Aménager et développer le territoire français/Fiche/Notions-clés

Une page de Wikiversité.
Aller à : navigation, rechercher
Fiche mémoire sur les notions-clés
En raison de limitations techniques, la typographie souhaitable du titre, « Fiche : Notions-clés
Aménager et développer le territoire français/Fiche/Notions-clés
 », n'a pu être restituée correctement ci-dessus.
Étienne Le Hongre, La Seine (devant la façade ouest du château de Versailles).
Aménager et développer le territoire français

Il s'agit d'une fiche de révision du chapitre : elle doit fournir le plan du cours, ainsi que les principales notions-clés. Pour les cartes à savoir, consultez la fiche sur les cartes à apprendre.

Valoriser et ménager les milieux[modifier | modifier le wikicode]

Gestion durable d'un milieu : l'estuaire de la Seine (étude de cas)[modifier | modifier le wikicode]

Définition du développement durable : il s'agit de trouver un juste milieu entre développement et écologie et permettre la création d’emplois tout en protégeant l'environnement.

Aspects économiques[modifier | modifier le wikicode]

L'estuaire doit satisfaire certains besoins :

  • militaire (base navale) ;
  • commerciaux (développement des bassins et activités) ;
  • industriels (espaces à proximité du port) ;
  • agricoles (sols légers de bonnes qualités) ;
  • sécuritaire (phares, balises, dragage).
  • tourisme (parcs de loisirs, sauvegarde du patrimoine)
  • Zone industrialo-portuaire (ZIP) : spécialisation des navires avec différents terminaux de marchandises, exemple pétrolier avec une raffinerie.

Enjeux environnementaux[modifier | modifier le wikicode]

On constate que le dessin des côtes a changé depuis le XVIIIe siècle, il y a une augmentation des terres et une forte pollution de Seine. Différentes mesures ont été prises :

  • loi sur l'eau, obligation de traiter les eaux usées avant de les déverser ;
  • création de la réserve naturelle de l'estuaire de la Seine ;
  • mesures compensatoires (brèche dans la digue, zone de repos pour les oiseaux migrateurs et création d'une île artificielle).

Potentialités et contraintes du territoire français (ultramarin compris)[modifier | modifier le wikicode]

Milieu : situé à l'intersection de l'action humaine et du milieu naturel.

Transformation des différents milieux[modifier | modifier le wikicode]

L'homme choisit ce qu’il va faire des différents milieux en fonction de ce qu’ils peuvent lui apporter. Il fait ce choix en fonction du climat (soleil, neige ...) mais aussi des possibilités d'aménagement.

Les vallées sont souvent occupées par des villes et des terres agricoles alors que les forêts et les pentes de haute montagne sont souvent désertées en dehors des pistes de ski.

Contraintes liées aux milieux[modifier | modifier le wikicode]

Les contraintes peuvent aussi être des potentialités.

Les principales contraintes sont souvent dues aux risques liés au milieu comme les tremblements de terre ou les raz de marée, auxquels on peut rajouter le volcanisme, les tempêtes et les ouragans. Mais les phénomènes non naturels existent aussi comme le nucléaire ou les usines chimiques, ou encore les raffineries. C'est pourquoi des parcs nationaux ont été créés pour protéger les espaces naturels de l'homme et des aléas de la nature.

La France en villes[modifier | modifier le wikicode]

Mouvements de population, urbanisation, métropolisation[modifier | modifier le wikicode]

Évolution des espaces urbains[modifier | modifier le wikicode]

Urbanisation : expansion des villes.

Ville : commune dont la zone bâtie comprend plus de 2000 habitants.

Unité urbaine ou agglomération : ensemble de communes urbaines formant une zone continue.

Aire urbaine ou bassin d’emploi ou aire métropolitaine : c'est-à-dire ensemble de communes constituées d'un pôle urbain et d'une couronne périurbaine dont la population active est attirée dans le pôle.

Densification : le centre se densifie, construction de bâti collectif (haut en étages).

Périurbanisation : urbanisation de la périphérie, ce qu’il y a autour = rurbanisation.

Flux pendulaire : lié à l’heure, flux de population dans les transports.

Polycentrisme : plusieurs centres urbains forment une seule agglomération (avec plusieurs centres-villes).

Marques de la métropolisation[modifier | modifier le wikicode]

Métropole : grande ville ( + 5000 habitants), ville importante.

Métropolisation : processus qui conduit à la concentration et au renforcement des activités tertiaires de haut niveau dans quelques agglomérations qui influencent, encadrent et desservent une région.

Exemple : Lyon, Marseille, Toulouse...

Aménager les villes : réduire les fractures sociales et spatiales[modifier | modifier le wikicode]

Ségrégations spatiales[modifier | modifier le wikicode]

Ségrégation : séparation des groupes = fracture sociale.

Il y a une ségrégation commerciale ( en fonction des clients) et des quartiers (lotissement fermés ou bâtiments HLM). Paupérisation : la population s'appauvrit ( à l'échelle d'un quartier d'une ville ou d'un pays).

Gentrification : phénomène urbain d'embourgeoisement d'un quartier ( les "pauvres" sont obligés de s'en aller).

Politiques d'action[modifier | modifier le wikicode]

Armes : contrôle des loyers, logements sociaux, mixité sociale, réhabilitation urbaine, diversification de l'habitat, couverture maladie universelle (CMU : tout le monde peut être soigné en théorie), revenu de solidarité active (RSA : argent donné à des personnes de plus de 25 ans sans revenus), etc.

  • 1945 : création des HLM (habitation à loyer modéré).
  • 1953 : loi 1 % logement, permettant de financer les HLM.
  • 1990 : création du ministère de la Ville suite aux émeutes de Vaulx-en-Velin.
  • 1991 : loi LOV, loi d'orientation pour la ville.
  • 1996 : pacte relance ville, PRV avec la création des ZUS (zones urbaines sensibles) dont les ZFU (zone franche urbaine, sans impôt), ZUP (zone à urbaniser en priorité) et les ZEP (zone d'éducation prioritaire).
  • 2000 : loi relative à la solidarité et au renouvellement urbains (SRU).
  • 2005 : plan Borloo avec la création du contrat urbain de cohésion sociale (CUCS).

Entre attractivité urbaine et nouvelles formes de développement : les espaces ruraux[modifier | modifier le wikicode]

Rural dominé par l'urbain[modifier | modifier le wikicode]

Les espaces ruraux se désertifient pendant que la population des espaces urbains augmente. On parle d’exode rural : migrations des campagnards dans les villes.

Rapport centre-périphérie, dépendances économiques et culturelles. Étalement du territoire français sur les espaces ruraux : périurbanisation.

Typologie des espaces ruraux[modifier | modifier le wikicode]

  • Rural proche de l'urbain : migration pendulaire, ville-dortoir, occupation résidentielle ;
  • Rural dynamique : tourisme (haute montagne et littoraux), héliotropisme et agricole compétitif ;
  • Rural fragile : vieilli et peu dense, déprise agricole, désertification, diagonale du vide...

Dynamiques des espaces productifs dans la mondialisation[modifier | modifier le wikicode]

Un territoire de l'innovation : le plateau de Saclay (étude de cas)[modifier | modifier le wikicode]

Dynamiques de localisation des activités et mondialisation[modifier | modifier le wikicode]

  • Délocalisation des secteurs perdants : sidérurgie (déplacés vers les littoraux) de l'automobile vers l'étranger..
  • Nouvelles logiques de localisation : implantation de société au cœur même du marché (près des hub, près d'une main d’œuvre qualifié...), ou motivée par des aides (de l'État).
  • En conséquence : phénomène de métropolisation (concentration du marché et des affaires dans les principale agglomérations)

Mobilités, flux et réseaux dans la mondialisation[modifier | modifier le wikicode]

Roissy : plate-forme multimodale et hub mondial (étude de cas)[modifier | modifier le wikicode]

  • hub (logique de hub and spoke, « moyeu et rayon ») c'est-à-dire une « plate-forme de correspondance ».
  • Paris-CDG un aéroport de correspondance : 7e plus imposant au monde en termes de passagers par années (près de 60 millions) : c’est un hub mondial. Possède une vaste infrastructure de transport (axes routiers, gare et voies ferrées, héliport...)

La connexion du territoire français à l'Europe et au monde par les réseaux[modifier | modifier le wikicode]

Flux: mouvements (matériels ou immatériels) représentés sur les schémas généralement par les flèches Rupture de charge: obligation de changer le mode de transport Effet tunnel: le fait qu'un réseau de transport passe par une ville mais dont les habitants de cette ville n'en bénéficient pas Zone blanche: zone non couverte par les fournisseur d’accès car ils installent leurs antennes dans les zones les plus habitées, les habitants des campagnes ont un seul opérateur alors que les habitants des villes en ont plusieurs :

  • les réseaux routier et ferroviaire (par exemple LGV, lignes de grandes vitesses) depuis les années 1970 :
- sont centrés sur Paris
- constituent une étoile formée à partir des axes multimodaux [1]
- vont directement aux frontières en évitant les reliefs
  • les grands ports sont situés sur des estuaires sauf Marseille