Introduction au management de l'innovation/Une gestion intégrée de la dynamique des compétences de l'entreprise

Une page de Wikiversité.
Aller à : navigation, rechercher
Début de la boite de navigation du chapitre
Une gestion intégrée de la dynamique des compétences de l'entreprise
Icône de la faculté
Chapitre no 4
Leçon : Introduction au management de l'innovation
Chap. préc. : Comment rendre une entreprise plus apte à innover ?
Chap. suiv. : La gestion des services de R&T
fin de la boite de navigation du chapitre
En raison de limitations techniques, la typographie souhaitable du titre, « Introduction au management de l'innovation : Une gestion intégrée de la dynamique des compétences de l'entreprise
Introduction au management de l'innovation/Une gestion intégrée de la dynamique des compétences de l'entreprise
 », n'a pu être restituée correctement ci-dessus.

Les processus directement organisés en support de l'innovation sont notamment:

  • la recherche exploratoire de nouvelles connaissances scientifiques et techniques
  • le développement de produits et de services
  • la compréhension des besoins exprimés ou latents des utilisateurs potentiels
  • la construction d'une capacité à identifier les compétences externes qui peuvent être utiles pour compléter l'offre de l'entreprise et à intégrer celles-ci pour proposer des fonctionnalités plus riches.

Ce graphique illustre le fait que le management des ressources technologiques de l’entreprise est celui d’un stock de compétences et de connaissances qu’elle maîtrise ainsi que d’un réseau lui permettant d’accéder à des compétences externes lorsque c’est judicieux. Le stock est constitué en fonction des besoins anticipés des projets de développement de l’entreprise. Son évolution résulte de la surveillance et de l’analyse de l’évolution des technologies, des marchés et de l’environnement concurrentiel et des choix stratégiques de l’entreprise (que par ailleurs il conditionne). L’augmentation de ce stock se fait grâce aux programmes de recherche de l’entreprise, grâce à l’absorption ou à l’intégration de technologies développées ailleurs et grâce à la capitalisation des savoirs développés lors des projets. Son exploitation se fait à travers l’offre de l’entreprise, mais aussi, hors de ses marchés, par la valorisation externe des technologies qu’elle maîtrise.
Les activités de développement et d’exploration ont des horizons temporels différents (en mois ou années pour les premières, années ou décennies pour les secondes), on ne peut donc pas « asservir » l’agenda de la recherche aux besoins immédiats du développement. Il faut gérer un « stock » de compétences, savoir-faire et technologies qui seront mobilisés ailleurs ou plus tard dans l’organisation. Cela pose également la question de la capitalisation des connaissances produites lors des projets de développement (apprentissage organisationnel) et des idées et concepts exprimés dans tous les recoins de l’organisation (innovation participative).

Cette gestion des connaissances et des compétences de l'entreprise a pour objectif de permettre à l'entreprise de réaliser ses projets de développements. Compte-tenu du temps d'acquisition des connaissances et des compétences (que ce soit grâce à une activité de recherche propre ou par des partenariats), il faut une grande capacité d'anticipation, nourrie par une activité de prospective et de veille sur les technologies, les marchés et la compétition. Ce processus est intégré avec la mise en œuvre de la stratégie de l'entreprise. En effet, la possibilité de certaines options stratégiques est liée à la maîtrise de certaines compétences-clés par l'entreprise. Ce qu'elle sait faire conditionne ce qu'elle peut envisager. Ce qu'elle veut faire implique des apprentissages nécessaires.

Enfin, les compétences d'une entreprise sont souvent utiles au-delà des seuls marchés qu'elle vise. Quand ces compétences ont été obtenues grâce à des investissements coûteux et persévérants, il est dans l’intérêt de l'entreprise de chercher à les valoriser. Lorsqu'elle n'a pas la volonté ou la possibilité d'exploiter directement celles-ci, par exemple quand l'accès à un nouveau marché demande des capacités complémentaires (un réseau commercial, une capacité de service après-vente, la maîtrise d'autres fonctions demandées par les nouveaux clients visés...), elle peut faire des partenariats avec une entreprise bien placée pour accéder à ce marché. Les modalités vont de la simple cession de licence ou de savoir-faire à la création d'entités communes.