La Chanson de Roland/Joseph Bédier/La Chanson de Roland/Bilingue/201-250

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher

◄  laisses 151 à 200. Parallèle.
Laisses 201 à 250
laisses 251 à 291.  ►



CCI

2810Paien d’Arabe des nefs se sunt eissut,
Puis sunt muntez es chevals e es muls,
Si chevalcherent, que fereient il plus ?
Li amiralz, ki trestuz les esmut,
Sin apelet Gemalfin, un sun drut :

2815« Jo te cumant de tutes mes oz… »
Puis est munté en un sun destrer brun ;
Ensembl’ od lui em meinet .IIII. dux.
Tant chevalchat qu’en Saraguce fut.
A un perron de marbre est descenduz
2820E quatre cuntes l’estreu li unt tenut.
Par les degrez el paleis muntet sus,
E Bramidonie vient curant cuntre lui,
Si li ad dit : « Dolente, si mare fui !
A itel hunte, sire, mon seignor ai perdut ! »
2825Chet li as piez, li amiralz la reçut ;
Sus en la chambre ad doel en sunt venut. AOI.

CCI

Les païens d’Arabie sont sortis des nefs, puis sont montés sur les chevaux et les mulets. Ils commencent leur chevauchée, qu’ont-ils à faire d’autre ? Et l’émir, qui les a tous mis en branle, appelle Gemalfin, l’un de ses fidèles : « Je te confie toutes mes armées… » Puis il se met en selle sur un sien destrier bai… Avec lui il emmène quatre ducs. Il a tant chevauché qu’il arrive à Saragosse. À un perron de marbre il met pied à terre, et quatre comtes lui ont tenu l’étrier. Par les degrés il monte au palais. Et Bramidoine accourt à sa rencontre et lui dit : « Chétive, et née à la malheure, sire, j’ai perdu mon seigneur, et si honteusement ! » Elle choit à ses pieds, l’émir la relève, et tous deux vers la chambre montent, pleins de douleur.

CCII

Li reis Marsilie, cum il veit Baligant,
Dunc apelat dui Sarrazin espans :
« Pernez m’as braz, sim drecez en seant. »
2830Al puign senestre ad pris un de ses guanz.
Ço dist Marsilie : « Sire reis, amiralz,
Teres tutes ici . . . . . . . . . . . . .
E Sarraguce e l’onur qu’i apent.
Mei ai perdut e tute ma gent. »
2835E cil respunt : « Tant sui jo plus dolent.
Ne pois a vos tenir lung parlement :
Jo sai asez que Carles ne m’atent,
E nepurquant de vos receif le guant. »
Al doel qu’il ad s’en est turnet plurant. AOI.
2840Par les degrez jus del paleis descent,
Muntet el ceval, vient a sa gent puignant.
Tant chevalchat qu’il est premers devant,

D’ures ad altres si se vait escriant :
« Venez, paien, car ja s’en fuient ferant ! » AOI.

CCII

Le roi Marsile, comme il voit Baligant, appelle deux Sarrasins d’Espagne : « Prenez-moi dans vos bras, et me redressez. » De son poing gauche il a pris un de ses gants : « Seigneur roi, émir, dit-il, je vous rends (?) toutes mes terres, et Saragosse, et le fief qui en dépend. Je me suis perdu et j’ai perdu tout mon peuple. » Et l’émir répond : « J’en ai grande douleur. Je ne puis longuement parler avec vous : je sais que Charles ne m’attend pas. Mais je reçois votre gant. » Plein de sa douleur, il s’éloigne en pleurant. Il descend les degrés du palais, monte à cheval, retourne vers ses troupes à force d’éperons. Il chevauche si vivement qu’il dépasse les autres. Par instants il s’écrie : « Venez, païens, car déjà ils pressent leur fuite ! »

CCIII

2845Al matin, quant primes pert li albe,
Esveillez est li emperere Carles.
Sein Gabriel, ki de part Deu le guarde,
Levet sa main, sur lui fait sun signacle.
Li reis descent, si ad rendut ses armes.
2850Si se desarment par tute l’ost li altre.
Puis sunt muntet, par grant vertut chevalchent
Cez veiez lunges e cez chemins mult larges,
Si vunt vedeir le merveillus damage
En Rencesvals, la o fut la bataille. AOI.

CCIII

Au matin, à la première pointe de l’aube, s’est réveillé l’empereur Charles. Saint Gabriel, qui de par Dieu le garde, lève la main, sur lui fait son signe. Le roi ?… déceint ses armes et les dépose, et, comme lui, par toute l’armée, les autres se désarment. Puis ils se mettent en selle et par les longues voies et par les chemins larges chevauchent à grande allure. Ils s’en vont voir le prodigieux dommage, à Roncevaux, la où fut la bataille.

CCIV

2855En Rencesvals en est Carles venuz.
Des morz qu’il troevet cumencet a plurer.
Dist a Franceis : « Segnus, le pas tenez,
Kar mei meïsme estoet avant aler
Pur mun nevold que vuldreie truver.
2860A Eis esteie, a une feste anoel,
Si se vanterent mi vaillant chevaler
De granz batailles, de forz esturs pleners.
D’une raisun oï Rollant parler :
Ja ne murreit en estrange regnet
2865Ne trespassast ses humes e ses pers ;
Vers lur païs avreit sun chef turnet ;
Cunquerrantment si finereit li bers. »
Plus qu’en ne poet un bastuncel jeter,
Devant les altres est en un pui muntet.

CCIV

À Roncevaux Charlemagne est parvenu. Pour les morts qu’il trouve, il se met à pleurer. Il dit aux Français : « Seigneurs, allez au pas, car il faut que j’aille moi-même en avant de vous, pour mon neveu, que je voudrais retrouver. J’étais à Aix, au jour d’une fête solennelle, quand mes vaillants chevaliers se vantèrent de grandes batailles, de forts assauts qu’ils livreraient. J’entendis Roland dire une chose : que, s’il devait mourir en royaume étranger, il y aurait poussé plus avant que ses hommes et ses pairs, qu’on le trouverait la tête tournée vers le pays ennemi, et qu’ainsi, le vaillant, il finirait en vainqueur. » Un peu plus loin qu’on peut lancer un bâton, au delà des autres, l’empereur est monté sur un tertre.

CCV

2870Quant l’empereres vait querre sun nevold,
De tantes herbes el pré truvat les flors
Ki sunt vermeilles del sanc de noz barons !
Pitet en ad, ne poet muer n’en plurt.
Desuz dous arbres parvenuz est…
2875Les colps Rollant conut en treis perruns ;
Sur l’erbe verte veit gesir sun nevuld.
Nen est merveille se Karles ad irur.
Descent a pied, aled i est pleins curs.
Entre ses mains ansdous…
2880Sur lui se pasmet, tant par est anguissus.

CCV

Tandis qu’il va cherchant son neveu, il trouva dans le pré tant d’herbes, dont les fleurs sont vermeilles du sang de nos barons ! Pitié lui prend, il ne peut se tenir de pleurer. Sous deux arbres il est venu. Il reconnaît sur trois perrons les coups de Roland ; sur l’herbe verte il voit son neveu, qui gît. Qui s’étonnerait s’il frémit de douleur ? Il descend de cheval, il y va en courant. Entre ses deux mains…. Il se pâme sur lui, tant son angoisse l’étreint.

CCVI

Li empereres de pasmeisuns revint.
Naimes li dux e li quens Acelin,
Gefrei d’Anjou e sun frere Henri
Prenent le rei, sil drecent suz un pin.
2885Guardet a la tere, veit sun nevold gesir.
Tant dulcement a regreter le prist :
« Amis Rollant, de tei ait Deus mercit !
Unques nuls hom tel chevaler ne vit
Por granz batailles juster e defenir.
2890La meie honor est turnet en declin. »
Carles se pasmet, ne s’en pout astenir. AO.

CCVI

L’empereur est revenu de pâmoison. Le duc Naimes et le comte Acelin, Geoffroi d’Anjou et son frère Henri le prennent, le redressent sous un pin. Il regarde à terre, voit son neveu gisant. Si doucement il dit sur lui l’adieu : « Ami Roland, que Dieu te fasse merci ! Nul homme jamais ne vit chevalier tel que toi pour engager les grandes batailles et les gagner. Mon honneur a tourné vers le déclin. » Charles ne peut s’en tenir, il se pâme.

CCVII

Carles li reis se vint de pasmeisuns ;
Par les mains le tienent .IIII. de ses barons.
Guardet a tere, vei gesir sun nevuld.

2895Cors ad gaillard, perdue ad sa culur,
Turnez ses oilz, mult li sunt tenebros.
Carles le pleint par feid e par amur :
« Ami Rollant, Deus metet t’anme en flors,
En pareïs, entre les glorius !
2900Cum en Espaigne venis a mal seignur !
Jamais n’ert jurn de tei n’aie dulur.
Cum decarrat ma force e ma baldur !
N’en avrai ja ki sustienget m’onur.
Suz ciel ne quid aveir ami un sul ;
2905Se jo ai parenz, n’en i ad nul si proz. »
Trait ses crignels pleines ses mains amsdous ;
Cent milie Franc en unt si grant dulur
N’en i ad cet ki durement ne plurt. AOI.

CCVII

Le roi Charles est revenu de pâmoison. Par les mains le tiennent quatre de ses barons. Il regarde à terre, voit gisant son neveu. Son corps est resté beau, mais il a perdu sa couleur ; ses yeux sont virés et tout pleins de ténèbres. Par amour et par foi Charles dit sur lui sa plainte : « Ami Roland, que Dieu mette ton âme dans les fleurs, en paradis, entre les glorieux ! Quel mauvais seigneur tu suivis en Espagne ! (?) Plus un jour ne se lèvera que pour toi je ne souffre. Comme ma force va déchoir, et mon ardeur ! Je n’aurai plus personne qui soutienne mon honneur ; il me semble n’avoir plus un seul ami sous le ciel ; j’ai des parents, mais pas un aussi preux. » À pleines mains il arrache ses cheveux. Cent mille Français en ont une douleur si grande qu’il n’en est pas un qui ne fonde en larmes.

CCVIII

« Ami Rollant, jo m’en irai en France.
2910Cum jo serai a Loün, en ma chambre,
De plusurs regnes vendrunt li hume estrange,
Demanderunt : « U est li quens cataignes ? »
Jo lur dirrai qu’il est morz en Espaigne.
A grant dulur tendrai puis mun reialme ;
2915Jamais n’ert jur que ne plur ne n’en pleigne.

CCVIII

« Ami Roland, je m’en irai en France. Quand je serai à Laon, mon domaine privé, de maints royaumes viendront les vassaux étrangers. Ils demanderont : « Où est-il, le comte capitaine ? » Je leur dirai qu’il est mort en Espagne et je ne régnerai plus que dans la douleur et je ne vivrai plus un jour sans pleurer et sans gémir.

CCIX

« Ami Rollant, prozdoem, juvente bele,
Cum jo serai a Eis, em ma chapele,
Vendrunt li hume, demanderunt noveles.
Jes lur dirrai, merveilluses e pesmes :
2920« Morz est mis niés, ki tant me fist cunquere. »
Encuntre mei revelerunt li Seisne

E Hungre e Bugre e tante gent averse,
Romain, Puillain e tuit icil de Palerne
E cil d’Affrike e cil de Califerne.
2925Puis en trerunt mes peines e mes suffraites.
Ki guierat mes oz a tel poeste,
Quant cil est morz ki tuz jurz nos cadelet ?
E ! France, cum remeines deserte !
Si grant doel ai que jo ne vuldreie estre ! »
2930Sa barbe blanche cumencet a detraire,
Ad ambes mains les chevels de sa teste.
Cent milie Francs s’en pasment cuntre tere.

CCIX

« Ami Roland, vaillant, belle jeunesse, quand je serai à Aix, en ma chapelle, les vassaux viendront, demanderont les nouvelles. Je les leur dirai, étranges et rudes : « Il est mort, mon neveu, celui qui me fit conquérir tant de terres. » Contre moi se rebelleront les Saxons, et les Hongrois et les Bulgares et tant de peuples maudits, les Romains et ceux de la Pouille et tous ceux de Palerne, ceux d’Afrique et de Califerne […] Qui conduira aussi puissamment mes armées, quand il est mort, celui qui toujours nous guidait ? Ah ! France, comme tu restes désolée ! Mon deuil est si grand, je voudrais ne plus être ! » Il tire sa barbe blanche, de ses deux mains arrache les cheveux de sa tête. Cent mille Français se pâment contre terre.

CCX

« Ami Rollant, de tei ait Deus mercit !
L’anme de tei seit mise en pareïs !
2935Ki tei ad mort France ad mis en exill.
Si grant dol ai que ne voldreie vivre
De ma maisnee, ki pur mei est ocise !
Ço duinset Deus, le filz seinte Marie,
Einz que jo vienge as maistres porz de Sirie,
2940L’anme del cors me seit oi departie,
Entre les lur aluee e mise
E ma car fust delez els enfuïe ! »
Ploret des oilz, sa blanche barbe tiret,
E dist dux Naimes : « Or ad Carles grant ire. » AOI.

CCX

« Ami Roland, que Dieu te fasse merci ! Que ton âme soit mise en paradis ! Celui qui t’a tué, c’est la France qu’il a jetée dans la détresse !… J’ai si grand deuil, je voudrais ne plus vivre ! Ô mes chevaliers, qui êtes morts pour moi ! Puisse Dieu, le fils de sainte Marie, accorder que mon âme, avant que j’atteigne les maîtres ports de Cize, se sépare en ce jour même de mon corps et qu’elle soit placée auprès de leurs âmes et que ma chair soit enterrée auprès d’eux ! » Il pleure, tire sa barbe blanche. Et le duc Naimes dit : « Grande est l’angoisse de Charles ! »

CCXI

2945« Sire emperere, » ço dist Gefrei d’Anjou,
« Ceste dolor ne demenez tant fort !
Par fut le camp faites querre les noz,

Que cil d’Espaigne en la bataille unt mort.
En un carner cumandez qu’hom les port. »
2950Co dist li reis : « Sunez en vostre corn ! » AOI.

CCXI

« Sire empereur », dit Geoffroi d’Anjou, « ne vous livrez pas si entièrement à cette douleur ! Partout le champ faites rechercher les nôtres, que ceux d’Espagne ont tués dans la bataille. Commandez qu’on les porte dans une même fosse. » Le roi dit : « Sonnez votre cor pour en donner l’ordre. »

CCXII

Gefreid d’Anjou ad sun greisle sunet.
Franceis descendent, Carles l’ad comandet.
Tuz lur amis qu’il i unt morz truvet,
Ad un carner sempres les unt portet.
2955Asez i ad evesques e abez,
Munies, canonies, proveires coronez,
Sis unt asols e seignez de part Deu.
Mirre e timonie i firent alumer,
Gaillardement tuz les unt encensez :
2960A grant honor pois les unt enterrez,
Sis unt laisez, qu’en fereient il el ? AOI.

CCXII

Geoffroi d’Anjou a sonné son cor. Les Français descendent de cheval, Charles l’a commandé. Tous leurs amis qu’ils retrouvent morts, ils les portent aussitôt à une même fosse. Il y a dans l’armée des évêques et des abbés en nombre, des moines, des chanoines, des prêtres tonsurés : ils leur donnent de par Dieu l’absoute et la bénédiction. Ils allument la myrrhe et le thimiame, ils les encensent tous avec zèle, puis les enterrent à grand honneur. Après, ils les laissent : que peuvent-ils pour eux, désormais ?

CCXIII

Li emperere fait Rollant costeïr
E Oliver e l’arcevesque Turpin.
Devant sei les ad fait tuz uvrir
2965E tuz les quers e paile recuillir :
Un blanc sarcou de marbre sunt enz mis,
E puis les cors des barons si unt pris,
En quirs de cerf les seignurs unt mis ;
Ben sunt lavez de piment e de vin.
2970Li reis cumandet Tedbalt e Gebuin,
Milun le cunte e Otes le marchis :
« En .III. carettes les guiez.… »
Bien sunt cuverz d’un palie galazin. AOI.

CCXIII

L’empereur fait appareiller pour l’ensevelissement Roland, et Olivier, et l’archevêque Turpin. Devant ses yeux il les a fait ouvrir tous trois. Il fait recueillir leurs cœurs dans un linceul de soie ; on les enferme dans un blanc cercueil de marbre (?). Puis on a pris les corps des trois barons et on les a mis, bien lavés d’aromates et de vin, en des peaux de cerf. Le roi appelle Tedbalt et Geboin, le comte Milon et Oton le marquis : « Emmenez-les sur trois chars… » Ils sont bien recouverts d’un drap de soie de Galaza.

CCXIV

Venir s’en volt li emperere Carles,
2975Quant de paiens li surdent les enguardes.
De cels devant i vindrent dui messages,
De l’amirail li nuncent la bataille :
« Reis orguillos, nen est fins que t’en alges !
Veiz Baligant, ki après tei chevalchet.
2980Granz sunt les oz qu’il ameinet d’Arabe.
Encoi verrum se tu as vasselage. » AOI.
Carles li reis en ad prise sa barbe,
Si li remembret del doel e del damage,
Mult fierement tute sa gent reguardet,
2985Puis si s’escriet a sa voiz grand e halte :
« Barons franceis, as chevals e as armes ! » AOI.

CCXIV

L’empereur Charles veut s’en retourner : or devant lui surgissent les avant-gardes des païens. De leur troupe la plus proche viennent deux messagers. Au nom de l’émir, ils lui annoncent la bataille : « Roi orgueilleux, tu n’en seras quitte pour repartir. Vois Baligant qui chevauche après toi ! Grandes sont les armées qu’il amène d’Arabie. Avant ce soir nous verrons si tu as de la vaillance. » Charles le roi a porté la main à sa barbe ; il se remémore son deuil et ce qu’il a perdu. Il jette au loin sur toute sa gent un regard fier, puis s’écrie de sa voix forte et haute : « Barons français, à cheval et aux armes ! »

CCXV

Li empereres tuz premereins s’adubet.
Isnelement ad vestue sa brunie,
Lacet sun helme, si ad ceinte Joiuse,
2990Ki pur soleill sa clartet n’en muet,
Pent a sun col un escut de Biterne,
Tient sun espiet, sin fait brandir la hanste,
En Tencendur, sun bon cheval, puis muntet
— Il le cunquist es guez desuz Marsune,
2995Sin getat mort Malpalin de Nerbone, —
Laschet la resne, mult suvent l’esperonet,
Fait sun eslais, veant cent mil humes, AOI.
Recleimet Deu e l’apostle de Rome.

CCXV

L’empereur, lui le premier, s’arme. Rapidement il a revêtu sa brogne. Il lace son heaume, il a ceint Joyeuse, dont le soleil même n’éteint pas la clarté. Il pend à son cou un écu de… Il saisit son épieu et le brandit. Puis sur Tencendur, son bon cheval, il monte : il l’a conquis aux gués sous Marsonne, quand il jeta hors des arçons Malpalin de Nerbone et le renversa mort. Il lâche au destrier la rêne, l’éperonne à coups pressés, prend son galop sous le regard de cent mille hommes. Il invoque Dieu et l’apôtre de Rome.

CCXVI

Par fut le champ cil de France descendent.
3000Plus de cent milie s’en adubent ensemble.
Guarnemenz unt ki ben lor atalentent,
Cevals curanz e lur armes mult gentes,
Puis sunt muntez e unt grant science.
S’il troevent oi, bataille quident rendre.
3005Cil gunfanun sur les helmes lur pendent.
Quant Carles veit si beles cuntenances,
Sin apelat Jozeran de Provence,
Naimon li duc, Antelme de Maience :
« En tels vassals deit hom aveir fiance !
3010Asez est fols ki entr’els se demente.
Si Arrabiz de venir ne se repentent,
La mort Rollant lur quid cherement rendre. »
Respunt dux Neimes : « E Deus le nos cunsente ! » AOI

CCXVI

PAR tout le champ ceux de France mettent pied à terre : plus de cent mille s’adoubent à la fois. Ils ont des équipements à leur gré, des chevaux vifs, et leurs armes sont belles. Puis, ils se mettent en selle… Si l’heure en vient, ils comptent soutenir la bataille. Leurs gonfanons pendent jusqu’à toucher les heaumes. Quand Charles voit leur contenance si belle, il appelle Jozeran de Provence, Naimes le duc, Antelme de Mayence : « Sur de tels vaillants on doit se reposer. Bien fou qui, au milieu d’eux, se tourmente ! Si les Arabes ne renoncent pas à venir, je leur vendrai cher, je crois, la mort de Roland. » Le duc Naimes répond : « Que Dieu nous l’accorde ! »

CCXVII

Carles apelet Rabel e Guineman.
3015Ço dist li reis : « Seignurs, jo vos cumant,
Seiez es lius Oliver e Rollant :
L’un port l’espee e l’altre l’olifant,
Si chevalez el premer chef devant,
Ensembl’od vos. XV. milie de Francs,
3020De bachelers, de noz meillors vaillanz.
Après icels en avrat altretant,
Sis guierat Gibuins e Guinemans. »
Naimes li dux e li quens Jozerans
Icez eschieles ben les vunt ajustant.
3025S’il troevent oi, bataille i ert mult grant. AOI.

CCXVII

CHARLES appelle Rabel et Guinemant. Ainsi parla le roi : « Seigneurs, je vous le commande, soyez aux postes de Roland et d’Olivier : que l’un porte l’épée, l’autre l’olifant, et chevauchez en avant les premiers : avec vous, quinze milliers de Français, tous bacheliers et vaillants entre nos vaillants. Après ceux-là il y en aura autant : Giboin et Guinemant… (?) les mèneront ». Naimes le duc et Jozeran le comte rangent en bel arroi ces deux corps de bataille. Si l’heure en vient, la lutte sera grande.

CCXVIII

Le Franceis sunt les premeres escheles.
Après les dous establisent la terce.
En cele sunt li vassal de Baivere :
A .XX. milie chevalers la preiserent ;
3030Ja devers els bataille n’ert lessee.
Suz cet n’ad gent que Carles ait plus chere,
Fors cels de France, ki les regnes cunquerent.
Li quens Oger li Daneis, li puinneres,
Les guierat, kar la cumpaigne est fiere. AOI.

CCXVIII

LES deux premiers corps de bataille sont faits de Français. Après, on établit le troisième. En celui-là sont les vassaux de Bavière : on estime leur nombre à vingt mille chevaliers. Jamais de leur côté une ligne de combat ne fléchira. Il n’est pas sous le ciel de gent que Charles aime mieux, hormis ceux de France, qui conquièrent les royaumes. Le comte Ogier le Danois, le bon guerrier, les mènera, car c’est une fière troupe.

CCXIX

3035Treis escheles ad l’emperere Carles.
Naimes li dux puis establist la quarte
De tels barons qu’asez unt vasselage :
Alemans sunt e si sunt d’Alemaigne ;
Vint milie sunt, ço dient tuit li altre.
3040Ben sunt guarniz e de chevals e d’armes ;
Ja por murir ne guerpirunt bataille,
Sis guierat Hermans, li dux de Trace :
Einz i murat que cuardise i facet. AOI.

CCXIX

L’EMPEREUR Charles a déjà trois corps de bataille. Naimes le duc forme alors le quatrième, de barons qui sont pleins de vaillance : Ils sont d’Allemagne, et tous les estiment à vingt milliers. Ils sont pourvus de bons chevaux, de bonnes armes. Jamais, par peur de mourir, ceux-là ne lâcheront pied. Herman, le duc de Trace, les mènera : il mourrait plutôt que de faire une couardise.

CCXX

Naimes li dux e li quens Jozerans
3045La quinte eschele unt faite de Normans :
.XX. milie sunt, ço dient tuit li Franc.
Armes unt beles e bons cevals curanz ;
Ja pur murir cil n’erent recreanz.
Suz ciel n’ad gent ki plus poissent en camp.
3050Richard li velz les guierat el camp ;
Cil i ferrat de sun espiet trenchant. AOI.

CCXX

NAIMES le duc et Jozeran le comte ont formé de Normands le cinquième corps de bataille. Tous les Français estiment qu’ils sont vingt mille. Ils ont de belles armes et de bons chevaux rapides ; ils mourront plutôt que de se rendre. Sous le ciel il n’y a pas de peuple qui puisse plus faire au combat. Richard le vieux les mènera. Celui-là frappera bien de son épieu tranchant.

CCXXI

La siste eschele unt faite de Bretuns :
.XXX. milie chevalers od els unt.
Icil chevalchent en guise de baron,
3055Peintes lur hanstes, fermez lur gunfanun.
Le seignur d’els est apelet Oedun :
Icil cumandet le cunte Nevelun,
Tedbald de Reins e le marchis Otun :
« Guiez ma gent, jo vos en faz le dun ! » AOI.

CCXXI

LE sixième corps de bataille, ils l’ont fait de Bretons. Ils ont là trente mille chevaliers. Ceux-là chevauchent en vrais barons : ils portent des lances dont la hampe est peinte, leurs gonfanons flottent au vent. Leur seigneur se nomme Eudon. Il appelle le comte Nevelon, Tedbald de Reims et Oton le marquis : « Guidez ma gent, je vous remets cet honneur. »

CCXXII

3060Li emperere ad .VI. escheles faites.
Naimes li dux puis establist la sedme.
De Peitevins e des barons d’Alverne :
.XL. milie chevalers poeent estre.
Chevals unt bons e les armes mult beles.
3065Cil sunt par els en un val suz un tertre,
Sis beneïst Carles de sa main destre.
Els guierat Jozerans e Godselmes. AOI.

CCXXII

L’EMPEREUR a six corps de bataille formés. Le duc Naimes établit alors le septième. Il est fait des Poitevins et des barons d’Auvergne. Ils peuvent être quarante mille chevaliers. Ils ont de bons chevaux et leurs armes sont très belles. Ils se forment à part dans un val au pied d’un tertre, et de sa main droite Charles les bénit. Jozeran et Godselme mèneront ceux-là.

CCXXIII

E l’oidme eschele ad Naimes establie.
De Flamengs est e des barons de Frise.
3070Chevalers unt plus de .XL. milie.
Ja devers els n’ert bataille guerpie.
Ço dist li reis : « Cist ferunt mun servise. »
Entre Rembalt e Hamon de Galice
Les guierunt tut par chevalerie. AOI.

CCXXIII

ET le huitième corps de bataille, Naimes l’a formé de Flamands et de barons de Frise ; ils ont plus de quarante mille chevaliers. Là où ils seront, jamais bataille ne fléchira. Le roi dit : « Ceux-là feront bien mon service. » À eux deux, Rembalt et Hamon de Galice les guideront en bons chevaliers.

CCXXIV

3075Entre Naimon et Jozeran le cunte
La noefme eschele unt faite de prozdomes,
De Loherengs e de cels de Borgoigne.
.L. milie chevalers unt par cunte,
Helmes laciez e vestues lor bronies ;
3080Espiez unt forz e les hanstes sunt curtes.
Si Arrabiz de venir ne demurent,
Cil les ferrunt, s’il a els s’abandunent ;
Sis guierat Tierris, li dux d’Argone. AOI.

CCXXIV

NAIMES et Jozeran le comte ont formé de vaillants le neuvième corps de bataille. Ce sont les Lorrains et ceux de Bourgogne : ils ont cinquante mille chevaliers bien comptés, le heaume lacé, la brogne endossée. Ils ont des épieux forts, aux hampes courtes. Si les Arabes ne refusent pas le combat, ceux-là frapperont bien, une fois lancés contre eux. Thierry les mènera, le duc d’Argonne.

CCXXV

La disme eschele est des baruns de France.
3085Cent milie sunt de noz meillors cataignes ;
Cors unt gaillarz e fieres cuntenances ;
Les chefs fluriz e les barbes unt blanches,
Osbercs vestuz e lur brunies dubleines,
Ceintes espees franceises e d’Espaigne ;
3090Escuz unt genz, de multes cunoisances.
Puis sunt muntez, la bataille demandent ;
Munjoie escrient ; od els est Carlemagne.
Gefreid d’Anjou portet l’orie flambe :
Seint Piere fut, si aveit num Romaine ;
3095Mais de Munjoie iloec out pris eschange. AOI.

CCXXV

LE dixième corps de bataille est fait de barons de France. Ils sont cent mille, de nos meilleurs capitaines. Leurs corps sont gaillards, leur contenance fière, leurs chefs fleuris, leurs barbes blanches. Ils ont revêtu des hauberts et des brognes à double tissu de mailles, ceint des épées de France et d’Espagne ; et leurs écus bien ouvrés sont parés de maintes connaissances. Puis, ils sont montés à cheval et demandent la bataille. Ils crient : « Montjoie ! » C’est avec eux que Charlemagne se tient. Geoffroi d’Anjou porte l’oriflamme. Elle avait été à Saint-Pierre et se nommait Romaine : mais à Montjoie elle avait changé de nom (?).

CCXXVI

Li emperere de sun cheval descent,
Sur l’erbe verte se est culchet adenz,
Turnet sun vis vers le soleill levant,
Recleimet Deu mult escordusement :
3100« Veire Paterne, hoi cest jor me defend,

Ki guaresis Jonas fut veirement
De la baleine ki en sun cors l’aveit,
E esparignas le rei de Niniven
E Danïel del merveilles turment
3105Enz en la fosse des leons o fut enz,
Les .III. enfanz fut en un fou ardant !
La tue amurs me sei hoi en present !
Par ta mercit, se tei plaist, me cunsent
Que mun nevold poisse venger Rollant ! »
3110Cum ad oret, si se drecet en estant,
Seignat sun chef de la vertut poisant.
Muntet li reis en sun cheval curant ;
L’estreu li tindrent Neimes e Jocerans ;
Prent sun escut e sun espiet trenchant.
3115Gent ad le cors, gaillart e ben seant,
Cler le visage e de bon cuntenant.
Puis si chevalchet mult aficheement.
Sunent cil greisle e derere e devant ;
Sur tuz les altres bundist li olifant.
3120Plurent Franceis pur pitet de Rollant.

CCXXVI

L'EMPEREUR descend de son cheval. Sur l’herbe verte il s’est couché, face contre terre. Il tourne son visage vers le soleil levant, et de tout son cœur invoque Dieu : « Vrai Père, en ce jour, défends-moi, toi qui sauvas Jonas et le retiras du corps de la baleine […], toi qui épargnas le roi de Ninive et qui délivras Daniel de l’horrible supplice dans la fosse où il était avec les lions, toi qui protégeas les trois enfants dans la fournaise ardente ! En ce jour, que ton amour m’assiste ! Par ta grâce, s’il te plaît ainsi, accorde-moi que je puisse venger mon neveu Roland ! » Quand il eut fait oraison, il se redressa debout et signa son chef du signe puissant. Il se remet en selle sur son cheval rapide : Naimes et Jozeran lui ont tenu l’étrier. Il prend son écu et son épieu tranchant. Son corps est noble, gaillard et de belle prestance ; son visage, clair et assuré. Puis il chevauche, ferme sur l’étrier. À l’avant, à l’arrière, les clairons sonnent ; plus haut que tous les autres, retentit l’olifant. Par pitié de Roland, les Français pleurent.

CCXXVII

Mult gentiment li emperere chevalchet.
Desur sa bronie fors ad mise sa barbe.
Pur sue amor altretel funt li altre :
Cent milie Francs en sunt reconoisable.
3125Passent cez puis e cez roches plus haltes,
Cez vals parfunz, cez destreiz anguisables,
Issent des porz e de la tere guaste,
Devers Espaigne sunt alez en la marche,
En un emplein unt prise lur estage.

3130A Baligant repairent ses enguardes.
Uns Sulians li ad dit sun message :
« Veüd avum li orguillus reis Carles.
Fiers sunt si hume, n’unt talent qu’il li faillent.
Adubez vus, sempres avrez bataille ! »
3135Dist Baligant : « Or oi grant vasselage.
Sunez voz graisles, que mi paien le sacent ! »

CCXXVII

TRÈS noblement l’empereur chevauche. Sur sa poitrine, hors de la brogne, il a étalé sa barbe. Pour l’amour de lui, les autres font de même ; par là se reconnaîtront les cent mille Français de son corps de bataille. Ils passent les monts et les hauteurs rocheuses, les vaux profonds, les défilés pleins d’angoisse. Ils sortent des ports et de la région inculte. Ils ont pénétré en Espagne et s’établissent au milieu d’une plaine. Vers Baligant reviennent ses avant-gardes. Un Syrien lui dit son message : « Nous avons vu l’orgueilleux roi Charles. Ses hommes sont fiers ; ils ne sauraient lui faillir. Armez-vous, sur l’heure vous aurez la bataille. » Baligant dit : « Elle s’annonce belle. Sonnez vos clairons, pour que mes païens le sachent ! »

CCXXVIII

Par tute l’ost funt lur taburs suner
E cez buisines e cez greisles mult cler :
Paien descendent pur lur cors aduber.
3140Li amiralz ne se voelt demurer,
Vest une bronie dunt li par sunt sasfret,
Lacet sun elme, ki ad or est gemmet,
Puis ceint s’espee al senestre costet.
Par sun orgoill li ad un num truvet :
3145Pur la Carlun dunt il oït parler
. . . . . . . . . . . . . . . . . .
Ço ert s’enseigne en bataille campel ;
Ses chevalers en ad fait escrier.
Pent a sun col un soen grant escut let :
3150D’or est la bucle e de cristal listet,
La guige en est d’un bon palie roet ;
Tient sun espiet, si l’apelet Maltet :
La hanste fut grosse cume uns tinels ;
De sul le fer fust uns mulez trusset.
3155En sun destrer Baligant est muntet ;
L’estreu li tint Marcules d’ultre mer.
La forcheüre ad asez grant li ber,
Graisles les flancs e larges les costez ;

Gros ad le piz, belement est mollet,
3160Lees les espalles e le vis ad mult cler,
Fier le visage, le chef recercelet,
Tant par ert blancs cume flur en estet ;
De vasselage est suvent esprovet ;
Deus ! quel baron, s’oüst chrestientet !
3165Le cheval brochet, li sancs en ist tuz clers,
Fait sun eslais, si tressalt un fosset,
Cinquante pez i poet hom mesurer.
Paien escrient : « Cist deit marches tenser !
N’i ad Franceis, si a lui vient juster,
3170Voeillet o nun, n’i perdet sun edet.
Carles est fols que ne s’en est alet. » AOI.

CCXXVIII

PAR toute l’armée ils font sonner leurs tambours et les buccines et les cors haut et clair : les païens mettent pied à terre pour revêtir leurs armes. L’émir n’entend pas se montrer le plus lent. Il endosse une brogne dont les pans sont safrés, il lace son heaume paré d’or et de pierreries. Puis, à son flanc gauche il ceint son épée ; en son orgueil il lui a trouvé un nom : à cause de l’épée de Charles, dont il a entendu parler, [il nomme la sienne Précieuse], et « Précieuse ! » est son cri d’armes en bataille. Il le fait crier par ses chevaliers, puis il pend à son cou un sien grand écu large : la boucle en est d’or, la bordure parée de cristal ; la courroie est d’un bon drap de soie où des cercles sont brodés. Il saisit son épieu, qu’il appelle Maltet : la hampe en est grosse comme une massue, son fer suffirait à la charge d’un mulet. Sur son destrier Baligant est monté ; Marcules d’outre-mer lui a tenu l’étrier. Le preux a l’enfourchure très grande, les flancs étroits et les côtés larges, la poitrine vaste et bien moulée, les épaules fortes, le teint très clair, le visage fier ; son chef bouclé est aussi blanc que fleur de printemps, et, sa vaillance, il l’a souvent prouvée. Dieu ! quel baron, s’il était chrétien ! Il pique son cheval : le sang sous l’éperon jaillit tout clair. Il prend son galop, saute un fossé : on y peut bien mesurer cinquante pieds de large. Les païens s’écrient : « Celui-là est fait pour défendre les marches ! Il n’est pas un Français, s’il vient jouter contre lui, qui n’y perde, bon gré, mal gré, sa vie ! Charles est bien fou qui ne s’en est allé ! »

CCXXIX

Li amiralz ben resemblet barun.
Blanche ad la barbe ensement cume flur
E de sa lei mult par est saives hom
3175E en bataille est fiers e orgoillus.
Ses filz Malpramis mult est chevalerus ;
Granz est e forz e trait as anceisurs.
Dist a sun perre : « Sire, car cevalchum !
Mult me merveill se ja verrum Carlun. »
3180Dist Baligant : « Oïl, car mult est proz.
En plusurs gestes de lui sunt granz honurs.
Il n’en at mie de Rollant sun nevold :
N’avrat vertut ques tienget contre nus. AOI.

CCXXIX

L’ÉMIR est semblable à un vrai baron. Sa barbe est blanche comme fleur. Il est très sage clerc en sa loi ; dans la bataille il est fier et hardi. Son fils Malpramis est de grande chevalerie. Il est de haute taille, et fort ; il ressemble à ses ancêtres. Il dit à son père : « Or donc, sire, en avant ! Si nous voyons Charles, j’en serai fort surpris. » Baligant dit : « Nous le verrons, car il est très preux. Maintes annales disent de lui de grandes louanges. Mais il n’a plus son neveu Roland : il ne sera pas de force à tenir contre nous.

CCXXX

Bels filz Malpramis, » ço li dist Baligant,
3185« Li altrer fut ocis le bon vassal Rollant

E Oliver, li proz e li vaillanz,
Li .XII. per, qui Carles amat tant,
De cels de France .XX. milie cumbatanz.
Trestuz les altres ne pris jo mie un guant.
3190Li empereres repairet virement,
Sil m’at nunciet mes mès, li Sulians,
.X. escheles..... mult granz.
Cil est mult proz ki sunet l’olifant :
D’un graisle cler racatet ses cumpaignz
3195E si cevalcent el premer chef devant,
Ensembl’od els .XV. milie de Francs,
De bachelers que Carles cleimet enfanz.
Après icels en i ad ben altretanz.
Cil i ferrunt mult orgoillusement. »
3200Dist Malpramis : « Le colp vos en demant. » AOI

CCXXX

BEAU fils Malpramis, » lui a dit Baligant, « l’autre hier fut tué Roland, le bon vassal, et Olivier, le vaillant et le preux, et les douze pairs, que Charles aimait tant ; vingt mille combattants furent tués, de ceux de France. Tous les autres, je ne les prise pas la valeur d’un gant. En vérité, l’empereur revient : le Syrien, mon messager, me l’annonça. Dix grands corps de bataille approchent. Celui-là est très preux, qui sonne l’olifant. D’un cor au son clair son compagnon lui répond, et tous deux chevauchent les premiers, en avant : avec eux, quinze mille Français, de ces bacheliers que Charles appelle ses enfants ; après, il en vient tout autant : ceux-là combattront très orgueilleusement. » Malpramis dit : « Je vous demande un don : que je frappe le premier coup ! »

CCXXXI

« Filz Malpramis, Baligant li ad dit,
« Jo vos otri quanque m’avez ci quis.
Cuntre Franceis sempres irez ferir,
Si i merrez Torleu, le rei persis,
3205E Dapamort, un altre rei leutiz.
Le grant orgoill se ja puez matir,
Jo vos durrai un par de mun païs
Dès Cheriant entresqu’en Val Marchis. »
Cil respunt : « Sire, vostre mercit ! »
3210Passet avant, le dun en requeillit,
Ço est de la terre ki fut al rei Flurit
A itel ore : unches puis ne la vit,
Ne il n’en fut ne vestut ne saisit.

CCXXXI

FILS Malpramis, » lui a dit Baligant, « ce que vous m’avez demandé, je vous l’octroie. Contre les Français, sur l’heure, vous irez frapper. Vous y mènerez Torleu, le roi persan, et Dapamort, le roi leutice. Si vous pouvez mater leur grand orgueil, je vous donnerai un pan de mon pays, depuis Cheriant jusqu’au Val Marchis. » Il répond : « Sire, soyez remercié ! » Il s’avance, reçoit le don, la terre qui appartenait alors au roi Flori. Jamais il ne devait la voir ; jamais de ce fief il ne fut ni vêtu ni saisi.

CCXXXII

Li amiraill chevalchet par cez oz.
3215Sis filz le siut, ki mult ad grant le cors.
Li reis Torleus e li reis Dapamort
.XXX. escheles establissent mult tost.
Chevalers unt a merveillus esforz :
En la menur .L. milie en out.
3220La premere est de cels de Butentrot,
E l’altre après de Micenes as chefs gros :
Sur les eschines qu’il unt en mi les dos
Cil sunt seiet ensement cume porc ; AOI.
E la terce est de Nubles e de Blos,
3225E la quarte est de Bruns e d’Esclavoz,
E la quinte est de Sorbres e de Sorz,
E la siste est d’Ermines e de Mors,
E la sedme est de cels de Jericho,
E l’oitme est de Nigres e la noefme de Gros,
3230E la disme est de Balide la fort :
Ço est une gent ki unches ben ne volt.
Li amiralz en juret quanqu’il poet
De Mahumet les vertuz e le cors :
« Karles de France chevalchet cume fols.
3235Bataille i ert, se il ne s’en destolt ;
Jamais n’avrat el chef corone d’or. »

CCXXXII

L’ÉM1R chevauche par les rangs de ses troupes. Son fils le suit, à la haute stature. Le roi Torleu et le roi Dapamort établissent sur l’heure trente corps de bataille : ils ont des chevaliers en nombre merveilleux : le moindre corps en compte cinquante mille. Le premier est formé de ceux de Botentrot, et le second de Misnes aux grosses têtes : sur leurs échines, au long du dos, ils ont des soies, tout comme les porcs. Et le troisième est formé de Nubles et de Blos, et le quatrième de Bruns et d’Esclavons, et le cinquième de Sorbres et de Sors, et le sixième d’Arméniens et de Maures, et le septième de ceux de Jéricho, et le huitième de Nigres, et le neuvième de Gros, et le dixième de ceux de Balide la Forte ; c’est une engeance qui jamais ne voulut le bien. L’amiral jure par tous les serments qu’il peut, par les miracles de Mahomet et par son corps : « Bien fou Charles de France, qui chevauche vers nous ! Il y aura bataille, s’il ne se dérobe pas. Jamais plus il ne portera la couronne d’or. »

CCXXXIII

Dis escheles establisent après.
La premere est des Canelius les laiz :
De Val Fuit sun venuz en traver ;
3240L’altre est de Turcs e la terce de Pers,

E la quarte est de Pinceneis e de Pers,
E la quinte est de Solteras e d’Avers,
E la siste est d’Ormaleus e d’Eugiez,
E la sedme est de la gent Samuel,
3245L’oidme est de Bruise e la noefme de Clavers,
E la disme est d’Occian la desert :
Ço est une gent ki Damnedeu ne sert ;
De plus feluns n’orrez parler jamais ;
Durs unt les quirs ensement cume fer ;
3250Pur ço n’unt soign de elme ne d’osberc ;
En la bataille sunt felun e engrès. AOI.

CCXXXIII

APRÈS ils établissent dix autres corps de bataille. Le premier est formé des laids Chananéens : ils sont venus de Val-Fuiten prenant par la traverse (?) ; le second de Turcs et le troisième de Persans, et le quatrième de Petchenèques et de [....], et le cinquième de Solteras et d’Avers, et le sixième d’Ormaleus et d’Eugiez, et le septième du peuple de Samuel, et le huitième de ceux de Bruise, et le neuvième de Clavers, et le dixième de ceux d’Occian la Déserte : c’est une engeance qui ne sert pas Dieu. Jamais vous n’entendrez parler de pires félons : ils ont le cuir aussi dur que fer ; aussi n’ont-ils cure de haubert ni de heaume : à la bataille ils sont rudes et obstinés.

CCXXXIV

Li amiralz .X. escheles ad justedes.
La premere est des jaianz de Malprose,
L’altre est de Hums e la terce de Hungres,
3255E la quarte est de Baldise la lunge,
E la quinte est de cels de Val Penuse,
E la siste est de..... Maruse,
E la sedme est de Leus e d’Astrimonies,
L’oidme est d’Argoilles e la noefme de Clarbone,
3260E la disme est des barbez de Fronde :
Ço est une gent ki Deu nen amat unkes.
Geste Francor .XXX. escheles i numbrent.
Granz sunt les oz u cez buisines sunent.
Paien chevalchent en guise de produme. AOI.

CCXXXIV

L’ÉMIR a ordonné dix autres corps de bataille. Le premier est formé des géants de Malprose, le second de Huns et le troisième de Hongrois, et le quatrième de ceux de Baldise la Longue, et le cinquième de ceux de Val Peneuse, et le sixième de ceux de Marose, et le septième de Leus et d’Astrimoines, et le huitième de ceux d’Argoilles, et le neuvième de ceux de Clarbonne, et le dixième de ceux de Fronde aux longues barbes : c’est une engeance qui jamais n’aima Dieu. Les Annales des Francs dénombrent ainsi trente corps de bataille. Grandes sont leurs armées où les buccines sonnent. Les païens chevauchent en vaillants.

CCXXXV

3265Li amiralz mult par est riches hoem.
Dedavant sei fait porter sun dragon
E l’estandart Tervagan e Mahum

E un’ ymagene Apolin le felun.
Des Canelius chevalchent envirun ;
3270Mult haltement escrient un sermun :
« Ki par noz deus voelt aveir guarison,
Sis prit e servet par grant afflictiun ! »
Paien i bassent lur chefs e lur mentun,
Lor helmes clers i suzclinent enbrunc.
3275Dient Franceis : « Sempres murrez, glutun !
De vos seit hoi male confusion !
Li nostre Deu, guarantisez Carlun !
Ceste bataille seit..... en sun num ! » AOI.

CCXXXV

L’ÉMIR est un très puissant seigneur. Par devant lui il fait porter son dragon, et l’étendard de Tervagan et de Mahomet, et une image du félon Apollin. Dix Chananéens chevauchent à l’entour ; ils vont sermonnant à voix très haute : « Celui qui par nos dieux veut être sauvé, qu’il les prie et les serve en toute humilité ! » Les païens baissent la tête, leurs heaumes brillants se penchent contre terre. Les Français disent : « Bientôt, truands, vous mourrez ! Puisse ce jour vous confondre ! Vous, notre Dieu, défendez Charles ! Que cette bataille soit gagnée (?) en son nom ! »

CCXXXVI

Li amiralz est mult de grant saveir ;
3280A sei apelet sis filz e les dous reis :
« Seignurs barons, devant chevalchereiz.
Mes escheles, tutes les guiereiz ;
Mais des meillors voeill jo retenir treis :
L’un’ ert de Turcs e l’altre d’Ormaleis
3285E la terce est des jaianz de Malpreis.
Cil d’Ociant ierent esembl’ ot mei,
Si justerunt a Charles e a Franceis.
Li emperere, s’il se cumbat od mei,
Desur le buc la teste perdre en deit.
3290Trestut seit fiz, n’i avrat altre dreit. » AOI.

CCXXXVI

L’ÉMIR est un chef très sage. Il appelle à lui son fils et les deux rois : « Seigneurs barons, vous chevaucherez devant. Mes corps de bataille, vous les guiderez tous ; mais j’en veux retenir trois, des meilleurs : le premier de Turcs, le second d’Ormaleis, et le troisième des géants de Malprose. Avec moi seront ceux d’Occiant : c’est eux qui combattront Charles et les Français. Si l’empereur joute contre moi, sur ses épaules je prendrai sa tête. Il ne lui sera fait, qu’il le sache bien ! nul autre droit. »

CCXXXVII

Granz sunt les oz e les escheles beles.
Entr’els nen at ne pui ne val ne tertre,
Selve ne bois ; asconse n’i poet estre ;
Ben s’entreveient en mi la pleine tere.

3295Dist Baligant : « La meie gent averse,
Car chevalchez pur la bataille quere ! »
L’enseigne portet Amborres d’Oluferne.
Paien escrient, Preciuse l’apelent.
Dient Franceis : « De vos seit hoi grant perte ! »
3300Mult haltement Munjoie renuvelent.
Li emperere i fait suner ses greisles
E l’olifan, ki trestuz les esclairet.
Dient paien : « La gent Carlun est bele.
Bataille avrum e aduree e pesme. » AOI.

CCXXXVII

GRANDES sont les armées, beaux les corps de bataille. Entre païens et Français, il n’y a ni mont, ni val, ni tertre, ni forêt, ni bois qui puisse cacher une troupe : ils se voient à plein par la terre découverte. Baligant dit : « Or donc, mes païens, chevauchez, pour chercher la bataille ! » Amborre d’Oluferne porte l’enseigne. À la voir, les païens crient son nom « Précieuse ! », leur cri d’armes. Les Français disent : « Que ce jour voie votre perte ! » Ils crient à nouveau « Montjoie ! » puissamment. L’empereur fait sonner ses clairons, et l’olifant, qui sonne plus clair que tous. Les païens disent : « La gent de Charles est belle. Nous aurons une bataille âpre et forcenée. »

CCXXXVIII

3305Grant est la plaigne e large la cuntree.
Luisent cil elme as perres d’or gemmees
E cez escuz e cez bronies safrees
E cez espiez, cez enseignes fermees.
Sunent cez greisles, les voiz en sunt mult cleres ;
3310De l’olifan haltes sunt les menees.
Li amiralz en apelet sun frere,
Ço est Canabeus, li reis de Floredee :
Cil tint la terre entresqu’en Val Sevree.
Les escheles Charlun li ad mustrees :
3315« Veez l’orgoil de France la loee !
Mult fierement chevalchet li emperere.
Il est darere od cele gent barbee :
Desur lur bronies lur barbes unt getees
Altresi blanches cume neif sur gelee.
3320Cil i ferrunt de lances e d’espees.
Bataille avrum e forte e aduree :
Unkes nuls hom ne vit tel ajustee. »
Plus qu’om ne lancet une verge pelee,

Baligant ad ses cumpaignes trespassees.
3325Une raison lur a dit’e mustree :
« Venez, paien, kar jon irai en l’estree. »
De sun espiet la hanste en ad branlee,
Envers Karlun la mure en ad turnee. AOI.

CCXXXVIII

LARGE est la plaine et le pays au loin se découvre. Les heaumes aux pierreries serties d’or brillent, et les écus et les brognes safrées et les épieux et les enseignes fixées aux fers. Les clairons retentissent, et leurs voix sont très claires, et l’olifant sonne haut la charge. L’émir appelle son frère, Canabeu, le roi de Floredée : celui-là tenait la terre jusqu’à la Val Sevrée. Il lui montre les corps de bataille de Charles : « Voyez l’orgueil de France la louée ! L’empereur chevauche très fièrement. Il est en arrière avec ces vieux qui sur leurs brognes ont jeté leurs barbes, aussi blanches que neige sur glace. Ceux-là frapperont bien des épées et des lances. Nous aurons une bataille dure et acharnée ; jamais nul n’aura vu la pareille. » Loin en avant de sa troupe, plus loin qu’on lancerait une verge pelée, Baligant chevauche. Il s’écrie : « Venez, païens, car j’irai par la droite route ! (?) » Il brandit son épieu ; il en a tourné la pointe contre Charles.

CCXXXIX

Carles li magnes, cum il vit l’amiraill
3330E le dragon, l’enseigne e l’estandart,
— De cels d’Arabe si grant force i par ad,
De la contree unt porprises les parz
Ne mès que tant cume l’empereres en ad, —
Li reis de France s’en escriet mult halt :
3335« Barons franceis, vos estes bons vassals.
Tantes batailles avez faites en camps !
Veez, paien felun sunt e cuart.
Tutes lor leis un dener ne lur valt.
S’il unt grant gent, d’iço, seignurs, qui calt ?
3340Ki or ne voelt a mei venir s’en alt ! »
Des esperons puis brochet le cheval,
E Tencendor li ad fait .IIII. salz.
Dient Franceis : « Icist reis est vassals !
Chevalchez, bers ! Nul de nus ne vus falt. »

CCXXXIX

CHARLES le Grand, quand il voit l’émir et le dragon, l’enseigne et l’étendard, et combien est grande la force des Arabes, et comme ils couvrent toute la contrée, hormis le terrain qu’il tient, le roi de France s’écrie : « Barons français, vous êtes de bons vassaux. Vous avez soutenu tant de larges batailles ! Voyez les païens : ils sont félons et couards. Toute leur loi ne leur vaut pas un denier. Si leur engeance est nombreuse, seigneurs, qu’importe ? Qui ne veut à l’instant venir avec moi, qu’il s’en aille ! » Puis il pique son cheval des éperons : Tencendur par quatre fois bondit. Les Français disent : « Ce roi est un vaillant ! Chevauchez, preux, pas un de nous ne vous fait défaut. »

CCXL

3345Clers fut li jurz e li soleilz luisanz.
Les oz sunt beles e les cumpaignes granz.
Justees sunt les escheles devant.
Li quens Rabels e li quens Guinemans
Lascent les resnes a lor cevals curanz,

3350Brochent a eit. Dunc laisent curre Francs,
Si vunt ferir de lur espiez trenchanz. AOI.

CCXL

LE jour était clair, le soleil éclatant. Belles sont les armées, puissants les corps de bataille. Ceux de l’avant s’affrontent. Le comte Rabel et le comte Guinemant lâchent les rênes à leurs chevaux rapides, donnent vivement de l’éperon. Alors les Francs laissent courre ; ils vont frapper de leurs épieux qui bien tranchent.

CCXLI

Li quens Rabels est chevaler hardiz.
Le cheval brochet des esperuns d’or fin,
Si vait ferir Torleu, le rei persis.
3355N’escut ne bronie ne pout sun colp tenir :
L’espiet a or li ad enz el cors mis,
Que mort l’abat sur un boissun petit.
Dient Franceis : « Damnesdeus nos aït !
Carles ad dreit, ne li devom faillir. » AOI.

CCXLI

LE comte Rabel est chevalier hardi. Il pique son cheval de ses éperons d’or fin et va frapper Torleu, le roi persan : ni l’écu ni la brogne ne résistent au coup. Il lui a enfoncé au corps son épieu doré, et l’abat mort sur un petit buisson. Les Français disent : « Que Dieu nous aide ! Charles a pour lui le droit, nous ne devons pas lui faillir. »

CCXLII

3360E Guineman justet a un rei leutice.
Tute li freint la targe, ki est flurie ;
Après li ad la bronie descunfite ;
Tute l’enseigne li ad enz el cors mise,
Que mort l’abat, ki qu’en plurt u kin riet.
3365A icest colp cil de France s’escrient :
« Ferez, baron, ne vos targez mie !
Carles ad dreit vers la gent.....
Deus nus ad mis al plus verai juise. » AOI.

CCXLII

ET Guineman joute contre le roi leutice. Il lui a toute brisé sa targe, où sont peintes des fleurs ; puis il déchire sa brogne et lui plonge au corps tout son gonfanon, et, qu’on en pleure ou qu’on en rie, l’abat mort. À ce coup, ceux de France s’écrient : « Frappez, barons, ne tardez pas ! Le droit est à Charles contre la gent haïe (?) : Dieu nous a choisis pour dire le vrai jugement. »

CCXLIII

Malpramis siet sur un cheval tut blanc ;
3370Cunduit sun cors en la presse des Francs,
D’ures es altres granz colps i vait ferant,
L’un mort sur l’altre suvent vait tresturnant.
Tut premereins s’escriet Baligant :
« Li mien baron, nurrit vos ai lung tens.

3375Veez mun filz, Carlun vait querant,
A ses armes tanz barons calunjant :
Meillor vassal de lui ja ne demant.
Succurez le a voz espiez trenchant ! »
A icest mot paien venent avant,
3380Durs colps i fierent, mult est li caples granz.
La bataille est merveilleuse e pesant :
Ne fut si fort enceis ne puis cet tens. AOI.

CCXLIII

MALPRAMIS monte un cheval tout blanc. Il se jette dans la presse des Français. De l’un à l’autre il va, frappant de grands coups, et renverse le mort sur le mort. Tout le premier, Baligant s’écrie : « Ô mes barons, je vous ai longtemps nourris ! Voyez mon fils : c’est Charles qu’il cherche à joindre ! Combien de barons il requiert de ses armes ! Un plus vaillant que lui, je ne le demande pas. Secourez-le de vos épieux tranchants ! » À ces mots, les païens s’élancent. Ils frappent des coups durs ; grand est le carnage. La bataille est merveilleuse et lourde : ni avant ni depuis, jamais on n’en vit une aussi rude.

CCXLIV

Granz sunt les oz e les cumpaignes fieres,
Justees sunt trestutes les escheles,
3385E li paien merveillusement fierent.
Deus ! tantes hanstes i ad par mi brisees,
Escuz fruisez e bronies desmaillees !
La veïsez la tere si junchee !
L’erbe del camp, ki est verte e delgee...
3390. . . . . . . . . . . . . .
Li amiralz recleimet sa maisnee :
Ferez, baron, sur la gent chrestiene ! »
La bataille est mult dure e afichee ;
Unc einz ne puis ne fut si fort ajustee ;
3395Josqu’a la nuit n’en ert fins otriee. AOI.

CCXLIV

GRANDES sont les armées, les troupes hardies. Les corps de bataille sont tous engagés. Et les païens frappent merveilleusement. Dieu ! Tant de hampes rompues en deux, tant d’écus brisés, tant de brognes démaillées ! La terre en est toute jonchée, et l’herbe du champ qui est verte et fine..... L’émir invoque ses fidèles : « Frappez, barons, sur l’engeance chrétienne ! » La bataille est dure et obstinée. Ni avant ni depuis on n’en vit une aussi âpre. Jusqu’à la nuit, elle durera sans trêve.

CCXLV

Li amiralz la sue gent apelet :
« Ferez, paien : por el venud n’i estes !
Jo vos durrai muillers gentes e beles,
Si vos durai feus e honors e teres. »
3400Paien respundent : « Nus le devuns ben fere. »
A colps pleners de lor espiez i perdent :

Plus de cent milie espees i unt traites.
Ais vos le caple e dulurus e pesmes ;
Bataille veit cil ki entr’ els voit estre. AOI.

CCXLV

L’ÉMIR requiert les siens : « Frappez, païens ; vous n’êtes venus que pour frapper ! Je vous donnerai des femmes nobles et belles, je vous donnerai des fiefs, des domaines, des terres. » Les païens répondent : « Ainsi devons-nous faire ! » À force de frapper à toute volée, nombre de leurs épieux se brisent ; alors ils dégainent plus de cent mille épées. Voici la mêlée douloureuse et horrible : qui est au milieu d’eux voit ce qu’est une bataille.

CCXLVI

3405Li emperere recleimet ses Franceis :
« Seignors barons, jo vos aim, si vos crei.
Tantes batailles avez faites pur mei,
Regnes cunquis e desordenet reis !
Ben le conuis que gueredun vos en dei
3410E de mun cors, de teres e d’aveir.
Vengez voz filz, voz freres e voz heirs,
Qu’en Rencesvals furent morz l’altre seir !
Ja savez vos cuntre paiens ai dreit. »
Respondent Franc : « Sire, vos dites veir. »
3415Itels .XX. miliers en ad od sei
Cumunement l’en prametent lor feiz
Ne li faldrunt pur mort ne pur destreit.
N’en i ad cet sa lance n’i empleit ;
De lur espees i fierent demaneis ;
3420La bataille est de merveillus destreit. AOI.

CCXLVI

L'EMPEREUR invoque ses Français : « Seigneurs barons, je vous aime, j’ai foi en vous. Pour moi vous avez livré tant de batailles, conquis des royaumes, dégradé des rois ; je le reconnais bien, je vous en dois le salaire : mon corps, des terres, des richesses. Vengez vos fils, vos frères et vos héritiers, qui à Roncevaux furent tués l’autre soir. Vous le savez, contre les païens j’ai le droit devers moi. » Les Francs répondent : « Sire, vous dites vrai. » Et vingt mille sont autour de lui, qui d’une voix lui jurent leur foi de ne lui faillir pour mort ni pour angoisse : ils y emploieront bien chacun sa lance. Aussitôt ils frappent des épées. La bataille est merveilleusement acharnée.

CCXLVII

E Malpramis par roi le camp chevalchet ;
De cels de France i fait mult grant damage.
Naimes li dux fierement le reguardet,
Vait le ferir cum hume vertudable.
3425De sun escut li freint la pene halte,
De sun osberc les dous pans li desaffret,
El cors li met tute l’enseigne jalne,
Que mort l’abat entre .VII. C. des altres.

CCXLVII

ET Malpramis par le champ chevauche. De ceux de France il fait grand carnage. Naimes le duc le regarde d’un regard fier, et va le frapper en vaillant. De son écu il déchire le cuir, de son haubert il rompt les deux pans (?) ; il lui enfonce toute dans le corps son enseigne jaune, et l’abat mort entre les autres, qui gisent sans nombre.

CCXLVIII

3430Reis Canabeus, le frere a l’amiraill,
Des esporuns ben brochet sun cheval ;
Trait ad l’espee, le punt est de cristal,
Si fiert Naimun en l’elme principal.
L’une meitiet l’en fruissed d’une part ;
Al brant d’acer l’en trenchet .V. des laz.
3435Li capelers un dener ne li valt :
Trenchet la coife entres que a la char,
Jus a la tere une piece en abat.
Granz fut li colps, li dux en estonat :
Sempres caïst, se Deus ne li aidast.
3440De sun destrer le col en enbraçat.
Se li paiens une feiz recuvrast,
Sempres fust mort li nobilies vassal.
Carles de France i vint, kil sucurrat. AOI.

CCXLVIII

LE roi Canabeu, le frère de l’émir, pique fortement des éperons son cheval. Il a tiré son épée : le pommeau en est de cristal. Il frappe Naimes sur son heaume…, le brise en deux moitiés, en tranche cinq des lacs de son épée d’acier, — le capelier ne lui sert de rien, — en fend la coiffe jusqu’à la chair, en jette par terre une pièce. Le coup fut rude, le duc est comme foudroyé. Il va tomber, mais Dieu l’aide. Il saisit de ses deux bras le col de son destrier. Si le païen redouble, le noble vassal est mort. Charles de France vient, qui le secourra.

CCXLIX

Naimes li dux tant par est anguissables,
3445E li paiens de ferir mult le hastet.
Carles li dist : « Culvert, mar le baillastes ! »
Vait le ferir par sun grant vasselage :
L’escut li freint, contre le coer li quasset,
De sun osberc li desrumpt la ventaille,
3450Que mort l’abat : la sele en remeint guaste.

CCXLIX

LE duc Naimes est en grande détresse. Et le païen se hâte pour le frapper à nouveau. Charles lui dit : « Truand, c’est pour ton malheur que tu t’en es pris à celui-là ! » En sa hardiesse il va le frapper. Il brise l’écu du païen, le lui écrase contre le cœur. Il rompt la ventaille de son haubert et l’abat mort : la selle reste vide.

CCL

Mult ad grant doel Carlemagnes li reis,
Quant Naimun veit nafret devant sei,

Sur l’erbe verte le sanc tut cler caeir.
Li empereres li ad dit a cunseill :
3455« Bel sire Naimes, kar chevalez od mei !
Morz est li gluz ki en destreit vus teneit ;
El cors li mis mun espiet une feiz. »
Respunt li dux : « Sire, jo vos en crei.
Se jo vif alques, mult grant prod i avreiz. »
3460Puis sunt justez par amur e par feid,
Ensembl’ od els tels .XX. milie Franceis
N’i ad celoi que n’i fierge o n’i capleit. AOI.

.
CCL

CHARLEMAGNE le roi est rempli de douleur, quand devant lui il voit Naimes blessé et son sang qui tombe, clair sur l’herbe verte. Il lui dit, penché sur lui : « Beau sire Naimes, chevauchez à mon côté. Il est mort, le truand qui vous pressait ; je lui ai mis au corps mon épieu pour cette fois. » Le duc répond : « Sire, je me repose en vous ; si je survis, vous n’y perdrez pas. » Puis, en tout amour, en toute foi, ils vont côte à côte ; avec eux, vingt mille Français : il n’en est pas un qui ne frappe et ne taille.


◄  laisses 151 à 200. Présentation bilingue laisses 251 à 291.  ►