Musique Enseignement de spécialité Bac L 2016/Le timbre et le son

Une page de Wikiversité.
Aller à : navigation, rechercher
Début de la boite de navigation du chapitre
fin de la boite de navigation du chapitre
En raison de limitations techniques, la typographie souhaitable du titre, « Musique Enseignement de spécialité Bac L 2016 : Le timbre et le son
Musique Enseignement de spécialité Bac L 2016/Le timbre et le son
 », n'a pu être restituée correctement ci-dessus.

Direction de travail : le timbre et le son = Jean-Philippe Rameau, ensemble d'œuvres

Cet ensemble de pièces de Jean-Philippe Rameau sera étudié prioritairement des différents points de vue qui président à ces directions de travail. Toutes les pièces et leurs « versions » imposées permettront d'approfondir la question de l'interprétation comme celle du timbre et du son. En outre, certaines d'entre elles permettront d'approfondir la question de l'arrangement. Si les interprétations précisées ci-dessous et aisément accessibles sur les plateformes de téléchargement légal seront les références pour l'épreuve du baccalauréat, les candidats gagneront, tout au long de leur préparation à l'épreuve, à les comparer à d'autres versions.

Premier livre de Pièces de clavecin
  • Prélude
1 - Christophe Rousset, in album Rameau, pièces de clavecin
2 - Claudio Colombo, in album Rameau : complete piano music
Troisième livre de pièces de clavecin
  • Suite en sol
    • Menuet 1 et Menuet 2
    • Les Sauvages
    • L'Enharmonique
1 - Alexandre Tharaud, in album Alexandre Tharaud joue Rameau
2 - Christophe Rousset, in album Rameau, pièces de clavecin
Deuxième livre de pièces de clavecin
  • Suite en mi
    • Le rappel des oiseaux
1 - Robert Casadesus, in album Jean-Philippe Rameau
2 - Christophe Rousset, in album Rameau, pièces de clavecin
Pièces de clavecin en concerts
  • Premier concert
    • La Livri
  • Quatrième concert
    • L'Indiscrète
1 - Christophe Rousset, Les Talents lyriques, in album Rameau : six concerts en sextuor
2 - Trevor Pinnock, in album Jean-Philippe Rameau, Complete works for harpsichord

Le timbre et le son[modifier | modifier le wikicode]

La musique utilise un riche vocabulaire de timbres qui s'est progressivement élargi au fil des siècles et des échanges culturels. Suivant les époques, son périmètre a augmenté avec l'arrivée de nouveaux instruments. Aujourd'hui, l'électricité et le numérique ont décuplé les possibilités. Les références ont aujourd'hui incontestablement changé : d'un côté les créations populaires et savantes ne cessent d'intégrer des sonorités a priori extérieures au champ musical, de l'autre nombre d'interprètes et de musicologues s'engagent dans une recherche nouvelle d'authenticité historique sur des répertoires anciens (par exemple, interprétation sur instruments d'époque). Le son des musiques est devenu un paramètre central de la musique, qu'il s'agisse de la créer, de l'interpréter, de l'enregistrer, de la diffuser et, bien entendu, de l'écouter et de l'apprécier.

Cette longue histoire du timbre peut aussi se lire comme le reflet du dialogue plus ou moins direct entre les créateurs et les technologies de la facture instrumentale.

Dans le cas de la musique pour clavecin, on peut discuter du choix des interprètes qui vont utiliser un piano ou bien un clavecin pour interpréter une œuvre.

Ainsi Le Bulletin Officiel indique des extraits qui sont interprétés au piano ou au clavecin:

  • Clavecin : Christophe Rousset - Trevor Pinnock
  • Piano : Claudio Colombo - Robert Casadesus - Alexandre Tharaud

Dans le disque de Christophe ROUSSET, on a un clavecin accordé au tempérament inégal au diapason à 392 Hz.


Jean-Philippe Rameau (1683 – 1764)[modifier | modifier le wikicode]


Clavecin (1716)

Le clavecin[modifier | modifier le wikicode]

Le clavecin est un instrument de musique à cordes muni d'un ou plusieurs claviers dont chacune des cordes est « pincée » (famille des cordes pincées). Il apparaît au XIVe siècle, il connaît un développement technique et une diffusion rapide dans toutes les cours d’Europe ( XVe et XVIe siècle ). Il a été très en vogue pendant toute la période baroque ( XVIIème siècle et début du XVIIIe siècle ). Il est pratiquement abandonné à la fin du XVIIIe siècle au profit du piano forte. Les différentes sortes de « clavecins » sont:

  • l’épinette et le virginal avec un seul clavier
  • Le grand clavecin avec souvent 2 claviers

Les clavecins de l’époque baroque n'utilisaient pas le tempérament égal que l’on utilise actuellement.

À l'époque de Rameau, les musiques de clavecin ont beaucoup d’ornements (agréments) et Rameau donne pour exécuter sa musique une table d’agréments au début de tous ses recueils. Jean-Philippe RAMEAU et François COUPERIN (1668-1733) sont les deux musiciens qui ont fait beaucoup évoluer la musique de clavecin. Le répertoire pour clavecin ressemblait beaucoup à celui du luth et on trouvait souvent des suites de danses. Ils vont faire évoluer cette musique avec des pièces aux titres plus évocateurs (la poule, les sauvages...)

Les livres pour clavecin de RAMEAU ont aussi un but pédagogique avec l'amélioration de la technique. Avant Rameau, on jouait le clavecin un peu comme on jouait du luth. Il a conseillé d’utiliser le pouce pour jouer (cela ne se faisait pas). Il attribut un rôle pour chacune des mains (mélodie pour la main droite et accompagnement pour la main gauche).


Prélude (Premier livre de Pièces de clavecin)[modifier | modifier le wikicode]

Le Premier livre de pièces de clavecin de Jean-Philippe Rameau paraît en 1706 lors du premier séjour de Rameau à Paris. Le musicien est alors âgé de vingt-trois ans.

  • écouter J.P.Rameau - Prélude - Premier Livre de Pièces de Clavecin (Scott Ross) sur Youtube

Suite en sol (Troisième livre de pièces de clavecin)[modifier | modifier le wikicode]

Le Troisième livre de pièces de clavecin, dont le titre exact est Nouvelles Suites de Pièces de Clavecin, est le dernier recueil pour clavecin seul édité par Jean-Philippe Rameau, en 1728.

Menuets 1 et 2[modifier | modifier le wikicode]

Les sauvages[modifier | modifier le wikicode]

Cette pièce Les Sauvages décrit la danse de deux indiens d’Amérique que Rameau aurait vu au théâtre des italiens à Paris en septembre 1725. Cette pièce a été reprise dans l'opéra-ballet « Les Indes Galantes » en 1736.

L’ensemble de la pièce est parcouru par le même motif rythmique fait d’une blanche suivi de 4 croches arpégées.


Ce motif est joué alternativement par la main droite puis par la main gauche. La pièce est du type rondeau avec un refrain (A) et des couplet (B et C) de la forme : A A B A C A

L'Enharmonique[modifier | modifier le wikicode]

Le rappel des oiseaux (Suite en mi - Deuxième livre de pièces de clavecin)[modifier | modifier le wikicode]

C'est une pièce courte publié en 1724 mais avec plein de subtilités. Cette musique de caractère fait penser aux gazouillis des oiseaux. Le motif imitant le chant des oiseaux se fait entendre de 6 manières différentes dans cette pièce. Dans le disque de Christophe ROUSSET, on a un clavecin accordé au tempérament inégal au diapason à 392 Hz. La pièce a pour tonalité principale mi mineur avec une forme binaire de type A A B B. On a un dialogue entre la main gauche et la main droite qui fait penser à 2 oiseaux qui se répondent.

édition originale (1741)


Pièces de clavecin en concerts[modifier | modifier le wikicode]

Les Pièces de clavecin en concerts de Jean-Philippe Rameau, publiées en 1741, constituent le seul exemple de musique de chambre du compositeur et ont été composées en pleine maturité : elles sont de loin postérieures à ses œuvres pour clavecin seul, à sa musique religieuse et se situent après ses premiers chefs-d'œuvre lyrique.