sale perrine
Et truevent Audegour sus en la tor antive,
Par la mange la prirent, contreval la traïnent,
[De]soz l’ombre d’un aubre la presentent Olive :
« Tenez, franche duchesse, vo mortel enemie ;
3030« Du duel et du contraire li rendez la merite.
— Par foi ! » ce dist Olive, « gré m’avez servie.
« Ici tornez, garçon, escuier, » dist Olive ;
« Menez moi cele dame [ça aval] en la vile.
« Esgardez com est bele, gre[s]lette et eschevie !
3035(f. 58)« Vos l’aiez enuit mais : je la vos claime quite.
« Ainc n’ot de moi pitié, ainçois me fist chaitive.
« Se peüst esploitier, si m’eüst fait ocire. »
Quant l’entent Audegour, si plore et [si] sospire :
« Merci ! franche duchesse, vo mere fu roïne ;
3040« Tot ce fist li miens pere, li fel et li traït[r]e.
« Il est bien verité, toz tens l’ai oï dire,
« Que fame de bon aire de pitié s’umilie. »
Cele la voit plorer, li cuers li atenrie ;
La suer Pepin [l’]apele, si li comence a dire :
3045« Por l’amor de Doon ou preïs compaignie,
« N’esterez enuit mais de vo cors mal baillie,

« Ainz vos ferai geter en ma chartre perrine,
« Illu[e]c vivrez toz jours a duel et a martire. »

XCII[92]

3050Dame Olive en apele ses .ij. maistres chartrie[r]s :
« Prenez moi cele dame, trés bien me la gardez ;
« Je ne vous commant mie sor terres ne sor fiez,
« Ainçois la vos commant sor les ieus de vo chief.
« Certes, se vos eschape, n’en estordrez vos piez. »
3055Et cil respondent : « Dame, com vos plaira si [i]ert. »
Et le gris et l’ermine li ont du dos sachiez,
En la chartre l’avalent parfonde .xij. piez,
Tot li firent veer le boir[e] et le mangier.
Et Malingres cheva[u]che, qui est ou cors plaiez ;
3060De ci qu[e] a Maience ne voldra atargier
Et vint en son ostel, s’e[s]t en .j. lit couchiez.
(v°)Li gloz prent .j. ba[s]ton, a po ne l’a mangié.
Tomiles de Coloigne, qui devant lui [en] vient,
Ci[l] li a demandé : « Com vos esta, beaus niés ?
3065— A la moie foi, sire, je sui mal engigniez.
« Hui estoie en La Roche sus ou palais plainnier,
« Dou gentil duc mon pere m’estoit remés en fié,
« Fu[s]t a tort ou a droit, j’en estoie heritier[s],
« Si avoie a ma table .vijxx. de chevaliers
3070« Quant Aubris li evesques la me vint ostagier,
« Et ot en sa compaigne .xm. de chevaliers ;
« .III. agaiz nous ba[s]tirent ou val de Roche Viés ;
« Nostre proie acoillirent a .xxx. chevaliers,

« Je m’en issi la fors, armez sor mon destrier,
3075« Et .vijxx. de mes homes, les confenons laciez,
« De ci que ou Val [Viés] nes vousimes laissier,
« Et barnage nous sordrent et devant et darier.
« Vo neveu i perdimes a l’estor commencier,
« Lui et Salvain d’Espire, le vostre conseillier.
3080« Des agaiz a l’evesque ne me soi ainz gaitier,
« Ainz me sort d’une lande, armez sur .j. destrier.
« Li fel me vint ferir, ne me vot espargnier,
« De mon helme tenant m’a les clavains trenchiez,
« Soz le poing de m’espée m’a enz ou cors plaié.
3085« Mes esbais m’a tolu[z], dont m’a dolent laissié.
« Et Olive seoit sus .j. mul sulïen,
« En sa main .j. lance plaine de poi ranier,
« Tel cop me vint paier que tot me fi[s]t ploier,
(f. 59)« Sur mon destrier corant me fi[s]t agenoillier.
3090« Illu[e]c vi je mes homes ocire et detranchier,
« Et mes cha[a]ingnes rompre et mes pons abaissier.
« Mes barres m’ont copées et mes portes froissies,
« Je ne pou en ma tor venir ne repairier.
« Mon chastel me tolirent, le borc et le marchié ;
3095« N’en mena[i] que .xiiij. de .vijxx. chevaliers.
« Tant par est grant ma perde ne la vos puis noncier.
« Or ne sai que je face quant putain m’a chacié.
« Remese i est ma mere ne li porrons aidier. »
Li fel chaït pasmez, tant [par] fu angoissiez.

3100Et dist li fel Tomiles : « Beaus niés, ne t’esmaier.
« Or[e] lor manderai treves et ami[s]tié,
« De l’avesque et d’Olive reconoistrai mon fié ;
« En present lor metrai m’onor et ma daintié,
« Tant que de lor [meson] puisse tant aprochier
3105« Que [je] soie en la Roche .j. nuit a cochier.
« Je les enerberai au boire ou au mangier,
« Ou les acorerai a .j. coutel d’acier ;
« Ja ne verront la Pasque ne septembre moié ».
Et dit li fel Malingres : « Se vos ice faites,
« Dont serez vos més oncles et je serai voz niés.
3110— Oïl », ce dist Tomiles, « se je puis esploitier. »
Ma[i]s li gloz ne set mie del franc duc qui revient
Devers Constantinoble o .xxm. chevaliers,
Et sont desor Sobrie aresté et logié ;
(v°)Maint riche tref de soie i veïssiez drecier.
3115Li borjois citïen s’en sont molt esmaié,
Ou palais font porter lor or et lor deniers
Et si conduisent tuit lor vitaille a somiers.

XCIII[93]

Ez prez desoz Sobrie vienent li ost errant,
Tendent trez et aucubes et pavillons lu[i]sanz.
3120En la cit s’espoentent borjois et autre gent,
Ou palais font porter lor or et lor argent

Et conduent a force le vin et le froment,
Car il ne sevent mie dou duc le covenant ;
C’est sa chambre [demaine] de son droit tenement,
3125Si la conquist ses pere, li Alemanz Florenz,
Il en ocist .j. roi dur et fort desersenz ;
A Doon en remestrent trestuit li chasement.
La gent dont fu puplée ainme le duc forment,
Onques ne li vousirent faillir a son besoin
3130Ne doner Audegour ne servise ne cens.
Toz tens tindrent la vile par lor efforcement :
Molt fait li hons que saiges qui son seignor ratent.
Lor seignor ratendirent cil dedanz longuement,
Et li dux lor en fist .j. guerredon molt grant :
3135Lor fiez lor clama quites et lor hommes lor rent.
Li dux se fu levez par son l’aube aparant,
Davant lui a mandé Asson et Guinemant
Et Jofroi son nevou et Landri son enfant :
« Consoilliez moi, mi home, franc chevalier vaillant.
3140« Je redot molt Tomile, et lui et ses parenz,
« Que ne face asemblée de vitaille et de genz.
« Baron, s’il nos eschape, molt en serai dolenz ».
Landris, li filz le duc, parla premierement :
« En non Deu, sire pere, vos parlez de noient :
3145« Ja n’ert en tel chastel que ne l’ensuiens enz,
« La vile n’ert si forz le chastel ne crevant.
« Ces qui ma mort jurerent vos metrai en present ;

« Le hontaige ma mere lor vendrai chierement.
— Biax filz », ce di[s]t li dux, « vos parlez gentement,
3150« Mès d’essilier le roigne n’ai cure ne talant,
« Car ce sont tuit mi home et de mon tenement
« Et li auquant resont de ma honte dolent.
« Je et Jofroiz me[ï]smes volons aler devant,
« Afublées les guimples par atempreement,
3155« Por savoir et enquerre bien et certainement
« Com se contient Malingres et sa mere ausiment.
— Sire », ce di[s]t Landris, « je l’otroi bonement.
« Hé Jofroi, biax doz sire, le vostre loiaument ».

XCIV[94]

Li dux s’atapina, il et Jofroiz ses niés
3160De guintes sarrazines et de dras depeciez ;
Chapes orent floquans et chaperons fleciez,
Escharpes cordoainnes et bastons de pomier ;
Par dedesus lor gui[n]tes ont lor treüs lïés ;
Bien resemblent tel gent qui vienent de proier.
3165« Peres », ce di[s]t Landris, « bien semblez pautonier ;
« Gardez que par folie ne vos i otraigiez,
« Que ne soiez Tomile mostrez ne enseigniez ;
« Tost vos feroit les membres coper et detrenchier ;
« Puis que li hons est morz n’i a nul recovrier.
3170— Biax filz », ce dist li dux, « je m’en garderai bien. »
Il se parti de l’ost et si a pris congié ;
En .j. forest entre qui .xv. liues tient :
Li dux sot bien le bois, car ce fu de son fié,

Mainte nuit i ot geu, sejorné et chacié.
3175Il regarda sor destre, vit .j. aubre foillié ;
D’Olive lui remembre, commence a larmoier :
« Haï ! franche duchesse, com cest jor m’amïez,
« Et je plus vostre cors que nuns hons sa moillier !
« Quant je vos ai perdue, bien en puis enraigier. »
3180Li dux s’en passe outre parmi un val croissier,
Ou il oï le blasme primes de sa moillier,
Dont ele fu chaitive et il fu essilliez.
Parmi .j. brüel[et] ont lor chemin changié ;
A l’issir d’une lande troverent .j. plaissié,
3185Clos de pés et d’espines et de palis troiliés.
Illuc maint .j. frans maires prodons por gaaignier ;
Cil estoit hons le duc plevis et fianciez,
De lui tenoit ses terres, s’estoit ses moitoie[r]s,
Mais il ne se vot onques a Malingre acointier
3190Ne doner Audegour vaillant .j. sol denier.
Encor ayoit Bernarz .x. filz de sa moillier :
Proz [furent] et cortois, li .v. sont chevalier,
Et a .xxx. charrues dont il fait gaainnier,
Que sui .v. fil maintienent a .lx. boviers.
3195Il ont laz et osiauz et grant mute de chiens ;
(f. 61)Li maire fait sa vinne planter et prevoignier.
Il est alez a vespres por Damedeu proier :
Damedeu reclama, le glorios dou ciel,
Qu’il garisse Doon de mort et d’encombrier.
3200Davant la maistre porte sus .j. perron s’asiet,
Desoz l’ombre d’un chasne grant et gros et plainnier,

Et voit de totes parz son avoir repairier,
Entrer enz en ces parz et berbis et bergiers,
Et gesir en ces loiges et ma[s]tins et levriers,
3205Et ces buès et ces vaiches dont il i a miliers.
Gillebert en apele, son ainné fil premier :
« Biax filz, pleüst a Deu, qui tot puet jostisier,
« Que de cest grant avoir fust venduz la moitiez,
« Si tenist Do mes sires l’argent et les deni[e]rs.
3210« Je redot molt Tomile que ne l’ait espïé.
— Sire », li enfant dïent, « molt en serïens lié ;
« Bien nos garirïens et lui avroit mestier. »
A icestes paroles ez le duc ou il vient
Et son nevou Jofroi, les bordons enpoigniex ;
3215Bien [re]connuit Bernart, qui sor le perron siet ;
Quant il le voit en vie, joianz en fu et liez,
Damedeu en aore, le glorios dou ciel ;
Son nevou en apele, si li a consoillié :
« Biax niés », ce dist li dus, « ce est mes moitoiers ;
3220« Certes, molt est prodons por son seignor aidier.
« Mais ce ne sai je mie s’a Malingre se tient.
« Je me voudrai enuit avec lui haubergier,
(v°)« De diz et de paroles le voudrai essaier.
— Sire », ce dist li enfes, « com vos plaira si [i]ert ».
3225Li dux Doz se leva, qui molt fu ensoigniez :
« Dex te saut ! gentis hons, es prevoz ou voiers ?
« Le seignor de ceanz sés me tu ensoignier ?
— Oïl », ce dist Bernars, « que li proz en est miens,
« Si me claiment seignor mi fil et ma moillier.
3230— Amis », ce dist li dux, « Dex en soit gracïez.
« Faites nos enuit mais avec vos haubergier,
« Por amor Deu de gloire nos donez a mangier ».

Et respondi li maires : « Par mon chief, volontiers ;
Ainz nou veai a home ; anuit n’ert commencié.
3235— Amis », ce di[s]t li dux, « granz mercis en aiez ;
« Cist bois par est molt granz, si m’a fort travaillié ;
« Et cis païs est gastes, povres et essilliez.
« Comme Doz en fu sires, ce fu torz et pechiez ;
« Par sa grant coardise a cest païs laissié.
3240« Ja Damedeu ne place que il soit repairiez,
« Si ait eü dou cors si mortel encombrier
« Comme mes cuers le vuet et je le vuel proier ».
Quant l’entendi li maires, molt en fu corrociez,
Son mantel deffubla, si sailli sus ses piez,
3245De son baston meïsmes le vot ferir ou chief,
Quant sui .ij. fil i corrent, Gilliberz et Gautiers ;
Puis li a dit : « Truanz, bien semblez pautoniers ;
« Ce vos puet on bien dire, ou por musart changier,
« Qui mesdites [i]ci dou meillor chevalier
3250« Qui onques portast armes ne montast sor destrier ;
« Mais li dux fu traïz ; ce fu duès et pechiez
« Et cil qui le traïrent en avront mal loier.
« Alez autre ostel querre : failli avez au mien ;
« Ja dedenz ceste barre ne metrez mais le pié ».
3255Quant l’entendi la dame, si l’en pri[s]t grant pitié :
« Por Deu, merci, biax sire, nobiles chevaliers !
« Se il dirent folie, ne s’en sorent gaitier,
« Ne ja por lor parole n’ert li dux enpiriez.
« Quant vos les hauberjastes, por Deu nes enchaciez ;

3260« Enuit les mangeroient ors ou lion ou chien ;
« Por no droit seignor lige le vos ruis et requier ;
« Que Dex, par son commant, le doinne repairier !
— Dame », ce di[s]t li maires, « com vos plaira si [i]ert,
« A vo talant en faites, ne m’en entremet riens ».
3265Toz les degrez de maubre en montent ou planchier,
Et la dame les moinne sus ou terrin celier
Ou on fait la cu[i]sine et la mesnie siet ;
De lait et de frommaige i sont li mès plenier
Et de flaons noviax et de pain tot musié ;
3270De la froide fontainne se pue[e]nt aaisier.
Et quant li dux le voit, s’en fu joianz et liez.
« Biax niés », ce dist li dux, « cist est biax vivandiers,
« Certes, molt est prodons : assez done a mangier ;
« Damedex me confonde se il n’est corrociez ».
3275Il a boté la table laidement de son pié,
Trestot a respandu le boivre et le mangier,
Dont en tindrent lor feste et braichot et levrier.
« En la moie foi, sire, ne somes pas bergier
« Que nos de tel viande dëussiens aseier.
3280« En la terre de France n’en vi onques mangier ;
« Vos en verrez demain ces ma[s]tins enragier.
« Nos l’avons en costume, en France et a Poitiers,
« Quant hons hauberge autrui, qu’il le conroie bien,
« De pocinèz pevrés et [de] gastiaus broiez
3285« Et vin et ysopé tant com li est mestiers.
« Et se tu vuels, bel oste, tel viande nos quier,
« Et se tu nel vuels faire, remés est nos mangier.
« Se venons a La Roche, nos l’amanderons bien. »
Quant l’entendi la dame, s’a son talent changié,

3290Car d’espie [Tomile] se soingne, dote et crient ;
Au maufé les commande et a vif aversier ;
Son baron le va dire et a ses filz noncier.

XCV[95]

La dame ist de sa chambre, si entre en sa maison,
Par les maistres degrez en monta contremont ;
3295Quant la vit li frans maire, si l’a mis[e] a raison :
« Dit[es] moi, bele dame, vo pelerin que font ?
« Arsoir les hauberjastes ou je vousisse ou non,
« Par mon droit seignor lige vos en dona[i] le don.
— A la moie foi, sire, je n’e[n] sai se mal non ;
3300« Plus sont de fier coraige et hardi com lion.
« No vitaille et nos tables ont boté en .j. mont,
« Or en tienent lor feste et braichot et waignon ;
« Damediex me confonde se ce pelerin sont !
(f. 63)« Je cuit que sont espies Malingre et Audegour
3305« Qui nostre avoir espïent e no riche maison ;
« A tart vos vendra mais li secor[s] de Doon.
« Certes, li dux est morz, ou il gist en prison ».
Quant l’entent li frans maire, molt pensa a baston,
Ses .ij. filz en apele, Gilebert et Simon :
3310« Alons ou sosterrin por veoir les glotons,
« Se il ne sevent rendre escondit ou raison,
« Damediex me confonde se il mal ostel [n’]ont !
« Ja por lor dos bien batre mar iront a Soissons.
— Sire », dient si fil, « nos irons avec vos,
3315« Mais, se Deu plai[s]t de gloire, ja ne le penserons,
« Quant vos les hauberjastes, nul mal ne lor ferons

« Pour tel vitaille perdre, car assez en avons,
« Et molt plus de meillor se doner les volons ».
Par les mai[s]tre[s] degrez en moment contremont :
3320Encor trueve[nt] le duc et son nevou selonc,
Ou atendent la dame que a mangier lor dont.
Atant es le maior, en sa main .j. baston,
Par estrif et par ire mi[s]t le duc a raison :
« Dites, vassaus, qui estes, et comment avez non,
3325« Ou, par le cors saint Pierre c’on quiert em pré Noiron,
« De no vitaille espandre aurez tel g[ui]ardon,
« Tel com on [en] doit faire a encrime felon ;
« Ainz oste ne trovastes si fel ne si felon,
« Qui espandi ma table, [ou je] vosisse ou non.
3330— Sire », ce dist li dux, « Frobert m’apele on,
« Cest mien compain apele[nt] Espovante-felon.
« En la terre de France acostumé avons,
« Quant on hauberge autrui, que bel ostel li font
« De pocinez pevrez, de haste de chapon,
3335« Et vin et isopé assez et a foison ;
« Onques ne vi mangier fromaige ne maton ;
« Vos en verrez demain enraigier ce[s] gaignons.
— Amis », ce dist li maire, « assez vos en donrons ;
« Ci manja .j. avesque[s], passé a .iiij. jors,
3340« Assez nos en remest pain et vin et poisson,
« Aloues en pastez et bons esturions,
« Nos n’en manjasmes onques, car apris ne l’avons ».
Davant lor en fist metre de ci a .iiij. jors,
Et li dux en manja, s’en dona son nevou,
3345Aval, parmi la table, pastoriaus et garçons.

Et dïent li .j. l’autre : « Cil paumiers est prodons.
« Ci[l] sire le garisse qui sofri passion ! »

XCVI[96]

Li dux sist a [la] table, qui les morciaus tailla
Et versa Jofroi vin, as pastoria[x] dona.
3350Cele nuit fu li dus a[s] pastors seneschals,
Et dïent li .j. l’autre : « Deu quel paumier ci a !
« Jhesus, li rois de gloire, le garisse de mal ! »
A iceste parole estes vos Bernehart,
Vestuz .j. peliçon qui jusqu’a[s] piez li bat ;
3355Ou qu[e] il voit le duc, Frobert l’en apela :
« Dites, sire Frobert, est nostre mangiers saus ?
« Gardez ne porchaciez ne traïson ne mal ;
« Il n’est pas [a] costume que ja nulz hons se gart
(f. 64)« De prendre tel vitaille com ses ostes avra,
3360« Mais volentiers en prengne [com la trueve] en trespas,
« L’endemain prengne mieus, se il puet et il l’a.
— Sire, » ce dit li dus, « prisie est ceste char
« Et ci[s] vins est boutez .vij. ans [et plus] i a ;
« Maleoite soit il de Deu qui l’escota !
3365« Et cist païs est gastes, que prodome n’i a ;
« Comme Do en fu sire, l’amistié en passa,
« Par sa grant coardise le guerpi et laissa,
« Et la dame [et] la terre, quant fuant s’en ala.
« Ja Damedieu ne place que jamais i a[it] part,
3370« Ne jamais i revoingne, que trop mal fait i a ! »
Quant l’entendit li maire, son mantel defubla,

Il aprocha au feu, .j. baston en sacha,
Et vot ferir le duc, quant ses filz li osta,
Et sa moiller la gent[e] par les flans l’embrasça...
3375« Par foi, [sire] Frobert, molt me tiens por musart ;
« A pou que ne t’ai mort et ton compaignon ars,
« Quant vos ci me mesdites dou seignor natural
« Qui ja tint cest[e] tere et encor la tenra.

XCVII[97]

« Par la foi Dieu, Frobert, je vos tien a bricon ;
3380« A pou ne vos ai mort et ars vo compaignon,
« Quant vous me[s]dites ci dou riche duc Doon,
« Dou meillor chevalier qui chauça esperon ;
« Et cil qui le traïrent en avront guerredon.
— Sire », ce dit le dus, « trop savés de sermon ;
3385« Se vos fuissiez evesque, molt fuissiez riche[s] hons.
(v°)« Mettez nos hors dou bois .iij. liues davant jor ;
« Pourcoi si le ferez, ou vos veulliez ou non. »
Quant l’entendi li maire, molt pesa au baron,
Il tressailli en piés, si a pris .j. baston ;
3390Et si fil ne li vourent mais proier des baron[s],
Hors de l’ostel les boutent, ou vousissent ou non.

XCVIII[98]

Or sont andui li conte hors de la baitre a plein ;
.I. pleuge chiet froids, qui forment les destreint.

Li dus [Do] tient a jeu de Joffroi qui se plaint :
3395« Beaus niés, forment me poise que de trambler te foing ;
« Vostre manteaus... n’est pas forrés de plain,
« Tot a ese est li povre[s] qui n’a ostel ne pain ;
« Quant il en vait a Rome ou a Jherusalem,
« Ja plus n’avra plenté que bare a autrui main.
3400— Sire, » ce dist li enfes, « car cil frois me destraint :
« Se enuit n’ai ostel, ja ne verrai demain ».
La fame Be[r]n[eh]art en [a] oï le plain[t] :
« Por Dieu, merci, beaus sire, des pelerins est[r]ains,
« Enuit les mangeront ors ou lion ou dain,
3405« Ou il morront la hors, od de froit ou de fain ;
« Enuit les harbergiez, si s’en iront demain ;
« Por amor vo seignor le ru je et reclain,
« Que Damedeu de gloire par tens le vos ramaint
« Et confonde Tomile et ramaint Olivain,
3410« Et destrue Audegour, celle male putain !
« Cil paumier sont molt sot et estout et vilain,
« Abatue ont vo table, ja pour ce n’avrons mains.
(f. 65)« Sire, merci te pri por le cors saint Germain.
— Dame », ce dist li maire, « de folie me plain ;
3415« A vos talans en fait[es], c’est li plus et li main[s] ;
« Certes, l’a[u]smone d’eus ne pris je pas .j. pain ».
Quant ce oït la dame, si prist la clef au çain[t],
Les pelerins rappelle, ne laira nes ramaint,
Et li maire en monta en son palais [h]autain.
3420La dame ouvrit la porte, ses mit ens par la main ;
De diz et de folie les chastie et destraint :
« Pelerin, trop par est[es] fel et felon et vain. »

Le feu fait alumer Arembour et Bertain ;
Les .ij. filles la dame alument a .j. plain,
3425Veullent ou non, lor tollent les bordons de lor main,
Deus manteaus lor afublent, qui ne sont pas vilain,
Forré furent de gris, covert d’un drap [d’]estain,
Qui fut ouvrés en Inde, en .j. païs lointain ;
Assez [i] orent pomes [et] poires et parmain[s]
3430Et .j. hanap de madre, qui d’isopé fu plain.
Bien fut servi[s] li dus, de folie se plaint ;
Joffrois doute son oncle, que mais ne les pormaint,
Du froit qu’il a soffert a son visaige taint :
« L’estre dehors, beaus oncle[s], certes n’est mie sains ;
3435« Laissiez vostre folie, bien pouez faire a mains,
« Damedieus me confonde se sui plus vo compains ! »
Quant l’entendi li dus, parmi les flans l’estreint.
Atant es vous Bernart, de molt grant ire plein,
Vestu d’un peliçon, .j. baston en sa main,
3440(v°)Et regarde le duc as lon[s] doiz et as mains,
Et ot ou poing .j. seing, [qui] de vermeil [fu] teins,
Qu’aporta de sa mere, quant nasqui primerains ;
Ains ne le pot laver eve chaulde ne bains
Ne onque[s] por nul basme nen i pot avoir meins.
3445Quant il choisi la tache, dont fu il bien certain[s]
Que c’est Do de la Roche, li mari[s] Olivain.
— Sire, par le bapteme, par coi Dieu[s] vos destreint,
« Dite[s] moi qui vos estes, que je soie certains,
« Car por mon seignor lige t’esgart et entreprains.

XCIX[99]

3450— Certes », ce dist li dus, « jel dirai voirement :
« Je sui Do de la Roche, sachiez a escient ;

« Je ai esté maint jor en peine et en torment. »
Quant l’entendi li maire, devant ses piés s’estent,
De la joie qu’il a toz li cors li resplent,
3455Vint fois li [a] baisé la jambe voirement,
Et sa femme et si fil le baisent doucement.
Dont demanda novelle de sa femme Olivant.
— A la moie foi, sire, ja l’orrés aparmant :
« Ele a prise La Roche, s’est entrée dedens,
3460« Chacié en a Tomile et lui et ses parens,
« Et Audegour sa fille est cheüe en torment. »
Quant l’entendi li dus, molt en devint joians.

Grant joie en ot li maire, quant conut son seignor ;
Qui veïst le barnage que si .ij. fil li font
3465Et li pere et la mere, ains hons ne vit graignor.
Li enfant li baiserent les piés et les genous,
Et la dame et li maire le vis et le ma[n]ton.
(f. 66)Dont demanda novele de sa femme Audegour.
« Sire », li dist li maire, « dont ne me creez vos ?
3470« Olive l’a en chartre avalée en parfont,
« Des maus que li a fait li rendra guerredon,
« Par l’effort de l’evesque ; Diex li otroit pardon !
« Tomiles et Malingre droit a Maiance sont
« Et lor felon[s] lignage[s], dont .iiijxx. [i] sont ;
3475« La escillent la terre entor et environ ;
« Cil Sire les confonde qui sofri passion ! »
Et respondi li dus : « Nos les departiron,

« Se Dieu plaist et saint Pere, qu’on quiert el Pré Noiron. »
Dont aprestent les liz, s’i couchent li baron.

3480Grant joie ot li frans maire quant le duc ot couchié,
De frés dras et nouveaus le porvoit et porquiert ;
Il a levé sa main, si l’a de Dieu seigniet,
Puis a esteins les cierges pour la clartés qui vient.
Au matin, par som l’aube, l’est alé esveillier,
3485A .iiij. chandelabres, et il et sa moillier.
« Sire duc de bon aire, vestez vos et chauciez,
« Tant a li cos chanté que jour[s] est esclarciez. »
Quant l’entendi li dus, si fu joios et liez.
Damedieu reclama, qui en crois fu dreciez :
3490« Car me rendez m’enor et ma gente moillier,
« Olive la roial, cui fis tant encombrier.
— Sire, » ce di[s]t li maire, « ores de l’esploitier ».
Et respondi li dus : « Par ma foi, volentier[s]. »
Il a levé sa main, si a seignié son chief.
3495Et li maire li baille .j. osterin molt chier
(v°)Et Jofroi son neveu .j. bliau[t] de cartier.
« Amis, » ce di[s]t li dus, « tout ce ne m’est mestier,
« Mais les dras nous rendez que ci aporta[i] hier ;
« Vos .v. filz, s’il vos plaist, les ainez me cherchiez,
3500« Si soient povrement et vestu et chaucié.
« Grant mal doit li hons traire por son seignor aidier ;
« J’en irai a La Roche Olivain essaier ».
Quant l’entendi li maire, joious en fu et liez ;
Cel jour vesti ses filz les dras a ses bergiers,

3505Si n’orent nulles chausse[s], escapins ont chaucié.
Au pere et a la mere prinrent li fil congié,
Et Bernars si cria : « Enfant, a Dieu ailliez,
« Pensez de vo seignor maintenir et aidier,
« Ou, par le saint apostre qu’om a Rome requiert,
3510« Ja ne avrez du mien vaillant .iiij. deniers,
« Ne de mon tenement ne herite[z] ne fiés. »
Li maire les convoie .j. grant piece a pied.
Quant la nuit lor deffaut, li jors est esclariez,
Li soleil[z] raie chaut qui d’Orient lor vient ;
3515Li dus garde sur destre, s’a veü le clochie[r]
Du chastel de La Roche, la tour et le moustier.
« Baron », dist li dus Do, « tant avons esploitié
« Que je voi de La Roche les murs et les terrie[r]s ;
« La dedans maint Olive qui ja fu ma moillier,
3520« Nous fumes desevré a tort et a pechié.
« Je me voudrai enuit avec li haubergier,
« De diz et de paroles la voudra[i] essaier,
(f. 67)« Son corage esprover se ele m’aime riens.
« Gardez ne dites riens de quanque vous orriez ».
3525Et cil li respondirent : « Com vos plaira, si [i]ert. »
Il se geta a terre desoz .j. olivier,
Et se sont une piece dormi et someillié,
Car li dus et Jofroiz furent molt travaillié ;
Puis prennent lor bordons quant se sont esveillié ;
3530S’acoillent lor chemin, ne se voudrent targier.
Quant vindrent a La Roche, si fu li jour moiés,
Les vespres sont sonée[s] par le bourc au moustier,
Es rues de la ville sont entré sans congié ;

Il trespassent la ville et le mai[s]tre marchié...
3535Devant l’uis de la sale encontra sa moillier,
Ou ele vient de vespre[s], a .xxx. chevaliers ;
Li dus se met devant, bien resemble paumier,
Et salue la dame, ne se vot plus targier.
« Duchesse debonaire, » dist li dus, « bien veigniez. »
3540La dame le regarde, le vit bien afaitié.
« Seignor, dont estes vous ? Diex vos..., paumiers ».
— « Dame », ce dist li dus, « de douce France vieng,
« Dou regne vostre frere, Pepin qui France tient ;
« Je m’en vais a Coloigne a saint Pere proier.
3545« Faite[s] nos [ci] enuit, se vos plai[s]t, haubergier ».
Et respont la duchesse : « Par ma foi, volentier[s] ;
« Pour Dieu et pour mon frere serez bien haubergié. »
Son seneschal apele, le cortois Flori[i]en :
« Moine moi ces .vii. homes lassus en ces planchier[s] ;
3550« Si soient enuit mais richement aesié,
(v°)« Le matin par som l’aube revestu et baignié ;
« Si lor donez .x. livres de bon[s] colonoissiens,
« Qu’en la ter[r]e de France se puissent repairier,
« Si diront a mon frere les nouvelles de bien. »
3555Et dist li seneschaus : « Par ma foi, volentier[s] ».
Toz les degrés de maubre les enmeine es planchier[s].

Or est Do de La Roche monte[z] [sus] en sa sale,
En son alué demoine de son droit heritage,

Dont il ne doit nul home servise ne chavage,
3560Et voit desour ces bans asseoir le barnage,
Les viax et les chenus et ces de joene eage ;
Dont ot li dus pitié, si sospire et larme :
Diex ! tant de mesestances a eu en son eage,
Quant cil ne le congnoissent qu’a nori[z] a sa table !
3565Quant li soir[s] s’aprocha, si demanderent l’aigue ;
Cil gentil chevalier s’asirent par ces tables,
La suer Pepin de France se siet au chief des altres,
Bien la servent de vin trestuit li conestable,
Mais li dus ne gosta des premerains mès .iiij. ;
3570Pitié ot de la dame, membre li del hontage.
Quant il orent mangié, si font traire les napes,
Cil jugl[e]or desponent lor chançons et lor fables,
Mais Olive la gente ne joe ne ne gabe.
Quant li desduiz fu faiz, la mesnie s’en partent,
3575Cil chevalier s’en issent et les degrez avalent
Et les gaites monterent et es murs et [es] flaides.
Or parlera li dus, cui soit bel ne cui plaise,
Si que l’eve del cuer li coule aval la face :
(f. 68)« A la moie foi, dame, molt est ces païs gaste[s]
3580« Et povres et maldiz et alez a Deables.
« Li duz s’en enfouï per son malvais corage ;
« Quant il vos ot a fame ce fu duel[s] et domage[s] ;
« Se il [i] revient mais a Noël ou a Pasque,
« Se vous le recevez, ce ert duel[s] et domage[s] ;
3585« Or pouez seignor prendre sans [honte et sans] domage,

« Molt sera fous Pepin[s] se il ne[l] vos porchace. »
Quant l’entendi la dame, le siglaton deslace
Et vo[l]t ferir le duc, mais cenor ne li laisse :
« Par mon chief, dans truans, dit avez grant oltrage.
3590« Molt fu prodons mes sires et de gentil corage,
« Mais li ber fu traïs par .j. mauvais linage ;
« Glouton, alés gesir, n’ai soing de vostre ostage,
« Jamais n’avrez de moi .j. seul denier qui vaille. »
La duchesse s’en entre en sa chambre de ma[u]bre,
3595Qui fu trestoute peinte a oiseaus et a brame[s] ;
Le lit a[s] pelerin[s] firent en mi la sale,
Il se couch[i]erent si que nuns ne se desaise.
Au main avant le jour, ainsois que crevast l’aube,
Li .vij. baron se lievent, si s’adobent et s’arment,
3600Et mo[n]tent as fenestres des grans palés de maubre ;
Li dus cria « Sobrie ! », s’enseingne quenoissable.
Quant l’entendi la dame, tuit le membre li faillent,
Or li tremble li cors et li mue la face.
« Laisse ! » dist la duchesse, « ci a mal haubergage,
3605« Tot por voir m’a traïe li so[u]du[i]ans lignage[s],
(v°)« Tomiles de Coloigne et Grifes a la barbe ;
« A non Dieu, sire dus, nos amitié[s] departent,
« N’oras jamais de nos nouvelles ne message[s],
« Ne verras ja mon fil a Noël ne a Pasque.
3610« Par Dieu, Pepin de France, vostre secours me targe. »
De duel que [a] la dame, a .iiij. fois se pasme ;
Aval, parmi le bourc, en oïssiez la fable,
Quant li baron s’adobent et [li chevalier s’]arment
Et viennent a[s] destroiz, si decopent les bares
3615Et jurent Damedieu truant mar i entrarent.

Di[s]t Jofroi[z] de Maïance : « Oï ai grant outrage,
« Molt fait lions que fous qui son seignor menace,
« Ce est Do de La Roche, ne me chaut qui le sache. »
Quant l’entendi la dame, .j. petit s’asouage,
3620Ele est drecie en pié, si a vestu .j. paile ;
Ele issit de la chambre, si entra en la sale.

CIII[103]

Or est dedans la tour la gentil dame enclose,
Ensemble [o] son mari, qui la prist a espose ;
Ele fu prouz et sage et gentiment parole ;
3625« Dites, vassals, qui es si hardis et si nobles...
« Quant vos en ces palais m’osastes faire choses ?
— Dame », ce dist li dus « c[e] est Do de La Roche,
« Qui t’aporta de France a plenté et a noces.
— Sire », ce dist la dame, « de paour m’avez morte ;
3630« Se vous estes mes sire, tost en ert fait l’acorde.
« Hé ! bers, car fais ouvrir ces postiz et ces portes,
« Si monteront as uis vo baron et li nostre. »
(f. 69)Li .v. fil Bern[eh]art les euvrent et descloent
Et li baron i montent a vertu et a force.
3635Quant il treuvent le duc, le baisent et acolent.
Cil de plus riche[s] fiés lor homage li offrent,
Mais sa moillier la gente de rien ne le conforte.
« Sire », di[s]t la duchesse, « bien sçai l’avoirs est vostre
« Et je vous reprendrai a honor et a noces,
3640« Mais de gesir ensamble n’i avra ja parole...
« La cité de Sobrie, le chastel et la roche

« Et l’enor de Coloigne que li gloton vos tollent...
« De ci que a dimanche m’avrez frainte[s] les portes
« Et vous m’avrez rendu Tomile par la gorge
3645« Et il avra gehi a riches et a povres
« Qu’il coucha le garçon [de]lez moi de pute ordre.
— Dame », ce dist li dus, « ce n[e] iert mie encore :
« Landris voz fils i vient devers Constantinoble
« Et par mer et par terre amoine tel efforce
3650« Li lignage[s] Tomile ne se pourat estordre,
« Ains achetera fort mon hontage et le vostre. »
Quant l’entendi la dame, sa jo[i]e li efforce.

Or a Do de La Roche sa cité recouvrée
Et Olive la belle, que molt a desirée ;
3655Le jour i a de joie maint[e] larme plorée.
[Et] li dus s’adouba en la soie contrée ;
Sa moillier lui dona haubert et bone espée
Et hiaume a ce[r]cle d’or, bone targe roée ;
(v°)Les armes son neveu ne sont pas obliée[s],
3660Les .v. filz Bern[eh]art les a bone[s] donées.
Li dus ist de la ville quant l’aube fu crevée,
Au mostier [le] plus mai[s]tre s’ont la messe chantée,
Li bon[s] dus d’Alemangne l’a de cuer escoutée,
Son auferrant demande et sa gent est montée
3665Et vienent a Sobrie, la ou les oz trouverent.
Et Jofroi[z] va devant, poi[g]nant toute l’estrée ;
Landris ala encontre, si demanda son pere :
« Qui vos dona ces armes, avez les vos emblées ? »

Dist Jofroiz de Maiance : « La duchesse voz mere ;
3670« Large part de vos terres vos a ele aquitée ;
« Jamais jour tele dame ne sera [mais] trovée ;
« Ele a prise La Roche, si est dedans entrée,
« Leans est Audegour en la chartre avalée. »
Atant es vos le duc et sa gent honorée,
3675D’Alemangne Doon, qui la dame a amée.
« Beaus filz », ce dist li dus, « alons en pour vo mere,
« Si forment vos desire, [trestoute] est aplorée. »
Et respondi Landris : « Ne place Dieu le Pere
« Que je baise sa boche ne ja soit ma privée,
3680« Si li rendrai Tomile par la goule parée
« Et si ert davant tous la grant honte contée
« Par coi vostre amors fut de ma mere sevrée
« Et m’en alai chetis en estrange contree ;
« Après sera ma dame de m’amor s[a]oulée ; »
3685Hé ! Dieu[s], cele promesse ot si corte durée ;
Puis qu’il ot sa jouvente et sa tere aquitée
(f. 70)Ne demora il mie la moitié d’une année
Qu’il me[ï]sme passa outre la mer salée,
La ou la chair de Dieu fu de la Virge née
3690Et la grans oz de France travaillie et penée.

Quant li dus de La Roche oï son fil parler
Qu[e] il ne voldra mie a sa mere torner,
Deus messages envoie en la bone cité,
Que c’est Do de La Roche, ne se vuelt plus celer,
3695Qui enchace Tomile et son fel parenté,
Quant il ot pris sa fille, ou molt ot fauceté.

Quant li borjois l’entendent, grant joie en ont mené :
Il font traire ces cordes et ces cloches sonner,
Ces riches draps de soie par ces rues poser,
3700Encens, autres espices i font [il] embraser ;
Pour la joie du duc font .m. grailles sonner,
Et ces portes ouvrir et ces pons avaler
Et ces chevaus isniaus covrir et enseler
Et ces nobles vassaus joieusement monter.
3705Encontre lor seignor poindre et galoper.
Tot lor avoir li offrent sans nes .i. refuser.
« Baron, » ce dist li maire « a Maiance en irez,
« La asaudrez Tomile par vive poësté.
« Le matin, par som l’aube, quant il ert ajorné,
3710« Vos menrez .iiic. mars de cumin et de sel,
« Et de poivre molu .iiic. ro[n]cins trossez
« Et .m. buefz et .m. vaiches et .m. bacons salez,
« De vin et de froment empliromes .c. nés,
(v°)« Toz l’avoir[s] de Sobrie vos ert abandonez. »
3715— Baron, » ce dist li dus, « bel aïde m’offrez ;
« Cil sire le vous mire, qui en crois fu prenez.
« Certes, je n’en avrai [nes] .i. denier vaillant.
« Trop avons nous avoir pour nos cors conreer ».

Li dus voit ses barons, dolcement les mercie ;
3720Au matin par son l’aube est meü[z] de Sobrie.
Riche fu la vitaille, belle sa compaignie.
Or chevalche li dus parmi la terre alisse,
Une terre sauvage que Damedieu maudie !

Onque[s] n’i crut vitaille dont frans hom peüst vivre,
3725Mais pieres de liois, bruieroi et espines ;
Ains i fuit on la tere et cuert on la marine.
Molt lor poisent lor armes, car li chaus les aigrie.
Cel jour se part Landris de l’ost par grant folie,
Sur son poing .j. faucon, dont li ber se délite ;
3730De ce f[ist] il que fox que son cheval oblie...
Selonc .i. riviere ot sa voie acoillie.
En mi la voie encontre deus des nevou[s] Tomile,
Li .j. ot non Hardré et li autre[s] Helie,
Et furent fil Griffon a la barbe florie ;
3735Jamais a plus felons ne prenra compaignie,
Bien sevent .j. prodome engignier et ocire,
Onques n’amerent femme, si ne l’orent honie ;
La mort Aubri l’evesque ont jurée et plevie ;
Diex ! que li filz au duc n’a la broinne vestie !
3740Plus en fust asseür et moins dotast sa vie.
A ce[l] faucon qu’i[l] porte a abatu .j. cine,
(f. 71)Li faucons s’i encharne, par vertu s’i afiche ;
Li filz au duc descent, qui son oisel delivre ;
Li ber revot monter quant Hardre[z] li escrie :
3745« Si m’aïst Diex, vassal, c’est molt grans lecherie
« Quant ou vivier mon pere venez prenre les cines :
« Qui le tienne a savoir, je le tien a folie ;
« Se ch[i]er nel comparez, Damediex me maudie !
« Ou palais de Maiance en venrez a Tomile,
3750« A son commandement en en fait[e] justice ».

Quant l’entendit Landri[s], de mal talant s’aïre
Et dit li filz au duc : « Molt tres grant pechié dites
« Quant vous pour .j. oisel me jugiéz a ocire,
« Dite[s] moi qui vos estes, ne le me celez mie ».
3755Et respondit Hardrez : « Nevou somes Tomile,
« Fil Griffon d’Autefeulle, qui Sorable jostise,
« De sa part chalongons le vivier et le cine ».
— Certes », ce dist Landris, « or ne m’amervoi[l] mie
« Se vos estes felon et plain [d’orgueil et] d’ire ;
3760« C’onque[s] vostre lignage ne fut sans felonnie.
— Fils a putain, felon, li miens cors vos deffie,
« Se Damediex n’en pense, molt a fa[i]t grant folie,
« Quant .j. hons desarmés .ij. chevaliers deffie. »
Il a traite l’espée d’acier vert et brunie,
3765Et broche le mulet, sur les estriers s’afiche,
Et va ferir Hardré par orgueil et par ire.
Li glous li atendi sa grant hante fraisnine,
Qui li trancha le ploi de son mantel [d’]hermine ;
(v°)En sa char le navra par davant sa poitrine.
3770Damediex le gari, que mort nel feri mie ;
Li mulès desous lui chaï d’encombrier.
Landris resaut en piés, trait l’espée forbie,
De la honte qu’il a la face li pailie,
Davant lui voit la mule, si [li] commence a dire :
3775« Ha[ï] mule d’Espaigne, Damedieu[s] te maudie !
« Diex confunde la tere ou vous fust[es] norie ;
« Molt fait li hons que fox qui en asne se fie ! »
Il a traite l’espée, si li cope l’eschine.

CVII[107]

Quant Landris ot parler les freres Guenelon,
3780Qui sont nevou Tomile et enfant a Griffon
Et du felon lignage qui fist la traïson,
Li sanc qu’il ot ou ventre [si] li fremi[s]t et bout.
Helye[s] li escrie, qui d’autre part li sourt ;
Li enfes se trestorne, qui ot cuer de baron,
3785Selonc le cors le conte fiert l’espié ou sablon :
S’il atainsist Landri, ja ne veïst Doon
Ne dame Salmadrine ne l’eüst a baron.
Et li bers feri lui dou bon branc de quelor,
Si li trancha le bras, le foie et le poumon,
3790Tant com [l’]espée dure abat mort le felon,
Et saisist le cheval, que n’i quist achoison,
Mist sa main a la sele, si salli en l’arçon,
Il ne le rendist mie por .c. mars de mangon[s] ;
Il apelle Hardré, sel clame compagnon :
3795« Or vous puis je bien dire que je suis filz Doon,
(f. 72)« Vers cui vostre lignage fist la grant traïson ;
« Mais je ne vous dout mie la monte d’un boton ».

CVIII[108]

Or est Landris li enfes remontéz al destrier,
Que il tolit Helie, le fil Griffon le viel,
3800Et Hardrés li relance pour son frere vengier ;

La merci Damedieu, ne le pot pas tochier ;
Et li ber ferit lui, ne le vot espargnier,
Amont, desur la face, parmi le henepier,
Qu’il li tranche l’oreille et des denz la moitié,
3805Le cheval desouz lui a fait agenoillier.
Li traït[t]re trabuche, delez son frere chiet,
Au fil Doon escrie et merci et pitié.
« Pour Dieu, merci », fait il, « frans hons, ne m’ocïez,
« Mon cors pouez vous vendre .j. mui d’argent [entier].
3810— Diva ! » a dit Landris, « ja [n’]en avrai denier. »
Son cheval lui remoine, sus le fait ancroier,
Par de dessous le ventre li lie les .ij. piéz,
Son oisel rapela, qui sus .j. a[r]bre siet,
En l’ost le duc son pere s’est tantost repairie[z].
3815Li dus Do vat encontre, molt s’en est merveillie[z],
Car il l’a quis en l’ost, en la coue et ou chief.
« Beaus filz ! » ce dist li dus « qui est ci[l] prisonie[r]s ?
— A la moie foi, sire, Hardris ci[st] losengiers,
« Filz Griffon d’Autefeulle, le chenu et le viel ;
3820« Mort li a[i] .j. sien frere, si l’ai tout soul laissié ;
« Cestu[i] voz amena[i], qui a vo part affiert. »
(v°)— Certes », ce dist li dus, « [a] mervoille l’ai chier,
« Car il est du linage qui vos volt essilier. »
Tant cheva[u]che li dus qu[e] a Maiance vient ;
3825Es prés davant la ville s’est tendus et logiés,
Puis[si] a fait les forches sus .j. haut pui drecier,
Hardré i ont pendu garçon et escuier,
Que si parent le voient des murs et des clochiers.
Dont oïssiez Tomile plorer et larmoier,
3830Molt forment se demente et Malingres ses niés :
« Haï ! tant mar i fustes, nobiles chevaliers ! »

Or sont li ost au duc sous Maiance en la prée,
Tendent trés et aucubes, pavillons et ramée[s],
Et cil qui dedans sont ont les portes fermées
3835Et cil de l’o[s]t au duc ont perieres levée[s],
Engins et ma[n]goniaus et grans cloies ramées,
Getent trons et mairie[n]s et grans pierres carées.
Mais la cité est forte, Sarrazin la fonderent ;
Les portes d’olifant, que nulz hons ne vit teles,
3840Il nes empire[nt] mie vaillant .j. denrée.
Landris jura le siege de ci a .vij. année[s],
Et Guinemans ses mai[s]tre et li dus Do ses pere
Et Asses de Maiance et puis Jofroi[z] ses pere
Et après li baron qui tiennent les contrée[s].
3845Malingres fist ouvrir .j. postis a celée,
Le mielz de sa maisnie en conduit fors armée,
Par itel convenant qu’onques puis n’i entrerent,
(f. 73)Car Landris lor cheva[u]che parmi .j. valée
A .iiijm. Turcoples, qui ains mort ne doterent ;
3850Entr’ex et le po[s]tis fu le voie copée.
A lor espiés tranchans lor paient lor soldée ;
Le jor fu dame Olive [chierement] comparée.
Malingres cheva[u]cha, la reigne abandonée,
A l’is[s]ir de la barre [il] encontra son pere ;
3855Li dus avoit josté, sa lance avoit froée.

Malingres vit son pere, bien congnuit ses ados,
La riche congnois[anc]e, l’oriflanbe au dragon,
Et va ferir son pere par sa grant traïson ;
Et li dus ferit lui en guise de baron,
3860De l’escu de son col li fendi le blason,
Et lui et le cheval abati en .j. mont.
Li dus a trait l’espée, si repaire au baron,
Ja’n eüst pris la teste par dessus le menton,
Quant Malingres escrie : « Pere, que faites vos ?
3865« Hé ! ber, je sui vos filz de vo feme Audegour,
« Et niés le ber Tomile et le conte Griffon ;
« Onques de tel lignage ne fu néz certes hons ».
— Non voir », ce dist li dus, « pour faire traïson.
« Damediex me confonde se ja avez pardon,
3870« Que ne vos pende as forches de costé le gloton. »
Par le nasel du heaume le rendi a Oton,
Amauri de Coloigne et son frere Symon ;
Et cil le gardent bien a .xv. compagnons.

(v°)Or sont li ost au duc es prés desous Maiance,
3875Li viés est ou palais, cui Diex dont meses[t]ance !
De son nevo li poise, qu’il ot jugier a pendre :
« Haï ! beaus niés Malingre, mar fut vostre jovente.
« Que fera vostre mere, Audegour la dolente,
« Et Hardrés d’Autefeulle et Helies li enfes ?

3880« Li miex de mon lignage est toruez a tormente.
« Ains mais ne fut .j. dus qui tels hons osa[s]t pendre.
« Je ne croirai en Dieu se de lui ne me venge ».
La oïssiez plorer les homes et les fames ;
De ce sont il dolent qu’a Doon ne se rendent,
3885Car de nul home en tere autre secours n’atendent.
Mais et mais .j. et autre chascune nuit s’en emblent,
As murs et as fessés et as terriers se prennent,
Por l’ami[s]tié de Dieu lor fait li dus consente.

CXII[112]

Or sont li ost Doon soz Maiance la cit ;
3890Toute la gent menue la[i]ssa li dus issir,
Les fames, [les veillars] et les enfans petiz,
Pour l’amistié de Dieu qui de m’arme ait merci.
Molt s’en vont [a] emblée, quant l’evesque[s] i vint,
Devers Saine la ville vint [i]l a oès Landri ;
3895Li sieges a duré .iij. ans et .j. demi
Que n’i creü leans ne char, ne pain[s] ne vins[s] ;
Tomile est ou palais, cui Diex puet maleïr,
Sa gent sont departi, tuit sont mort et ocis,
De toute sa mesnie ne remaint il que vint,
3900(f. 74)Et cil demandent l’eve, au mangier sont assis,
A ce mangier n[i] orent trestuit ma[i]s qu’.j. poucin,
Sel mangierent sans sel et sans pain et sans vin.
Qui les oïst plorer et ..........
Et dist li .j. a l’autre : « Venuz est Antecrist ;

3905« Car alons a Doon, si li crion merci,
« Por l’amor Dieu de gloire, lui et son fil Landri ».
Et dist li fel Tomiles : « Ja n’i meteron fin ;
« Dame diex me confonde s’anquenuit ne m’en is,
« Quant l’oz ert endormie et la gent en seri...
3910« Qu’en bois ne en forest [errant] ne soie pris.
« Tant m’en irai par nuit qu’avrai passé le Rin ;
« El reigne de Saissoigne voldrai Deu relenquir,
« Puis esteront paien mi per et mi ami,
« Par ex ferai encor ceste terre fremir. »
3915Et cil le otri[er]ent, qui muer[en]t a envis ;
Mais il ne sevent mie com se porquiert Landris :
Ainc chevaliers en tere tel ahan ne sofrit,
Car il ne siet a table ne ne dort en son lit,
Ains fait gaitier les aives, les pors et le[s] païs,
3920Deci qu’a .iiij. lieues a ses espies mis,
Que ci[l] dedens n’en issent ne soient escharni.
Molt i orent..... quant l’evesque[s] i vint,
De tante bone enseigne i peüst on veïr ;
La vitaille qu’il meine ne puet nulz metre en pris ;
3925A .j. engigneor, Gillibert filz Henri,
Plus savoit il d’engin que nulz clers de latin.
(v°)Cil fait .xxx. perieres charpenter et fornir
Et grans cloies barées et so

© Copyright Wikipedia authors - The articles gathered in this document are under the GFDL licence.
http://www.gnu.org/copyleft/fdl.html